Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 23:00

Trinitaires Martyrs à Alcázar de San Juan

† 1936

 

 

Le 19 juillet 1936, les Religieux furent déjà l’objet d’insultes dans les rues d’Alcázar, au retour d’un enterrement qu’ils avaient célébré. Le père Plácido chercha à obtenir des informations précises sur la situation réelle, auprès de la Garde Civile.

Le 21 juillet au petit matin, vers six heures, le père Plácido se rendit à l’Hospice pour célébrer la Messe. Apercevant les Franciscains prisonniers dans leur couvent, il entendit quelqu’un dire : Celui-là, il faudra y penser après, mais il continua son chemin sans s’arrêter.

A sept heures, invectivant contre les Religieux, des gens se postèrent dans la cour d’une maison voisine du couvent, pour empêcher éventuellement la fuite des Religieux.

A ce moment, le père Antonio célébrait la messe pour les fidèles dans l’église ; des miliciens entrèrent sans ménagement, lui intimant l’ordre de vite terminer, et faisant sortir les fidèles après les avoir fouillés. Le célébrant consomma rapidement toutes les Hosties consacrées pour éviter la profanation.

A huit heures, se présenta le juge municipal, qui donna un quart d’heures aux Pères pour s’habiller en paysans, ce qu’ils firent, avant de se réunir dans le cloître en attendant la fin de la Messe du père Antonio.

Le père Plácido alors s’en revenait de l’Hospice ; une dame le prévint, mais il répondit : Merci pour l’information, mais le sort de mes Frères sera aussi le mien.

On l’arrêta avant même qu’il entrât au couvent, et il fut emmené avec les cinq autres membres de la communauté, qu’on conduisit à la mairie, au milieu des cris, des moqueries, des hurlements de toute une foule de miliciens. A la mairie, ils retrouvèrent les Franciscains et un Dominicain. Ils furent en tout quatorze.

Tandis que dehors, la foule enragée criait : Faites-les sortir, qu’on les fusille. Mort aux curés !, le maire annonça aux gens qu’il allait se passer ce qu’on leur avait promis.

Le maire, un ancien élève du père Plácido, s’approcha de lui et lui proposa la vie sauve, mais le Père la lui demanda pour tous et pas seulement pour lui.

On arrêta aussi alors les Religieuses Conceptionnistes, qu’on envoya à l’Hospice.

Puis on les fit sortir, attachés deux par deux, pour les faire aller dans une salle proche, où ils restèrent environ un mois, mangeant le peu qu’on pouvait leur faire parvenir. L’endroit était trop petit pour tout ce monde, sans fenêtres, par la chaleur estivale. Les prisonniers prièrent ensemble, mais on le leur interdit. Si quelqu’un leur apportait à manger quelque chose, les miliciens leur disaient : C’est ça, donnez-leur à manger, ils n’en ont plus pour longtemps.

Ils avaient seulement le droit de parler entre eux, ce dont ils profitèrent pour se confesser et se donner l’absolution réciproquement.

Le 26 août au soir, on fit passer les prisonniers civils dans une autre «prison». Les Religieux étaient donc là, bien conscients de la situation. Ce soir-là, personne ne mangea.

Vers minuit, on les fit sortir en deux groupes. Les miliciens annoncèrent qu’on allait les transférer dans une autre prison. Personne ne résista ni ne protesta, ni ne chercha à fuir. A peine était parti le premier groupe, qu’on entendit des coups de feu. Un quart d’heure après, fut le tour du second groupe. Les miliciens dirent au chauffeur du camion de faire attention à ne pas passer sur les corps des premiers. 

Ils furent fusillés entre minuit et une heure du matin, ce 27 juillet 1936. Un seul échappa, le frère franciscain Isidro qui, blessé, profita de l’obscurité pour fuir à travers champs.

L’endroit du martyre de ces Religieux s’appelait Balsa del Andaluz et n’était pas très loin du pays, de sorte que les habitants entendirent bien les coups et aussi les voix des Martyrs qui tombaient en criant Vive le Christ Roi.

Le lendemain matin, on transporta les corps dans des chars à bestiaux. Au cimetière, l’autopsie révéla que les coups avaient été portés à brève distance, à la tête et à la poitrine.

Les six Trinitaires furent béatifiés en 2013. Ce furent, par ordre alphabétique : 

  • Buenaventura Gabika-Etxebarria Gerrikabeitia
  • Esteban Barrenechea Arriaga, qui cependant fut assassiné quelques jours plus tard, le 13 septembre.
  • Francisco Euba Gorroño
  • Hermenegildo Iza y Aregita
  • Juan Antonio Salutregui Iribarren
  • Plácido Camino Fernández

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie T
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens