Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 23:03

Valery de Leuconay

565-619

 

Valericus était natif d’Auvergne, vers 565. Ses parents, pauvres, lui firent garder les troupeaux.

Durant ces heures, le garçon réussit à se faire enseigner l’alphabet, au point qu’il pouvait lire le psautier.

Un jour qu’il accompagna son oncle dans un monastère bénédictin d’Issoire, il ne voulut plus en repartir. L’abbé le prit sous sa protection et lui donna l’habit peu après.

Le jeune moine montra un réel amour de la sainteté et se perfectionna dans les saintes vertus de prudence, de patience, sans oublier la mortification des sens et une profonde piété. Il voulut cependant se détacher davantage de son milieu et partit pour Auxerre, où il fut admis dans le monastère Saint-Germain.

Un seigneur nommé Bobon entendit parler de ce jeune moine exemplaire et, l’ayant rencontré, changea totalement de vie. En 595, ils allèrent tous les deux frapper à la porte du monastère de Luxeuil, où se trouvait encore son fondateur, Colomban (v. 23 novembre). Là, on perd de vue le brave Bobon.

Selon la règle de Colomban, pour être admis, on devait d’abord s’occuper à cultiver la terre.  Or il se trouva que les terrains étaient alors infestés d’insectes rongeurs ; mais Dieu fit voir la sainteté de Valery, dont la portion de jardin restait absolument épargnée et fertile. L’humble Valery eut beau rejeter la «responsabilité» du phénomène sur la sainteté des moines, Colomban comprit celle de son nouveau disciple et l’admit sans attendre.

Colomban ayant dû s’exiler à Bobbio en 610, l’abbé Eustase chercha à l’en ramener et, pendant son absence, confia la direction du monastère à Valery. Après quoi, Valery accompagna un autre moine, Waldolène, dans sa mission au Nord de la Gaule. 

Près d’Amiens, au lieu-dit Gamaches, Valery ressuscita par sa prière un condamné qu’on venait de pendre. Mais comme le seigneur de l’endroit voulait pendre une deuxième fois son condamné, Valery s’interposa vivement et obtint la grâce de l’homme. Il y eut à Amiens une chapelle commémorant l’épisode.

C’est l’évêque d’Amiens, Berchond (v. 1er avril ?) qui indiqua à Valery et Waldolène un endroit pour se livrer à la contemplation : Leuconaus, où s’éleva bientôt l’abbaye de Leuconay (613). Les moines y vécurent selon la Règle de Colomban. Ce fut la première abbaye fondée dans le diocèse d’Amiens.

Il y a lieu de parler ici de quelques-uns des miracles accomplis par Valery Un malade nommé Blimont, qui pouvait à peine se tenir debout, fut si bien guéri qu’il ne voulut plus se séparer de Valery et lui succéda comme abbé (Blimont dut reconstruire le monastère, pillé par les Normands, et fut ainsi à l’origine de la ville de Saint-Valery-sur-Somme). Un autre encore, mortellement malade, fut guéri par Valery qui ajouta cependant que, s’il prenait au retour quelque autre remède, il en garderait une marque toute sa vie : l’homme prit une potion préparée par sa femme… et resta borgne pour le reste de ses jours. Un jour de froid où Valery implorait d’un prêtre de l’abriter, ce dernier, ainsi que le juge présent chez lui, le lui refusèrent et l’accablèrent d’injures ; Valery se retira et Dieu rendit aveugle le malheureux prêtre, tandis que le juge mourait peu après d’un mal affreux.

Aussi doux pour les moines qu’il était dur pour lui-même, Valery n’appliqua que rarement les sévères punitions prévues par la Règle de Colomban ; de la rigidité de la règle, il n’avait pris que l’huile de l’onction.

Valery n’avait pour couche qu’une claie d’osier recouverte de feuilles, pour vêtement qu’une grossière tunique avec une capuche ; il ne mangeait que le dimanche

Après quelques années, Valery comprit que son heure approchait. Il s’éteignit en effet le 1er avril 619 (ou peut-être 622), et la chapelle édifiée plus tard sur son tombeau, en haut du Cap Hornu, plusieurs fois reconstruite, est l’actuelle Chapelle des Marins.

De l’abbaye, qui devint carrière de pierre sous la Révolution, il ne reste pas grand-chose.

Saint Valery est commémoré le 1er avril dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie V
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens