Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 00:00

Benoît d’Aniane

750-821

 

Celui dont on parle ici s’appelait d’abord Witiza, né à Maguelone (Languedoc), fils du comte Aigulf, d’origine gothe et au service de Pépin le Bref. Il avait (au moins) un frère.

Witiza fut élevé à la cour et ses qualités le signalèrent au point que Pépin en fit son premier échanson, puis lui confia un poste de commandement.

Vers 774, Witiza et son frère accompagnaient Charlemagne en Italie. Près de Pavie, ce frère faillit se noyer et Witiza le sauva de justesse de la noyade. Ce fut le début de sa «conversion». Il abandonna les armes et retourna dans son pays.

De là il gagna un monastère de Bourgogne, Saint-Seine (act. Côte-d’Or), où il fut vêtu et reçut le nom de Benoît.

Il se mortifiait beaucoup, jeûnait au pain et à l’eau, dormait peu et souvent sur la terre nue, au point que certains moines, beaucoup moins sévères pour eux-mêmes, jaloux de tant d’austérités, le dénigrèrent. 

Mais l’abbé connaissait bien son novice, et l’appréciait, de sorte qu’il en fit le cellérier (économe) du monastère. Cette fois-ci, devant la probité et l’attention fraternelles que Benoît montrait envers chacun des moines, ceux-ci comprirent sa valeur… et l’élire abbé.

Benoît alors prit peur et s’enfuit retrouver sa solitude en Languedoc. Il s’établit avec quelques amis et disciples au bord d’un petit cours d’eau, l’Aniane. On construisit des cellules, on commença de chanter les louanges du Seigneur.

D’autres solitaires se trouvaient aussi dans les environs : Attilion, Nibridius et Anianus furent de grands amis de Benoît. Les disciples affluèrent et l’on dut construire d’autres bâtiments, d’autres monastères. Benoît y fit refleurir la Règle bénédictine authentique.

En 799, Benoît fut présent au synode d’Urgel (Espagne), où il mit en garde les prélats contre l’hérésie de Felix d’Urgel.

Charlemagne, puis Louis le Débonnaire protégèrent la fondation d’Aniane. Benoît visita plusieurs monastères du royaume franc. Louis le Débonnaire lui confia la direction de tous ceux d’Aquitaine, puis celui de Maursmünster (auj. Marmoutier, Alsace, bien différent de Marmoutier près de Tours), avant de le prier de séjourner dans le nouveau monastère d’Inden, proche d’Aix-la-Chapelle. Puis il lui donna autorité sur tous les monastères de France, en vue d’aboutir à une grande réforme de l’Ordre bénédictin.

Cela donna lieu en 817 à une grande assemblée à Aix-la-Chapelle., où la quasi totalité des abbés présents accepta la réforme de Benoît.

Benoît rédigea un Code des Règles, suivit d’une Concorde des Règles. Il y expose toutes les Règles connues et montre comment celle de saint Benoît (v. 11 juillet) recueille et unifie la tradition de toutes les autres.

Désormais, Benoît voyagea beaucoup pour visiter les monastères. En même temps, Dieu confirmait son autorité par des miracles. Benoît eut le don de la lecture des cœurs.

Il se trouvait auprès de Louis le Débonnaire quand la fièvre le prit. L’empereur informa les moines de venir le chercher pour le reconduire dans l’abbaye. Benoît était heureux de se trouver devant Dieu au milieu des chœurs des Saints. Il évoqua les quarante années de sa vie consacrée et s’éteignit, le 11 février 821.

Saint Benoît fut le patriarche de la vie cénobitique en Occident, Benoît d’Aniane en fut le réformateur.

Saint Benoît d’Aniane est commémoré le 12 février au Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens