Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2018 1 13 /08 /août /2018 10:10

Marceliano Alonso Santamaría
1906-1936

Né le 18 juin 1906 à Grañón (Logroño), baptisé le 22 suivant, Marceliano était un des sept enfants (quatre garçons et trois filles) d’un ouvrier, Julián, et de Felipa ; celle-ci offrit à Dieu son enfant.

Ce dernier put faire la Première communion à six ans, car il récita son catéchisme par-cœur devant les autorités. Grañón n’était qu’à trois kilomètres de Santo Domingo de la Calzada, où résidaient des Clarétains. La famille rencontrait fréquemment ces Religieux et ainsi naquit la vocation de Marceliano.

En 1918 il entra au postulat d’Alagón, où il fut qualifié de meritissimus maior, et acheva ses Humanités à Barbastro. En 1922 commença son noviciat à Cervera, fit la profession l’année suivante et passa à Solsona pour la philosophie. En 1926, il passa le baccalauréat civil avec d’excellentes notes aussi, puis commença la théologie à Cervera.

1931 vit les premières émeutes anticléricales de la République espagnole. Des églises et des couvents furent incendiés. Marceliano fut cependant ordonné prêtre cette année-là à Solsona.

Il fut chargé d’enseigner à Cervera la physique et les mathématiques. En 1933, le gouvernement lui retira la faculté d’enseigner. Il s’attendait aussi à être appelé sous les drapeaux, mais il fut finalement exempté.

En 1934, il fut nommé supérieur à Requena, en même temps qu’il y était sacristain, professeur et prédicateur ; il se rendit compte avec tristesse que la population n’allait pas à l’église depuis le baptême, et que les gens ne savaient pas même faire le signe de croix ou dire l’Ave Maria… En 1935, il y eut quand même une procession pendant la Semaine Sainte, et encore : le Père qui prêchait dut s’arrêter quatre fois pendant son sermon, tant les assistants parlaient fort !

Début  juillet 1935, le p.Marceliano fut directeur de la maison de Valencia, d’où fut fondé le collège de Grao ; il restaura aussi l’ermitage de San Vicente.

Le 12 août 1936, il fut arrêté en même temps que le p. Gordón (v. plus haut) ; conduits au Comité, ils furent mis en prison. Le soir, ils eurent un «bon repas» de pommes de terre avec viande, pain et eau, qu’ils touchèrent à peine : on imagine qu’ils n’avaient pas un gros appétit au milieu de tant d’inquiétudes, et en l’attente fort probable d’être exécutés bientôt…

Ensuite, ce fut le «tribunal» ; l’interrogatoire du p.Marceliano fut bref. Il retourna dans sa cellule pendant deux heures. Les Pères se confessèrent et prièrent. Peu avant minuit, les appelèrent cinq miliciens avec les armes pointées sur eux, et vomissant blasphèmes sans fin. On ne leur attacha pas les mains, parce qu’ils se laissaient faire.

A la carrière d’Alboraya, ils firent descendre les Prêtres, et les fusillèrent.

Le juge et le médecin de l’endroit entendirent les coups ; quand ils s’approchèrent, des miliciens les en empêchèrent ; un peu plus tard, ils purent découvrir les cadavres. A ce moment-là, il y avait déjà des curieux, parmi eux des femmes du camp révolutionnaire, qui donnèrent des coups de pieds aux victimes en disant : Pour cette nuit, nous avons déjà deux morues ! Le médecin les reprit : Les morts sont dignes de respect, de quelque condition qu’ils soient.

Le gardien du cimetière était «de droite» ; il procura un cercueil pour l’ensevelissement correct des Prêtres.

Martyrisé le 13 août 1936, béatifié en 2017, Marceliano Alonso Santamaría sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 13 août.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens