Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 00:02

Jacques, ermite

6e siècle

 

Cette histoire est à lire dans le contexte de l’Année Jubilaire de la Miséricorde, qu’elle illustre à la perfection.

Jacques (Iacobus, Iacob ?) eut une jeunesse marquée par des chutes déplorables. Il finit par renoncer au monde et s’enfermer dans une caverne au pied du mont Carmel, en Palestine.

Pendant quinze années, il s’y exerça à la mortification la plus rigoureuse et fit de tels progrès dans les vertus que Dieu lui accorda le don des miracles. Sans sortir de sa grotte, il convertit un grand nombre de ceux qui venaient le visiter.

Le démon lui tendit un piège dans lequel ce pénitent se laissa prendre. Un jour, un homme amena à Jacques sa fille possédée de l’esprit impur. Jacques réussit à la délivrer par sa prière.

Le père, qui redoutait le retour du mal, laissa auprès de l’ermite l’enfant guérie avec un de ses frères. Mais le Tentateur, revenant à la charge, s’attaqua cette fois-ci à l’ermite, qui céda au vice : il corrompit la jeune fille et, cédant à la panique, assassina le frère et la sœur et jeta les deux cadavres dans le fleuve. Puis il s’enfuit.

L’histoire ne dit pas quelle fut la réaction ou l’attitude du pauvre père quand il crut retrouver ses enfants.

Quant à Jacques, horrifié par son triple péché, il erra et rencontra bientôt un vieil anachorète, auquel il s’ouvrit. Ce dernier lui fit comprendre que, si la malice  humaine a ses abîmes, la miséricorde divine a aussi ses profondeurs. Saint Paul ne parle-t-il pas de l’excessive charité divine, propter nimiam caritatem (Eph 2:4) ?

Aussi, sur le conseil de l’Ancien, Jacques alla s’ensevelir vivant dans un sépulcre abandonné et là, durant dix années, jour et nuit, il pleura sa faute, humblement et rempli de sincères sentiments de conversion.

Avant de rappeler à lui ce grand pécheur, devenu un grand pénitent, Dieu lui donna un nouveau gage de sa faveur ; ainsi, à la prière de Jacques, on vit cesser une grande sécheresse dont souffrait la contrée voisine.

Par ce fervent anachorète que de longues années de pénitence ne purent préserver de fautes énormes, Dieu veut, par la voix de l’Eglise, nous rappeler de craindre pour nous-mêmes de tomber dans le péché, de ne jamais désespérer dans nos chutes, même graves, et surtout nous inviter à admirer ceux qui surent profiter de la grâce divine.

La Vita de saint Jacques Ermite fut écrite par un contemporain peu après sa mort, au 6e siècle. Le Martyrologe le mentionne au 28 janvier.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens