Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 00:00

Antonia de Brescia

1407-1507

 

On fait naître Antonia en 1407, car elle mourut centenaire, sans qu’il soit donné de savoir si elle avait dépassé de quelques années ce bel âge.

Elle naquit à Brescia et entra chez les Dominicaines de cette ville, plutôt par crainte de Dieu que par véritable amour de la sainteté, mais elle sut d’emblée se montrer humble et soumise.

Par exemple, lors d’une répétition, la maîtresse du chant lui fit une remarque et, croyant qu’elle n’obtempérait pas, la fit déshabiller du col à la ceinture et flageller en plein chapitre. Antonia supporta sans se révolter.

En 1457, c’est justement elle qui fut à la tête du groupe de sœurs qui alla instaurer à Ferrare la réforme de l’observance. Elue prieure, elle se montra la première à donner le bon exemple, à l’office divin ou à la cuisine.

Presque chaque nuit elle se levait pour l’office et ne se recouchait que rarement après, attendant l’heure des laudes en prières et en méditations. si le sommeil l’accablait, elle appuyait le tête contre le mur pour un bref «soulagement».

Dans un de ces sommes éclairs, elle vit une reine splendide entourée d’une foule de vierges ; elle l’aperçut se dirigeant vers l’endroit où se trouvait une sœur très malade, et entendit une voix : Elle est morte. Elle s’éveilla, et apprit qu’à cette heure même la sœur était passée dans l’autre monde. Cette sœur avait une grande dévotion à sainte Ursule  (v. 21 octobre) et chaque année, la veille du 21 octobre, elle jeûnait au pain et à l’eau. Antonia comprit qu’elle avait donc vu en vision sainte Ursule et ses compagnes.

Une autre nuit, elle vit en songe saint Dominique (v. 6 août) éteindre un grand feu avec son manteau ; à son réveil, elle entendit des sœurs crier qu’il y avait le feu tout près de leur réserve de lin, mais le feu s’éteignit très rapidement.

Une nuit de Noël, les sœurs virent son visage devenir plus lumineux que le soleil, tant elle était transportée par le mystère de la Nativité du Sauveur.

Dans la journée, elle s’efforçait d’élever les conversations, invitant les sœurs à éviter les paroles inutiles.

Son esprit de pauvreté était absolu : chaque semaine, elle fouillait sa cellule et en retirait ce qui ne lui servait pas et allait le donner à qui en avait besoin. Elle ne portait jamais d’habit neuf. 

Toujours douce, elle se montrait exigeante pour la prière et le chant de l’office et savait reprendre les négligences.

Quelques religieuses allèrent un jour se plaindre au vicaire général, ajoutant à leurs remontrances quelques calomnies ; Dieu permit que le prêtre suspendît Antonia et la reléguât derrière les sœurs converses. Fort heureusement, les plus anciennes surent avertir le vicaire de son erreur évidente, et celui-ci revint sur sa décision, remettant Antonia à sa place de prieure. Mais Antonia ne conserva aucune rancune envers les «fautives».

A la fin de sa vie, prise par la fièvre, Antonia fut reçue à l’infirmerie et eut l’immense consolation de voir Notre Seigneur qui venait la réconforter ; si heureuse, Antonia tomba à genoux et demanda au Seigneur de bénir toutes les sœurs présentes. 

Peu après, elle demanda quel jour on fêtait les saints apôtres Simon et Jude. Apprenant que c’était pour le prochain 28 octobre, elle annonça qu’à l’heure de la vigile, elle serait délivrée de toute infirmité. Elle s’éteignit en effet au soir du 27 octobre 1507 ; elle avait cent ans.

Juste après son trépas, une autre sœur fut soulagée d’un mal à l’estomac dont elle souffrait depuis douze années ; Antonia lui avait promis, une fois au ciel, d’intercéder auprès du Seigneur, pour la soulager ; ce qui arriva. Une autre sœur fut soulagée d’un douloureux mal de dents. D’autres personnes avaient été précédemment guéries d’un seul signe de croix que faisait Antonia.

Il y eut beaucoup d’autres miracles, mais sans doute pas assez encore pour convaincre l’Eglise de canoniser Antonia. 

Si elle n’est pas mentionnée au Martyrologe, on peut présumer assez fortement qu’elle est au Paradis et qu’elle peut intercéder pour nous.

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie A
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens