Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 23:00

Philippe de Chantemilan

1412-1451

 

Le prénom latin Philippus peut se mettre au féminin (Philippa), mais les deux formes sont identiques en français. On connaît peu de Philippe au féminin, en voici une.

Philippe de Chantemilan naquit vers 1412 au château de Changy (Loire), de Jean de Chantemilan et Jeanne de Vernay, qui avaient déjà un fils, Jean.

Le père mourut très peu après cette naissance, et son épouse éleva ses deux enfants avec une certaine fermeté, tout en administrant le château de Changy, propriété de Philibert de Lespinasse. Ferme, cette mère était très chrétienne et emmena Philippe en pèlerinage au Puy.

Cette dame délégua à Philippe, devenue adolescente, l’économie du château : approvisionnement et cuisine, ce dont elle s’acquitta avec un total esprit d’obéissance envers sa mère.

A quinze ans, Philippe fut totalement orpheline. Elle vivait correctement et s’habillait dans le goût de l’ambiance, mais elle changea radicalement quand elle s’aperçut qu’elle attirait les regards des hommes. Elle évitait de s’attarder aux réunions joyeuses et priait davantage, dans sa chambre ou à l’église.

Vers vingt ans, elle rejoignit son frère Jean, qui était écuyer de l’archevêque de Vienne en France. C’est à cette époque qu’elle fit le vœu de virginité et commença une vie austère et mortifiée. Elle fut au service de la sœur de cet évêque.

Elle couchait sur une table ou sur le sol, se levait pour aller à matines, assistait à plusieurs messes, écoutait le sermon, après quoi elle faisait plus, en peu de temps, que beaucoup d’autres en long temps. Souvent elle ne mangeait pas jusqu’au soir.

Pour se dédier davantage encore à la prière, elle se libéra de tout service. Elle intensifia ses dévotions, mais n’en recevait pas de consolation sensible, ce qui lui coûtait beaucoup. Elle continuait à soigner les malades et à visiter les pauvres ; elle alla même passer quelques semaines à Lyon pour se dévouer dans les hôpitaux et les prisons. Elle refit le pèlerinage au Puy, parfois pieds nus, mais aussi en d’autres sanctuaires, et à Rome durant l’année sainte de 1450.

Pour son voyage, son frère lui avait remis une certaine somme d’argent, qui passa toute en aumônes

L’année suivante, une épidémie de peste s’abattit sur Vienne et Philippe en fut une des premières victimes. Elle mourut saintement le 15 octobre 1451.

Son tombeau fut violé par les huguenots en 1562 ou 1567, mais le culte de Philippe resta vivant ; malgré les miracles qui se vérifièrent à son tombeau, la cause de béatification n’a jamais abouti et Philippe n’est pas mentionnée au Martyrologe.

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie P
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens