Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 23:00

Pietro Acotanto

1110-1187

 

Il y a deux «traditions» concernant Pietro Acotanto : dans l’une, c’est un laïc à la piété profonde ; dans l’autre, c’est un moine bénédictin. Des spécialistes affirment qu’en reprenant quelques petits détails, on pourrait les concilier.

La famille de Pietro était vénitienne. Pietro serait né vers 1110, de Filippo et Agnese.

Enfant, Pietro tomba gravement malade et guérit miraculeusement dans l’église de Saint-Jacques de Rialto ; ses parents firent vœu de l’offrir à l’abbaye Saint-Georges pour son éducation.

Son père partit pour la Terre sainte, mais mourut au combat, victime des troupes de l’Islam, vers 1126. 

Pietro l’apprit avant de faire la profession monacale, et jugea de son devoir de revenir auprès de sa mère et de reprendre en main les affaires de son père.

Pour faire plaisir à sa mère, il épousa une certaine Maria : ici les deux «traditions» coïncident en parlant de la générosité des deux époux envers les pauvres.

Mais voici que mourut à son tour la mère de Pietro, qui partit en Terre sainte sur les traces de son père, et se retrouva veuf à son retour, trois ans plus tard.

Il demanda alors pour la deuxième fois son admission chez les moines de Saint-Georges, peut-être même comme simple convers. Mais à la mort de l’abbé, c’est lui qu’on choisit pour lui succéder. 

Le choix était sans doute excellent, devant les mérites réels de Pietro, mais ce dernier refusa si catégoriquement ce choix, qu’on en élit un autre, certain Leonardo, qui connaissait bien la musique et le chant.Quant à Pietro, il se retira en reclus non loin du cloître.

Lui qui avait connu le monde et ses richesses, vivait dans la joie de ne posséder que le Seigneur.

Il eut une réputation de thaumaturge. Il avait pour les pauvres une générosité sans borne et les pauvres prenaient d’assaut sa maison, littéralement ; il sortait aussi de nuit, prenait une barque et rejoignait d’autres pauvres pour ne pas être vu par les voisins. Sa charité se manifesta encore plus lors de l’incendie de 1149 ou de l’inondation de 1164.

Il mourut saintement vers 1187, certains disent en août, d’autres en septembre.

Quand on l’exhuma en 1250, on trouva son corps intact, enveloppé d’un cilice.

Son culte fut reconnu en 1759. Le Martyrologe le mentionne au 23 septembre.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens