Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 23:01

Giovanni Gualberto

985-1073

 

Des doutes subsistent sur les origines de Giovanni.

On l’a fait naître à Florence, ou à Castello di Petroio (Tavarnelle Val di Pesa, Florence) ; on l’a rattaché à la famille des Visdomini ou à celle des Buondelmonti. Son père se nommait lui-même Gualberto, et Giovanni devrait peut-être s’appeler de Gualberto.

Il eut en tout cas un frère, Ugo, qui fut sans le vouloir à l’origine de la conversion de Giovanni. Ugo en effet perdit la vie dans une de ces rixes fréquentes et Giovanni aurait dû le venger en assassinant le meurtrier. Soit que cette vengeance fût organisée, soit que la rencontre fût fortuite, le fait est qu’ils se trouvèrent effectivement l’un en face de l’autre : mais devant Giovanni, le coupable tomba à genoux les bras en croix, et Giovanni, vrai chevalier, le laissa aller.

Continuant son chemin, Giovanni entra dans une église et pendant qu’il se recueillait devant le Crucifix, celui-ci s’anima, et inclina la tête comme pour approuver sa conduite magnanime.

Le jeune chevalier alla alors se présenter au monastère bénédictin de San Miniato. L’abbé l’accepta. Le père Gualberto fut très en colère de ce choix et chercha à retirer son fils de là, mais c’est le fils qui conquit le père : papa Gualberto se calma, et donna sa bénédiction à son garçon, qui désormais appartenait à Dieu.

A la mort de l’abbé, fut élu un des moines, qui s’était acquis la bienveillance de l’évêque à prix d’argent. Cet acte de simonie n’était pas rare du tout à cette époque ; avec le nicolaisme, c’était même la plus grande plaie de l’Eglise. Giovanni se refusait à suivre un tel abbé : il se déclara ouvertement contre l’évêque et contre l’abbé, puis quitta le monastère.

Il alla quelque temps à Camaldoli, chez les pères fondés par saint Romuald (v. 19 juin). Mais voulant rester fidèle à sa première profession chez les Bénédictins, il alla s’installer avec quelques compagnons à Vallombrosa, sur un terrain qui fut cédé immédiatement à Giovanni par sa propriétaire, une abbesse locale, qui approuvait totalement la conduite anti-simoniaque de Giovanni.

Mais le nouvel évêque de Florence se trouva lui aussi être simoniaque. Giovanni s’en approcha pour l’exhorter à faire pénitence ; comme l’évêque s’entêtait, Giovanni proposa le jugement de Dieu, l’ordalie : l’évêque et un moine de Vallombreuse devraient passer à travers les flammes d’un bûcher, et celui qui en sortirait indemne prouverait la culpabilité de l’autre. Le moine choisi fut un certain Pietro : après avoir célébré la Messe, il passa à travers les flammes sans en être inquiété ; il fut depuis surnommé igneo (v. 8 février). L’évêque se retira enfin ; il se serait converti quelques années plus tard.

Giovanni fonda ainsi en 1039 une nouvelle famille bénédictine, où la règle de saint Benoît devait être appliquée dans toute sa rigueur. L’Ordre de Vallombreuse existe encore aujourd’hui, et a pu récemment reprendre possession des locaux de cette abbaye fondée par Giovanni, après environ deux siècles d’expoliation.

A l’intention des laïcs qui n’étaient pas appelés au sacerdoce, Giovanni fonda aussi la famille des conversi, ou frères convers, plus orientés vers les travaux manuels. L’Ordre de Cîteaux l’imita à son tour. 

La célébrité de Giovanni se répandit largement par l’influence bienfaisante qu’il exerça sur les clercs ; sa lutte contre la simonie resta légendaire. Des prêtres concubinaires venaient aussi se présenter à l’abbaye pour changer de vie ; Giovanni les accueillait toujours avec bonté, mais parfois leur interdisait de célébrer la Messe.

Giovanni ne fut jamais prêtre, se jugeant indigne. 

Il mourut le 12 juillet 1073. De nombreux miracles attestèrent, si c’était nécessaire, sa sainteté.

Giovanni Gualberto fut canonisé en 1193.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens