Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2020 4 09 /04 /avril /2020 00:00

Iuliu Hossu

1885-1970

 

Iuliu Hossu naquit le 30 janvier 1885 à Milaş (Transylvanie, alors Autriche-Hongrie, act. Roumanie), dans une vieille famille de rit gréco-catholique ; les parents s’appelaient Ioan et Victoria Mariutiu ; ils eurent quatre enfants : Iuliu, Vasile, Traian et Ioan.

Alexandru fréquenta l’école à Cluj puis à Budapest, le lycée à Târgu Mureş et Blaj.

Il étudia la Philosophie et la Théologie à Vienne puis à Rome, à l’Université Pontificale Urbaine ; il obtint le doctorat en Philosophie (1906) et  le doctorat en Théologie (1908).

En 1910, il reçut l’ordination sacerdotale des mains de son oncle Vasile Hossu, évêque à Gherla, et compléta ses études pendant une année, travaillant comme archiviste et bibliothécaire. De 1911 à 1914, il fut secrétaire de son oncle Vasile et devint ainsi l’ami du Premier Ministre István Tisza.

Pendant la Première Guerre mondiale, il fut aumônier des armées austro-hongroises, tandis que ses trois frères étaient aussi mobilisés ; un de ses cousins mourut au front de Serbie.

En 1917, il fut nommé évêque de Gherla et consacré en décembre ; suivant une ancienne tradition, l’empereur Karl Ier d’Autriche, aujourd’hui Bienheureux (v. 1er avril), proclama cette nomination et la présenta au pape Benoît XV pour confirmation.

En novembre 1918, Mgr Hossu fut nommé représentant de droit de l’Assemblée Nationale de tous les Roumains de Hongrie, qui proclama en décembre la réunion de la Transsylvanie à la Roumanie et présenta sa soumission au roi Ferdinand de Roumanie.

En 1930, Mgr Hossu fut nommé évêque de Cluj-Gherla quand Gherla fut réuni à Cluj ; puis il fut nommé administrateur apostolique de Maramureş (1930-1931), plus tard aussi d’Oradea Mare (1941-1947).

En 1948 commença la persécution ouverte du gouvernement communiste contre l’Eglise gréco-catholique : on voulait détacher le clergé de son appartenance à Rome et le forcer à entrer dans les rangs de l’Orthodoxie, soumise au gouvernement. Mgr Hossu s’y opposait fermement, même quand on lui proposa le siège métropolite de Moldavie en échange de sa rupture avec Rome ; lorsque trente-six prêtres catholiques lui déclarèrent qu’ils étaient prêts à passer à l’Eglise orthodoxe, il les suspendit ipso facto.

L’évêque s’était ainsi opposé si ouvertement au gouvernement communiste, qu’il se vit forcé de quitter son diocèse ; bientôt arrêté, il fut confiné à Jilava, puis Drogoslavele, où il souffrit la faim et le froid avec les autres évêques prisonniers ; puis il fut à la prison de Sighet, à celle de Curtea de Argeş, au monastère de Ciorogârla en 1956 ; là encore il reçut des «visites» de prélats orthodoxes. Ce fut enfin la résidence forcée à Căldăruşani, où il resta jusqu’à sa mort.

En 1969, il fut suggéré au pape Paul VI de remettre la pourpre cardinalice au Roumain, Mgr Hossu, et au Hongrois, Mgr Áron Márton, les deux piliers de la communauté gréco-catholique, pour manifester le soutien du pape à cette communauté. Le gouvernement roumain accepta seulement la nomination d’Áron Márton, lequel alors refusa d’être élevé au cardinalat. Paul VI nomma Mgr Hossu cardinal in pectore (en secret), et cette nomination ne fut révélée qu’après la mort du Prélat.

Mgr Hossu mourut à l’hôpital Colentina de Bucarest, le 28 mai 1970, veillé par Mgr Alexandru Todea, auquel il dit ces ultimes paroles : Mes combats finissent, les tiens commencent.

La dépouille de Mgr Hossu fut enterrée à Bucarest, et solennellement transférée en 1982.

Iuliu Hossu est un des sept évêques roumains reconnus martyrs et béatifiés en juin 2019, par le pape François lui-même, lors de son voyage apostolique en Roumanie.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens