Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 23:44

22e dimanche per annum

 

 

Les paroles du prophète Jérémie doivent tout de suite évoquer en nous les moqueries que reçut le Christ durant sa vie publique.

Quand Jérémie annonce un prochain pillage, le texte parle de l’attaque de Nabuchodonosor, vers 600 et la déportation à Babylone, mais on entend déjà l’avertissement du Christ pour Jérusalem, dont il ne restera pas pierre sur pierre (Lc 21:8).

On comprend la réaction bien humaine du prophète qui, n’en pouvant plus de se heurter à l’obstination de ses contemporains, est tenté de se taire. Ce n’est pas l’unique cas de l’intervention d’un Saint inspiré, qui n’est pas écouté : sainte Jeanne d’Arc pourtant victorieuse, fut lâchée par le roi ; avant elle, la mission du bienheureux ermite Jean de Gand auprès des deux rois français et anglais, s’était soldée par un échec complet.

 

*       *       *

Devant cet échec, l’envoyé de Dieu appelle, comme plus tard le Christ en croix : J’ai soif (Jn 19:28), Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? (Mt 27:46, citant Ps 22:2). 

Dans son psaume 62, David appelle. Il appela Dieu quand il était dans le désert de Juda, dit l’introduction au psaume (Ps 62:1).

Ce psaume est d’abord la prière matinale de l’homme fidèle à Dieu, qui pense d’abord à Dieu dès qu’il s’éveille le matin, dès l’aube. Nous pourrions faire nôtre cette prière, car les psaumes ne sont pas réservés à ceux qui prient la Louange des Heures.

Mais le désert où se trouvait David est aussi le désert de notre vie humaine, qui est toute desséchée, quand Dieu n’est pas la première référence des hommes. 

Ceux qui prétendent que le Bon Dieu ne les écoute pas, n’ont pas vraiment essayé de prier Dieu avec humilité et persévérance. David, lui, l’a fait : Tu es venu à mon secours, je crie de joie à l’ombre de tes ailes.

 

*       *       *

 

Après avoir opposé la vie charnelle et la vie spirituelle, l’esprit du monde et l’Esprit de Dieu, avoir avoir réaffirmé l’excellence de l’appel de Dieu, saint Paul exhorte les Chrétiens de Rome, et nous en même temps bien sûr : Ne prenez pas pour modèle le monde présent.

Sans Dieu, ce monde est réellement une terre desséchée, un monde malheureux, une société complètement déboussolée. En voyant les Chrétiens insultés, menacés, chassés, nous pouvons réellement dire avec eux : Je te cherche dès l’aube.

Mais comment éviter, comment ne pas voir, ne pas entendre, ce que nous voyons et entendons quotidiennement, dans la rue, sur internet, à la télévision ? 

La tentation est forte. C’est pourquoi le psaume disait : dès l’aube, du matin au soir de ma journée et de ma vie. Si je n’ouvre ma fenêtre qu’au soleil, la pluie n’entrera pas. Si je ne veux faire entrer que Dieu dans mon cœur, ce qu’il y a de mauvais dans le monde n’entrera pas. Si j’entends l’invitation du monde et de la mode, j’y resterai sourd tant que mon âme sera attachée à Dieu.

Cela implique, fait remarquer l’Apôtre, de (renouveler) notre façon de penser.

 

*       *       *

 

Voyons maintenant comment pense saint Pierre. Dimanche dernier, Jésus lui a dit : Je te donnerai les clefs du Royaume des Cieux, et aujourd’hui il se fait traiter de Satan par ce même Jésus.

Quand Pierre affirme : Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant, il est dans la Vérité, il reconnaît que le Christ est Dieu. Il a cherché Dieu dès l’aube.

Mais quand il refuse que le Christ aille souffrir et mourir, il oublie l’Ecriture, il oublie Jérémie que nous lisions plus haut, il oublie les Chants du Serviteur d’Isaïe (Is 50:6 ; 52-53), il pense encore que le Christ doit régner sans souffrir : il n’est plus dans la Vérité et le Christ lui dit : Tes pensées ne sont pas celles de Dieu. Pierre a cédé un moment à l’ambition du monde et Jésus lui dit en effet : (Tes pensées) sont celles des hommes.

Est-ce à dire qu’il n’est plus la “pierre” sur laquelle Jésus va bâtir l’Eglise ? Si, mais tout en étant garant de la Vérité, il est aussi tributaire de l’erreur personnelle. L’infallibilité du Pasteur, chef de l’Eglise, n’est pas synonyme de perfection absolue, de sainteté acquise ; au contraire, le chef de l’Eglise reste un homme pécheur, un homme qui doit combattre ses défauts et qui peut connaître des chutes personnelles ; un homme qui a besoin de l’absolution du prêtre pour recevoir le pardon de ses péchés. Le pape nous donne humblement l’exemple de cette démarche, en allant se confesser.

Il ne faut pas tomber dans le piège qui consisterait à confondre l’Infaillibilité et l’impeccabilité ; le pape possède la première, dans l’exercice solennel de sa mission ; il n’a pas la deuxième. En voici un exemple historique parmi d’autres : au 14e siècle fut élu pape un certain Urbain VI, qui montra très vite une exigence et une irritabilité impressionnantes - ce qui poussa des cardinaux à élire un autre pape, le premier qui fut en Avignon ; quoiqu’insupportable, Urbain VI demeurait le pape légitime, et sainte Catherine de Sienne ne manqua pas de se prosterner devant lui et de lui baiser la mule ; c’est justement ce pape qui institua la fête de la Visitation de Marie, pour mettre fin au schisme ; mais en même temps, il s’acharna véritablement contre ses opposants : il fit arrêter, torturer et même éliminer ces “mauvais” cardinaux, électeurs d’un antipape.

Ce chapitre 16 de Matthieu est donc fondamental pour la doctrine de l’Infaillibilité pontificale et la personne du pape.

Pierre (et les autres apôtres) étaient trop sous le coup des miracles de Jésus et de l’enthousiasme des foules, pour comprendre en même temps que les prophéties concernaient bien le Seigneur, et qu’Il ne pouvait nous “sauver” que par la souffrance et l’immolation totale ; les apôtres croyaient, comme beaucoup d’autres (cf. les “pèlerins d’Emmaüs”, Lc 24:21-26), que Jésus devait les sauver des Romains, alors qu’Il venait sauver les hommes du péché qui est en chacun de nous.

 

*       *       *

 

La Prière du jour synthétise clairement ce combat contre la pensée du monde et pour accomplir la volonté de Dieu : de Dieu nous vient tout don parfait, et nous lui demandons d’enraciner (le terme est fort) en nos cœurs l’amour de son nom. 

Il faut donner à Dieu la Première place.

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Homélies - année A
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens