Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 05:02

Sabas le Goth

334-372

 

Le récit de la passion de Sabas est une des pièces les plus importantes dans l’histoire hagiographique, par son authenticité et sa précision. Le fait qu’il fut écrit par un témoin oculaire, est une preuve lumineuse que certaines choses peuvent se produire réellement, même si elles nous semblent parfois trop extraordinaires.

Sabas était originaire de Gothie et fut éduqué dans la foi chrétienne dès l’enfance.

Animé de cette foi, il grandit dans les saintes vertus : On le voyait juste, doux, pieux, peu bavard, pacifique envers tous, sincère, modeste et soumis avec humilité. Ennemi de l’idolâtrie, il fréquentait assidûment l’église, où il participait à la psalmodie. Il vivait dans le monde comme étranger à celui-ci, sans chercher la richesse, réservé, surtout avec les femmes, fidèle au jeûne fréquent, à la prière. Il s’efforçait de donner le bon exemple et de stimuler chacun à devenir meilleur chaque jour.

Survint une persécution. On voulut obliger les Chrétiens à manger des viandes offertes aux idoles - qu’ils refusèrent, Sabas le premier ; on l’expulsa de la ville pendant un certain temps.

Dans un second temps, les païens voulurent jurer aux autorités qu’il n’y avait aucun Chrétien dans la ville, mais Sabas protesta encore vivement. Aussi les païens s’arrangèrent pour mettre tous leurs parents chrétiens en sûreté, et vinrent déclarer aux autorités qu’il n’y avait qu’un seul Chrétien dans la cité, Sabas. Quand le magistrat vit Sabas revêtu de sa simple tunique, il le méprisa : Un type comme cela ne peut être ni utile ni dangereux, et le fit relâcher.

Une troisième période de persécution recommença peu avant la Pâque de 372. Sabas pensait rejoindre le prêtre Guttica, dans une ville voisine, mais en chemin une abondante neige lui barra le chemin et une voix inconnue lui enjoignit de repartir en arrière, chez le prêtre Sansala ; Sabas ne savait pas que ce dernier était revenu chez lui, après s’être caché en Roumanie. Sansala célébra donc la Pâques, assisté de Sabas. Trois jours après, surgit Athariste avec une troupe de brigands, qui tirèrent Sansala du sommeil, et le jetèrent sur un charriot. Sabas fut alors traîné nu dans les épines, battu sur tout le corps avec des bâtons et des fouets ; on le fit marcher pieds nus sur le sentier.

Le lendemain, Sabas fit remarquer aux bourreaux qu’il ne portait aucune trace de ses blessures de la veille. Revenus de leur étonnement, les bourreaux attachèrent Sabas aux essieux du charriot, en lui écartelant les mains et les pieds, jusqu’au milieu de la nuit suivante ; alors une femme vint le délivrer.

Le jour d’après, Athariste fit pendre Sabas par les mains à une poutre de la maison et fit apporter à Sansala et Sabas des viandes immolées aux idoles. On leur dit que c’était le seigneur Athariste qui les leur faisait apporter. Réponse : Il n’y a qu’un seul Seigneur, Dieu, qui est dans les cieux.

Un des soldats enfonça alors son javelot dans le corps de Sabas, qui n’en reçut aucun mal, pas même un signe de blessure.

Alors Athariste donna l’ordre de mettre à mort Sabas. Sansala fut libéré. Sabas, qui exultait de joie, fut conduit près du fleuve. Les bourreaux lui proposèrent de lui donner la liberté, mais il refusa de perdre si facilement la couronne du martyre, et les pressa d’obéir aux ordres reçus. Alors ils le précipitèrent dans le fleuve et le noyèrent avec le bois qu’ils lui avaient attaché au cou.

L’auteur du récit fait remarquer qu’ainsi Sabas mourut par l’eau et le bois, l’eau libératrice de la Mer Rouge, le bois de la Croix rédemptrice.

C’était le 12 avril 372.

Quoique les bourreaux eussent laissé le corps sur la rive sans sépulture, les bêtes n’y touchèrent pas. Des fidèles purent le reprendre. Le gouverneur de Scythie, un chrétien de Cappadoce, le fit transporter en Roumanie, de là en Cappadoce, où il reçut un culte quasi immédiat.

Saint Sabas le Goth est commémoré le 12 avril dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens