Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 23:00

Thibaud

1017-1066

 

Thibaud naquit en 1017 à Provins (Seine-et-Marne), dans la famille, dit-on, des comtes de Brie et de Champagne.

Sa naissance avait été prophétisée par un autre saint Thibaud (v. 21 mai), qui était son arrière-grand-oncle, archevêque à Vienne.

Les parents de Thibaud étaient Arnoul ou Arnulf, et Willa. Son parrain fut Thibaud III de Blois. Thibaud eut un frère, nommé aussi Arnulf.

Le garçon ne s’intéressait pas aux plaisirs ; il fréquentait volontiers un ermite nommé Burchard, qui vivait dans une petite île de la Seine.

Quand il fut en âge, il reçut de son père le commandement d’une troupe pour soutenir la guerre d’Eudes II de Champagne contre l’empereur Conrad le Salique, mais Thibaud déclina cette responsabilité et obtint plutôt la permission de quitter le domaine familial pour se retirer du monde.

Avec un ami, nommé Gaultier (Gauthier, Gautier), il passa à l’abbaye Saint-Remi de Reims, où il se sépara de ses serviteurs, et gagna en habits de simple mendiant la forêt de Pettingen en Germanie. Là, les deux compagnons se mirent au service de la population, maçons ou cultivateurs, ou fabriquaient du charbon de bois pour les forges ; ils gagnaient ainsi quelque argent qui suffisait à leur entretien et à leur nourriture.

Leurs vertus d’humilité et de serviabilité les ayant rendus trop célèbres dans la région, ils partirent, pieds nus, pour Compostelle ; ensuite, ils se rendirent à Rome, où il leur prit l’idée d’aller en Terre Sainte. Cependant, la fatigue les contraignit à se fixer à Salanigo, entre Vicenza et l’abbaye camaldule de Vangadizza (1054).

Ils se construisirent là deux cellules ; après deux années, Gaultier mourut. Thibaud alors redoubla ses austérités, ne mangeant que du pain d’avoine avec des légumes, dormant sur la planche. 

Il fut favorisé d’apparitions d’anges, peut-être aussi d’une célèbre vision de la Sainte Trinité, et du don des miracles, qui le rendirent célèbre.

Ce fut au point que l’évêque, averti, ne tarda pas à l’investir de la dignité sacerdotale. Mais la renommée de Thibaud s’étendit bien plus loin et rejoignit ses propres parents. Ceux-ci vinrent tous deux auprès de leur fils et, le voyant après tant d’années de séparation, ne purent que se prosterner respectueusement, sans mot dire.

Le comte Arnoul fut promptement rappelé d’urgence en France, mais Willa resta près de son fils, pour s’initier à la vie érémitique.

Un an avant de mourir, Thibaud reçut l’habit des Camaldules ; il ne dormait plus qu’assoupi sur un banc. Il fut atteint d’une vilaine maladie qui lui couvrit le corps d’ulcères et souffrit ces désagréments avec une patience admirable ; il mourut le 30 juin 1066, après avoir répété plusieurs fois : Seigneur, pitié pour ton peuple.

Il fut canonisé sept ans après sa mort, en 1073.

Par le frère de Thibaud, Arnoul, qui était devenu abbé à Sainte-Colombe-lez-Sens et à Lagny, d’importantes reliques furent rapportées dans ces abbayes. Un miracle fut à l’origine du prieuré Saint-Thibault-des-Vignes.

Saint Thibaud fut pris comme patron des charbonniers.

Le Martyrologe, qui le mentionne au 30 juin, nomme aussi l’ami Gaultier.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens