Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 23:17

Guillaume Courtet

1590-1637

 

Né vers 1590 (ou 1599) à Sérignan (Hérault), il était fils de Jehan Cortet (ou Courtet) et de Barbe Malaure.

Orphelin de mère en 1602, alors qu’il est élève à Béziers, il devint parrain d’un fils de Lort, une grande famille locale, ce qui prouve la réputation et le rang qu’il devait avoir alors.

En 1605, il partit pour l’université de Toulouse, et étudie la philosophie et la théologie.

En 1607, il entra au noviciat dominicain d’Albi et professa en 1608.

Son père mourra en 1611. En 1612, Guillaume fut nommé lecteur (professeur) de théologie, au vu de ses excellentes qualités religieuses et intellectuelles.

Il fut ordonné prêtre en 1614 et sera formateur des jeunes novices à Toulouse et à Bordeaux.

En 1624, il fut nommé prieur en Avignon. Il sera deux ans prieur, et recevra dix nouvelles vocations.

En 1626, il fut nommé commissaire pour l’Europe du Nord, une mission difficile durant laquelle il ne sera pas toujours bien reçu. C’est de cette époque que date une lettre où il se dit attiré depuis toujours vers les missions extrême-orientales.

Pour y arriver, il dut obtenir de ses supérieurs l’autorisation de séjourner quelque temps en Espagne (car seuls les Espagnols et les Portugais avaient alors la possibilité de rejoindre ces missions lointaines). Guillaume s’appela désormais Tomás de Santo Domingo. 

Pendant son séjour de cinq ans en Espagne, notre Tomás enseigna la théologie, fut confesseur de l’ambassadeur de France et conseiller spiriuel de la reine Isabelle (la fille d’Henri IV).

Le voyage pour les Philippines commença fin 1634, par le Mexique ; on arriva à Manille en juin 1635.

En attendant une possibilité de rejoindre le Japon, le père Tomás enseigna la théologie, car les Dominicains avaient une université à Manille.

Le gouvernement civil de Manille interdisait les voyages pour le Japon, craignant des représailles. Aussi le père Tomás s’embarqua clandestinement avec trois autres prêtres : Miguel Aozaraza, Antonio González, Vincentius Shihozuka, et deux laïcs : Lorenzo Ruiz et Lazarus.

Après un voyage véritablement houleux, ils abordèrent clandestinement sur l’île de Liou-Kiou, le 10 juillet 1636. 

Les précautions prises par les voyageurs et les chrétiens locaux furent insuffisantes et les cinq compagnons furent arrêtés dès septembre. Ils resteront enfermés en prison à Kagoshima durant un an en attente de leur procès.

En septembre 1637, ils furent transférés à Nagasaki, pour y être torturés et martyrisés.

Des témoins furent présents, qui purent raconter ces événements à des navigateurs en partance pour l’Occident : les Martyrs subirent le supplice de l’eau (maintes fois ingurgitée et régurgitée par des coups frappés sur le ventre), des alènes enfoncées sous les ongles, et le fameux tsurushi : pendues par les pieds, les victimes ont la tête au-dessus d’une fosse pleine d’ordures puantes, tandis qu’on comprime tout leur corps avec des plaques de bois solidement attachées, de sorte que la circulation du sang est très ralentie et que l’agonie est prolongée.

Durant ces supplices, le père Guillaume-Tomás fit dire aux bourreaux et aux juges qu’ils n’étaient pas si ennemis de la vie que le désir de mourir les eusse conduits au Japon ; que le but de leur voyage n’estait pas d’y laisser la vie mais d’y prescher l’Evangile de Jésus-Christ vray Dieu.

Les trois prêtres ayant résisté, ils furent décapités le 29 septembre 1637, avec Lorenzo Ruiz et Lazarus.

Les cinq furent béatifiés en 1981, et canonisés en 1987.

Le père Guillaume est ainsi le premier martyr français au Japon, et le premier dominicain français canonisé.

La fête commune de ces Martyrs est au 28 septembre.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens