Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 11:16

Porphyrios de Gaza

347-420

 

Né vers 347 à Thessalonique (Grèce) d’une famlle opulente, Porphyrios préféra assez tôt abandonner les richesses de ce monde.

Il partit en Egypte et, pendant cinq années, vécut dans le désert de Scété, où il reçut l’habit religieux.

Puis il passa en Palestine, et séjourna encore cinq ans près du Jourdain, où il fut pris d’un douloureux cancer du foie, probablement en raison du climat insalubre.

Il se fit conduire à Jérusalem où, courbé sur son bâton, il s’efforça de fréquenter les Lieux saints, priant, versant des larmes.

Un autre pèlerin, Markos, le remarqua, qui devint son assistant et son biographe ; il écrivit : Je remarquai la présence continuelle d’un moine d’une quarantaine d’années, au teint bilieux, à la peau desséchée, au dos voûté… Porphyrios cependant préféra marcher seul, pour demander le pardon de (ses) péchés.

Markos se mit à son service. Porphyrios le pria d’aller régler de sa part l’héritage entre ses frères restés à Thessalonique. A son retour, il trouva Porphyrios complètement redressé et heureux, qui lui raconta ceci : 

Il y a quarante jours, une affreuse douleur du foie me saisit ; ne pouvant la supporter, j’allai m’étendre à terre sur le Golgotha, là je tombai en extase et vis le Sauveur cloué sur la croix, l’un des larrons suspendu à une autre croix était à côté de lui. Je me mis à crier et répétai les paroles du bon larron  : «Seigneur, souviens-toi de moi quand tu entreras dans ton royaume.» Le Sauveur répondit à ma prière, il dit au larron attaché à la croix : «Descends de ta croix, et sauve cet homme ici étendu, comme tu as été sauvé toi-même.» Le larron obéit, il vint me prendre entre ses bras, me baisa, puis étendant sa main droite, il me releva en disant : «Viens au Sauveur !» Je courus vers le Christ, je le vis descendre de sa croix et l’entendis me dire : «Reçois et garde ce bois» (il me montrait sa croix). J’obéis et pendant que je portais la croix, je sortis de mon extase. A partir de ce moment, je n’ai plus éprouvé aucune douleur, toute trace du mal a disparu.

Markos continua à l’assister. Il le décrit comme homme sans reproche, doux, compatissant ; il possédait plus qu’aucun autre le don d’interpréter la sainte Ecriture, d’en résoudre les difficultés et de fermer la bouche aux incrédules et aux hérétiques ; il aimait les pauvres, s’attendrissait aisément jusqu’aux larmes… 

Porphyrios distribua tout ce qui lui restait aux pauvres de Jérusalem et des villages voisins, aux monastères d’Egypte, aux étrangers, de sorte que, n’ayant plus rien pour lui-même, il se fit cordonnier, pour avoir de quoi manger.

Il avait environ quarante-cinq ans, quand l’évêque de Jérusalem l’ordonna prêtre et lui confia la garde du bois de la Croix : ainsi s’accomplissait la vision qu’il avait eue du Christ auparavant.

Voici le régime que s’imposait Porphyrios, et qu’il garda toute sa vie : un pain moisi et des herbes ; aux jours de fête, un peu d’huile, de fromage et des légumes détrempés ; un peu de vin coupé d’eau pour ses maux d’intestins (cf. 1Tm 5:23) ; il ne mangeait qu’après le coucher du soleil, un peu plus tôt aux jours de fêtes, car son «festin» durait davantage… 

Trois ans plus tard, le clergé et la population de Gaza (dont le siège épiscopal était suffragant de Césarée de Palestine), eurent révélation, après avoir prié et jeûné, qu’ils devaient avoir Porphyrios comme évêque. On appela Porphyrios sans lui dire pourquoi, et il répondit : Que la volonté de Dieu soit faite ! Mais il eut révélation qu’il ne rentrerait pas de sitôt à Jérusalem : il alla vénérer une dernière fois, longuement, le Bois de la sainte Croix, remit la relique à l’évêque, et partit.

Il avait compris qu’en plus de ses péchés, il devait désormais expier aussi ceux des autres. Arrivé à Gaza, reçu par l’archevêque de Césarée, il fut sacré évêque. Ses vraies épreuves allaient alors commencer.

D’abord, les païens de Gaza lui fermèrent leurs portes, l’accusant d’être responsable de la grande sécheresse de cette année-là ; ils supplièrent leur dieu Marnas, sans succès ; Porphyrios et sa suite se mirent à jeûner, à prier, et une pluie abondante se déversa : plus de cent-vingt païens se convertirent et ouvrirent les portes.

Mais tous ne se convertirent pas et l’on fit mille difficultés à Porphyrios Après une première mission de Markos auprès de s.Jean Chrysostome (v. 14 septembre), il obtint de l’empereur une ordonnance pour détruire les temples païens, mais qui ne fut pas appliquée totalement, malgré les miracles que Porphyrios accomplissait.

Puis Porphyrios alla offrir sa démission à l’archevêque de Césarée, lequel, au contraire, l’encouragea et décida de l’accompagner à Constantinople. En chemin, ils s’arrêtèrent à Rhodes, pour visiter un saint ermite nommé Procopius.

Ce dernier, qui avait le don de prophétie, sut qui étaient ces deux visiteurs, et leur conseilla d’aller d’abord, non pas au palais impérial, mais à Jean Chrysostome, qui sera inspiré par Dieu sur la marche à suivre.

En effet, Jean Chrysostome n’avait pas accès au palais, à cause de l’impératrice Eudoxie qui le haïssait ; mais il connaissait bien le chambellan, auquel il recommanda les deux évêques, et qui alors les introduisit lui-même auprès de l’impératrice.

Le résultat de la rencontre fut que l’impératrice obtint tout ce que les évêques avaient demandé, et aussi qu’elle eut la récompense de mettre au monde un fils.

Au retour, une violente tempête menaça tout l’équipage ; le capitaine, arien, promit qu’il se convertirait et le bateau fut sauvé. L’arrivée à Gaza fut triomphale ; la statue de Vénus s’effondra d’elle-même. Dix jours après, une troupe arrivait : le capitaine Cynegios proclama l’édit impérial, ordonna la destruction de huit temples païens, ainsi que le grand temple de Marnas dont l’incendie dura plusieurs jours.

Après toutes ces luttes, Porphyrios vécut encore quelques années. Etant tombé malade, il s’endormit dans la paix, le 26 février 420.

Son épiscopat avait duré un quart de siècle.

Saint Porphyrios de Gaza est commémoré le 26 février dans le Martyrologe Romain

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie P
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens