Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 23:00

Maximos le Confesseur

580-662

 

Maximos naquit en 580 à Constantinople, de famille fort illustre.

Vers 610, il devint secrétaire de l’empereur Héraclius, mais trois ans plus tard entra au monastère de Chrysopolis.

En 626, devant la menace des Perses, il passa en Egypte (ou à Carthage ?). 

L’Eglise orientale était agitée par la controverse du monophysisme, qui affirmait qu’il n’y avait plus qu’une nature dans la personne du Christ ; successivement, l’erreur avait abouti à celle du monothélisme, selon laquelle le Christ n’avait qu’une volonté. Maximos prit décisivement parti contre l’une et l’autre, et se trouva en opposition avec le patriarche de Constantinople, Pyrrhos. En 645, Maximos eut un débat public avec ce dernier, qui s’avoua vaincu et s’en vint à Rome exposer sa soumission à la doctrine. 

Il est intéressant de noter ici comment l’autorité romaine était vraiment incontestée, et comment on la considérait comme l’expression de la Vérité.

Maxime se montrait ainsi excellemment doué pour exposer une synthèse de l’unique Doctrine catholique. En 649, simple moine, il se trouvait à Rome mais sans participer au concile du Latran, où les prélats adoptèrent ses positions. 

En 653, il fut fait enlever avec le pape s.Martin (v. 13 avril) et conduit à Constantinople.

On a vu que le pape Martin mourut en 655, exilé au fond de la Crimée ; Maximos, pour sa part, subit plusieurs interrogatoires, plusieurs exils.

En 662, on le ramena à Constantinople pour un nouvel interrogatoire, au cours duquel on lui coupa la langue et la main droite. On le renvoya enfin à Schemaris (Lazique, actuelle Géorgie), où il mourut le 13 août 662.

On adjoignit à Maximos deux «compagnons», tous deux nommés Anastasios, l’un moine, l’autre apocrisiaire (envoyé) de Rome, dont il sera question les 22 juillet et 11 octobre.

Mutilé, Maximos n’est pas pour autant considéré comme martyr, puisqu’il n’est pas mort de ces atrocités. Il reste un glorieux Confesseur, qui sut témoigner de la Vérité jusqu’à la mort.

L’œuvre de Maximos est très important, comme le nom de son Auteur. Il y a des commentaires de l’Ecriture et des Pères, des ouvrages de théologie, d’ascétisme, de liturgie.

Citation de saint Maximos : Nous avons été sauvés par la volonté humaine d’une personne divine.

En 2016, on aurait récemment retrouvé les reliques de s.Maximos et de ses deux Compagnons sous l’autel de l’église du monastère de Saint-Maxime à Tsageri (Géorgie) ; on attend les résultats définitifs des analyses en cours.

Saint Maximos le Confesseur est commémoré le 13 août dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens