Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 16:04

Tigrios et Eutropios de Constantinople

† 404

 

Tigrios était un esclave, originaire de la région du Tigre, d’où son nom.

Esclave, son grand rêve était d’obtenir un jour la liberté ; il économisa dans cette intention chaque sou possible, pendant des années, et finit par acquérir la condition d’un homme libre.

Mais il n’en tira aucun sentiment d’orgueil ; il pensa qu’il devait offrir cette liberté à Dieu, et demanda à être moine.

Sur ces entrefaites, il rencontra s.Jean Chrysostome (v. 13 septembre), qui fut en admiration devant la foi si vive de ce pauvre esclave ; il le garda près de lui et, contrairement aux canons trop rigides, l’ordonna diacre, puis prêtre, arguant à qui l’interrogeait qu’il ne connaissait personne qui avait la foi de Tigrios. On voit ici comment l’Eglise sait maternellement faire des exceptions aux règles.

Eutropios était un adolescent (peut-être un orphelin) élevé par les soins du Chrysostome et nommé lecteur. Il était tout dévoué à l’évêque et c’est lui qui introduisit les deux envoyés d’un «synode» qui venait de condamner Chrysostome pour ses nombreux crimes. On voulait enlever l’évêque et, en même temps aussi Tigrios. Ce fut un échec.

On ne va pas ici reprendre les nombreux épisodes de la persécution engagée par l’impératrice Eudoxia contre Chrysostome ; on ne peut même pas les résumer par l’adjectif inhumains, ou honteux, ou horribles ; les mauvais traitements imposés au saint évêque le furent réellement. 

Mais quand le feu s’attaqua à la cathédrale Sainte-Sophie (juin 404), Eutropios fut le premier arrêté, accusé et sommé de témoigner ; il devait raconter de quelle façon Chrysostome avait mis le feu au sanctuaire : évidemment, le jeune garçon pouvait en toute vérité proclamer qu’il n’avait vu personne mettre le feu à la cathédrale, ni Chrysostome, ni les évêques, ni les diaconesses.

On l’étendit alors et on le flagella durement avec des tiges de différents calibres, pour le frapper sur les articulations, pour lui arracher la peau. Après ce supplice, Eutropios répondit de nouveau calmement : Je ne sais rien de ce que vous me demandez. On le frappa encore sur les os, et Eutropios, à bout de forces, répondit impertubablement la même chose que précédemment. Nouvelle torture, avec des pointes de fer rougies au feu ; cette fois-ci, Eutropio ne répondit plus rien. On passa à d’autres tortures, Eutropio ne parla plus ; on finit par s’apercevoir qu’il avait rendu son âme à Dieu et les bourreaux furent bien humiliés de constater qu’ils avaient torturé un cadavre. On l’enterra de nuit.

C’est alors qu’on fit comparaître Tigrios. Le prêtre était si reconnaissant envers Chrysostome, qu’il préférait être mis en morceaux plutôt que de prononcer la moindre parole contre son bienfaiteur. Le préfet de police lui fit écraser l’un après l’autre tous les doigts des mains puis des pieds ; ça ne suffisait pas aux ennemis de la Vérité : on flagella Tigrios jusqu’à ce que sa chair et sa peau ne fussent plus attachés à son corps que comme des haillons. Tigrios, imperturbablement, affirma constamment qu’il considérait Chrysostome comme un saint.

Tigrios survécut à ces horribles tourments ; refusant catégoriquement de communier avec le nouveau patriarche Arsakios, dont un historien contemporain disait qu’il avait la faconde d’un poisson et la chaleur oratoire d’une grenouille -  il fut exilé en Mésopotamie, sa terre d’origine, où il mourut.

Les saints Tigrios et Eutropios de Constantinople, considérés à juste titre comme martyrs, sont commémorés le 12 janvier dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens