Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2020 2 21 /01 /janvier /2020 00:00

 

21 JANVIER

 

II.

S Publius, évêque à Athènes.

III.

Ss Fructuosus, premier évêque à Tarragone, martyr avec ses deux diacres Augurius et Eulogius. 

S Patroclus, martyr à Troyes.

IV.

Ss Valérien, Candide, Eugène, martyrs à Trébizonde.

S Eustase, martyr à Nicomédie.

Ste Agnès, martyre romaine de douze ans ; invoquée pour la conservation de la pureté, elle est la patronne des fiancées jusque dans l’Angleterre protestante.

S Busiride, à Ancyre, où il endura les tortures après avoir renoncé à l’erreur encratite.

V.

S Epiphanius, évêque à Pavie, surnommé “pacifique”, “gloire de l’Italie”, “lumière des évêques”.

VI.

S Vimin (Wynnin, Gwynnin), abbé et évêque à Fife, fondateur d’une autre abbaye à Holy-Wood.

S Lawdog (Lleuda, Laudatus), abbé à Bardsey ; peut-être assimilable à s.Lô.

VII.

S Avit, frère de s. Bonet et évêque à Clermont ; il convertit les assassins de son prédécesseur, s. Prix.

S Aptat, évêque à Metz.

IX.

S Meinrad, excellent professeur d’Ecriture Sainte à Reichenau, ermite près de Altendorf, où sa dévotion à une image de Notre-Dame fut à l’origine du pélerinage de Einsiedeln ; il fut martyrisé par des brigands.

X.

S Zaccaria Angelico, moine au Monte Mercurio.

S Maccalein (Maccalan), irlandais, abbé bénédictin à Saint-Michel en Thiérache.

XVI.

Bx Edward Stransham et Nicholas Wheeler (ou Woodfen), prêtres anglais martyrs à Tyburn.

XVII.

S Bartholomew (Alban) Roe, bénédictin, et Thomas Green (ou Richard Reynolds), prêtres anglais, martyrs à Tyburn, l'un après dix-sept années, l'autre après quatorze années de prison.

Bse Josefa Maria de Santa Iñès, augustine espagnole à Beniganim, favorisée du don de prophétie.

XVIII.

Bx Jean-Baptiste Turpin du Cormier, François Duchesne, René-Louis Ambroise, Louis Gastineau, François Migoret Lambardière, Julien Moulé, Joseph Pellé, Pierre Thomas, Augustin-Emmanuel Philippot, Julien-François Morvin de La Girardière, Jean-Marie Gallot, Jacques André, Jean-Baptiste Triquerie (cordelier), André Duliou, prêtres martyrs à Laval.

B Bang Franciscus, laïc coréen martyrisé par pendaison, béatifié en 2014.

XIX.

S Yohan Yi Yun-il, père de famille coréen, paysan et catéchiste, martyr, canonisé en 1984 et fêté le 20 septembre ; c’est le dernier martyr coréen.

XX.

B Joan Font Taulat (Arnal Ciril, 1890-1937), lassallien espagnol, martyr de la persécution à Lleida, béatifié en 2013.

Publius d’Athènes

† 125

 

Publius est considéré comme le trooisième ou quatrième évêque d’Athènes.

Il y aurait été nommé vers 120.

L’ancien Martyrologe disait qu’il fut célèbre à la fois par les vertus et l’excellence de la doctrine, ajoutant cette belle périphrase, désignant son martyre : il fut couronné de gloire pour avoir rendu témoignage au Christ.

Ce martyre semble devoir être daté de 125, date à laquelle on connaît le successeur de Publius, Quadratus, peut-être l’apologiste commémoré le 21 septembre.

Dans le Martyrologe Romain, saint Publius d’Athènes est commémoré le 21 janvier.

 

 

Fructuosus de Tarragone

et ses diacres Augurius et Eulogius

† 259

 

Fructuosus fut le premier évêque de Tarragone (Espagne E).

On ne connait rien sur sa vie, sinon le récit de son martyre.

Le gouverneur Æmilianus le fit arrêter avec ses deux diacres, Augurius et Eulogius. Fructuosus demanda seulement le temps de mettre ses chaussures, car il était allongé sur sa couche, et suivit allègrement les gardes.

En prison, les trois prièrent, chantèrent, se préparant au martyre. Ils recevaient des fidèles, Fructuosus leur donnait sa bénédiction.

Il baptisa un catéchumène prisonnier, Rogatianus.

Après six jours de prison, eut lieu l’interrogatoire au tribunal. On y relève cette perle :

Ne sais-tu pas qu’il y a d’autres dieux ? - Non.

Fructueux et ses Diacres furent condamnés à être brûlés vifs. Sur le chemin, même des païens pleuraient, connaissant la bonté de l’Evêque. Un Chrétien lui présenta un verre d’eau, que Fructuosus refusa poliment, car ce matin-là, vendredi, on jeûnait.

A l’amphithéâtre, le Lecteur Augustalis voulut aider l’Evêque à retirer ses chaussures, mais Fructuosus se déchaussa lui-même. Puis il adressa une petite allocution à ses fidèles présents : 

Le Seigneur ne vous laissera pas sans pasteur, car il est fidèle à ses promesses. Ne vous attristez pas de mon sort, car une heure de souffrance est vite passée.

Alors, on les attacha sur le bûcher. Quand les bandelettes furent consumées, les trois Martyrs s’agenouillèrent, les bras en croix, priant, et c’est dans cette noble position qu’ils rendirent leur âme à Dieu.

On vit alors s’ouvrir les Cieux, où entrèrent glorieusement les trois Martyrs.

Quand des Chrétiens voulurent emporter des reliques de Fructueux, Augurius et Eulogius, Fructuosus leur apparut pour leur demander de ne pas séparer les trois corps et de les mettre dans un même tombeau.

Dans le Martyrologe Romain, saint Fructuosus de Tarragone est commémoré avec ses deux Diacres Augurius et Eulogius le 21 janvier.

 

 

Patroclus de Troyes

† 259

 

Patroclus (Patrocle, Parre) habitait avec ses parents à Troyes ; il en avait hérité une certaine fortune, qu’il distribua aux pauvres à la mort de ceux-ci.

Retiré dans le voisinage de Troyes, Patroclus vivait dans la pénitence, les mortifications, la prière, l’assistance aux pauvres. Mais la persécution l’atteignit.

On hésite sur la date de cette persécution : 259 ou 273.

On le jeta tout d’abord trois jours en prison, durant lesquels il fut interrogé et refusa de renier le divin Maître. A nouveau interrogé, à nouveau il confessa sa foi.

Conduit le long de la Seine pour y être décapité, il échappa aux bourreaux et passa le fleuve indemne ; mais le prodige ne suffit pas à convaincre les bourreaux. Rattrappé, il fut décapité ; Patroclus recueillit dans ses mains son chef et le porta sur une colline proche.

Deux pauvres mendiants, qui sans doute le connaissaient, lui donnèrent une sépulture honorable. Une chapelle fut ensuite construite, où se produisirent des miracles, et remplacée par une grande église plus tard.

Des représentations de Patroclus lui donnent l’aspect d’un soldat, portant un poisson avec une perle dans la bouche ; on invoquait s.Patroclus contre les fièvres.

Des reliques de s.Patroclus furent portées à Soest en Allemagne ; en 1447, assiégés, les habitants attribuèrent leur libération à l’intercession de saint Patroclus.

Dans le Martyrologe Romain, saint Patroclus de Troyes est commémoré le 21 janvier.

 

 

Agnès de Rome

† 304 ?

 

Sainte Agnès est une des plus illustres martyres de Rome, mais des doutes subsistent à son sujet.

Elle a certainement été martyrisée à douze ou treize ans, assez probablement lors de la persécution de Domitien (304), mais certains proposent la persécution de Dèce (254).

On a opposé entre eux deux récits, latin et grec, de sa Passio, alors qu’ils sont compatibles en se complétant.

Comme cela se répète chaque fois qu’on abandonne une jeune fille aux mains de soldats ou de jeunes mal intentionnés, Agnès fut donc d’abord enfermée dans une salle, où des scélérats tentèrent de lui arracher sa petite chemise ; alors elle laissa tomber ses longs cheveux comme pour s’en couvrir, tandis qu’un ange resplendissant aveuglait les garçons, qui s’enfuirent. 

Un autre vint, qu’Agnès repoussa par deux fois jusqu’à la porte, où il tomba mort. Survint son père, furieux, à qui Agnès promit qu’elle prierait pour la vie de son fils, s’il le demandait au nom de Jésus-Christ ; calmé par cette promesse, il le fit, et le garçon se redressa effectivement.

Ensuite, on voulut la jeter sur un bûcher, dont les flammes brûlèrent d’abord les bourreaux, renouvelant l’épisode de la fournaise ardente, qu’on lit en Dn 3:22.

Un autre bourreau lui porta alors un coup d’épée en lui tranchant le cou. Puis le corps d’Agnès fut jeté au feu, où cependant il ne fut pas entièrement consumé, de sorte que des amis vinrent prendre ce corps pour lui donner une sépulture honorable.

Ce martyre eut lieu le 21 janvier, probablement en 304.

L’actuelle église de Sainte-Agnès de la place Navone, à Rome, serait l’endroit où la sainte combattit pour sa chasteté. La basilique Sainte-Agnès-hors-les-Murs, sur la Via Nomentana, abrite le corps de sainte Agnès. Il a été reconnu encore en 1605. En revanche, le chef de la Sainte a été recueilli à part dans un reliquaire qui se trouve dans la chapelle Sancta Sanctorum du Latran, où il a été reconnu en 1903.

Il est de tradition que chaque année deux agneaux soient offerts au pape le jour de la fête de sainte Agnès, 21 janvier. La laine de ces agneaux est destinée à la confection des palliums, genre de collier de toile que remet le pape aux nouveaux archevêques, lors de la messe des saints Pierre et Paul, le 29 juin. Le pallium est le signe du pouvoir dont est investi l’archevêque en pleine union avec le pape : par la laine dont il est fait, il symbolise la brebis que le Bon Pasteur ramène au bercail.

Très honorée dès l’antiquité, sainte Agnès est fêtée le 21 janvier. Elle est nommée dans la prière du Nobis quoque peccatoribus du canon romain de la Messe.

Sainte Agnès est invoquée pour la conservation de la pureté. En Angleterre, même dans le contexte anglican, sainte Agnès est la patronne des jeunes filles fiancées.

Saint Ambroise a des mots très inspirés pour chanter la jeune Martyre, en son dies natalis :

En un si petit corps, y eut-il place pour la blessure ? N’ayant pas où recevoir le glaive, elle eut de quoi vaincre le glaive. Les filles de cet âge ne peuvent soutenir le regard irrité de leurs parents, une piqûre les fait pleurer ; Agnès, intrépide, immobile, offre tout son corps à la pointe du glaive. Sans savoir encore ce qu’est la mort, elle est prête à la subir… Elle n’a point l’âge requis pour le supplice et elle est capable d’en triompher… Le bourreau redoutait pour Agnès ce qu’Agnès ne redoutait pas pour elle-même…

 

 

Epiphanius de Pavie

438-496

 

C’est en 438 que naquit Epiphanius, à Pavie (Italie NE).

Le nom d’Epiphanius signifie manifesté, de même que l’Epiphanie est la Manifestation de la divinité du Christ. Une intense lumière avait resplendit sur le berceau du petit bébé.

Epiphanius fut confié dès 446 à l’évêque Crispinus, qui l’ordonna sous-diacre, diacre, prêtre enfin.

A la mort de Crispinus (vers 465), Epiphanius fut choisi à l’unanimité pour lui succéder ; il n’avait qu’un peu moins de trente ans et devenait le huitième évêque de Pavie.

Il s’imposa une règle de vie austère, accordant beaucoup de temps à la prière et au travail.

Respecté de tous, il eut à accomplir diverses ambassades pour aller arbitrer des discussions politiques. Durant ses déplacements, il priait, il chantait aussi ; durant les arrêts, il méditait silencieusement.

En 476, la ville de Pavie fut la proie des troupes d’Oreste et d’Odoacre, pillée, saccagée. Epiphanius s’employa à implorer la délivrance des prisonniers, en particulier des femmes emmenées en captivité. Sans ressources personnelles, il s’employa à relever les églises ; il obtint au moins une exemption d’impôts de cinq ans pour ses concitoyens.

En 489, nouvelles guerres, entre Theodoricus, chef des Ostrogoths, et Odoacre. Un moment assiégé dans Pavie, Theodoricus admira la prudence d’Epiphanius, sa patience, sa charité. Vainqueur enfin, Theodoricus envoya Epiphanius auprès du roi de Bourgogne Gondebaud pour traiter de la délivrance des prisonniers. Epiphanius réussit pleinement. En chemin, il guérit plusieurs malades, des possédés, et particulièrement une hémorroïsse.

En 495, malgré sa fatigue, Epiphanius entreprit un nouveau voyage, à Ravenne, où il voulait solliciter une décharge d’impôts en faveur des habitants de Ligurie. Mais au retour il fut pris de pneumonie. Tristesse unanime, mais joie du Prélat, qui se prépara à rencontrer le Seigneur.

Epiphanius mourut à Pavie le 21 janvier 496, après trente ans d’épiscopat.

Epiphanius a été surnommé Pacifique, Gloire de l’Italie, Lumière des évêques.

Dans le Martyrologe Romain, saint Epiphanius de Pavie est commémoré le 21 janvier.

Meinrad d’Einsiedeln

797-861

 

Meinrad (en latin Meinhardus ou Meginardus), vint au monde vers 797, à la suite des instantes prières de ses pieux parents ; Berthold, son père, était un parent des Hohenzollern ; la famille habitait Rottenburg (Württemberg, Allemagne SO).

L’enfant fut, à dix ans, confié à la sage protection de deux moines parents, bénédictins à Reichenau, Haito et Erlebald.

Il devint prêtre en 821, puis voulut embrasser la vie monastique et fit la profession en 822.

Son plus haut centre d’intérêt était la lecture et l’étude de la Sainte Ecriture ainsi que des grands maîtres spirituels, comme Ioannes Cassianus (Cassien). 

Excellent professeur d’Ecriture Sainte, il fut appelé à enseigner à l’abbaye de Bollengen, où sa réputation grandit encore, mais Meinrad préférait toujours plus l’isolement et le silence. 

Il obtint la permission de se retirer au village d’Altendorf, où il resta pendant sept ans, assisté par une brave femme du pays, et s’adonnant à la vie érémitique. Puis en 835, il se retira plus loin encore, derrière le mont Etzel, pensant y rester vraiment seul. C’est le Démon qui le retrouva et le dérangea : Meinrad obtint de Dieu la grâce de l’éloigner.

L’abbesse Hildegarde de Zürich entendit parler de lui et lui fit bâtir une chapelle ; elle lui envoya en outre une statue de Marie Mère de Dieu : placée dans la chapelle, elle y fit beaucoup de miracles (sur la prière de Meinrad). Là est l’origine du pèlerinage de Notre-Dame-des-Ermites ou d’Einsiedeln.

Meinrad eut la faveur céleste de la visite d’un Ange, qui priait avec lui.

Les pèlerins se multiplièrent, les dons aussi, que Meinrad distribuait aux pauvres ou utilisait pour orner la chapelle. C’est ainsi que des brigands furent attirés par la convoitise, espérant ravir les dons déposés par les pèlerins. S’étant approchés, ils furent reçus fraternellement par Meinrad, selon l’aimable coutume bénédictine ; il leur révéla avoir été prévenu de leur dessein, mais les brigands persévérèrent dans leur intention et assassinèrent l’Homme de Dieu, qui venait de célébrer la Messe ce matin-là, 21 janvier 861.

La tradition affirme que, dans leur fuite, les deux brigands furent poursuivis par deux corbeaux, dressés par Meinrad, qui les suivirent jusqu’à Zürich, où ils furent arrêtés, et condamnés à mourir sur le bûcher. C’est là l’origine des deux corbeaux de l’actuel blason d’Einsiedeln.

Très vite, Meinrad fut vénéré comme martyr, mais on ne peut pas dire qu’il ait été «témoin de la foi» au sens propre traditionnel. Il fut certainement victime de sa bonté.

Depuis 934, un monastère a été construit à Einsiedeln, qui devint un centre très important de la vie bénédictine, et en particulier de notation des mélodies grégoriennes authentiques.

Saint Meinrad est mentionné au Martyrologe le 21 janvier.

 

 

Zaccaria Angelico

† 950

 

Il faut chercher beaucoup les rares informations de ces grands Saints qui, de leur vivant, ont vécu dans l’oubli total du monde.

Zaccaria, donc, fut sur le mont Mercurio (Emilie Romagne, Italie E), et y pratiqua la vie cénobitique de façon exemplaire, au point qu’il fut surnommé angelico.

Il s’éteignit vers 950.

Saint Zaccaria a été récemment introduit dans le Martyrologe Romain, au 21 janvier.

 

 

Nicholas Woodfen (Wheeler)

1550-1586

 

Ce prêtre anglais naquit en réalité sous le nom de Nicholas Wheeler, vers 1550, à Leominster (Herefordshire, Angleterre).

Durant sa formation sacerdotale au collège anglais de Douai puis à Reims, il fut connu sous le nom de Nicholas Woodfen. Il prit apparemment un pseudonyme pour, plus tard, mieux passer inaperçu. 

Ordonné prêtre à Reims en 1581, il retourna exercer son ministère sacerdotal en Angleterre. Il travailla ainsi aux Inns of Court de Londres. Il ne dut sa survie qu’à la charité d’un ancien camarade d’école qui lui donna des vêtements et assez de l’argent pour louer une chambre.

Il fut arrêté, accusé de «haute trahison», cette fois-ci sous le nom de Nicholas Devereux : ce nouveau patronyme de consonance française existe aussi en Angleterre. Le prêtre pouvait avoir des parents portant ce nom.

Nicholas fut condamné à mort puis «hung, drawn and quartered» (pendu, éviscéré et écartelé), selon l’habituelle formule, à Tyburn (Londres), avec son compagnon Edward Stransham, le 21 janvier 1586.

Leur dies natalis est au 21 janvier.

Ils ont été béatifiés en 1929.

 

 

Edward Stransham

1554-1586

 

Ce prêtre anglais naquit vers 1554 à Oxford, où il fréquenta le Collège Saint-Jean et fut bachelier en 1575-1576.

Ayant renoncé au Protestantisme, et se destinant au sacerdoce, il passa en France, arriva à Douai en 1577 et à Reims en 1578, où se préparaient les candidats anglais. Mais la maladie l’obligea à rentrer quelque temps en Angleterre.

Sans s’avouer vaincu, il repassa en France : on le retrouve à Reims en 1579, pour être finalement ordonné prêtre à Soissons en décembre 1580.

Après quelques mois de préparation, il repartit en Angleterre en juin 1581, avec Nicholas Woodfen (alias Wheeler), qui venait d’être ordonné en mars de la même année.

En 1583, l’intrépide Stransham revint en France, conduisant à Reims douze convertis d’Oxford.

Après quelques mois, il resta à Paris, où il resta entre la vie et la mort, pendant un an et demi.

Malgré tout il repartit en Angleterre. Il fut arrêté à Londres le 17 juillet 1585, pendant qu’il célébrait la messe. 

Condamné pour sa condition de prêtre, il fut exécuté en même temps que son compagnon, Nicholas Wheeler, à Tyburn le 21 janvier 1586, son dies natalis.

Il a été béatifié en 1929.

 

 

Thomas Green (Richard Reynolds)

1562-1642

 

Prêtre anglais difficile à situer, car il y eut un autre Thomas Green (voir au 10 juin), et un autre Richard Reynolds (voir au 4 mai).

Il dut naître vers 1562 à Oxford

On ne sait au juste si le nôtre descendait des Greene de Great Milton (Oxfordshire) et (ou) des Reynolds du Vieux Stratford (Warwickshire). Il prit en effet le pseudonyme de Reynolds pour se déplacer incognito.

Il reçut le diaconat à Reims en 1590, fut envoyé à Valladolid et Séville et reçut le sacerdoce à Cadix en 1592.

Envoyé sans tarder en Angleterre, il y exerça le saint ministère pendant de nombreuses années, jusqu’à une première arrestation qui lui valut l’exil en 1606 ; il revint, et fut à nouveau arrêté vers 1628 .

Un jugement le condamna à mort, mais il attendit quatorze années en prison. Il fut exécuté sans autre jugement le 21 janvier 1642 à Newgate (Londres), en même temps que Bartholomew (Alban) Roe, qui, lui, avait attendu dix-sept ans en prison.

Il était âgé, dit-on, de quatre-vingts ans environ.

Au moment suprême, ils se confessèrent l’un à l’autre.

Thomas-Richard a été béatifié en 1929.

 

 

Bartholomew Roe

1583-1642

 

Bartholomew Roe naquit en 1583 à Suffolk (Angleterre).

Il fréquenta l’école de Suffolk et l’université de Cambridge.

Sa conversion au catholicisme lui vint après une visite qu’il fit à un prisonnier de St. Albans qui voulait renoncer à ses vœux religieux.

Il entra au Collège Anglais de Douai puis au monastère bénédictin de Dieulouard (Meurthe-et-Moselle), aujourd’hui disparu, y fit la profession en 1613 avec le nom de Alban, et y reçut l’ordination sacerdotale.

Envoyé en mission en 1615, il fut emprisonné à New Prison (Maiden Lane) de 1618 à 1623, puis fut banni. Il revint à l’abbaye bénédictine de Douai, mais retourna en Angleterre quatre mois après.

De nouveau arrêté en 1625,  il resta deux mois en prison à St.Albans, à Fleet, finalement à Newgate. De Fleet, il fut plusieurs fois mis en liberté conditionnelle sur sa parole.

Globalement, il resta vingt-deux ans en prison.

Accusé d’être prêtre, il fut condamné à mort et exécuté à Tyburn (Londres), le 21 janvier 1642, avec Thomas Greene.

Béatifié en 1929, il a été canonisé en 1970, parmi les quarante Martyrs d’Angleterre et du Pays de Galles.

Le miracle retenu pour la canonisation, par l’intercession de Cuthbert Mayne et de ses Compagnons eut lieu en 1962 : un malade fut guéri instantanément et de façon stable d’un sarcome à l’épaule.

 

 

Josefa Teresa Albiñana y Gomar

1625-1696

 

En catalan, on écrit son nom ainsi: Albiniana i Gomar.

Elle naquit le 9 février 1625 à Benigánim (Valencia, Espagne), de Luís et Vicenta, un couple pauvre d’origine noble. Son frère jumeau, puis son père, moururent bientôt. Elle alla travailler chez un oncle, un homme assez dur qui eut tôt fait de la brutaliser pour un rien.

Elle n’étudia pas, et ne sut guère parler que dans son dialecte de Valencia. Elle fut confirmée à huit ans. Son confesseur la mettait à l’épreuve, pour l’humilier, la faisant passer pour une folle, lui ordonnant de mâchonner toujours un quignon de pain.

Or voilà que vers 1638, elle eut une vision du Christ qui lui demandait si elle voulait être son épouse ; elle accepta avec enthousiasme. Dès lors, sa vie continua en visions et révélations, qui la firent passer pour une épileptique. Quand on voulait la faire parler de ses expériences, elle parlait du O, la seule lettre de l’alphabet qu’elle connût et qui termine le terme Nazareno (Celui de Nazareth).

Inès voulut entrer dans le plus proche monastère : chez les Augustines déchaussées de Beniganim. On temporisa, à cause de sa grande simplicité d’esprit. Sur son insistance, on finit par l’accepter comme converse, en 1643 : elle prit le nom de Josefa-María de Sainte-Agnès, reçut l’habit en 1644 et fit la profession en 1645. 

Elle se vit donner toutes les corvées du couvent, pendant que les Révérendes Sœurs, qui savaient lire, chantaient l’office au chœur. Elle sut se faire la dernière de toutes, au service de chacune, même des plus jeunes. Aux récréations, les Sœurs se payaient un peu sa tête, en lui demandant par exemple quel âge elle avait, sachant d’avance qu’elle répondrait en montrant ses dix doigts, ne sachant compter davantage. Elle demanda innocemment un jour ce qu’était un scrupule, et une Sœur lui répondit que c’était du thon avec de l’oignon, ce qu’elle crut jusqu’à la fin de sa vie.

Elle s’imposait de dures mortifications et passait de longues heures en adoration devant le Saint-Sacrement.

Elle conut aussi une assez longue période de sécheresse spirituelle, durant laquelle elle dut affronter de pénibles tentations diaboliques.

Dieu la favorisa du don de prophétie, de discernement des esprits, de présence auprès de personnes en danger. Elle conseilla les rois, les théologiens.

Elle fut mourante dès 1693, mais continua de se déplacer appuyée sur son bâton. A la fin de 1695, connaissant le jour de sa mort prochaine, elle envoya des avis de décès à ses proches. Elle s’éteignit dans son couvent de Benigánim, le jour de la fête de sainte Agnès, 21 janvier 1696.

On l’appelait et on l’appelle toujours habituellement Inès de Benigánim: Josefa María de Sainte-Agnès fut béatifiée en 1888.

Martyrs de Laval (Quatorze)

† 1794

 

On sait que la répression fut particulièrement violente durant la Révolution française dans le département de la Mayenne. Parmi les nombreuses victimes, l’Eglise a retenu les noms des plus remarquables, et dont on put certifier que la mort fut causée pour des motifs religieux.

Beaucoup de prêtres avaient refusé le serment constitutionnel, certains l’avaient prêté sous conditions, avec des restrictions n’entraînant pas leur caractère schismatique. Ces prêtres entretenaient la foi chez les fidèles. 

Sous le Directoire, ces prêtres réfractaires furent sommés de venir habiter à Laval, dans la prison de la Patience (!), l’ancien couvent des Clarisses, et de se présenter à l’appel chaque jour à dix heures.

Lors de la loi de proscription, on excepta les prêtres infirmes et sexagénaires. Mais on ne voulait pas s’arrêter là. C’est ainsi que le Tribunal voulut plutôt en finir, en soumettant à un interrogatoire chacun des prêtres enfermés, avant de les condamner à la guillotine.

Voici le nom de ces treize prêtres et un diacre, en ordre alphabétique de leur prénom, avec quelques indications qu’on a trouvées sur eux.

André Duliou, né le 18 juillet 1727, ordonné prêtre en 1752, vicaire successivement à Luigné, Marigné, Miré, puis curé à Saint-Fort ; déjà prisonnier à Château-Gontier, on le transféra à Laval.

Augustin Emmanuel Philippot, né le 11 juin 1716, curé à Bazouges-des-Alleux depuis cinquante ans ; on lui reprochait d’être trop généreux pour les pauvres.

François Duchesne, né le 8 janvier 1736, avait été recteur de collège à Sablé et Laval, et occupait les fonctions de diacre à Laval.

François Migoret-Lamberdière, né le 28 août 1728, avait été vicaire puis recteur à Oisseau, et curé à Rennes-en-Grenouilles.

Jacques André, né le 15 octobre 1743, ordonné en 1768, vicaire à Rouez, curé à Rouessé-Vassé, s’était retiré à Laval.

Jean-Baptiste Triquerie, né le 1er juillet 1737, était l’unique religieux du groupe, appartenant aux Cordeliers ; chapelain et confesseur des Franciscaines de Buron, et réfugié à Laval.

Jean-Baptiste Turpin du Cormier, né le 8 septembre 1732, ordonné en 1756, bachelier en théologie à l’université d’Angers, était curé de la Trinité de Laval, la future cathédrale. C’est sa fermeté et son autorité qui encouragèrent les autres à suivre son exemple. Tous, et même les geôliers, le considéraient comme le chef du groupe.

Jean-Marie Gallot, né le 14 juillet 1747, était vicaire à Bazougers, sous-chantre à la Trinité de Laval et chapelain des Bénédictines. C’est le plus jeune de ce groupe de Martyrs.

Joseph Pellé, né le 22 janvier 1720, ordonné en 1746, vicaire à la Trinité de Laval, chapelain des Clarisses Urbanistes, était réputé pour ses façons un peu rustres, mais il était réellement droit et pieux. Une fois expulsées les Clarisses Urbanistes, le monastère devint la prison Patience, où lui et ses Confrères furent enfermés. Il mourut donc la veille de son soixante-quatorzième anniversaire.

Julien Moulé, né le 29 mars 1716, avait été vicaire à Beaufray, puis curé à Saulges ; il n’était pas réputé pour sa science et ne savait pas prêcher ; en outre, le pauvre homme souffrait de la goutte. C’est le plus âgé de ce groupe de Martyrs.

Julien François Morin de la Girardière, né le 14 décembre 1733, avait étudié la théologie à Angers et avait été ordonné en 1763 mais, malade, s’était retiré.

Louis Gastineau, né le 10 novembre 1727, ordonné vers 1754, avait été vicaire à Loiron, Saint-Berthevin, de nouveau Loiron, Olivet, Port-Brillet.

Pierre Thomas, né le 13 décembre 1729, ordonné vers 1759, avait été vicaire à Peuton, puis chapelain de l’hôpital de Château-Gontier ; on le savait brusque, un peu loufoque, mais il fut toujours lucide devant les juges.

René-Louis Ambroise, né le 1er mars 1720, ordonné en 1745, était vicaire à la Trinité de Laval.

 

Une première fois libérés par l’armée vendéenne, les prêtres furent sommés de réintégrer Patience dans les vingt-quatre heures, ce qu’ils firent avec soumission.

L’interrogatoire commença le 21 janvier 1794 au matin. Voici quelques réponses des prêtres accusés : 

- L’abbé Turpin du Cormier : (Je n’ai pas prêté le serment) parce qu’il attaquait ma religion et était contre ma conscience… 

- L’abbé Gallot : Citoyen, je suis catholique.

- L’abbé Pellé : Vous m’ennuyez avec votre diable de serment. Je ne le ferai pas, je ne le ferai pas, je ne le ferai pas.

- L’abbé Ambroise : Je veux bien être fidèle au gouvernement, mais je ne peux renoncer à la religion… Je conviens que j’ai eu le malheur d’adopter des opinions qui n’étaient pas conformes à la pure et saine doctrine. Mais Dieu m’a fait la grâce de reconnaître mes erreurs et je les ai abjurées et anathématisées devant mes confrères, qui m’ont réconcilié avec la sainte Eglise. Prêt à paraître devant Dieu, je suis content de laver mon crime dans mon sang.

- Le diacre Duchesne n’était pas soumis au serment. Interrogé s’il ferait le serment, il répondit : Je demanderais un délai, pour que Dieu m’inspirât ce que je devrais faire.  

- Le père Triquerie : Ah ! vraiment, non, citoyen, je ne ferai jamais un pareil serment. Je serai fidèle à Jésus-Christ jusqu’au dernier soupir.

- L’abbé Migoret-Lambardière devait choisir entre le serment et la mort, et répondit simplement : La mort.

 

L’accusateur public requit la peine de mort : Je demande que tous subissent la peine de mort et que Turpin du Cormier, ex-curé de cette commune, soit exécuté le dernier, pour avoir fanatisé son clergé.

Les prêtres se confessèrent mutuellement et préparèrent à la mort cinq autres vendéens condamnés avec eux.

Vers midi ils furent conduits place au Blé, aujourd’hui place du Palais.

L’abbé Pellé, connu pour ses sentences raides, s’adressa aux badauds : Nous vous avons appris à vivre, nous vous montrerons comment mourir.

Ils moururent en martyrs de la foi et de leur sacerdoce, un an après l’exécution du roi Louis XVI.

Plusieurs assistants imbibèrent des linges dans le sang des Martyrs, pour conserver des reliques.

Ces quatorze Martyrs furent béatifiés en 1955 et sont mentionnés le 21 janvier au Martyrologe.

Julien Moulé

1716-1794

 

Julien était né le 29 mars 1716 au Mans (Sarthe).

Ordonné prêtre, plus pour sa piété que pour sa science, il fut vicaire à Beaufray, puis curé à Saulges.

Il souffrait d’une douloureuse goutte.

Du groupe des quatorze Martyrs du 21 janvier 1794, il était le plus âgé : il allait avoir soixante-dix-huit ans.

 

Voir la notice : Martyrs de Laval (Quatorze)

 

 

Augustin Emmanuel Philippot

1716-1794

 

Augustin était né le 11 juin 1716 à Paris.

Ordonné prêtre pour le diocèse de Laval, il était curé à Bazouges-des-Alleux depuis cinquante ans. Généreux, peut-être trop, il s’était fait reprocher d’être trop bon pour les pauvres.

Il fut guillotiné à soixante-dix-sept ans.

 

Voir la notice : Martyrs de Laval (Quatorze)

 

 

Joseph Pellé

1720-1794

 

Joseph était né le 22 janvier 1720 à Laval (Mayenne).

Ordonné prêtre, il fut vicaire à l’église de la Trinité de Laval, et aumônier des Clarisses Urbanistes.

On lui connaissait, dit-on, des façons un peu rustres, peut-être des répliques à l’emporte-pièce, mais son âme était droite avec la Vérité, et sa piété réelle.

Ainsi, interrogé à propos du serment constitutionnel, il répondit : Vous m’ennuyez avec votre diable de serment. Je ne le ferai pas, je ne le ferai pas, je ne le ferai pas.

Les Religieuses ayant été expulsées de leur couvent, celui-ci devint la prison Patience, et c’est là que furent enfermés Joseph et les autres prêtres qui allaient être immolés.

Cette immolation eut lieu le 21 janvier 1794, à la veille de l’anniversaire (sur terre) de l’abbé Pellé : il allait avoir soixante-quatorze ans.

Désormais, on fêtera son anniversaire au ciel, le 21 janvier.

 

Voir la notice : Martyrs de Laval (Quatorze)

 

 

René-Louis Ambroise

1720-1794

 

René-Louis était né le 1er mars 1720 à Laval (Mayenne).

Ordonné prêtre en 1745, il fut vicaire à l’église de la Trinité de Laval, la future cathédrale, pendant presque un demi-siècle, à moins qu’auparavant il ait eu d’autres postes.

Voici une de ses déclarations : 

Je veux bien être fidèle au gouvernement, mais je ne peux renoncer à la religion… Je conviens que j’ai eu le malheur d’adopter des opinions qui n’étaient pas conformes à la pure et saine doctrine. Mais Dieu m’a fait la grâce de reconnaître mes erreurs et je les ai abjurées et anathématisées devant mes confrères, qui m’ont réconcilié avec la sainte Eglise. Prêt à paraître devant Dieu, je suis content de laver mon crime dans mon sang.

 

Voir la notice : Martyrs de Laval (Quatorze)

 

 

André Duliou

1727-1794

 

Il était né le 18 juillet 1727 à Saint-Laurent-des-Mortiers (Mayenne).

Ordonné prêtre en 1752, il fut vicaire à Luigné, Marigné, Miré, puis curé à Saint-Fort.

Mis en prison d’abord à Château-Gontier, il fut transféré à Laval.

 

Voir la notice : Martyrs de Laval (Quatorze)

 

 

Louis Gastineau

1727-1794

 

Louis était né le 10 novembre 1727 à Loiron (Mayenne).

Ordonné prêtre vers 1754, il fut vicaire à Loiron et Saint-Berthevin, de nouveau à Loiron, puis Olivet et Port-Brillet.

 

Voir la notice : Martyrs de Laval (Quatorze)

 

 

François Migoret-Lamberdière

1728-1794

 

François était né le 28 août 1728 à Saint-Fraimbault-de-Lassay (Mayenne).

Ordonné prêtre, il fut vicaire à Oisseau, puis recteur, avant d’être nommé curé à Rennes-en-Grenouilles.

Invité à choisir entre le serment constitutionnel et la mort, il répondit simplement : La mort.

 

Voir la notice : Martyrs de Laval (Quatorze)

 

 

Pierre Thomas

1729-1794

 

Pierre était né le 13 décembre 1729 à Mesnil-Rainfray (Manche).

Ordonné prêtre vers 1759 pour le diocèse de Laval, il fut vicaire à Peuton, puis aumônier de l’hôpital de Château-Gontier.

On lui remarqua des façons parfois brusques ou loufoques, mais ses réponses devant les juges furent droites et courageuses.

 

Voir la notice : Martyrs de Laval (Quatorze), 21 janvier.

Il y a un autre Pierre Thomas, du 14e siècle, voir la notice Pierre Thomas de Sales

 

 

Jean-Baptiste Turpin du Cormier

1732-1794

 

Né le 8 septembre 1732 à Laval (Mayenne), Jean-Baptiste fut ordonné prêtre en 1756.

Il fréquenta l’Université d’Angers et fut reçu bachelier en théologie.

Il fut nommé curé à l’église centrale de Laval, l’église de la Sainte-Trinité, qui devait devenir la cathédrale du nouveau diocèse.

Sa formation, sa position, mais surtout sa fermeté, en firent comme le «chef» du groupe des Martyrs de Laval ; tous se référaient à lui, car il savait leur redonner courage. Même les geôliers le considéraient comme tel.

Aux «juges», il répondit : (Je n’ai pas prêté le serment) parce qu’il attaquait ma religion et était contre ma conscience…

L’accusateur public s’exprima ainsi : 

Je demande que tous subissent la peine de mort et que Turpin du Cormier, ex-curé de cette commune, soit exécuté le dernier, pour avoir fanatisé son clergé.

 

Voir la notice : Martyrs de Laval (Quatorze)

 

 

Julien-François Morin de la Girardière

1733-1794

 

Il était né le 14 décembre 1733, à Saint-Fraimbault-de-Prières (Mayenne).

Après des études de théologie à l’université d’Angers, il fut ordonné prêtre en 1763, mais dut bientôt se retirer, à cause d’une maladie.

 

Voir la notice : Martyrs de Laval (Quatorze)

 

 

François Duchesne

1736-1794

 

François était né le 8 janvier 1736 à Laval (Mayenne).

Diacre, il fut recteur de collège à Sablé et Laval, où il assumait également ses fonctions liturgiques de diacre.

Il n’était pas soumis au serment. Interrogé s’il ferait le serment, il répondit : Je demanderais un délai, pour que Dieu m’inspirât ce que je devrais faire.

 

Voir la notice : Martyrs de Laval (Quatorze)

 

 

Jean-Baptiste Triquerie

1737-1794

 

Le père Jean-Baptiste était né le 1er juillet 1737 à Laval (Mayenne).

Il entra chez les Franciscains Conventuels, qu’on appelait alors les Cordeliers ; c’était l’unique Religieux du groupe d’aujourd’hui.

Ordonné prêtre, il fut aumônier des Franciscaines de Buron, puis s’était réfugié à Laval.

 

Voir la notice : Martyrs de Laval (Quatorze)

 

 

Jacques André

1743-1794

 

Jacques était né le 15 octobre 1743 à Saint-Pierre-la-Cour (Mayenne).

Ordonné prêtre en 1768, il fut vicaire à Rouez, puis curé à Rouessé-Vassé, avant de se retirer à Laval.

 

Voir la notice : Martyrs de Laval (Quatorze)

 

 

Jean-Marie Gallot

1747-1794

 

Jean-Marie était né le 14 juillet (une date tristement prémonitoire…) 1747, à Laval (Mayenne).

Ordonné prêtre, il fut vicaire à Bazougers, sous-chantre au chapitre de l’église de la Trinité à Laval, et aumônier des Bénédictines.

A quarante-six ans, il était le plus jeune de ce groupe du 21 janvier 1794.

A ses «juges», il répondit : Citoyen, je suis catholique.

 

Voir la notice : Martyrs de Laval (Quatorze)

Bang Franciscus

? -1799

 

Bang Franciscus est un laïc coréen né à Myeoncheon (Chungcheong-do, Corée du Sud).

Il fut pendu à Hongju (Chungcheong-do) le 21 janvier 1799 et béatifié en 2014.

 

 

Joannes Yi Yun-il

1812-1867

 

Yohan (Jean) était né en 1812 à Hongju (Ch’ungch’ŏng, Corée).

Il vint s’installer à Mungyŏng (Kyŏngsang) et travailla comme cultivateur.

Il se maria et eut des enfants.

On le décrivait comme «grand, avec une longue barbe», ce qui lui donnait une allure prophétique. En réalité, il était très doux et très pieux.

Il avait hérité de sa famille une tradition de catholiques et de catéchistes, et faisait de son mieux pour conserver ces traditions.

Ce qu’on sait de son arrestation et de son martyre, nous vient du témoignage de son fils.

Le 6 décembre 1866, Yohan était assis dans sa chambre et aperçut l’arrivée de la police. Il pouvait s’échapper, mais ne le fit pas.

Interrogé s’il connaissait des Catholiques, il dit qu’il l’était, mais qu’il n’en connaissait pas d’autres dans le voisinage. 

La police arrêta ce jour-là trente personnes, dont huit de la parenté de Yohan, qui furent mises en prison à Mungyŏng.

Le gouverneur étant absent, il n’y eut pas d’interrogatoire, mais Yohan fut déjà torturé, tandis qu’on pillait toute sa propriété.

Trois jours après, on les envoya à la prison de Sangju, où Yohan subit trois interrogatoires. A chaque fois, il répondit qu’il ne connaissait pas d’autres Catholiques, en dehors de ceux qu’on avait arrêtés.

Il y avait là en tout soixante-dix prisonniers catholiques. On les divisa en trois groupes : l’un, pour ceux qui avaient des enfants et avaient apostasié ; le second, de vingt personnes, qui refusaient de renier Dieu ; le troisième, les responsables (catéchistes), dont Yohan.

Les autorités de Séoul, consultées, ordonnèrent la condamnation à mort, le 4 janvier 1867.

L’exécution devait avoir lieu à Taegu (Kyŏngsang). Avant le départ, les prisonniers furent encore torturés. Yohan, lui, était si joyeux, qu’il dit à ses enfants : Voilà que je vais devenir martyr. Vous, retournez à la maison, honorez le Bon Dieu, et quand vous serez grands, imitez-moi.

Comme précédemment, Yohan continua d’encourager ses compagnons de cellule à rester fidèles dans leur foi.

Le jour de son exécution étant arrivé, Yohan fut conduit dans un faubourg de Taegu, où il prit un dernier repas et remit aux bourreaux tout l’argent qu’il avait.

Il fut décapité, le 21 janvier 1867.

On ne connaît peut-être pas tous les Martyrs de cette persécution, mais Yohan est le dernier en date de ces cent-trois Martyrs coréens. Ils furent béatifiés à des dates différentes (Yohan en 1968), et tous canonisés en 1984.

Leur fête liturgique est au 20 septembre.

 

 

Joan Font Taulat

1890-1937

 

Il vit le jour le 1er juillet 1890 à Viladomat (Girona) et fut baptisé le 6.

En 1903 il entra au noviciat mineur des Frères des Ecoles Chrétiennes de Bujedo.

En 1906, à Bujedo, il prit l’habit et le nom de Arnoldo Cirilo ou Arnal Ciril.

Après le scholasticat, il fit de l’apostolat à Arenys de Mar (1907) puis passa à Manlleu. Durant ce séjour, il fut atteint d’un sérieux rhumatisme, qui l’accompagnera toute la vie, lui causant même certaine déformation. Mais il continua de travailler fidèlement.

En 1920, il fut nommé directeur de santa Coloma de Farnés, une ville thermale, où il pouvait en même temps suivre une cure salutaire.

En 1933, les lois sur l’éducation obligèrent le Frère à changer de lieu, et il fut nommé directeur à Mollerusa.

Sa piété et son zèle se manifestèrent largement durant ces années de direction. Il avait en outre une particulière dévotion à saint Joseph.

Lors de la révolution de 1936, les miliciens se présentèrent à douze heures trente, juste avant le repas, obligeant le Directeur à évacuer immédiatement le collège. On put confier les plus jeunes à des familles alentour, le temps que leurs propres familles pussent venir les chercher.

Les miliciens saccagèrent et détruirent tout le bâtiment, s’acharnant spécialement sur tout le matériel sacré : crucifix, images saintes, cadres, statues, chapelle, sacristie. Le lendemain, ils mirent le feu à l’église du village.

Le 25 juillet, ils revinrent arrêter le Frère Arnal, hébergé chez le docteur Lluch. Ils fouillèrent encore l’établissement ; découvrant quelque part une carabine de salon, ils accusèrent le Directeur de posséder des armes de guerre, et lui réclamèrent les autres… (qui n’existaient pas).

Devant cette situation, le Frère Arnal tenta de fuir. A quarante-six ans, on a encore les jambes jeunes ! Mais avant d’arriver là où il pensait se réfugier, sur la route de Vilasana, un autre milicien le reconnut, le mit en joue, lui demanda ce qu’il portait et le conduisit au Comité de Utxafaba.

Là, on lui prit son chapelet et le crucifix, et on les piétina devant lui. Puis on le confia à une famille, avec ordre de ne pas le laisser partir. Mais se sentant mal à l’aise, il écrivit à un ami de Mollerusa de venir le chercher. L’ami eut la permission du Comité de Mollerusa de le recevoir chez lui. C’était le 8 août 1936.

Le 24 août, les miliciens firent une rafle en camion, y faisant monter trente-neuf personnes dans la même situation que le Frère Arnal ; ce dernier était du groupe, et retrouva ainsi le Frère Hilario. Tout le groupe fut enfermé dans un local où ils ne pouvaient que se tenir debout, pendant trois jours.

Le 27 août, le Comité les fit conduire à la prison de Lleida.

De nouveau en camion, surveillés par des policiers, suivis par des miliciens, qui tentèrent par trois fois de faire arrêter le camion pour fusiller les prisonniers dans le cimetière des villages qu’ils traversaient. Mais les policiers s’y opposèrent.

A Lleida, la prison fut… l’église, vide, car l’évêque et d’autres ecclésiastiques avaient été récemment assassinés. Les prisonniers furent donc dans cette église, pendant quinze jours, au bout desquels on libéra presque tout le monde, ne conservant que les deux Frères, un prêtre et trois laïcs de Mollerusa. D’après ces derniers, qui survécurent, l’attitude du Frère Arnal fut exemplaire et héroïque.

Le Frère fut informé que le «tribunal populaire» l’avait condamné à mort. On l’enferma alors dans la «chapelle» des condamnés à mort, d’où il écrivit un petit mot à ses amis, empli de toute sa force de caractère et de sa foi.

Frère Arnal fut assassiné le 21 janvier 1937.

Il fut béatifié en 2013.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens