Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 00:00

José Francisco López-Caamaño y García Pérez

1743-1801

 

Pour une fois, l’enfant ne montra pas de signes évidents de piété. Diego José ne désirait pas du tout être religieux, et encore moins capucin, deux réalités qui lui répugnaient, d’après ses propres dires.

Il naquit le 30 mars 1743 à Cadix (Espagne), de nobles parents ; orphelin de mère à neuf ans il fut recueilli par une brave femme plutôt acariâtre. Son père l’envoya étudier à Grazalema, puis chez les Dominicains de Ronda (Málaga).

L’école ne l’emballait pas vraiment et il se contentait tranquillement d’avoir la moyenne, comme on dit.

L’adolescent recevra cependant quelques secousses divines, comme il l’écrivit. Ainsi à treize ans, pour se remettre d’une mauvaise interrogation à l’école, il entra dans l’église des Capucins, qui étaient en train de chanter l’office divin ; impressionné, il demanda à lire quelque chose de bien : on lui donna les vies de saint Fidel de Sigmaringen et de saint Giuseppe de Leonessa (voir aux 24 avril et 4 février).

La grâce de Dieu fit le reste : l’année suivante, il entra au noviciat des pères Capucins à Séville, prit le nom de Diego José et fit la profession en 1759. Ses débuts de vie religieuse cependant ne suscitèrent pas encore en lui un élan plein d’amour pour la théologie ; il préférait la poésie. 

Une nouvelle secousse le réveilla pour de bon et cette fois-ci il fut pris d’un ardent zèle pour la conversion des âmes.

En 1766, il reçut l’ordination sacerdotale à Carmona et devint alors un des fervents apôtres de la dévotion à la Sainte Trinité et à Marie, Divine Bergère (ou Mère du Bon Pasteur).

On l’envoya se préparer à la prédication à Ubrique. Puis il parcourut l’Espagne entière, du sud au nord, de l’est à l’ouest et jusqu’au Portugal et au Maroc. Il n’apprit aucun dialecte, mais on l’écoutait.

Sa célébrité était reconnue ; il fut consulteur et théologien dans plusieurs diocèses, chanoine honoraire de plusieurs cathédrales, membre dans les universités : celle de Grenade lui décerna le diplôme de Maître ès Arts, Docteur en Théologie et Droit (1779).

Il encouragea la croisade contre les révolutionnaires français et publia Le Soldat Catholique en Guerre de Religion. Dans ses prédications enflammées, il réveilla les consciences contre la mauvaise presse, contre les corridas, les bals, les pièces de théâtre licencieuses…

Sa ville natale, Cadix, lui a toujours accordé sa reconnaissance pour sa prédication.

Il ne fut pas toujours bien accueilli : des ministres l’empêchèrent d’approcher la famille royale ; le Conseil de Castille l’envoya de Séville à Casares (Málaga), mais il fut ensuite «absout» ; si une ville le renvoyait, il partait pour une autre destination ; il s’exprima franchement contre certaines positions ecclésiastiques, et soutint le célibat sacerdotal ; on l’enferma quelque temps dans un couvent, il n’en sortit que plus décidé, quoique peu à peu affaibli dans sa santé.

Des miracles se produisirent dès son vivant ; il eut aussi des intuitions étonnantes.

On a conservé de lui quelque trois mille sermons.

Il s’éteignit à Ronda (Málaga) le 24 mars 1801, victime du douloureux vomito negro, et fut béatifié en 1894.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens