Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 13:06

Lucien Galan

1921-1968

 

Lucien Eugène Galan naquit le 9 décembre 1921 au hameau de la Moissetie (Golinhac, Aveyron), dans une famille d’agriculteurs.

Après ses études secondaires au collège d’Espalion, il passa (1942) au Grand séminaire de Rodez et, de là, en 1946,  aux Missions Etrangères de Paris et fut ordonné prêtre (1948).

Le 15 décembre 1948, il partit pour le Sichuan (Chine), où il arriva en mars 1949.

Il se mit tout de suite à l’étude du chinois, puis partit en juillet pour Mulochaiku ; en juin 1950, il partit au Hiens-chang.

Mais la révolution chinoise était en cours. Pendant un certain temps, le père Galan put encore se déplacer sans difficulté, mais en novembre il fut mis en prison, accusé d’être en relations avec des «rebelles» ; transféré à Hweili, il fut libéré grâce à l’intervention d’un prêtre chinois, Jean Yi. Mais il restait accusé d’avoir accepté des fermages de métayers, et il dut s’engager à tout restituer.

En décembre 1950, tous les étrangers durent se faire recenser au bureau de police. Le père Galan fut bloqué à Hweili : ne pouvant rejoindre sa paroisse, il s’occupa du dispensaire. On l’expulsa bientôt vers Hong-Kong (janvier 1952).

De là, il partit en avril pour une nouvelle mission, au Laos. Arrivé à Thakhek, il se mit à l’étude du laotien et fut nommé à Nason, d’où il rayonna vers d’autres périphéries, malgré la présence de soldats viêtminh. L’apostolat était fécond, les demandes de baptêmes nombreuses. Le père Galan eut la joie de bénir la nouvelle église de Nason, construite en style local.

Le père Galan déplorait que le travail des Occidentaux se limitaient aux infrastructures visibles : routes, ponts, hôpitaux, écoles, toutes choses utiles ; mais le travail en profondeur, la formation des esprits, était seulement le résultat de la présence des missionnaires : On a matérialisé des peuples qui sont portés surtout vers le spirituel, écrivit-il.

De 1957 à 1958, il fut curé intérimaire de Paksé, puis vint en France de 1959 à 1960. En repartant, il répondait : Eh bien, si on me tue, je resterai auprès de mes chrétiens !

Revenu au Laos, il se trouva au milieu des factions, et fut souvent soupçonné des uns contre les autres. En 1962, il s’établit à Nong-Khen (Muong-Khrai), en zone limitrophe, pour pouvoir rejoindre les chrétiens des deux côtés de la frontière : il fut plusieurs fois arrêté, puis relâché. En 1964-1965, nouvelle destination à Nong Sim. En décembre 1967, il reçut la charge de deux villages, Nong Mot et Nong Lou.

Toutes ces localités occasionnaient au père Galan de nombreux déplacements. Le dimanche 12 mai 1968, il prit avec lui deux jeunes catéchistes à Paksé, dont Thomas Khampheuane Inthirath qui avait seize ans. On devait rejoindre Paksé dans l’après-midi.

Sur la route, ils tombèrent dans une embuscade ; des balles immobilisèrent la voiture et Thomas fut tué sur le coup ; l’autre, grièvement blessé et laissé pour mort, put ensuite témoigner des faits. Des soldats parlant viêtnamien vinrent arrêter le père Galan, déjà blessé, et le fusillèrent un peu plus loin (ou l’achevèrent à coups de poignard).

Quand on put récupérer son corps, il portait des blessures graves dans le dos, vers le cœur, à la mâchoire, à la main gauche, à la cuisse droite.

C’est donc le 12 mai 1968 qu’il reçut la palme du martyre à Houey Makchan (Paksé, Champasak, Laos).

On a pu expliquer que le père Galan fut exécuté parce que, fréquentant souvent cette route, il pouvait savoir trop de choses sur les soldats communistes ou ceux qu’on appelait rebelles.

Lucien Galan a été béatifié le 11 décembre 2016.

Son dies natalis sera le 12 mai dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens