Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 00:00

Raimundo de Peñafort

1175-1275

 

Ce Catalan s’appellerait plutôt Ramón de Penyafort dans sa langue maternelle. Il naquit au château de Peñafort, à Vilafranca del Penedés (Barcelone) en 1175.

Il est dit de lui qu’il montra dès l’enfance la sagesse d’un vieillard, fuyant les plaisirs, s’attachant à l’étude, et s’appliquant à une vertu d’obéissance scrupuleuse.

A vingt ans, il enseignait déjà la philosophie à Barcelone. Il partit à Bologne (Italie) pour se diplômer en droits civil et ecclésiastique. Il y resta trois ans comme professeur de droit.

Satisfaits de sa générosité, les Bolonais lui offrirent une bonne compensation financière, qu’il accepta seulement pour la redistribuer aux pauvres.

En 1219, son évêque le rappela à Barcelone, où il le nomma chanoine de la cathédrale, archidiacre, grand vicaire et official. Ces charges procuraient à Raimundo des revenus, qu’il partageait avec les pauvres.

Il fit solenniser la fête de l’Annonciation.

En 1222, il fut admis dans le tout nouveau couvent dominicain de Barcelone. Etre novice à plus de quarante ans impose de singuliers sacrifices sur soi-même : on ne trouva pas de novice plus humble et plus docile que lui.

Il demanda à recevoir une pénitence pour toutes les fautes qu’il avait accumulées avant d’être dominicain : on lui imposa d’écrire une Somme des cas de conscience à l’usage des confesseurs ; ce fut la première œuvre du genre.

On le chargea ensuite d’aller prêcher la croisade contre les Maures, en préparation de la venue du légat papal ; son succès lui valut d’être appelé auprès du pape Grégoire IX, qui le prit comme confesseur. Raimundo fut alors chargé de compiler les Décrétales, c’est-à-dire de mettre en ordre toutes les décisions disciplinaires des papes.

Le pape voulut le faire archevêque de Tarragona (Espagne), et Raimundo n’échappa à cette nomination qu’en désignant un autre candidat.

Epuisé par son travail, Raimundo tomba malada et dut rentrer dans son pays. Il réintégra son couvent, donnant sans cesse l’exemple d’un religieux soumis, pieux, discret. Chaque nuit, il se flagellait ; chaque jour, il se confessait avant de célébrer la Messe.

En 1238, il fut élu supérieur général de l’Ordre dominicain, charge qu’il n’accepta que parce qu’il y voyait l’expression de la volonté divine. Durant deux années, il visita à pied toutes les provinces puis, en 1240, il convoca un chapitre à Bologne et se démit de sa charge.

Le roi d’Aragon l’appela pour reconvertir la population, trop marquée par tant de siècles d’occupation musulmane. Raimundo invita Tommaso d’Aquino (voir au 7 mars) à rédiger un ouvrage d’arguments en faveur du catholicisme. Ainsi parut la Somme contre les Gentils.

Raimundo fut aussi sincère que fidèle au roi : quand ce dernier tomba dans le vice, il lui en fit de solennelles remontrances mais, devant l’obstination du roi, il quitta l’île de Majorque où se trouvait alors le roi. Ne trouvant pas de bateau (car le roi avait interdit à quiconque de lui offrir le voyage), Raimundo étendit son manteau sur l’eau, y planta son bâton, releva un pan du tissu en forme de voile, et le vent, avec l’Esprit Saint, firent le reste : il accosta en Espagne très rapidement. Raimundo ramassa alors son manteau, demeuré aussi sec que d’habitude, et gagna le couvent. A la suite de ce prodige, le roi se convertit enfin.

C’est par référence à ce miracle que les véliplanchistes invoquent aujourd’hui saint Raimundo.

Raimundo acheva sa vie dans cette sainte maison de Barcelone, en 1275, le 6 janvier, jour de l’Epiphanie. Si les dates sont exactes, il avait presque cent ans.

Les très nombreux prodiges, vérifiés avant et après la mort de Raimundo de Peñafort, n’aboutirent que lentement à sa canonisation, en 1601.

Le Martyrologe le mentionne au 6 janvier, tandis que sa fête liturgique a été fixée au 7 janvier.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens