Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 23:32

Salustiano González Crespo

1871-1934

 

Il naquit le 1er mai 1871 à Tapia de la Ribera (León, Espagne), quatrième des quatre enfants (deux garçons et deux filles) de Joaquin et Manuela, qui le firent baptiser dès le lendemain ; Salustiano fut confirmé cette même année, selon une coutume de l’époque.

Il grandit dans la saine atmosphère familiale, travaillant à la sueur de son front, sans perdre son temps.

Il vint à León pour trouver plus de travail.

En 1893-1894, il travailla comme aide-infirmier à l’hôpital de León, où il connut les Filles de la Charité, grâce auxquelles il put contacter le Supérieur de Madrid, sur recommandation (excellente, on s’en doute) des Sœurs de León.

il entra ainsi en 1894 dans la congrégation des Vincentiens à Madrid, où il fit le noviciat. Sur tous les points il donna entière satisfaction aux Supérieurs (et parfois même donna des leçons aux prêtres, par son comportement tout silencieux et soumis).

Il fut envoyé à la maison d’Ávila, où il fit la profession comme convers en 1896 ; en 1898, il fut envoyé deux ans à Valdemoro (Madrid), puis en 1900 aux Canaries, où il travailla pendant plus de vingt années, patiemment, humblement, sans jamais se plaindre.

Il revint sur Cuenca en 1928, et rejoignit la communauté d’Oviedo (Asturies) en 1930, comme cuisinier et portier. Il profitait aussi de cette dernière occupation pour enseigner du catéchsime aux petits enfants qu’il voyait passer.

Le Frère Salustiano n’était pas ce qu’on aurait appelé une lumière intellectuelle ; il n’était pas venu se consacrer à Dieu pour «paraître», mais pour rendre service.

La région des Asturies connut une phase de révolution dès 1934. Le séminaire d’Oviedo fut le théâtre d’événements particulièrement tragiques.

Le 6 octobre 1934, la plus grande partie des séminaristes tomba aux mains des révolutionnaires. Une partie des Pères et des élèves furent fusillés sur place. Mais pour un autre groupe qui allait être aussi fusillé, le Frère Salustiano s’interposa et dit aux assassins : Tuez-moi, moi, qui ne sers à rien. Mais ne tuez pas ces jeunes, qui peuvent faire beaucoup de bien.

Le résultat est que ce groupe fut «seulement» mis en prison quelque temps, d’ailleurs avec leur Directeur et quelques professeurs ; tous furent plus tard libérés.

Le 13 octobre 1934, vers midi, on annonça que l’édifice (le séminaire, ou la prison où se trouvait le Frère avec les autres, le détail n’est pas clair dans les récits) - l’édifice allait être dynamité : il y avait en effet deux tonnes de dynamite entassée au rez-de-chaussée. Ce fut la panique générale. Une première explosion détruisit entièrement l’escalier ; tous tentèrent soit de sauter par les fenêtres sur l’édifice voisin, soit d’ouvrir le parquet des étages supérieurs pour descendre plus bas avec des draps roulés en cordes. Mais en bas, tout un piquet de «Rouges» attendaient avec les fusils et tiraient sur la première tête qui apparaissait. 

L’héroïque Frère Salustiano reçut une balle dans la nuque. Il avait soixante-trois ans.

Il fut béatifié en 2013.

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie S
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens