Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 23:00

Francesco Bernardone d’Assise

1181-1226

 

Ce ne sont pas les biographies qui manquent sur le Fondateur des Franciscains, et l’on ne va pas ici trouver d’éléments vraiment inconnus sur le Saint Stigmatisé d’Assise.

Il naquit en 1181 ou 1182 à Assise (Ombrie, Italie centrale) de Pietro Bernardone et de Joanna Pica de Bourlémont. Pietro était veuf et venait de se remarier avec Joanna, une pieuse femme d’origine provençale ; c’était un riche négociant en étoffes et se trouvait en France au moment de la naissance de son fils. Joanna fit baptiser son fils avec le nom de Giovanni (Jean) ; de retour de France, Pietro voulut honorer et Joanna et la France (où il avait fait de belles affaires), et ajouta au prénom de Giovanni celui de Francesco (le Français), celui sous lequel il est connu dans le monde entier.

Le petit garçon était l’avenir du commerce de son père. Il devait être instruit, apprendre le latin et le français (pour servir d’interprète) : il fréquenta l’école des chanoines à Assise et, à quatorze ans, fut inscrit dans la corporation des marchands.

Son adolescence fut assez joyeuse et bruyante, avec ses camarades. Mais aussi, il fut enrôlé dans les factions d’Assise contre Pérouse, et fut fait prisonnier en 1202. Racheté par son père, mais malade (peut-être de tuberculose), il resta quasi immobilisé pendants deux années. La grâce le fit réfléchir.

1204 est l’année de sa conversion : tandis qu’il s’apprêtait à reprendre les armes à Spolète, un songe l’induisit à revenir chez lui, et s’il parla de mariage, c’était pour épouser Dame Pauvreté.

Il priait, il fréquentait les chapelles. En 1205, il entendit le Crucifix de San Damiano lui dire : Va, répare mon église en ruines. Croyant devoir reconstruire cette chapelle en ruines, il vendit des marchandises de son père, qui lui en réclama le remboursement et même l’assigna en justice. Il se cacha quelques jours, et on le traita de fou. Il se réclama de la justice ecclésiastique et, devant l’évêque et toute la ville rassemblée, jeta aux pieds de son père ses beaux habits. L’évêque alors le couvrit de son ample manteau et, ainsi, le mit sous la protection de l’Eglise.

Puis il alla restaurer la chapelle de ses mains.

Son idéal devait être de prendre l’Evangile à la lettre : Ne vous procurez ni or ni argent, ni besace pour la route, ni deux tuniques, ni chaussures ni bâton (Mt 10:5).

Avec ses premiers compagnons, il vécut dans des abris de fortune près d’Assise. C’étaient les pénitents d’Assise.

Le pape, qui eut un songe prémonitoire, leur donna une première approbation en 1209 ou 1210 : ils étaient autorisés à prêcher à l’église.

Une des premières conquêtes importantes de Francesco, fut Chiara di Offreduccio, que nous appelons communément Claire d’Assise. Ce fut en 1212 qu’elle reçut la bure des mains de Francesco, et la tonsure ! ce qui suscita dans la famille une réaction assez violente, mais heureusement éphémère.

On rapporte, sans en donner l’année, comment Francesco s’avança au-devant d’un loup qui terrorisait les habitants de Gubbio, et avec lequel il fit un pacte d’amitié.

Cette même année 1212, il tenta un voyage en Terre Sainte, pour y prêcher et y recevoir le martyre, qu’il désirait tant. Mais il dut revenir en Italie. Autre essai en 1214, pour le Maroc, puis en 1219 en Egypte et en Palestine : au lieu du martyre, il reçut le respect des Musulmans, édifiés par sa simplicité évangélique.

Durant son absence, un chapitre se réunit et prit des décisions nouvelles, encourageant les études (que proscrivait Francesco), renforçant les austérités : Francesco, informé, recourut au pape pour obtenir un «protecteur», qui fut Ugolino, le futur Grégoire IX. Désormais, il laissera le gouvernement de son Ordre à Pietro de Catane, puis Elia d’Assise.

Cette même année, 1222, il créera le Tiers-Ordre, pour les laïcs.

En 1223, Francesco eut l’idée de la représentation vivante de la Nativité, dans une grotte à Greccio., à l’origine de notre habituelle crêche de Noël : le fait est aujourd’hui contesté par certains, car les «Mystères» existaient depuis longtemps. De cette année aussi date une rédaction plus élaborée de la Règle franciscaine, par les soins de Francesco.

En 1224, vers la fin d’un long «carême» qui précédait la fête de saint Michel (29 septembre), Francesco reçut les stigmates de la passion du Christ. Francesco, qui n’était que diacre (car son humilité lui avait fait refuser le sacerdoce), ressemblait ainsi à Notre-Seigneur, par les plaies saignantes qu’il portait aux mains, aux pieds et au côté. Par la suite, souvent souffrant, il se retira auprès de la chapelle des Clarisses (San Damiano), et rédigea son fameux Cantique des Créatures, en italien, premier document historique en italien moderne.

Les derniers temps de sa vie terrestre, Francesco voulut être étendu à terre. Il perdit la vue. Aucune laïque ne pouvait l’approcher, mais quand se présenta une pieuse femme romaine, Jacomina (Jacqueline), Francesco demanda de laisser entrer Frère Jacomina, confirmant ainsi qu’il faut savoir parfois enfreindre une loi pour respecter la Charité.

Cette Jacomina, veuve Frangipane, est à l’origine, croit-on, de la si délicieuse galette du même nom.

Francesco mourut, dit-on, le 3 octobre 1226 et fut très rapidement canonisé, en 1228. Sa fête fut invariablement célébrée le 4 octobre.

On lui doit l’habitude de sonner les cloches pour la prière de l’Angelus. Francesco est en outre devenu le patron des louveteaux, qui doivent apprendre à reconnaître la présence de Dieu dans la création et à la respecter. De là, il est devenu le Patron des écologistes, ainsi que des animaux, et la journée du 4 octobre a été proclamée Journée mondiale des animaux.

C’est en référence à la simplicité de ce Saint que le pape prit le nom de Francesco en 2013.

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie F
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens