Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 23:00

Sophie-Thérèse de Soubiran

1834-1889

 

Sophie-Thérèse naquit le 16 mai 1834 à Castelnaudary (Aude), dans une famille très chrétienne de vieille noblesse, mais ruinée à la Révolution. Elle aura une petite sœur, Marie.

Jeune encore, elle fit partie de la congrégation mariale, où son cœur se familiarisa avec l’amour de Dieu, la dévotion au Sacré-Cœur et une profonde confiance en la Sainte Vierge.

A vingt ans, elle essaya la vie religieuse de béguine à Gand (Belgique), et tenta ce mode de vie avec quelques compagnes, une fois rentrée chez elle. Elle prit le nom de Marie-Thérèse.

Après qu’elle eut construit une maison pour accueillir des fillettes pauvres, cette maison fut la proie des flammes (1861) : on eut juste le temps, miraculeusement écrivit-elle, de sauver les Religieuses et les fillettes ; Marie-Thérèse emporta le Saint-Sacrement et passa la nuit en adoration, rejointe par ses Compagnes : ce fut là pour elles l’origine de l’adoration eucharistique nocturne.

Les Religieuses porteront toutes désormais le nom de Marie. L’institut s’appellera Congrégation de Marie-Auxiliatrice, et adoptera la spiritualité ignatienne. Les Religieuses seront à la fois actives et contemplatives. Elles s’occuperont des jeunes adolescentes et jeunes filles de quatorze à vingt-cinq ans. La première maison fut à Toulouse, doublée d’une Maison de Famille, ancêtre des Foyers de jeunes travailleuses.

Il y aura vite d’autres Maisons : Amiens, Lyon, Bourges, Paris, Angers ; en Angleterre, où émigrèrent les Religieuses lors de la guerre de 1870.

Mère Marie-Thérèse, la Fondatrice, dut ensuite souffrir elle-même l’expulsion : une de ses Filles la supplanta et la chassa. En 1874, elle erra à Castres, à Clermont-Ferrand, et fut enfin recueillie chez les Sœurs de Notre-Dame de Charité à Paris : elle fit même partie de la communauté, avec le nom de Marie du Sacré-Cœur (1875).

Elle vivra les quinze dernières années de vie dans un complet effacement, soit comme portière, soit comme maîtresse pour quelques jeunes filles.

La congrégation qu’elle avait fondée passera par des moments difficiles ; il y eut des abandons ; mais il y eut aussi des grâces, car la présence de certaines jeunes filles atteintes de tuberculose donnera lieu à la fondation d’une Caisse de Secours Mutuel, d’un premier sanatorium à Livry (1877), et bientôt d’un autre encore, plus grand, à Villepinte (1881).

Marie-Thérèse de Soubiran, alias Sœur Marie du Sacré-Cœur, mourut à Paris, le 7 juin 1889. L’année suivante, la nouvelle Supérieure la fit réhabiliter suscitant une vague de renouveau et un nouvel élan à la Congrégation de Marie-Auxiliatrice.

Marie-Thérèse de Soubiran, avec son nom de Supérieure, fut béatifiée en 1946.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens