Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 00:00

Laurent O’Toole

1128-1180

 

Laurent O’Toole (en gaélique Lorcán Uí Tuathail) était né en 1128 à Castledermot (Kildare, Irlande), benjamin des cinq enfants de Muiredach Uí Tuathail, qui était roi des Uí Muirdeaigh et descendant du roi de Leinster. Cette famille était donc un des principaux clans du Leinster.

A la suite d’une guerre, l’enfant fut donné en otage au roi d’Irlande, Dermoth, qui l’envoya ou plutôt l’abandonna dans un endroit morne, où l’enfant, mal nourri, mal vêtu, devint malade. L’apprenant, son père menaça le roi d’Irlande d’exécuter douze de ses prisonniers si l’enfant n’était pas mieux traité. Le roi remit Laurent à l’évêque de Glendalough (vers 1135).

Reconnaissant, Muiredach laissa volontiers Laurent choisir de rester au monastère de Glendalough. En 1140, donc, Laurent fut à l’école de cette abbaye qui remontait à saint Kevin (v. 3 juin).

En 1153, il fut élu abbé. Il le resta dix ans, pendant lesquels il souffrit beaucoup de faux-frères, mais aussi de brigands qui s’en prenaient aux moines en déplacement. Un de ces voleurs fut d’ailleurs arrêté et pendu.

En 1162, Laurent fut nommé archevêque de Dublin. Quand Henry II Plantagenêt étendit sa domination sur l’Irlande, et que les papes lui confirmèrent son pouvoir, Laurent, irlandais, s’inclina par fidélité à Rome.

Dans son diocèse, il travailla à améliorer son clergé, adopta les habitudes des chanoines réguliers augustins réformés, dont la congrégation s’étendit de l’Ecosse à la Pologne. Lui-même vécut avec eux comme l’un d’entre eux.

Laurent vivait d’ailleurs de façon très ascétique. Son linge de corps était fait de crins durs, qu’on découvrit remplis de vermine ; il se faisait donner la discipline trois fois par jour ; il mangeait frugalement et buvait fort peu de vin ; il se plaisait à nourrir beaucoup de pauvres, et spécialement les jeunes mamans. Pour venir en aide aux enfants malheureux, il leur remit une petite croix de bois comme signe distinctif, pour inviter les gens à leur donner quelque aumône.

Laurent était dans une situation difficile par rapport à l’Angleterre ; le roi anglais aurait bien appuyé la réforme religieuse en Irlande, mais le conflit qui avait abouti au martyre de Thomas Becket (1170, v. 29 décembre) fut unanimement condamné. Henry II Plantagenêt chercha la réconciliation et des négociations finirent par aboutir (1171) : Laurent excommuniait les brigands qui s’attaquaient aux Anglais ; Henry fit reconstruire en pierres la cathédrale de Dublin.

Un jour que Laurent traversait la campagne, un brave paysan l’interpella un peu vertement : Sir, c’est bien beau d’avoir tant de cavaliers, mais c’est mieux de secourir les malades. Ici, nous avons une folle. Laurent s’approcha de la femme, la fit lier, traça le signe de la croix sur sa poitrine et lui fit boire de l’eau bénite ; trois jours après, elle était délivrée.

En 1175, Laurent intervint à Windsor dans les négociations entre le roi de Connaught et Henry II, qui aboutirent au traité du 6 octobre 1175. A cette occasion, Laurent voulut aller célébrer une messe solennelle à Cantorbury ; sur son chemin, un individu enragé lui assena un violent coup à la tête, espérant fabriquer ainsi un nouveau martyr ; Laurent se releva, très meurtri, et garda une cicatrice bien visible sur le crâne ; le fou, lui, devait être pendu, mais obtint sa grâce sur intervention de Laurent.

En 1179, l’évêque participa au troisième concile de Latran, dont il revint avec le titre de légat papal pour l’Irlande. Laurent usa de son pouvoir pour tenter une vraie réforme du clergé : il envoya à Rome cent quarante clercs anglais pour se faire relever de censures qu’ils avaient encourues. Mais le roi anglais n’appréciait pas sa conduite ; en 1180, quand Laurent vint solliciter une audience à Dorchester, puis en Normandie, où se trouvait le roi, ce dernier refusa de le faire introduire.

A Eu (Seine-Maritime), l’évêque demanda l’hospitalité chez les chanoines réguliers. La fièvre le prit. Il fit envoyer des délégués au roi, qui se montra enfin bienveillant. Ce fut la dernière consolation de Laurent. Le messager qui la lui apporta reçut son dernier soupir, le 14 novembre 1180.

Laurent O’Toole fut canonisé dès 1227.

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie L
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens