Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

2e dimanche de l’Avent - B

 

Le deuxième dimanche de l’Avent est toujours centré sur le message de Jean-Baptiste, l’ultime Prophète à annoncer le Christ, à préparer sa venue. Son message était d’autant plus pressant, qu’il savait la venue du Messie imminente. Rappelons-nous qu’en effet dès avant sa naissance, Jean-Baptiste avait tressailli de joie en présence de Jésus incarné, lorsque Marie vint visiter Elisabeth après l’Annonciation (cf. Lc 1 : 41. 

 

*       *       *

 

Après que Dieu a envoyé ses Prophètes pour préparer la route du Seigneur, le dernier de ceux-ci fut Jean-Baptiste, qui prêchait dans cette région désertique proche de Jérusalem. 

Dans sa prédication, il reprit justement (cf. Lc 3:4-6) ces versets d’Isaïe que nous lisons en ce jour. Que sont donc ces ravins, ces montagnes, ces chemins tortueux, auxquels il fait allusion ? De quels travaux de terrassements gigantesques s'agit-il donc là ? S’agit-il de ces travaux qu’on fait toujours pour attendre la visite de quelque personnage important ?

Ce serait là une explication intéressante. Mais le Personnage que nous attendons n’est pas un roi de ce monde (cf. Jn 18:36). Ce sont nos cœurs que nous devons lui soumettre. Comment donc combler nos ravins ? comment abaisser nos montagnes ? comment rendre droits les chemins tortueux

Nos ravins sont nos chutes, tous les moments où nous nous laissons tomber au lieu de persévérer sur notre route. Combler nos ravins, ce sera essentiellement demander à Dieu le pardon de nos fautes pour nous remettre en marche. Abaisser nos montagnes, ce sera éliminer l'origine de nos chutes : nos défauts, notre paresse, notre orgueil, notre gourmandise… Rectifier nos chemins, ce sera s'efforcer de prendre la route directe pour la Vérité, sans hésitation, sans atermoiements, sans remise à plus tard. 

Ne jouons pas les petits saints, innocents comme des agneaux, toujours victimes des seules injustices des autres ! Celui qui doit aplanir la colline, ce n'est pas "lui", l'autre, non : c'est moi !

 

*       *       *

 

Dans le psaume 84 se trouve un verset qu’on peut prendre tout-à-fait à la lettre : La Vérité germera de la terre et du ciel se penchera la justice, comme pour dire : Jésus, la Vérité, va naître au milieu des hommes, manifestant ainsi la Justice (céleste) de Dieu. 

Oui, chacun de nous pourra ressentir cette venue, car son salut est proche, mais à cette condition, que nous soyons bien «à l’écoute», pour reprendre le premier mot de notre extrait : J'écoute !, qui nous rappelle la réponse du petit Samuel à l’appel de Dieu : Parle, car ton serviteur écoute (1S 3:10) et aussi la solennelle invitation de Dieu à son peuple : Ecoute, Israël !, le fameux Shéma, si cher aux Juifs (Dt 6:4).

Avons-nous bien ouvert nos oreilles, pour entendre l'appel de Jésus ? Sommes-nous vraiment de ceux qui ont un grand amour de Dieu pour mériter que le salut soit proche de ceux qui le craignent ?

 

*       *       *

 

Les Prophètes, et surtout Jean-Baptiste, ont exprimé des appels pressants pour inviter les Juifs à bien accueillir le Messie. 

Mais après la venue du Messie ? Quand le Christ reviendra-t-il, puisqu’il l’a promis (cf. Mt 25:31) ? Que faire, d’ici-là ? 

C’est ce que nous rappelle saint Pierre, dans sa deuxième lettre, qui n’a pas besoin d’autre commentaire. N’en oublions pas pour autant ses expressions : 

Le jour du Seigneur viendra comme un voleur.

Faites tout pour que le Christ vous trouve nets et irréprochables, dans la paix.

On observe ici qu’avec son conseil, saint Pierre s’empresse d’enlever toute inquiétude : restons dans la paix. Non pas endormis, pas nonchalants, mais simplement attentifs et prévoyants. Ainsi qu’une bonne maîtresse de maison qui, sans attendre personne, enlève soigneusement la poussière de ses meubles chaque jour pour que sa maison soit accueillante, ainsi devons-nous chaque jour nous dépoussiérer comme si nous devions rencontrer le Seigneur tout-à-l’heure.

 

*       *       *

 

Revenons maintenant à Jean-Baptiste, dont il été question au début.

Nous avons entendu ici le véritable Commencement de l'Evangile de saint Marc. 

On a dit que celui-ci était "peu lettré", que son style était beaucoup moins riche que celui des autres évangélistes. Marc n’était pas un grammairien : fidèle disciple de saint Pierre, il écrivait l'essentiel de la parole du Premier Pape pour la transmettre aux premières communautés chrétiennes. La Tradition nous rapporte que Pierre en approuva pleinement le texte.

"Commencement de la Bonne Nouvelle", annonce Marc. Un titre "en fanfare", joyeux, solennel. Et tout de suite une citation du prophète Isaïe, précédée d'une autre phrase empruntée à Malachie et que Marc fond en une seule citation, très cohérente : Voici que j'envoie mon messager devant toi, pour préparer ta route. A travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route.

Dès son plus jeune âge, Jean-Baptiste s'est retiré à l'écart, il n'a pas cherché la célébrité… il n'a pas averti les médias ! vêtu et nourri sobrement, il a vécu dans une grande austérité. 

Il ne nous demande pas de nous vêtir de poils de chameau, ou de manger des sauterelles grillées, mais au moins d'être un peu moins vaniteux, un peu moins attachés aux plaisirs de la terre. En effet, si notre quotidien est empli de modes, de bruits, de frénésie, où restera-t-il un peu de place pour le Messie ? Jean-Baptiste, qui avait reçu de grandes grâces dès avant sa naissance, se dit lui-même indigne de défaire la courroie de ses sandales ; savons-nous être humbles, sans chercher la notoriété ?

 

*       *       *

 

Mais comment faire, va-t-on demander, dans notre monde si agité, dans notre époque si perturbée ? La réponse est unique, elle exprime le grand manque de nos contemporains : Prier ! Non pas en multipliant les heures d'agenouillement sur le carrelage froid d'une église glaciale, cela non ! Mais entrer du fond du cœur dans la prière de l'Eglise, qui s'exprime unanime dans le monde entier avec des textes très simples et brefs. Ainsi la Prière du jour de ce dimanche : 

"Ne laisse pas le souci de nos tâches présentes entraver notre marche à la rencontre de ton Fils". Amen.

Partager cette page

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Homélies - année B

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens