Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2020 6 25 /01 /janvier /2020 00:00

25 JANVIER

 

I.

Conversion de s. Paul, racontée par s. Luc dans Ac 9:1-9 et par s. Paul lui-même dans Ac 22:5-16 et 26:10-18.

S Ananias, qui baptisa s. Paul (cf. Ac:9:10-19), peut-être évêque à Damas et martyr.

IV.

S Arthemas, martyr (enfant ?), à Pouzzoles. 

Ss Agileus, Papias, Secundus, martyrs à Carthage.

S Palæmon, anachorète en Thébaïde, maître de s. Pacôme.

S Bretannio, évêque à Tomes, où il put rentrer d’exil grâce aux protestations des fidèles.

S Grégoire, né à Nazianze où son père était devenu, tard, évêque, et lui conféra le sacerdoce ; s. Basile lui conféra l’épiscopat et il fut évêque à Sasimes puis Constantinople, dont il démissionna pour se retirer à Nazianze ; sa science l’a fait nommer “Théologien” ; il est Docteur de l’Eglise et fêté le 2 janvier, avec son grand ami s. Basile. 

S Publius, abbé près de Zeugma de deux monastères, un grec, l’autre syrien.

S Apollone, ermite en Thébaïde, abbé près de Hermopolis : il imposa aux moines un habit blanc pour ne rien laisser paraître de leurs mortifications.

V.

S Marès, solitaire à Nétis, mort nonagénaire.

VII.

Ss Prix, évêque à Clermont, et Amarinus, ermite à Doroangus, martyrs à Volvic.

?

Ss Donat, Sabin et Agape, martyrs.

VIII.

S Démétrius, archidiacre à Constantinople.

XI.

S Poppon, militaire flamand, moine à Verdun, abbé à Stavelot-Malmédy, réformateur de monastères ; sa mère, Adelwise, est parfois donnée comme bienheureuse.

XIV.

B Heinrich Seuse, dominicain à Constance, mystique, victime de fréquentes accusations calomnieuses, modèle de patience, propagateur de la dévotion au Nom de Jésus.

XV.

B Antonio Migliorati, prêtre augustin en Piceno.

Bse Eleonora (Arcangela) Girlani, fondatrice d’un carmel à Mantoue, mystique.

XIX.      

Bx Gim Sa-jip Franciscus et Jeong Chan-mun Antonius, laïcs coréens martyrs, le premier décapité, le second enterré vivant, béatifiés en 2014.

XX.

B Manuel Domingo y Sol (1836-1909), prêtre espagnol, apôtre des vocations, fondateur d’une congrégation mariale, de la Fraternité des Travailleurs diocésains du Sacré-Cœur de Jésus (pour servir dans les séminaires) et du Collège pontifical espagnol à Rome, béatifié en 1987.
Bse Emilia Fernández Rodríguez de Cortés (1914-1939), gitane espagnole martyre près d’Almería ; enceinte et prisonnière des miliciens, elle mourut peu après l’accouchement ; béatifiée en 2017.

Bse Teresa Grillo (Maria Antonia, 1855-1944), veuve italienne, fondatrice des Filles de la Providence, pour les pauvres, béatifiée en 1998.

B Antoni Świadek (1909-1945), prêtre polonais martyr à Dachau, béatifié en 1999.

Ananias

1er siècle

 

Ananias est une figure de premier plan dans le récit de la conversion de Saul, l’apôtre Paul, dont il est question dans les Actes des Apôtres (Ac 9:10-17).

Il est connu pour être un homme pieux et fidèle à la Loi (Ac 22:12).

Ananias (Ananie) aurait pu être un des soixante-douze disciples du Seigneur, ou au moins l’avoir entendu.

Il aurait été évêque à Damas, qu’il aurait évangélisée ainsi que Eleuthéropolis.

Frappé, Ananie aurait été lapidé en dehors de la ville.

Ces détails sont de «tradition» sans être explicitement vérifiés. Il reste que les Orientaux vénèrent Ananias le 1er octobre, tandis que les Latins ont voulu associer sa mémoire à la conversion de saint Paul, qui se fête le 25 janvier ; le Martyrologe ne parle pas de son «épiscopat».

 

 

Arthemas de Pouzzolles

† 304

 

Arthemas a été présenté comme un enfant de Pouzzolles (Campanie, Italie SW), dont les camarades se seraient moqués à cause de sa foi et qu’ils auraient lapidé, peut-être sur injonction des autorités.

Il est certain qu’Arthemas fut un martyr, mais les documents qui n’existent pas ne peuvent nous fournir d’indications sur son âge, le vrai motif de son martyre et ce martyre proprement dit.

A Capoue, en la basilique Sainte-Prisca, il apparaît dans une mosaïque qu’on a datée du cinquième siècle.

Saint Arthemas de Pouzzolles est commémoré le 25 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Agileus de Carthage

† 304

 

Agileus est un martyr de Carthage, qui souffrit probablement sous Dioclétien et le préfet Anullinus.

Ce qu’on sait sur lui, c’est qu’il fut très tôt mentionné dans un calendrier, qu’un cimetière porta son nom, ainsi qu’une église - une basilique, dit le martyrologe, qui ajoute que s.Augustin y prononça un discours en son honneur au jour anniversaire de son martyre, 25 janvier, peut-être en 304.

Deux autres Martyrs, nommés Papias et Secundus, étaient autrefois nommés avec Agileus, en ce même jour, sans autre indication.

Saint Agileus de Carthage est commémoré le 25 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Palæmon de Thébaïde

† 330

 

Nous savons qu’un grand nombre de saints anachorètes anonymes enfermèrent leurs mortifications et leurs vertus dans l’immense solitude du désert de Thébaïde (Egypte), uniquement préoccupés de se rapprocher de Dieu par leurs efforts pour dominer et vaincre les passions du corps.

Comme eux, Palæmon aurait pu nous rester parfaitement inconnu, si un de ses disciples n’avait consigné par écrit quelques souvenirs de son maître. Nous retrouverons ce s.Pacôme (Pachomius) le 9 mai.

Palæmon donc, fut un des premiers anachorètes de Thébaïde. 

Il vivait retiré au désert depuis un bon nombre d’années, quand Pacôme vint le trouver et lui demander de le prendre pour son disciple. Palæmon n’acquiesçat pas immédiatement, faisant remarquer que beaucoup déjà avaient entrepris ce chemin et n’avaient pu le poursuivre. Il ajouta : Va d’abord travailler à te mortifier dans un monastère et tu reviendras ensuite. Palæmon savait en effet combien la vie monastique est exigeante pour éviter ou supporter les inévitables froissements que l’Ennemi ne cesse de susciter entre les moines.

Et pour le décourager davantage, Palæmon lui donna une idée de son style de vie : tout juste un peu de pain et de sel, jamais de vin ni d’huile ; veillée la moitié de la nuit, pour chanter des psaumes, méditer sur l’Ecriture ; quelquefois cette veillée durait toute la nuit…

Pacôme insista. Palæmon accepta. On verra le 9 mai comment Pacôme sut vraiment profiter des enseignements du Maître.

Ils vivaient dans la prière et l’abstinence continue. Ils se fabriquaient des cilices, et quelques autres travaux, qu’ils vendaient pour leur subsistance ou pour donner quelque aumône.

Pour l’aider à lutter contre le sommeil, Palæmon lui conseilla parfois de transporter du sable d’un endroit à un autre.

Un jour de Pâques où Pacôme avait préparé un «festin» comportant un peu d’huile, un peu de sel et quelques herbes sauvages, Palæmon ne put se résoudre à toucher à cette huile : c’était trop somptueux en regard de Jésus crucifié.

Pacôme fonda, sur invitation céleste, un premier monastère à Tabenne, où Palæmon lui rendit visite.

Il lui promit même de venir le voir chaque année, mais il mourut peu après.

Pacôme, accouru pour l’assister aux derniers moments, vit son âme portée en Paradis par des anges.

Ce fut probablement vers 330.

Saint Palæmon de Thébaïde est commémoré le 25 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Bretannio de Tomes

† 380

 

Bretannio fut évêque de Tomes (Scythie, act. Constanția, Roumanie O), au quatrième siècle.

Sa célébrité lui vint de son attachement à la doctrine du concile de Nicée (325) et de son attitude ferme envers l’empereur Valens, qui cherchait au contraire à attirer les évêques dans le parti arianiste.

Vers 368 donc, Valens arriva à Tomes et se rendit à l’église où l’attendaient l’évêque Bretannio et la foule des fidèles. Bretannio lui répondit avec une liberté tout apostolique qu’il n’y avait qu’un seul symbole et une seule vraie foi, selon lesquels nous croyons que Jésus-Christ est vraiment Dieu et vraiment Fils de Dieu.

Valens essaya d’insister, mais Bretannio sortit de l’église, suivi de toute la foule, et gagna une autre église. Valens, furieux, fit arrêter l’évêque et l’envoya en exil.

Il fut cependant obligé de le rappeler peu après, car les Scythes protestèrent fortement et réclamèrent leur évêque avec insistance ; l’enjeu pour Valens était de taille : si la population de cette région limitrophe se soulevait, c’était la sûreté même de l’empire qui était menacée. Il céda, mais par calcul, non pour la doctrine chrétienne.

Bretannio envoya à s.Basile de Césarée (v. 1er janvier) le corps du célèbre Martyr Sabas le Goth (v. 12 avril), à quoi Basile répondit par une lettre qui nous est parvenue.

Bretannio mourut en paix, vers le début du règne de Théodose le Grand, mais avant le concile de Constantinople de 381, où se trouvait son successeur Gerontius, donc vers 380.

Saint Bretannio de Tomes est commémoré le 25 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Grégoire de Nazianze

329-390

 

Le père de Grégoire, qui s’appelait aussi Grégoire, fit d’abord partie des hypsistaires, une secte païenne qui n’adorait qu’un seul dieu tout-puissant, mais qui joignait à cette vérité un mélange de toutes sortes de superstitions païennes, un peu comme beaucoup de chrétiens qui se disent tels et vivent avec des croyances tout-à-fait étrangères à la Foi, comme le chiffre treize, l’horoscope, les objets «porte-bonheur»… Il vivait cependant en chrétien, de concert avec sa sainte épouse, Nonna (v. 5 août), à Arianze, près de la petite ville de Nazianze en Cappadoce (act. Bekarlar, Bekar, Nenezi, Turquie CS).

Ils avaient déjà trois enfants : Gorgonie, Grégoire et Césaire. Grégoire-fils vint au monde sur les prières de Nonna, sa mère, qui le consacra à Dieu au service de l’Eglise. 

Grégoire-père eut un songe, dans lequel il se voyait chanter un verset du psaume 121 : Je me suis réjoui de ce que l’on m’ait dit «Nous irons dans la maison du Seigneur». Lui qui n’avait jamais chanté un verset de psaume, fut ravi d’avoir entendu celui-ci et demanda bientôt le baptême. C’était vers 325, l’époque du concile de Nicée.

Lors de son baptême, ce Grégoire se mit à genoux pour recevoir les instructions données, comme cela est requis pour l’ordination des évêques ; et au sortir de son baptême, on le vit entouré de lumière. Ces deux signes furent comme les présages de la prochaine ordination épiscopale de Grégoire.

Il fut en effet bientôt ordonné évêque pour Nazianze, charge qu’il géra de la façon la plus humble et la plus honnête qui fût. Il étudia profondément l’Ecriture. Toutefois, comme beaucoup d’autres évêques, il n’eut pas assez de discernement au moment du concile de Rimini (359), et signa un formulaire qui différait du Symbole de Nicée. Il sentit qu’il avait besoin de son fils Grégoire pour le soutenir et le seconder, et l’ordonna prêtre.

Il mourut saintement vers 374, suivi de peu par son épouse Nonna.

Grégoire-fils, donc, puisque c’est surtout de lui qu’il s’agit ici, nous fournit lui-même maints détails de son chemin spirituel, et raconte comment dans un songe il avait perçu l’inestimable don qu’est la chasteté, qu’il embrassa sans retour et pour toute sa vie.

Il alla étudier en divers endroits, accompagné de son frère Césaire : Palestine, Alexandrie, Athènes. Durant l’un de ces voyages, une violente tempête lui arracha des larmes, car il craignait de mourir sans avoir encore reçu le baptême. C’est à Athènes qu’il rencontra Basile, futur évêque de Césarée, avec qui il se lia d’une sainte amitié extrêmement profonde.

Parvenu à Constantinople, il y reçut le baptême (356) et résolut alors de se retirer dans la solitude, dans la province du Pont, où des austérités excessives compromirent sa santé. Mais comme il voulait quand même s’occuper de ses chers parents âgés, il se trouvait ainsi partagé. Il revint à Nazianze.

C’est alors, comme on l’a vu plus haut, que son père l’ordonna prêtre.

Son frère Césaire mourut en 369, sa sœur Gorgonie peu après (vers 372), et ses vieux parents, vers 374.

En 372, Basile voulut nommer Grégoire au siège de Sasimes, récemment créé. Mais Grégoire, déjà trop affaibli, eut des excuses pour ne pas s’y rendre et se retira plutôt à Séleucie, d’où il fut à nouveau sorti pour être évêque de Constantinople, au moment au Théodose accédait au siège impérial.

Il y avait à Constantinople une maison de la propriété des parents de Grégoire, que celui-ci transforma en église ; cette église porta le nom de Anastasis (c’est-à-dire Résurrection), car la foi était en train de ressusciter à Constantinople, après les pénibles luttes doctrinales qui l’avaient secouée.

L’éloquence et la douceur de Grégoire conquirent beaucoup de monde à Constantinople, y compris des hérétiques qui rejoignaient le bercail de l’Eglise. C’est que Grégoire y mettait de sa personne, dans les veilles, les prières, les larmes, l’aumône, le soin des malades.

Mais des envieux l’attaquèrent aussi, on lui jeta des pierres, on l’accusa devant les tribunaux, un certain Maxime s’était fait sacrer évêque clandestinement pour supplanter Grégoire ; on paya un brigand pour l’assassiner, mais ce dernier en eut honte et vint le lui avouer. Grégoire lui pardonna de bon cœur, critiqué en cela aussi par quelques-uns de ses propres partisans.

Finalement, Grégoire, pour obtenir la paix dans Constantinople et dans l’Eglise, se démit totalement de toute charge et regagna Nazianze, où il continua d’écrire. 

Les discours de saint Grégoire de Nazianze traitent de la plus pure doctrine de l’Eglise : sur la Trinité, sur la nature divine, sur la divinité du Verbe, sur le Saint-Esprit… Ces discours ont mérité à Grégoire le nom de Théologien. Dans ses poèmes, Grégoire nous livre beaucoup de détails biographiques concernant ses parents et lui-même.

Puis il se retira complètement dans son petit bourg natal, Arianze, où il s’enferma dans une solitude complète et dans le silence. 

Il mourut en 389 ou 390. On a longtemps retenu le 9 mai pour son dies natalis, qu’on a finalement rétabli au 25 janvier. 

Le 25 janvier étant la fête de la Conversion de saint Paul, l’Eglise a établi la fête de saint Grégoire de Nazianze avec celle de son cher ami, saint Basile de Césarée, au 2 janvier. Ces deux Saints sont Docteurs de l’Eglise.

Marès de Syrie

† 430

 

Ce reclus se construisit une modeste habitation à Nétis, en Syrie, où il séjourna pendant trente-sept ans. Aux fêtes des martyrs, il charmait l’assemblée des fidèles en chantant les louanges de ceux qui avaient souffert pour la foi.

Théodoret de Cyr s’estime heureux d’avoir vécu dans son intimité. C’est de lui aussi que l’on tient que, Marès ne pouvant pas assister aux divines liturgies, c’est l’évêque qui venait célébrer dans sa cellule. En l’absence d’autel, l’évêque célébrait le saint Sacrifice sur les mains d’un diacre. Alors Marès était transporté d’une extraordinaire joie spirituelle.

Saint Marès vécut jusqu’à l’âge avancé de quatre-vingt-dix ans, dans une extrême austérité.

Il est mentionné au Martyrologe Romain au 25 janvier.

 

 

Præiectus de Clermont

625-676

 

Præiectus (qu’on a traduit de diverses façons : Priest, Prix, Project, Préjet, Prist, Prest, Preils) naquit vers 625 à Vesedone (auj. Vézézoux, Haute-Loire), de parents romains installés en Auvergne, Gundolinus et Elidia.

Elidia eut un pressentiment avant la naissance de son fils ; elle eut même peut-être une sorte de vision dans laquelle il lui sembla voir son fils couvert de sang : un prêtre lui expliqua que ce pouvait être l’annonce du martyre.

Catholiques, les parents de Præiectus le confièrent aux Bénédictins d’Issoire, où il apprit les lettres et le chant monastique.

Déjà les signes se manifestaient sur sa personne. Un jour que des chiens enragés blessèrent plusieurs de ses camarades, Præiectus n’en reçut aucun mal.

Devenu adulte, il fut envoyé à la cour et confié à l’archidiacre Genesius, futur évêque des Arvernes (c’était le titre de l’évêque avant d’être celui de Clermont). Ce Genesius le garda comme conseiller et chargé des aumônes. Præiectus continua de se former, de s’instruire, particulièrement dans la pratique du plain-chant (le chant grégorien). Lors d’une sorte de compétition, il reçut même des appréciations unanimes des auditeurs.

Vers 662 mourut Genesius (v. 3 juin) ; lui succéda peu de temps s. Felix (qui n’est pas dans le Martyrologe) : il confia à Præiectus la paroisse d’Issoire et la direction du monastère de Chantoing. Or Præiectus n’était encore que diacre. Il se consacra pleinement à toutes les œuvres dont il était capable : organiser la prière, fonder un monastère, des églises, un hôpital pour accueillir vingt malades pauvres, sans rien délaisser de sa propre vie spirituelle et ascétique : jeûnes, méditation de l’Ecriture sainte ; son humilité surtout et sa douceur frappaient les esprits.

Felix fut suivi en 665 de Garivaldus, qui fut simoniaque et ne siégea qu’un mois ; vers 666 Præiectus fut élu évêque des Arvernes, à trente-neuf ans. Il prit pour coadjuteur un religieux nommé Evodius.

Præiectus fonda encore le monastère de Chamalières pour les religieuses et un hôpital. Dieu lui permit aussi de faire des miracles. Il guérit un paralytique malade depuis quinze ans, un ermite alsacien affligé de fièvre ; ce dernier, Amarinus, voulut, par reconnaissance, l’accompagner jusque dans son diocèse.

La générosité de Præiectus engendra la situation qui aboutit à son martyre. Il avait en effet reçu un legs d’une personne avant le décès de celle-ci, et on le calomnia auprès du roi Childéric, lequel fit exécuter l’auteur de la calomnie. La famille résolut de se venger. Une équipe de vingt hommes attendit l’évêque et l’ermite Amarinus au village de Volvic. Ils assassinèrent d’abord Amarinus, l’ayant pris pour l’évêque ; Præiectus les rappela en se présentant, et un certain Radbertus, saxon d’origine, le perça de son épée : Præiectus tomba en répétant les mots de saint Etienne (Ac 7:60) et du Christ (Lc 23:34) : Seigneur, ne leur impute pas ce péché, car ils ne savent pas ce qu’ils font. Un autre bandit lui assena un violent coup de matraque sur la tête. Un autre clerc, Elidus, fut également massacré.

C’était le 25 janvier 676, dies natalis retenu par le Martyrologe Romain, qui mentionne en même temps l’ermite Amarinus.

Le village de Doroangus est devenu Saint-Amarin.

Le culte de saint Prix s’est répandu jusqu’en Allemagne et en Angleterre. A Volvic furent construits un monastère et une église.

 

 

Amarinus de Doroangus

† 676

 

Ce pieux ermite, qu’on appelle aussi Marinus, se construisit une cellule près de Doroangus ou Cloroangus (act. Saint-Amarin, Haut-Rhin, Alsace).

Comme on l’a raconté dans la notice de saint Præiectus, il reçut ce dernier lors de son retour d’auprès le roi Childéric II. Amarinus était alors alité, victime d’une fièvre maligne. Præiectus le guérit d’un signe de croix.

En reconnaissance, Amarinus voulut l’accompagner jusqu’à son diocèse. 

On voudra bien se reporter ici à la notice Præiectus de Clermont.

Depuis, le village de Doroangus a pris le nom de Saint-Amarin, que les Alsaciens appellent Sankt Amàri

Saint Amarinus est commémoré avec saint Præiectus au 25 janvier dans le Martyrologe Romain.

Heinrich Seuse

1290-1366

 

Heinrich naquit à Überlingen sur le lac de Constance, le 21 mars d’une année entre 1290 et 1300.

Son père appartenait à la noble famille Berg ; sa sainte mère était d’une famille de Süs, d’où il prit le nom de Seusen ou Suso en italien. Heinrich eut une sœur.

A treize ans, il entra chez les pères dominicains de Constance, son père ayant désespérément renoncé à en faire un soldat.

Sa vie «mystique» commença vraiment quand il eut dix-huit ans. Il eut une extase qui dura plus d’une heure : il comprit qu’il devait changer complètement et mâta son corps avec de sévères austérités (qu’il sut modérer par la suite) : par exemple il s’était fait un sous-vêtement avec cent-cinquante pointes de cuivre destinées à lui percer la peau, ou aussi des gants avec de petites pointes aiguës, pour l’empêcher de déranger les bêtes qui foisonnaient par terre. Pour dormir, une planche inconfortable, avec une croix garnie de trente clous, juste sous sous corps. En hiver, il dormait par terre jusqu’à geler, tant son corps était couvert de cicatrices, et sa gorge était complètement desséchée par la soif. Il s’imposa aussi la pénitence de ne pas prendre de bain pendant un quart de siècle.

De 1324 à 1327 il fit d’autres études de théologie à Cologne, où il fut près d’Eckhart von Cochheim, «Maître Eckhart», et eut sans doute comme compagnon un autre grand mystique, Tauler.

C’est à Cologne qu’il écrivit son premier opuscule, le Petit Livre de la Vérité (Büchlein der Wahrheit), un ouvrage qu’on a mis au même rang que les homélies de saint Bernard et que l’Imitation de Jésus-Christ. Il n’y aura pas d’autre livre de méditation plus lu en langue allemande durant tout le quinzième siècle. Heinrich le traduisit en latin en 1334, le complétant et lui donnant le nouveau titre de Horologium Sapientiæ, qui fut très répandu dans tout l’Occident.

Heinrich se donnait dans ses écrits le nom de Amandus, et aussi celui de Serviteur de la Sagesse éternelle. Il utilisait l’idiome alémanique avec une rare habileté et contribua à la formation d’une prose germanique soignée. Dans ses écrits il se révéla vraiment un chantre de la Sagesse divine. Ses ouvrages de dévotion furent extrêmement populaires. Saint Pierre Canisius (voir au 21 décembre) le lisait volontiers.

Après quelques années d’enseignement à Constance, il fut élu en 1343 prieur, à Diessenhofen, croit-on. Cinq ans après, il fut transféré à Ulm, où il resta jusqu’à la mort.

Là il écrivit l’histoire de sa vie intérieure, et révisa son Petit Livre de la Vérité.

Disciple de Maître Eckhart, il contribua au développement de l’école mystique rhénane. Il propagea l’esprit de réforme dans les monastères, en particulier chez les moniales de Katharinental et Töss.

Outre sa doctrine mystique, Heinrich développa beaucoup la dévotion au «doux nom de Jésus», ainsi qu’envers la sainte Mère de Dieu, pour laquelle il eut des expressions d’une grande beauté.

Seize ans après sa première extase, une nouvelle extase lui annonça que cette phase de souffrances physiques devait terminer et qu’une autre allait commencer, riche en nouvelles épreuves physiques, et en graves persécutions calomnieuses, qu’il supporta avec une rare patience : on faillit l’assassiner, l’empoisonner, un pénitent l’accusa d’être le père de son enfant… Une autre épreuve fut le cas de sa propre sœur, qui s’enfuit de son couvent ; il la rechercha, le retrouva, l’aida à revenir, et l’établit dans un autre monastère, où il resta jusqu’à ce qu’elle fût pleinement pacifiée.

Son activité de prêcheur s’exerça en Souabe, en Suisse, en Alsace, aux Pays-Bas. Il ne s’adressait pas aux masses, mais dans des rencontres personnelles, avec des personnes vivement attirées par sa personnalité et qui lui demandaient des conseils pour leur vie spirituelle.

Il mourut à Ulm le 25 janvier 1366, et fut béatifié en 1831.

 

 

Antonio Migliorati

1355-1450

 

Antonio naquit le 17 janvier 1355 à Amandola (Fermo, Marches, Italie CE), dans une humble famille paysanne. Le papa s’appelait Simpliciano.

Il y avait à Amandola un couvent de pères augustins et Antonio, conquis par ce qu’il y apprit de s. Nicola de Tolentino (v. 10 septembre), entra dans ce couvent.

Après la profession et les études nécessaires, il fut ordonné prêtre vers 1380.

Peu après, il eut la joie d’être nommé gardien du sépulcre de s. Nicola et il y resta une douzaine d’années.

En 1397, on l’envoya dans les Pouilles pour prêcher : nouvelle joie pour Antonio, qui put vénérer à Bari l’autre s. Nicola (v. 6 décembre).

De retour à Amandola, il fut nommé prieur du couvent. Il le resta pendant presque un demi-siècle. Il y entreprit la construction d’une nouvelle église, que la mort l’empêcha de porter à terme.

Antonio mourut le 25 janvier 1455. Les miracles, nombreux et prodigieux (on recensa des résurrections de morts), diffusèrent la sainteté du Religieux.

Il fut béatifié en 1759 par la reconnaissance de son culte immémorial.

Disons aussi, pour être complets, que les soldats français profanèrent son corps en 1798.

 

 

Eleonora Girlani

1460-1494

 

Elle naquit en 1460 à Trino Vercellese (Piémont, Italie NO), de famille bourgeoise, où elle reçut une bonne éducation chrétienne, à laquelle elle correspondit avec tout son cœur. Elle avait deux sœurs : Scolastica et Maria.

Après avoir fréquenté le monastère local des Religieuses, elle eut le désir de devenir à son tour religieuse, aussi son père crut bon de la rappeler à la maison pour bien réfléchir. Tout bien réfléchi, les trois sœurs se décidèrent pour la vie religieuse. Les parents n’y consentirent qu’à condition qu’elles entreraient dans le monastère de Trino, pour rester proches de la famille. Mais Eleonora voulait plus de détachement.

Grâce à l’intervention d’un ami Carme, les trois sœurs se rendirent au couvent des Carmélites de Parme. Eleonora y prit l’habit en 1478, avec le nom de Arcangela. Elle avait un peu moins de dix-huit ans.

Elle fut bientôt choisie pour être prieure et le resta quinze ans. Sa vie était son enseignement : les consœurs la suivaient dans la voie de la perfection, et toute la ville put bénéficier de leurs conseils.

C’est donc avec un certain déchirement qu’on la vit quitter Parme pour Mantoue, où se fondait un nouveau couvent, tandis que Scolastica lui succédait comme prieure.

A Mantoue, Eleonora continua sa vie de sanctification, avec ses mortifications, ses jeûnes et ses prières. Elle faisait en sorte, pour elle comme pour toutes les consœurs, que le nom de leur monastère (Notre Dame du Paradis) fût vraiment un paradis de sainteté. Elle eut alors de fréquentes extases.

Elle ne touchait à son bréviaire qu’après s’être lavé les mains, par respect pour la Vérité qu’en contenaient les lignes. Elle aimait méditer sur la Naissance et la Passion du Christ. A chaque nouvelle occupation, elle invoquait la Sainte Trinité. Elle eut le don de la prophétie.

Durant ses dernières années de vie, elle souffrit de plusieurs infirmités et de fréquentes fièvres. Aux derniers moments, elle recommanda aux Consœurs l’humilité.

Sa dernière parole fut : Jésus, mon amour ! Elle s’éteignit alors, le 25 janvier 1494 ; elle avait trente-trois ans. Des documents anciens la font mourir le jour-même de son trente-quatrième anniversaire, supposant qu’elle serait née également un 25 janvier.

Juste après sa mort, elle apparut à sa sœur Scolastica à Parme.

Le culte de la bienheureuse Eleonora fut approuvé en 1864 et le Martyrologe la mentionne au 25 janvier.

 

 

Gim Sa-jip Franciscus

1744-1802

 

Gim Sa-jip Franciscus est un laïc coréen né en 1744 à Deoksan (Chungcheong-do, Corée S).

Il fut décapité à Cheongju, Chungcheong-do, le 25 janvier 1802 et béatifié en 2014.

 

 

Jeong Chan-mun Antonius

1822-1867

 

Jeong Chan-mun Antonius est un laïc coréen né en 1822 à Jinju (Gyeongsang-do, Corée S).

Il fut enterré vivant à Jinju le 25 janvier 1867 et béatifié en 2014.

 

 

Manuel Domingo y Sol

1836-1909

 

Né le 1er avril 1836 à Tortosa (Tarragona, Espagne), Manuel entra à quinze ans au séminaire et fut ordonné prêtre en 1860.

Il fut nommé vicaire à La Aldea (Tortosa) et, un an après, curé à Santiago de Tortosa.

Il fut successivement missionnaire diocésain, curé, aumônier de plusieurs communautés religieuses, professeur.

Il s’occupa particulièrement des jeunes, fondant pour eux un Centre et une revue, la première du genre, El Congregante.

Après les événements anticléricaux de 1868, le séminaire avait été fermé, les séminariste dispersés. Il voulut construire une maison pour accueillir les vocations et les aider à se former convenablement. Ainsi s’ouvrit en 1873 la Maison de Saint-Joseph, avec vingt-quatre jeunes, qui furent une centaine en peu de temps. En 1879, il ouvrit le Collège Saint-Joseph pour les Vocations Ecclésiastiques, avec trois cents séminaristes.Il en aidait encore une centaine d’autres dans une autre maison.

En 1883, il donna le départ à une Fraternité de Prêtres Ouvriers Diocésains du Coeur de Jésus, destinés particulièrement à la réparation, et à la formation des prêtres. L’évêque de Tortosa l’approuva la même année.

L’initiative plut aux évêques et plusieurs Collèges furent ouvert en peu de temps à Valencia, Murcia, Orihuela, Plasencia, Burgos, Almería, Lisbonne au Portugal, Tolède.Mais surtout, il put ouvrir à Rome un Collège espagnol, en 1892, qui serait le Collège Pontifical Espagnol Saint-Joseph, d’où sortirent des milliers de prêtres et d’évêques.

Désormais, beaucoup d’évêques espagnols, mais aussi mexicains, confièrent la formation de leurs séminaristes à la Fraternité sacerdotale fondée par don Manuel.

L’esprit de réparation envers le Sacré-Coeur se manifestait pour lui dans la dévotion eucharistique. Il aurait voulu dédier un sanctuaire de réparation dans tous les diocèses, mais n’en put inaugurer qu’à Mexico (le Templo Nacional Expiatorio de San Felipe de Jesús) et un autre à Tortosa.

Après avoir célébré la Messe une dernière fois le 18 janvier 1909, il s’éteignit à ce monde le 25 janvier 1909.

Don Manuel, alias Mosen Sol, fut appelé Apôtre des Vocations et béatifié en 1987.

Emilia Fernández Rodríguez de Cortés

1914-1939

 

Emilia était une jeune gitane, née le 13 avril 1914 à Tíjola, Almería. Elle reçut le baptême.

Elle gagnait sa vie en fabriquant des paniers en osier.

Elle eut pour mari Juan Cortés Cortés ; quand on voulut enrôler de force celui-ci dans les rangs des républicains, elle s’y opposa farouchement. Or, elle devait bientôt accoucher ; malgré son état, on l’envoya dans la prison de Gachas-Colorás, sans aucun ménagement.

Dans la prison, une autre détenue lui enseigna comment s’offrir à Dieu, comment prier, notamment avec le chapelet. Au moment de l’accouchement, on mit Emilia en cellule d’isolement : c’est là que naquit la petite Ángeles.

Emilia mourut des suites de cet accouchement douloureux, le 25 janvier 1939. Les circonstances de cette mort ont permis de considérer qu’Emilia avait bien été victime des ennemis du Christ et qu’elle était morte pour sa Foi ; elle fut considérée martyre, et béatifiée en 2017.

Le nom de la bienheureuse Emilia Fernández Rodríguez sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 25 janvier.

 

 

Teresa Grillo

1855-1944

 

Née le 25 septembre 1855 à Spinetta Marengo (Alessandria, Piémont, Italie), benjamine des cinq enfants de Giuseppe et Maria Antonietta Parvopassau, Teresa Maddalena fut baptisée dès le lendemain, reçut la Confirmation en 1867 et la Première communion en 1872.

Le père était chef de service à l’hôpital, et mourut en 1867.

Teresa étudia à Turin puis à Lodi, chez les Dames Anglaises, où elle prit le diplôme.

Elle épousa Giovanni Michel, capitaine des Chasseurs alpins, en 1877, et fut veuve en 1891.

Un moment fortement déprimée, elle se reprit et reçut dans son hôtel beaucoup de personnes dans le besoin ; devant le nombre, elle vendit l’hôtel et en acheta un plus grand, donnant ainsi le départ à une œuvre nouvelle : le Petit Hospice de la Divine Providence (1893).

En même temps, elle entra dans le Tiers Ordre franciscain. A l’occasion, elle remit sa robe de noces aux pères Capucins pour en faire une aube.

En 1899, elle fit les vœux de religion et son œuvre prit le nom de Congrégation des Petites Soeurs de la Divine Providence. Elle même s’appela désormais Maria Antonia, en souvenir de sa mère.

Le centre de la vie spirituelle des Religieuses était la prière devant l’Eucharistie.

En 1902, elle ouvrit à La Spezia une école maternelle et une maison de couture, qu’elle mit sous le patronage de Iolanda de Savoie.

Des maisons s’ouvrirent vite dans le Piémont, en Lombardie, en Vénétie et dans le sud de l’Italie, puis au Brésil (1900), en Argentine (1927). Elle fit huit fois la traversée de l’Atlantique pour visiter ces maisons.

L’approbation du Saint Siège arriva en 1942.

Teresa Grillo-Michel mourut à Alessandria, le 25 janvier 1944, à quatre-vingt huit ans.

Elle a été béatifiée en 1998.

 

 

Antoni Świadek

1909-1945

 

Prêtre du diocèse de Gniezno, il naquit le 27 mars 1909 à Pobiedziska (Wielkopolskie, Pologne), de Władysław et Włdysława Mieleszyńskich.

Durant ses études à Kepno, il fit partie de la Société de Marie et des Scouts.

Entré au séminaire de Poznan, il fut ordonné prêtre en 1933.

On le nota oublieux de soi-même et serviable.

Vicaire à Bydgoszcz, il devait y rester jusqu’à son arrestation en 1942. Mais il reçut aussi d’autres missions : en 1937, il remplaça le prêtre de la paroisse de Saint Stanislas et en dirigea les travaux de construction de l’église.

Il fut aussi aumônier pour les Scouts et les Militaires.

Lors de la guerre en 1939, il se porta volontaire comme aumônier des troupes, et le fut jusqu’à la défaite polonaise.

Il eut le courage de mantenir la langue polonaise dans les cérémonies, malgré l’interdiction des autorités allemandes. Il continua de préparer les enfants à la Première communion, chercha à soulager les pauvres et les déshérités.

Dénoncé, il fut arrêté en été 1942, mis en prison à Bydgoszcz, et déporté à Dachau en octobre. Il y porta le numéro 37193.

Il fut pris de fièvre typhoïde, mais en guérit. Comme prêtre, il dut effectuer des travaux particulièrement pénibles, dans les commandos de fabrique des vêtements, puis dans les plantations.

En janvier 1945, il prit le typhus et en mourut (ou bien fut « éliminé ») le 25 janvier 1945.

Il a été béatifié en 1999.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens