Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

17e dimanche per annum

 

 

On ne sera pas peu surpris d’entendre comment le jeune roi Salomon présente à Dieu une demande si humble, si désintéressée : pas de longs jours, ni la richesse, ni la mort des ennemis, mais… le discernement, l’art d’être attentif et de gouverner.

Si l’on veut prolonger la méditation dominicale sur le roi Salomon, on lira avec fruit la prière qu’il adresse à Dieu (cf. Sg 9).

La sagesse de Salomon est restée en effet proverbiale ; plus récemment, d’autres rois semblent avoir hérité aussi de cette sagesse, tels Louis IX de France (mort à 56 ans), Casimir de Lithuanie (mort à 25 ans), Amédée de Savoie (mort à 37 ans) ou encore Venceslas de Bohême (mort à 22 ans). Leur sagesse a été de chercher d’abord le Royaume de Dieu.

On n’ignore pas cependant comment Salomon perdit cette sagesse, comment il prit des épouses parmi les tribus païennes et comment il se mit à adorer les dieux païens de ces tribus (cf. 1Rg 11).

Est-ce à dire que Dieu se soit trompé en accordant tant de grâces au roi Salomon, alors qu’il le trahirait plus tard ? Cette question pourrait concerner tout être qui s’écarte du bon chemin, de tout pécheur, de Judas, de chacun de nous peut-être, à un moment ou l’autre de notre vie. On va y revenir.

 

*       *       *

 

Les quelques versets du psaume 118 que nous méditons maintenant, chantent la Sagesse de Dieu. Chacun des cent soixante-seize versets de ce psaume (le plus long de tous), comporte un des termes qui désignent la Loi : témoignage, précepte, volonté, commandement, promesse, parole, jugement, voie. Des mots à entendre au sens large d’enseignement révélé.

On signalera toutefois que la traduction actuelle comporte le mot exigences au lieu de témoignages, sans doute pour mieux expliciter à nos oreilles ce mot biblique.

Ce psaume est un des monuments les plus caractéristiques de la piété israélite envers la Révélation divine. Les habitués de la Liturgie des Heures (ou Bréviaire), en lisent chaque jour une des vingt-deux strophes. Imaginons le Christ, durant sa vie sur terre, chanter cet amour de la Loi…

 

*       *       *

 

Il était question plus haut de la chute des pécheurs, qui peut frapper les plus sages, tels un roi Salomon ou un apôtre Judas.

Parlant aux Romains (et à nous bien sûr), saint Paul disait qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire que Dieu va bientôt révéler en nous.

Mais les mots de l’Apôtre vont aujourd’hui nous stupéfier : on dirait que Dieu «choisit» ceux qu’il destine à partager sa gloire : Ceux qu’il connaissait par avance… Ceux qu’il destinait à cette ressemblance…

Pourtant, le Prêtre ne répète-t-il pas chaque jour à la consécration : Pour vous et pour une multitude… ?

Alors, il y aurait des hommes et des femmes «prédestinés», et d’autres pas ? Où est la liberté ? Et oserons-nous pour autant douter de la miséricorde de Dieu ? 

Quand un père veille sur les premiers pas de son enfant, il le tient bien dans ses bras, mais quand l’enfant a acquis un mouvement apparemment correct des jambes, le père relâche peu à peu l’étreinte pour laisser l’enfant avancer de lui-même. Très probablement, l’enfant va faire une chute, et le père y veille pour qu’il ne se fasse pas mal en tombant, mais l’enfant doit expérimenter par lui-même cette situation. Puis il fera davantage de pas, retombera sans doute, et apprendra aussi à se relever tout seul, sous l’œil vigilant de son père. Peu à peu, la marche sera acquise et le père n’aura plus à s’inquiéter autant.

Notre Père céleste veille sans cesse sur nous ; mais par moments Il nous abandonne un peu à nous-mêmes : Il sait que nous allons “tomber”, par faiblesse, par ignorance, par maladresse ; mais Il veille et nous donne sans cesse la grâce de nous relever. Dieu veut que nous marchions vers la Gloire finale, Il nous met sur ce chemin royal, mais quand nous avons bien compris où est la Vérité, c’est à nous de chosir en toute liberté d’avancer dans cette voie, même au prix de quelques chutes. Dieu sait d’avance nos chutes, nos égarements, nos hésitations, sans pour autant cesser de nous donner la grâce d’avancer toujours vers le But suprême. 

Ce ne sont pas nos chutes, qui déplaisent à Dieu ; nous Lui déplaisons quand nous ne nous relevons pas, quand nous doutons de sa miséricorde, quand nous désespérons : là, nous ressemblons à Judas. Celui-ci aurait bien mieux fait de se pendre… au cou de Jésus en lui demandant pardon.

Oui, nous restons libres ; oui, nous restons prédestinés à la Gloire. Il ne tient qu’à nous d’être de ceux-là. 

La vraie liberté consiste justement en cela : choisir le Bien et renoncer au Mal. Seul Dieu est pleinement libre.

 

*       *       *

 

A nous de séparer les bons et les mauvais poissons de notre pêche (voir l’Evangile) ; de chercher et d’acquérir en priorité le champ ou la perle du Royaume en vendant tout le reste. En un mot, Dieu reste tout-puissant, il nous prévient de sa grâce, sa liberté est souveraine ; et en même temps nous sommes réellement libres d’y correspondre. Considérons bien que Jésus appelle cela un trésor.

On aura sans doute du mal de penser à “tout” vendre, pour acheter le Royaume. Parfois la vertu de Prudence nous conseillera d’attendre, ou même d’éviter, car il faut bien quelques ressources pour faire vivre une famille… 

L’histoire des Saints nous donne maints exemples de personnes assez fortunées aux yeux du monde, mais qui ont mis tous leurs biens au service du Prochain. Jésus nous a dit ailleurs qu’Il nous rendra au centuple ce que nous lui aurons offert (Mt 19:29). 

Si l’homme accepte de se vider d’abord de son petit moi, Dieu le comblera de son esprit de (vraie) sagesse et intelligence.

Notre trésor, c’est de mettre à la première place de nos préoccupations la Parole de Dieu ; de désirer en premier lieu le Ciel ; d’avoir pour amis d’abord le Christ et la Sainte Vierge.

 

*       *       *

Retenons donc cette expression de la Prière du jour, où nous demandons à Dieu, en faisant un bon usage des biens qui passent, (de pouvoir) déjà nous attacher à ceux qui demeurent.

Partager cette page

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Homélies - année A

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens