Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2018 1 20 /08 /août /2018 08:38

Emili Bover Albareda

1868-1936

 

Né le 31 août 1868 à Castelltersol (Barcelone), baptisé le 3 septembre suivant, et confirmé l’année suivante, Emili avait pour père Lorenzo, un ouvrier, et Teresa.

En 1885, à seize ans, il commença des études de latin à Artés, un collège qui dépendait du séminaire diocésain. En 1888, il entra au postulat des pères Clarétains de Cervera, fit la profession et le noviciat, la philosophie et la théologie d’abord à Cervera, puis à Santo Domingo de la Calzada (1894). L’étude ne lui était pas facile, au point qu’il faillit passer à l’état de frère convers. Il parlait avec humour de sa situation en affirmant avoir été admis comme Vierge et Martyr, vierge par sa consécration, martyr pour son travail laborieux.

Il reçut les Ordres mineurs en 1895, les Ordres majeurs en 1897-1898. Il était prêtre à trente ans.

Partout où le père fut présent, il montra ses capacités d’électricien, mais aussi sa bonne humeur et la façon ironique avec laquelle il parlait de lui-même. Quand il montait en chaire, il lui arrivait de dire : Regardez-moi, regardez comme je suis laid.

Prêtre, il fut envoyé à Sabadell, La Selva del Campo, Vic ; puis Santiago du Chili en 1904 : un voyage long et difficile, qui passait par l’Argentine et traversait la Cordillère des Andes.

En 1906, il revint en Espagne, pour arranger la nouvelle maison d’Aranda de Duero. En 1908, ce fut Cartagena comme prédicateur et catéchiste ; en 1914, Solsona, où il refit toute l’installation électrique ; en 1916, on le nomma bibliothécaire (!). Il contribua notablement à la fondation d’un collège et suscita beaucoup de vocations.

En 1922, il fut prédicateur et bibliothécaire à San Feliu de Guixols, d’où il envoya plus de soixante de ses élèves aux postulats de Vic et de Cervera. En 1925, il fut envoyé à la nouvelle maison de Gerona, où il suscita plus de trente vocations et où son travail fit de la bibliothèque une des meilleures de la province.

En 1929, il fut envoyé à Lleida, puis Cervera. Là encore son activité fut centrée sur les bibliothèques ; lui qui avait eu tant de mal à étudier, était devenu un passionné des livres et affirmait que c’était son occupation préférée.

Le 21 juillet 1936, il fallut évacuer la maison de Cervera. Le Comité révolutionnaire avait interdit à quiconque d’accueillir le curé, puis l’ensemble des Religieux, et avait établi des contrôles.

Au début, le Père put encore célébrer la Messe dans une église ; le 23 juillet, il fut accueilli chez le pharmacien, qui tenait cachées des hosties consacrées, sauvées de la profanation de quelque église locale. Le Père allait souvent prier silencieusement à l’endroit de cette cachette, et pratiquait le Chemin de Croix. Ceux qui le voulaient, se confessaient.

Le 19 août, à onze heures du soir, des hommes armés vinrent arrêter le pharmacien ; le 20, des miliciens vinrent faire un contrôle minutieux de la maison ; le Père s’était déguisé en infirmier, mais on lui trouva une photographie et on le reconnut. On l’emmena : il eut juste le temps de remercier pour l’accueil qu’il avait reçu et dit à la famille : On se reverra au Ciel. Une demi-heure plus tard, un milicien revint pour s’emparer de la montre du prêtre et de son argent.

Le père Bover fut emmené au Comité, puis au cimetière de Cervera. Là, le Père pardonna à ses assassins et demanda à baiser leurs mains, ces mains criminelles qui allaient l’envoyer au Ciel. Il pria encore un Je crois en Dieu, cria Vive le Christ Roi ! et tomba sous les balles.

Martyrisé le 20 août 1936, béatifié en 2017, Emili Bover Albareda sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 20 août.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens