Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 23:00

Gabriel Albiol Plou

1910-1936

Gabriel vit le jour le 23 avril 1910 à Peñiscola (Castellón, Espagne) et y fut baptisé et confirmé, mais on n’a pu consulter les registres, qui furent brûlés par les Rouges.

Il entra au noviciat mineur des Frères des Ecoles Chrétiennes à Cambrils.

Il commença le noviciat en 1928 ; il reçut l’habit avec le nom de Justino Gabriel.

Il fut catéchiste à Farnés, Voltregá (trois ans) et passa à Condal en 1933.

Dès le début de la révolution, le Frère chercha à se réfugier chez un ancien élève, mais la situation était trop difficile, aussi se décida-t-il à rejoindre sa famille à Madrid. Mais comme la situation n’y était pas meilleure, tous revinrent à Peñiscola.

En arrivant, quelqu’un reconnut le jeune Frère au milieu des siens. Le père de famille vint se présenter au Comité, assurant que sa famille allait rester seulement quelques jours dans le pays. Mais le chef des miliciens l’insulta : Allez, f… le camp, toi et ton fils curé !

La famille jugea bon de tenir caché Justino dans une dépendance. On lui porterait à manger. Pour dormir, il se construirait une petite cabane.

Mais un soir, Justino voulut venir à la maison, se croyant couvert par l’obscurité. Erreur ! Le 12 août, au soir, des miliciens vinrent le réclamer.

Le Frère s’était caché dans le grenier. Quand il comprit que les miliciens fouillaient dans tous les recoins de la maison, il vint au-devant d’eux en leur disant : Me voici.

Commença alors un des martyres les plus cruels qu’on ait lu dans la chronique de ces jours déjà si douloureux.

Ils emmenèrent le Frère à la prison du château dit du «Père Luna», puis l’emmenèrent au milieu de la plage, lui donnant force coups de baïonnettes tout en marchant. Ils lui coupèrent les oreilles et lui crevèrent les yeux. Quand il fut bien en sang, ils le poussèrent dans l’eau de mer, pour que le sel lui brûlat davantage encore ses plaies. Puis, le sortant de l’eau, ils lui coupèrent la langue ; l’ayant dévêtu, ils lui coupèrent les parties génitales. Ce n’était pas encore fini. Ils lui enfondèrent une baïonnette d’oreille à oreille, la passant par les plaies déjà ouvertes ; le Frère respirait encore un peu : ils lui enfoncèrent encore une autre baïonnette dans l’omoplate. Enfin, ils l‘achevèrent par balles. Ils jetèrent le corps dans la mer, mais les vagues le ramenèrent sur la plage.

On lui retrouva une balle dans la tête, une autre dans l’abdomen.

Frère Justino, martyrisé le 12 août 1936, fut béatifié en 2013.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens