Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

  

27e dimanche per annum

 

L’automne est la période des vendanges : il a été question de vigne les deux derniers dimanches ; aujourd’hui encore, la première lecture, le psaume et l’évangile évoquent la vigne.

Le prophète Isaïe évoque la vigne de son ami : le champ d’action du Seigneur, son peuple bien-aimé, Israël. Ce chant plein d’amour est aussi plein d’amertume, parce que cette vigne n’a pas donné les fruits attendus : le peuple juif a été infidèle à l’amour de Dieu. 

A l’époque du Prophète, il s’agissait des infidélités répétées du peuple juif et des rappels incessants de Dieu par l’intermédiaire des Juges, des Rois, des Prophètes, parfois aussi par le biais d’épreuves politico-sociales : deux siècles avant Isaïe, le Temple de Jérusalem a été dévasté ; sous Achab, s’est développé un culte païen. Au temps d’Isaïe, les habitants de Samarie seront déportés et remplacés par des étrangers ; puis sous Manassé, un culte païen sera installé dans le Temple même et le peuple sera mis en captivité à Babylone… 

D’après les traditions, les Prophètes furent massacrés par ceux-là même qu’ils tentèrent de ramener à Dieu : Isaïe fut scié en deux, Jérémie lapidé, Ezéchiel aussi fut mis à mort, Amos expira après avoir reçu un formidable coup de massue…

 

*       *       *

Le psalmiste supplie maintenant Yahvé de restaurer cette vigne détruite, de délivrer Israël, de réunir ses tribus séparées.

Ephraïm et Manassé sont les deux tribus du nord d’Israël, l’auteur y joint Benjamin, qui est juste au nord de Juda (et de Jérusalem). Il se pourrait que l’auteur annonce la prise de Jérusalem et la destruction du Temple en 586. 

Déjà au 13e siècle avant Jésus-Christ, les Egyptiens avaient remporté une victoire sur Isarël et, au 12e siècle, Ramsès III fut vainqueur contre les Peuples de la Mer.

Dieu a pris à l’Egypte cette vigne qui lui appartient. De quel amour il l’a entourée, durant la période des Patriarches, quand il fit sortir Israël d’Egypte et donna sa Loi par Moïse, quand il envoya les Juges, puis ses Prophètes.

Exilé, le psalmiste dit, avec son peuple : Fais-nous revenir !

Mais ne considérons pas cette prière seulement dans son sens historique : si Israël fut infidèle, cette vigne est maintenant l’Eglise, et dans l’Eglise aussi il y a eu des infidélités. Et nous aussi, nous avons nos infidélités.

Nous pouvons donc faire nôtre cette prière, et supplier Dieu à tout moment d’avoir pitié de nous.

 

*       *       *

Saint Paul exhorte les Chrétiens de Philippes à prier et supplier Dieu. Dans cette prière confiante, notre cœur amorce déjà un mouvement de conversion.

Si ensuite nous recherchons tout ce qui est vrai et noble, juste et pur, ce qui est digne d’être aimé et honoré, tout ce qui s’appelle vertu, alors à plus forte raison nous toucherons la bonté immense de Dieu qui ne nous refusera pas sa grâce : Le Dieu de la paix sera avec vous.

Rechercher ce qui est vrai, c’est éviter tout mensonge ; rechercher ce qui est noble, c’est lutter contre tout sentiment bas. Qu’est-il besoin d’explications pour ces évidences ? 

Reprenons aussi un des premiers termes de la lecture d’aujourd’hui : Ne soyez inquiets de rien, expression qui rappelle le conseil de Jésus : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous le vêtirez Mt 6:25).

Ajoutons-y aussi cette réflexion : de quoi nous plaindre, quand nous avons de quoi manger et nous vêtir ? Pourquoi désespérer de la situation sociale, politique, mondiale ? des guerres ? Pourquoi craindre une catastrophe ? Souffrirons-nous plus en quelques secondes d’une grave explosion, qu’un malade qui traîne une maladie pendant des années ?

Nos plaintes, nos inquiétudes, nos critiques n’ont pas de sens devant l’immense bonté de Dieu. La grâce de Dieu est toujours là, et il appartient à chacun d’en profiter et de grandir sans cesse dans la vie divine. 

Nous n’aurons pas de comptes à rendre pour les autres ! C’est de notre propre vie, de nos propres efforts, que nous devrons répondre bientôt.

Qu’entend saint Paul par vertu ? 

Virtus en latin exprime tout ce qui est force, virilité, courage. C’est une grâce de Dieu qui nous est donnée à tout instant, pour soutenir nos faibles forces. S.Grégoire de Nysse (IVe s.) écrit que le but d’une vie vertueuse consiste à devenir semblable à Dieu.

Relisons notre Catéchisme (Abrégé, nn. 377-388), où il est question des vertus «théologales» : Foi, Espérance, Charité), des vertus «cardinales» : prudence, justice, force, tempérance ; à ces vertus s’ajouteront aussi les fruits de l’Esprit : charité, joie, paix, patience, longanimité, bonté, bénignité, mansuétude, fidélité, modestie, continence, chasteté. 

Pourquoi être impatient devant un feu rouge ? Dans moins d’une minute, tu passeras ! Pourquoi tant d’exubérance quand une équipe à gagné un match ? Demain, c’est l’autre qui gagnera ! Pourquoi ces petits sourires quand on propose de vivre chaste ? N’y a-t-il donc que le plaisr physique qui rend l’homme heureux ?

*       *       *

L’évangile synthétise tout ce qui précède : infidèles, ceux à qui était promise la Vigne, ont cédé la place à d’autres vignerons. Israël a dû s’effacer devant l’Eglise fidèle au Christ. Le Royaume lui a été enlevé. Mais rne réduisons pas «Israël» à un domaine historique ou politique ; l’Israël infidèle, c’est chacun de nous, c’est moi, chaque fois que je me détourne de Dieu, chaque fois que je doute de la Bonté de Dieu, chaque fois que je refuse la grâce de Dieu. 

C’est à moi qu’il appartient de faire partie de cette Vigne ; je me croirai peut-être «libre» de n’y pas entrer, mais je serai moi-même l’artisan de cette exclusion.

*       *       *

Si ce combat nous semble au-delà de nos forces, si nous sommes tentés de suivre la mode et le courant du monde, tournons-nous vers notre Père céleste, relisons bien la Prière d’aujourd’hui : Dieu nous comble, et bien au-delà de nos mérites et de nos désirs ; il délivrera notre consience de ce qui l’inquiète et nous donnera plus que nous n’osons demander.

Il ne faut jamais douter de l’efficacité de notre prière, encore moins de la richesse du don de Dieu.

Partager cette page

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Homélies - année A

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens