Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 00:03

Theophánis le Chronographe

758-817

 

Il naquit vers 758 à Constantinople, dans une famille aristocrate, de Isaac, gouverneur des îles dans la mer Noire, et de Théodora.

Theophánis fut orphelin de son père à trois ans et fut confié par sa mère à la cour impériale ; l’empereur Constantinos Copronyme veilla ainsi directement à son éducation, qui fut soignée. A ce moment-là, le fils de l’empereur, Leo, voulut imposer à l’enfant le prénom de son père, Isaac. Quand Leo succéda à son père, il nomma Theophánis strator (en quelque sorte palefrenier).

Encore jeune (on dit à douze, ou à dix-neuf ans), on lui fit épouser une fille de la noblesse immensément riche, Megalo, mais tous deux avaient déjà résolu d’entrer dans la vie monacale. Megalo entra effectivement dans un couvent de l’île des Princes, proche de Constantinople, tandis que Théophane (Isaac jusques là), après avoir affranchi ses serfs et distribué ses biens aux pauvres, entrait au monastère de Polychronius (montagne de Sigiane, Cyzique, Bithynie, côte asiatique de la mer de Marmara), où il reprit son prénom de baptême, Theophánis.

Il reçut la tonsure et l’habit de l’higoumène Theodóros Monocheir, puis se retira sur ses terres de Calonymos pour y fonder son propre monastère. A la mort de Theodoros, il retourna à Sigiane, y acheta un terrain et fonda un nouveau monastère, Megalagrite (Grand Champ).

Là, Theophánis se distingua par ses vertus, mais aussi pour son ardeur à son travail : il s’adonna à la copie de documents et commença ainsi cette précieuse chronographie, qui lui valut son surnom : Chronographe est la traduction occidentale de son surnom grec : ‛Omologitís.

On l’obligea, dit-on, à être là higoumène (supérieur).

Jusqu’ici, Theophánis avait vécu dans la paix de son idéal monastique - même si cette vie n’est pas sevrée d’embûches et de tentations - mais il fut bientôt appelé par le patriarche Tarasios (v. 18 février) pour venir défendre la doctrine sur les Saintes Images, au concile de Nicée de 787, où sa parole fut écoutée de tous avec admiration et respect.

Rentré à son monastère, il reprit ses austérités, qui s’accrurent avec des coliques néphrétiques et la gravelle ; il supporta tout cela avec une patience redoublée.

Theophánis eut un différend avec un autre moine célèbre, Theodóros le Studite, à propos du remariage du nouvel empereur, Constantinos VI. Mais leurs vues se réunifièrent lors de la reprise de l’iconoclasme vers 815.

A cette date, Theophánis réexposa courageusement la doctrine qu’il avait déjà affirmée au concile de Nicée, et l’empereur, terriblement vexé, fit raser le monastère et arrêter son higoumène : Theophánis fut amené devant l’empereur pieds et poings liés, jeté en prison, torturé, enfin exilé en l’île de Samothrace.

Theophánis approchait des soixante ans. Il ne survécut à ces mauvais traitements que quelques jours et expira le 12 mars 817.

Quand son corps put être ramené au monastère Mégalagrite, le panégyrique fut prononcé par Theodóros Studite.

Saint Theophanis le Chronographe est commémoré le 12 mars dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens