Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 15:35

Albéric de Cîteaux

? - 1109

 

On ne connaît rien de la famille et de l’enfance d’Albéric (ou Aubry). On suppose, d’après des indices, que c’était un homme d’une rare piété et d’une culture assez vaste.

Jeune encore, il rejoignit le petit ermitage de Collan (Tonnerre, Yonne), où vivaient quelques moines sous la direction d’un certain Robert.

Collan ne se prêtait pas à l’installation d’une véritable communauté. On se transporta à Molesme, où Albéric fut prieur.

La première ferveur s’étant affaiblie, Robert se retira. Albéric, avec Stephen Harding (v. 28 mars), tenta de rétablir la règle initiale. Les moines n’avaient pas le moindre désir de se ressaisir ; ils couvrirent Albéric d’insultes, et l’enfermèrent ; plus tard, s.Juan de la Croix (v. 14 décembre) n’eut pas un sort différent. Albéric se retira avec Stephen et deux autres moines.

Ceux de Molesme regrettèrent leur mollesse ; ils rappelèrent les trois «fugitifs» : Robert redevint l’abbé, Albéric le prieur, et Stephen le sous-prieur. La vie monacale authentique reprit, mais pas unanimement, aussi nos trois «héros», suivis d’une vingtaine d’autres, allèrent s’installer à Cîteaux (1098).

De nouveau, à Molesme, on réfléchit et on supplia le pape d’intervenir pour rappeler Robert. C’est alors qu’Albéric devint abbé à Cîteaux, tandis que Stephen devenait prieur.

Albéric chercha à donner l’exemple en tout. Outre ses mortifications, il se levait le premier, et pouvait prier le psautier dans son intégralité avant même l’office nocturne des moines.

La Saint Vierge apparut à Albéric, pour lui montrer l’habit qu’ils devaient porter : blanc avec le scapulaire noir (les bénédictins sont tout en noir, les chartreux tout en blanc). C’est pour cette raison que les Anglais appelèrent plus tard les Cisterciens les frères blancs.

Cîteaux passa sous la dépendance directe du Saint-Siège, à la grande joie d’Albéric. Il rédigea les Institutions de l’Ordre. C’est lui qui eut l’initiative de fonder les Convers, hommes pieux et serviables, souvent peu instruits mais fervents, qui pouvaient travailler à la ferme sans quitter le monastère et pouvaient aussi, le cas échéant, s’associer au chant des moines.

Albéric vécut longtemps ; fort avancé en âge, chargé de fatigues et de mérites, il sentit arriver sa dernière heure. Il récita le Credo, commença les Litanies de la Sainte Vierge et, à l’invocation Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, il devint rayonnant et rendit son âme à Dieu, le 26 janvier 1073.

Le Martyrologe Romain mentionne saint Albéric en son dies natalis, mais il n’y a pas eu de canonisation officielle autre que la mémoire de ses mérites et de ses miracles.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens