Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 00:00

Adélaïde impératrice

931-999

 

Elle naquit en 931 à Orbe (Vaud, Suisse), aînée des trois anfants (avec Conrad et Rodolphe) de Rodolphe II, roi de Bourgogne et de Berthe de Souabe.

A la mort de Rodolphe II, Hugues d’Arles dota d’une rente la veuve Berthe et sa fille Adélaïde. Hugues épousa Berthe, et Adélaïde Lothaire d’Arles, le fils d’Hugues.

Quand Lothaire succéda à son père (947), il n’avait plus guère d’autorité sur le peuple, mais Adélaïde se montra bonne et généreuse pour tous. Or, Lothaire mourut très jeune (950) et la jeune reine était veuve à dix-neuf ans, avec une petite fille, Emma (cette Emma qui devait plus tard (965) épouser le roi de France Lothaire). Adélaïde devenait ainsi la belle-mère du roi de France, et la grand-mère du futur Louis V, dit le Fainéant (surnom qui fut donné plus tard à ce jeune roi, mort prématurément après un an de règne).

Derrière ces événements se profilait en réalité un assassinat prémédité : le marquis d’Ivrée, Bérenger, aurait donné l’ordre d’empoisonner Lothaire pour s’emparer de son royaume. Pire : il proposait maintenant à Adélaïde d’épouser son fils Adalbert.

Evidemment, Adélaïde refusa. Béranger la fit arrêter, maltraiter et brutaliser à coups de pieds et de poings, et enfermer au château de Garde (Italie), après lui avoir fait raser la tête.

Au bout de quatre mois, l’évêque et un prêtre l’aidèrent à s’évader. Après s’être perdue un jour et demi, elle fut recueillie et guidée par un brave pêcheur pour retrouver le chemin vers Canossa, et gagna Reggio.

Son frère Conrad, informé de la situation, implora l’aide du roi de Germanie, Otton 1er, qui fut ravi d’avoir un motif de descendre en Italie : en septembre 951, il prenait Pavie et s’y faisait couronner roi d’Italie ; il obligea les persécuteurs de la pauvre reine à rendre hommage à leur victime : non seulement Adélaïde eut la magnanimité de leur pardonner totalement, mais elle s’employa à leur faire restituer les biens perdus par eux durant la guerre ; cette attitude si profondément chrétienne lui valut l’estime générale.

Puis Otton Ier lui envoya une délégation pour lui demander sa main : le mariage eut lieu vers Noël 951.

En 952, Adélaïde et sa mère Berthe suivaient Otton en Allemagne. Berthe fut installée au sud de Strasbourg, où se situe l’abbaye d’Erstein ; le domaine personnel d’Adélaïde se situa au nord de Strasbourg.

Adélaïde eut quatre enfants, dont deux moururent en bas âge. En 962, Otton et elle furent couronnés à Rome empereur et impératrice. Otton mourut en 973.

Sous le gouvernement de son fils, Otton II, qui avait épousé une princesse grecque, Theophano, Adélaïde eut à épauler judicieusement le nouvel empereur, surtout pour les populations slaves et leur évangélisation.

En 972, elle restaura un monastère à Pavie, qu’elle plaça sous la juridiction de Cluny.

Mais Théophano ne s’entendait pas vraiment avec sa belle-mère : Adélaïde quitta la cour en 978 et trouva un bon accueil auprès de son frère Conrad. En même temps, elle retrouvait la quiétude de s’occuper pleinement dans les bonnes œuvres, qu’elle préférait de beaucoup aux affaires de l’Etat.

En Bourgogne, elle fut paternellement guidée par l’abbé de Cluny, Mayeul. Son rythme de vie fut celui-ci : passer plusieurs heures chaque jour à la méditation ; prendre soin des pauvres et des malheureux ; faire des pèlerinages, bâtir des églises et des monastères.

Pendant une dizaine d’années, Adélaïde put jouir d’une relative paix. Elle combla de ses attentions le monastère de Payerne (Suisse), qui avait été fondé par sa mère Berthe et dont son frère Rodolphe était un grand bienfaiteur. Elle fonda aussi le monastère de Saint-Martin de Tours.

En 980, il se fit une réconciliation entre Adélaïde, son fils Otton II et Théophano, grâce aux bons soins de Conrad et de l’abbé de Cluny. On se retrouva à Pavie, et, l’année suivante, à Rome. Mais Otton II mourut dès 983 ; le petit Otton III n’avait que trois ans, et Théophano exerça la régence. Par la suite, il y eut beaucoup de frottements entre Théophano et Adélaïde.

Après la mort de Lothaire (986), Adélaïde eut à s’occuper des affaires de France. Lothaire de France avait fait couronner son fils, Louis V, dès 979, mais ce dernier ne survécut qu’un an à son père et mourut en 987 sans héritier. Il fut le dernier roi carolingien. C’est alors qu’Adélaïde jugea opportun de soutenir l’élection d’Hugues Capet : elle favorisait ainsi l’essor de la maison de France, sans opportuner celle d’Allemagne.

En 987, Adélaïde fonda le monastère de Seltz, qu’elle affilia à l’ordre de Cluny. Elle avait une prédilection pour l’ordre bénédictin et particulièrement pour l’abbaye de Cluny, et c’est à l’abbé Mayeul de Cluny (v. 11 mai) qu’elle demanda de réformer plusieurs monastères.

Théophano mourut à son tour en 991. Le jeune Otton III n’ayant que onze ans, Adélaïde exerça la régence pendant trois ans et, en 994, se retira en Bourgogne, où régnait cette fois-ci Rodolphe III : elle intervint encore pour mettre la paix entre les seigneurs.

Toute sa vie, Adélaïde fut un artisan de paix, de concorde, de bonté. Son témoignage est celui d’une femme au service de l’Eglise.

Divinement avertie de la fin de ses jours, elle voulut revoir les lieux où elle était intervenue. A Payerne, où les pièces qu’elle distribuait furent multipliées ; à Saint-Maurice d’Agaune, Genève, Saint-Martin de Tours où l’on allait relever l’église incendiée et où elle rencontra Odilon de Cluny (v. 1er janvier).

De retour à Seltz, elle y mourut, le 16 décembre 999, et y fut enterrée.

L’impératrice Adélaïde fut canonisée en 1097.

Trois siècles plus tard, une grave inondation emporta son tombeau.

Le dies natalis d’Adélaïde est marqué au 16 décembre dans le Martyrologe.

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie A
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8500 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1. Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. 2. Papes. 3. Saints du Calendrier Romain. 4. Les Saints et Bienheureux reconnus depuis le 12e siècle (sauf 2017). 5. Les Saints et Bienheureux des siècles VI-XI. 6. (en cours) : Les Saints et Bienheureux des siècles II-V. 7. (mise à jour) : Bienheureux et Saints proclamés en 2017. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens