Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 08:14

Aphraates le Perse

† 378

 

Aphraates était d’une famille de Perse idolâtre ; parmi ses ancêtres il y avait des mages, de ceux rigoureusement opposés à l’influence chrétienne.

Il reçut donc une formation qu’on appellerait aujourd’hui laïque, mais il eut l’occasion de connaître la religion chrétienne et, pour mieux la pratiquer, quitta la maison, la famille, la richesse, et s’établit aux environs d’Edesse, seul dans une petite maison, cultivant les saintes vertus et combattant les tentations de l’Ennemi.

Après beaucoup de combats victorieux, il vint alors dans les années 360 près d’Antioche de Syrie. Son style de vie était très rigoureux : un ami lui apportait le nécessaire pour se vêtir (une tunique qui dura, on va le voir, jusqu’à seize années) et se nourrir, ce qui consistait en un peu de pain après le coucher du soleil ; quand il fut âgé il ajouta quelques herbes.

Il ne fit jamais entrer chez lui que des hommes, jamais de femmes : pour s’adresser à celles-ci, il sortait de sa maison.

Aphraates apprit ce qu’il lui fallait de grec pour se faire comprendre et commença à s’adresser aux habitants de la région, leur parla du vrai Dieu. Bientôt ce fut un défilé de nombreuses personnes de toutes conditions qui voulurent l’entendre : magistrats, militaires, savants…

Le préfet lui-même lui apporta de Perse une belle tunique ; avec beaucoup de déférence, Aphraates expliqua qu’il ne pouvait se séparer de son ami (l’ancienne tunique vieille de seize ans) pour en prendre un autre.

Survint l’intervention de l’empereur Valens dans les discussions théologiques, son parti pris pour les thèses ariennes et de conséquence son combat contre les prélats fidèles à la Doctrine trinitaire. Aphraates sortit alors de sa maison, se joignit à deux colonnes de la Foi, Flavien et Diodore, plus tard aussi à Julien Sabas, pour prêcher la Vérité avec l’appui de l’Ecriture, de sa parole, confirmée par ses vertus et ses miracles. Il se trouva bientôt en face de Valens avec lequel il eut une conversation célèbre, où Valens resta sans réponse.

Valens commença par demander à Aphraates pourquoi donc il se permettait de quitter sa solitude. Aphraates lui présenta une petite parabole : si une vierge solitaire apprenait que la maison de son père était en flammes, elle se précipiterait pour aider à éteindre l’incendie : or Valens avait mis le feu dans la Maison de Dieu, et Aphraates s’efforçait de l’éteindre. 

L’eunuque présent menaça Aphraates, renouvelant l’attitude du garde de Caïphe (cf. Jn 18:22,;), mais ce fut l’eunuque qui mourut, six mois plus tard, ébouillanté dans une cuve d’eau où il tomba. Valens n’osa exiler Aphraates, d’autant plus qu’il fut témoin de ses miracles.

Aphraates guérissait des malades par l’application d’un peu d’huile et d’eau, avec le signe de la Croix. Il en donna aussi à un brave paysan, dont l’unique champ était menacé par une invasion de sauterelles, et les bestioles s’arrêtèrent devant la sainte «barrière» que l’homme versa à l’entrée de son terrain.

Aphraates mourut fort âgé, un 29 janvier, peut-être en 378.

Saint Aphraates le Perse est commémoré le 29 janvier dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens