Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 23:00

Jeanne-Elisabeth Bichier des Ages

1773-1838

 

Cette fille de noble naissance vint au monde le 5 juillet 1773 au château des Ages et fut baptisée le jour-même en l’église paroissiale de Saint-Génitour du Blanc (Indre). Ses parents étaient Antoine-François Bichier des Ages et Marie-Anne Augier de Moussac. Elle eut trois frères : Antoine-Laurent, Antoine-François et Antoine-Maurice.

Très chrétiennement éduquée par sa pieuse maman, Jeanne grandit dans l’amour des choses de Dieu.

A la fin de ses études à Poitiers, elle revint partager la «vie de château» avec les siens, une vie de travail quotidien, qu’elle assaisonne de longs moments d’adoration devant le Tabernacle de la paroisse.

Quand la Révolution éclata, le frère aîné, émigra ; le papa mourut en 1792. Accusées à propos du départ de Laurent, Madame Bichier et Jeanne s’installèrent au Blanc. Jeanne fut un jour invitée à tenir la place de la déesse Raison : ferme refus ! Perquisitions, tracasseries quasi quotidiennes, finalement les deux femmes furent mises en prison à Châteauroux : son frère Maurice y était déjà mais, faisant valoir ses services de marin de la République, obtint sa libération et celle des dames.

En 1796, Jeanne et sa mère s’installent dans leur propriété de La Guimetière (Béthines). Jeanne reste angoissée : elle n’a pas communié depuis des années. Mais le bruit arriva qu’un saint prêtre célébrait dans une grange, à quinze kilomètres. C’était André-Hubert Fournet (voir au 13 mai). Jeanne-Elisabeth attendit patiemment, jusqu’à l’aube et se confessa la dernière, confortée par les conseils du Prêtre.

De retour à La Guimetière, et avec le plein consentement de sa mère, elle organisa la catéchèse à la maison puis, à partir du Concordat (1801), organisa une mission populaire ; un des prêtres contactés fut le père Fournet.

Après la mort de Madame Bichier (1804), Jeanne-Elisabeth fonda avec quelques autres compagnes une petite communauté, sous la direction du père Fournet. En 1807, elles émirent les trois vœux de pauvreté, chasteté et obéissance, y ajoutant celui de se vouer au soulagement des malades et à l’instruction des pauvres. Chaque soir, c’est l’heure de l’adoration eucharistique.

Ainsi naquirent les Filles de la Croix, qui s’installèrent à Maillé (paroisse du père Fournet), à Rochefort puis à La Puye (Vienne), subventionnées par Louis XVIII, et se multiplièrent rapidement dans toute la France.

Jeanne-Elisabeth rencontra le père Mixel Garikoitz à Bétharram et lui donna de bons conseils pour sa propre fondation, dont il lui fut toujours très reconnaissant (voir au 14 mai).

Jeanne-Elisabeth dut subir une opération à Paris ; malgré son tempérament robuste, sa santé déclina. Elle mourut le 26 août 1838 à La Puye, laissant déjà une centaine de maisons dans toute la France.

Elle a été béatifiée en 1934 et canonisée en 1947.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens