Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 23:00

João Baptista Machado de Távora

1580-1617

 

João Baptista était né vers 1580 à Angra do Heroismo (Terceira, Açores, Portugal), de noble famille.

Il n’avait pas sept ans qu’entendant parler du Japon, il exprima son désir d’aller y parler du Christ.

Il entra à seize ans chez les Jésuites de Coimbra et partit en 1600 pour Macao, où il acheva ses études et fut ordonné prêtre.

Envoyé au Japon en 1609, il apprit la langue, dans laquelle il put s’exprimer étonnamment bien et travailla infatigablement dans la région de Kyōto ; mais en 1614 sortit une loi qui interdisait à tout étranger de rester dans le pays. Loin de s’en inquiéter, il se réfugia dans la clandestinité pour continuer son apostolat. Il se replia sur Nagasaki et de là gagna les îles de Gotoh, qui représentaient un refuge idéal pour les Chrétiens. Le père João Baptista y opéra, dit-on, plusieurs guérisons miraculeuses. 

C’est en avril 1617 qu’il fut arrêté, non loin d’Ōmura, sur l’ordre d’un apostat qui était lui-même le petit-fils du premier seigneur japonais converti (Bartolomæus Ōmura Sumitada). Les soldats qui arrêtèrent le père lui avouèrent qu’ils étaient tous catholiques, mais que c’était par crainte pour leur vie et celle de leurs familles, qu’ils obéissaient aux ordres du seigneur.

Le bateau ne put partir tout de suite à cause du vent contraire ; le père en profita pour célébrer chaque jour la Messe, ce qui permit à de nombreux fidèles de venir se confesser et de communier. Le 29 avril, on put lever l’ancre : durant la traversée, les soldats se confessèrent. Arrivés au port d’Ōmura le soir, le père fut conduit en prison dans une véritable procession aux flambeaux, comme Jésus lors de son arrestation à Gethsémani.

En prison, il retrouva le père jésuite Pedro de l’Assomption, qui voulut lui baiser les pieds respectueusement, mais João l’en empêcha ; il continuait de catéchiser les prisonniers, d’écrire des billets aux autres missionnaires et aux Chrétiens. Des Chrétiens qui avaient précédemment apostasié vinrent se confesser.

On attendait la sentence : elle arriva le 21 mai. Or, depuis Pentecôte, les deux prêtres avaient pu célébrer chaque jour la Messe, mais ce matin-là, Pedro dit à João : Nous ne célébrerons plus beaucoup de Messes… Et le lendemain, 22 mai : Ça va être notre dernière Messe. Effectivement, quelques heures après, on vint leur annoncer la sentence de mort.

João Baptista déclara alors qu’il avait vécu trois grands jours dans sa vie : celui où il entra dans la Compagnie de Jésus, celui où il fut condamné à mort, et maintenant celui où il allait mourir pour l’amour de Jésus. 

Les deux prêtres chantèrent le Te Deum, se confessèrent l’un à l’autre et prièrent. Durant la longue marche vers Kōri (Ōmura, Nagasaki), où ils allaient être suppliciés, ils continuèrent de prêcher à la foule. João portait un crucifix et son bréviaire. Arrivés à l’endroit, le soldat - un certain Damianus, chrétien - proposa un coussin aux deux victimes ; Pedro lui dit : Maintenant, la poussière retourne à la poussière.

Ils subirent le martyre le 22 mai 1617.

L’un comme l’autre, ils montraient leur joie de donner leur vie pour Jésus-Christ.

Ils s’embrassèrent et s’agenouillèrent, présentant leur cou aux bourreaux. Après avoir reçu deux coups, qui n’avaient pas été mortels, João Baptista se releva, et se remit à genoux pour recevoir un troisième et ultime coup.

Il a été béatifié parmi deux-cent cinq Martyrs du Japon, en 1867.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens