Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2020 4 30 /01 /janvier /2020 00:00

30 JANVIER

 

I.

S Barsimée, évêque à Edesse.

S Mathias, évêque à Jérusalem.

II.

S Agrippin, évêque à Alexandrie.

III.

Ste Martine, martyre romaine.

S Hippolyte, martyr à Antioche, qu’on a confondu avec celui de Rome.

?

Ss Félicien et Philappien, martyrs en Afrique avec d’autres. 

S Alexandre, martyr en Afrique.

IV.

Ste Savine, veuve à Lodi, morte en priant à Milan au tombeau des ss. Nabor et Félix.

S Barsès, évêque à Edesse, exilé par l’empereur à Oxyrynchius, puis aux confins.

VI.

S Ailbe, prêtre irlandais disciple de s. Patrick, donc mort au moins centenaire.

VII.

Ste Bathilde, esclave anglaise rachetée en France, épouse de Clovis II, retirée à Chelles ; on retrouva son corps intact deux siècles après sa mort.

Ste Aldegonde, du Hainaut, sœur de ste Waudru, fondatrice et abbesse près de Maubeuge ; morte d’un cancer au sein, elle est invoquée pour la guérison de cette maladie.

Bse Haberilla, supérieure d’une communauté à Bregentz.

VIII.

S Armentarius, évêque à Pavie.

S Théophile le Jeune, administrateur d'une région d'Asie Mineure, fait prisonnier en Chypre, martyrisé par les musulmans.

IX.

Ste Thiadilde, première abbesse à Freckenhorst ; petite, elle était demeurée miraculeusement indemne après une chute dans une bassine d’eau bouillante.

XI.

B Amnichad (Annuchardus, Annuchadus), écossais, renvoyé de Iniskeltra, mais modèle de régularité à Fulda. 

S Aleaume, militaire poitevin, moine à La Chaise-Dieu (ou même abbé), fondateur d’un monastère à Burgos, dont il est un des patrons.

S Pellegrino, peut-être grec, envoyé évangéliser en Sicile.

XVI.

B François Taylor, père de famille anglais, martyr.

XVII.

Bx martyrs japonais, béatifiés en 2008, membres de la même famille Ogasawara à savoir : le père Yosaburō Gen’ya, la mère Miya Luisa ; leurs six garçons (Genpachi, Sasaemon, Sayuemon, Shiro, Goro, Gonnosuke) et leurs trois filles (Mari, Kuri, Tsuchi), dont on ignore les âges ; en outre leurs quatre domestiques, dont on ignore le nom et l’âge.

Ste Clarice (Giacinta) de’ Mariscotti, tertiaire franciscaine à Viterbe, de comportement d’abord très mondain et scandaleux, exemplaire ensuite, mystique et thaumaturge ; elle est à l’origine des “Quarante heures” (adoration continue) pendant les trois derniers jours du carnaval ; son corps est resté sans corruption.

XVIII.

B Sebastiano Valfrè, prêtre piémontais de l’Oratoire.

XIX.

Bx Jeong Gwang-su Barnabas, Hong Ik-man Antonius, Han Deok-un Thomas, Hwang Il-gwang Simon, Hong In Leo et Kwon Sang-mun Sebastianus, laïcs coréens martyrs, par décapitation, béatifiés en 2014.

Ss Seutepano Min Kŭk-ka, catéchiste, martyr coréen, canonisé en 1984 et fêté le 20 septembre (le 20 janvier au Martyrologe.

S Tôma Khuông, prêtre et martyr du Tonkin, canonisé en 1988 et fêté le 24 novembre.

XX.

S David Galván Bermúdez (1881-1915), prêtre mexicain martyr: il s’opposa à ce qu’un officier, déjà marié, épousât une jeune fille, ce qui lui valut d'être fusillé ; béatifié en 1992, canonisé en 2000, fêté avec ses compagnons le 21 mai.

S Louis-Joseph Wiaux (Mutien-Marie, 1841-1917), frère des Ecoles Chrétiennes en Belgique, exemplaire dans sa conformité à la règle et très marial, canonisé en 1989.

B Dom Joseph (Columba) Marmion (1858-1923), bénédictin irlandais à Maredsous, puis abbé, béatifié en 2000.

Bse Carmen Marie-Anne García Moyon (1888-1937), laïque espagnole d’origine française, coopératrice des Tertiaires Capucins, arrosée d’essence et brûlée vive près de Valencia, martyre béatifiée en 2001.

B Zygmunt Pisarski (1902-1943), prêtre polonais martyr à Dachau, béatifié en 1999.

Bse Maria Bolognesi (1924-1980), vierge laïque italienne, mystique, béatifiée en 2013.

Barsimée d’Edesse

2e siècle

 

Des raisons assez justifiées ont voulu faire vivre cet évêque au troisième siècle. Mais d’autres non moins fondées le maintiendront ici au deuxième siècle.

On a vu, au 29 janvier, comment Barsimée fut l’artisan de la conversion et du baptême de s.Sarbel et de sa sœur ste Bebaia, en 113.

La première question à poser est celle-ci : Barsimée était-il déjà évêque d’Edesse à ce moment-là ou pas ? D’après la notice de s.Sarbel, il semble que oui.

Mais selon certaines versions, Barsimée aurait été arrêté, flagellé, jeté en prison, et ensuite nommé évêque, troisième sur ce siège.

Un édit de tolérance de Trajan aurait valu à Barsimée la libération ; mais on affirme aussi qu’il aurait été martyrisé en 114.

Les spécialistes qui préfèrent le situer au troisième siècle, avancent que Barsimée, déjà évêque, aurait beaucoup souffert durant la persécution de Dèce (250), mais qu’ensuite il aurait gouverné son diocèse sans être inquiété - et ne serait pas mort martyr.

Le Martyrologe actuel incline plus pour la deuxième hypothèse.

On va peut-être plaider pour l’existence de deux Barsimée…

Saint Barsimée d’Edesse est commémoré le 30 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Matthias de Jérusalem

2e siècle

 

Cet évêque, à distinguer de l’Apôtre Matthias qui est fêté le 14 mai, occupa le siège de Jérusalem après Siméon, qui mourut en 107 (voir au 27 avril).

A cette époque, les Chrétiens souffrirent de la persécution romaine, mais aussi du soulèvement des Juifs.

Matthias de Jérusalem mourut vers l’an 120.

Il est commémoré le 30 janvier.

 

Martina de Rome

† 226

 

Voici ce que nous disent les Actes de sainte Martine. Ils ressemblent beaucoup à ceux d'autres Martyres, à moins que ce soient les autres récits qui ressemblent fort à celui-ci. Il s'y trouve maint détail merveilleux qui étonnera les uns et édifiera les autres. Ormis les textes inspirés de l'Ecriture, nul n’est obligé de croire à ces récits que nous a légués une certaine tradition.

Sainte Martine naquit à Rome de parents illustres. Son père avait été trois fois consul et s'était distingué par une foi vive et une charité ardente. Après sa mort, Martine vendit ses biens et consacra l'argent à des œuvres de miséricorde.

L'empereur Alexandre régnait et persécutait les chrétiens. Des gens occupés à rechercher les serviteurs de Jésus-Christ trouvèrent sainte Martine en prières dans une église et l'arrêtèrent. Comme elle ne fit aucune difficulté de les suivre, ils crurent avoir fait une conquête ; mais, conduite à l'empereur, elle refusa de sacrifier aux idoles ; celui-ci ne l'en fit pas moins conduire au temple d’Apollon. En y entrant, Martine, s'armant du signe de la Croix, pria Jésus-Christ, et à l'instant il se fit un effroyable tremblement de terre qui renversa une partie du temple et brisa l'idole. L’empereur, irrité, commanda qu’on frappât la vierge à coups de poings et qu'on l'écorchât avec des ongles de fer ; Martine souffrit avec une telle patience, que les bourreaux, lassés, furent remplacés par d’autres qu'une lumière divine renversa et convertit.

Conduite de nouveau devant l´empereur, Martine refusa pour la seconde fois de sacrifier aux idoles ; Alexandre la fit attacher à quatre pieux et fouetter si cruellement et si longtemps que les bourreaux s'arrêtèrent de fatigue. Martine fut reconduite en prison, et on versa dans ses plaies de l'huile bouillante ; mais des Anges vinrent la fortifier et la consoler. Le lendemain, la vierge fut conduite au temple de Diane que le démon quitta aussitôt avec des hurlements horribles, en même temps que la foudre renversait et brûlait une partie du temple avec ses prêtres.

L’empereur, effrayé, laissa Martine aux mains du président Justin qui la fit si cruellement déchirer avec des peignes de fer, qu'il la crut morte ; mais s'apercevant qu'il se trompait, il lui demanda : Martine, ne veux-tu pas sacrifier aux dieux et te préserver des supplices qui te sont préparés ?J’ai mon Seigneur Jésus-Christ qui me fortifie, et je ne sacrifierai pas à vos démons. Le président, furieux, commanda de la reconduire en prison.

L'empereur, informé de ce qui s'était passé, ordonna que Martine fût menée dans l'amphithéâtre afin d'y être exposée aux bêtes ; mais un lion, qu'on lâcha pour la dévorer, vint se coucher à ses pieds et lécha ses plaies ; en revanche, comme on le ramenait à son antre, le lion se jeta sur un conseiller d’Alexandre et le dévora. Ramenée en sa prison, Martine fut encore une fois conduite au temple de Diane, et comme elle refusait toujours de sacrifier, on déchira de nouveau son pauvre corps.

Martine, lui dit un des bourreaux, reconnais Diane pour déesse, et tu seras délivrée. – Je suis chrétienne et je confesse Jésus-Christ. Sur ces paroles, on la jeta dans un grand feu préparé à l’avance, mais le vent et la pluie, qui survinrent à l’instant, dispersèrent le bûcher et brûlèrent les spectateurs. On retint la Sainte trois jours durant dans le temple, après toutefois qu'on lui eût fait couper les cheveux. L’empereur la croyait magicienne et s'imaginait que sa force résidait dans sa chevelure.

Elle fut tout ce temps sans rien prendre, chantant continuellement les louanges de Dieu. Ne sachant plus que faire, Alexandre lui fit couper la tête. Le corps de Martine demeura plusieurs jours exposé sur la place publique, défendu par deux aigles qui restèrent jusqu’au moment où un nommé Ritorius put lui donner une honorable sépulture.

La fête de sainte Martine est au 30 janvier.

Bathilde, reine

630-680

 

Celle dont il va être question s’appelait, suivant les versions, Bauthieult, Bauteuch, Baudour, Baltelt, et finalement Bathilde. 

Elle était née vers 630 dans l’Angleterre anglo-saxonne, de très humble extraction, et fut vendue en Gaule comme esclave (ou bien elle fut achetée en Angleterre). Il semble qu’elle fût déjà baptisée.

L’acheteur fut le maire du palais Erchinoald, qui lui assigna comme charge de lui apporter à boire dans son lit, et la soumettait aussi aux tâches les plus viles. Bathilde obéissait humblement, sans révolte, grâce à son heureux caractère doux, prudent, réservé, déjà formé à la vertu.

Lorsque son maître devint veuf, il voulut l’épouser, mais Bathilde répondit qu’elle préférait conserver sa virginité.

La Providence fit qu’elle fut demandée en mariage par Clovis II, vers 649, peut-être présentée par Erchinoald lui-même. De cette union naquirent cinq enfants, dont Clotaire III, Childéric II, Thierry III.

Quand Clotaire III reçut le royaume (657), il avait cinq ans, de sorte que Bathilde exerça la régence jusqu’à sa majorité ; il mourut cependant en 673, et c’est son frère Thierry III qui lui succéda sur le trône de Neustrie et Bourgogne, tandis que Childéric II régnait en Austrasie.

Bathilde était entourée de saints conseillers : l’abbé Genès, futur évêque de Lyon, Chrodobert, évêque de Paris, s.Ouen, évêque de Rouen, s. Eloi, évêque de Noyon (v. 24 août et 1er décembre). Elle soutint l’Eglise de toutes ses forces et de ses deniers, fondant les abbayes de Corbie et Chelles, soutenant celles de Saint-Denis, Jumièges, Saint-Wandrille de Fontenelle, Luxeuil, Jouarre, Saint-Martin de Tours, Corbion, Faremoutiers, favorisant les basiliques d’Auxerre, Soissons, Orléans…

Cette ancienne esclave fit interdire la vente d’esclaves chrétiens et racheta beaucoup de captifs : peu à peu l’esclavage disparut du royaume franc et le concile de Chalon-sur-Saône se prononça dans le même sens ;  elle abrogea l’impôt payé d’après le nombre de personnes au foyer (pour l’éviter, on laissait mourir des nouveaux-nés), mais surtout elle combattit la simonie du clergé.

Un mystère plane sur un autre aspect de la personnalité de cette sainte reine : d’après un récit anglo-saxon, Bathilde aurait sévi très sévèrement contre neuf évêques, jusqu’à les faire assassiner ; il semble beaucoup plus vraisemblable que ces crimes aient été le fait du nouveau maire du palais, Ebroïn, tristement célèbre pour ses violences inouïes ; et peut-être qu’il n’y eut qu’un seul évêque victime.

Des jours sombres attristèrent la pieuse reine ; l’impopulaire évêque de Paris, Sigobrandus, fut assassiné. Bathilde se sentit poussée à se retirer : elle fut admise à l’abbaye de Chelles, qu’elle avait fondée, et se mêla aux religieuses dans la plus parfaite obéissance à l’abbesse Bertile (v. 5 novembre). Elle continua de visiter les pauvres et les infirmes.

Les dernières années de Bathilde furent attristées par les luttes entre ses enfants, après la mort prématurée de Clotaire III en 673. Cette perspective fut une cause d’épreuves auxquelles vint se joindre une grave maladie.

Dieu vint la consoler au moment de sa dernière heure. Elle vit une échelle dont le sommet atteignait le ciel : elle en gravissait les degrés, accompagnée des anges, récompensée pour ses mérites, sa patience, son humilité. Aux quelques religieuses témoins de cette vision, elle défendit absolument d’en parler avant sa mort.

Bathilde mourut alors, le 30 janvier 680.

Des miracles, des délivrances de possédés, se produisirent sur son tombeau. Cent cinquante ans plus tard, en 833, le corps fut retrouvé intact et de nouveaux miracles eurent lieu.

Canonisée dès le 11e siècle, sainte Bathilde est mentionnée au 30 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Aldegonde de Maubeuge

630-684

 

Elle naquit à Cousolre (Nord) vers 630 et était ce qu’on appelle aujourd’hui une Cousolrezienne. Ses parents s’appellaient Waldebertus (Walbert) et Bertilla (Bertille) ; Walbert était le régent de Clotaire II pour les régions de la Sambre et de la Meuse. Aldegonde avait une sœur aînée, Waudru (v. 9 avril).

Toute cette famille était très chrétienne. Walbert lui-même, qui était de sang royal, préférait grandir dans l’amour de Dieu que recevoir les honneurs de son rang.

Aldegonde manifesta dès l’enfance son désir d’appartenir à Dieu. Quand on la demanda en mariage, elle alla se cacher chez sa sœur, jusqu’à ce que le prétendant l’oubliât et qu’elle pût revenir chez les parents. Quand ceux-ci moururent, elle gagna Haumont, où se trouvaient l’évêque de Maastricht, Amand, et celui de Cambrai, Aubert (v. 6 février et 13 décembre), qui lui «imposèrent» le voile des vierges, comme on le dit traditionnellement, sans que cette imposition comporte la moindre contrainte.

Suivant le conseil de ces saints évêques, Aldegonde se retira dans la forêt de Maubeuge, où sa petite cabane devint très vite un grand monastère (659). Les vocations affluèrent, et notamment les deux filles de sa sœur, Aldetrude et Madelberte. 

La première abbesse fut Aldegonde elle-même, en 661. Elle se montra à la hauteur de sa mission, donnant la première l’exemple de la sainteté. Sa charité était inépuisable.

Elle fut favorisée de visions surnaturelles ; c’est ainsi que, la nuit de la mort de s. Amand, elle aperçut un vénérable vieillard en habits pontificaux, environné de gloire et montant au ciel suivi d’un grand nombre d’esprits bienheureux. Un ange lui expliqua que c’était Amand, dont elle avait imité les vertus. Elle s’ouvrit humblement de cette vision à un saint abbé, Ghislain (v. 9 octobre), qui eut l’inspiration de lui dire que cette vision était le présage de sa prochaine mort.

Aldegonde en fut très heureuse ; mais pour se purifier davantage avant de quitter ce monde, elle demanda à Dieu une épreuve. Elle reçut alors au sein droit un douloureux cancer, qu’elle supporta avec une patience héroïque.

C’est à ce moment qu’elle opéra plusieurs miracles, comme celui de guérir un enfant malade, en le portant au coin de l’autel.

Sa sœur Waudru vint lui rendre visite avec des amies ; elles eurent la surprise de voir monter au ciel une grande lumière au moment où Aldegonde rendait son âme, le 30 janvier 684.

Ce furent ses nièces, Aldetrude puis Madelberte, qui lui succédèrent comme abbesses (v. 25 février et 7 septembre). Jusqu’à la Révolution française, c’est l’abbesse de Maubeuge qui nommait le Mayeur (administrateur) de Cousolre.

La maladie d’Aldegonde l’a fait invoquer pour les personnes atteintes de cancer. 

Des miracles se produisirent sur le tombeau d’Aldegonde. Elle est mentionnée au 30 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Armentarius de Pavie

† 731

 

Armentarius fut évêque de Pavie, succédant à Gregorius, de 710 à 722.

Il travailla à l’indépendance de son diocèse de celui de Milan, pour ne relever directement que de Rome : effectivement, alors qu’il devait être consacré par l’évêque de Milan, selon la tradition, il soumit le problème au pape, qui le consacra lui-même à Rome.

On met aussi à son actif d’avoir reçu la dépouille de saint Augustin (v. 28 août), en provenance de Sardaigne : il lui consacra un autel dans la basilique Saint-Pierre-au-Ciel-d’Or.

Il semble qu’il ait abdiqué de son siège vers 722, puisque son successeur, Petrus, gouverna le diocèse de Pavie à partir de 723. Armentarius, lui, mourut en 731, un 30 janvier.

Les miracles qu’on lui attribua ont suscité un important pèlerinage sur sa tombe.

Saint Armentarius est mentionné au 30 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Théophile le Jeune

† 792

 

Parmi les neuf Théophile dont parle le Martyrologe, un Théophile l’Ancien est commémoré le 1er juin, du 3e siècle. Le Théophile d’aujourd’hui est surnommé le Jeune parce qu’il vécut et mourut à une époque beaucoup plus tardive que la plupart des précédents, non moins célèbres.

Théophile était chef du thème maritime des Cibyrrhéotes (région du sud de l’Asie Mineure, act. Antalya), ce qui exclut d’emblée qu’il fût «jeune».

Profitant de troubles de l’empire bizantin, les Arabes se déchaînèrent sur mer et, dans une de ces campagnes de piraterie, Théophile fut fait prisonnier dans l’île de Chypre. 

Conduit au khalife Hâroun-ar-Rachîd (763-809), il fut invité par celui-ci à apostasier, mais Théophile résista à toutes les propositions d’honneur et d’argent, préférant rester fidèle à la religion chrétienne. Il resta quatre années en prison.

Finalement, il fut tué lors du dernier jour du ramadan, le 30 janvier 792.

Saint Théophile le Jeune, martyr, a été inscrit au Martyrologe du 30 janvier.

 

 

Aleaume de Burgos

† 1097

 

Aleaume était de Loudun (Vienne) et suivit d’abord la carrière des armes.

La grâce de Dieu le toucha et il voulut quitter le monde. Il commença par projeter un pèlerinage à la Ville éternelle.

La réputation de l’abbé de La Chaise-Dieu, Robert (v. 17 avril), lui suggéra de devenir bénédictin. Le saint abbé eut la prudence de lui conseiller d’accomplir d’abord son vœu, et de profiter de ce temps pour réfléchir encore.

De retour de Rome, Aleaume se présenta à l’abbé, qui lui remit l’habit. Plus tard, il aurait même été à son tour abbé, quelques mois.

Là-dessus, l’épouse du roi Alphonse VI de Castille, Constance de Bourgogne, eut vent de la sainteté et des miracles d’Aleaume, et le fit appeler.

Ici, des informations diffèrent. Selon certains, Aleaume aurait fondé, sur mandat de cette reine, l’abbaye San-Juan de Burgos ; selon d’autres, il se serait agi de l’hospice Saint-Jean-Evangéliste de Burgos, fondé par des Bénédictins pour accueillir les pèlerins, et largement soutenu par le couple royal : Aleaume serait d’abord allé à Compostelle et, au retour, se serait arrêté à Burgos pour s’occuper des pèlerins, leur laver les pieds et les servir à table. Selon le Martyrologe Romain, il aurait transformé la chapelle et l’hospice en abbaye.

Le 30 janvier 1097, quand Aleaume mourut, l’hospice sembla être tout en flammes, tandis que les cloches sonnaient d’elles-mêmes ; on s’aperçut qu’il n’y avait pas de flammes et que personne ne sonnait les cloches :  on cria au miracle. 

La réputation de sainteté d’Aleaume le fit rebaptiser là-bas Adelhem ou Adelelme ou Lesmes, et les habitants de Burgos l’ont adopté comme Patron céleste.

Saint Aleaume est mentionné au 30 janvier dans le Martyrologe Romain.

Francis Taylor

1550-1621

 

Le nom gaélique de Francis Taylor est Proinsias Táilliúir.

Ce laïc naquit vers 1550 à Dublin. Il était le petit-fils de l’autre Bienheureuse martyre, Margaret Ball. Marié, il avait six enfants.

Engagé dans la politique, il avait été deux fois élu Lord Mayor à Dublin, mais avait refusé de siéger à la Chambre des Communes, pour n’avoir pas à prêter le serment de Suprématie, qui mettait le pouvoir royal au-dessus de celui du Pape.

Il fut arrêté vers 1614 et resta sept années en prison. Chaque fois qu’on lui proposait de renoncer à la foi catholique, on lui promettait la liberté et une vie heureuse. Mais Francis préféra la Vérité : il refusa de reconnaître l’autorité du roi sur l’Eglise, il refusa le livre de prière imposé à l’exclusion de tout autre livre.

Ce pieux chrétien souffrit le martyre à Dublin le 30 janvier 1621 et fut béatifié en 1992.

 

 

Ogasawara Yosaburō Gen’ya

et sa famille

† 1636

 

Tandis qu’en France s’allume la querelle de Port-Royal et du jansénisme, une grande révolte se déclenchait au Japon, où déjà quelque six-cent mille chrétiens constituaient une vaste communauté.

Confondus avec les paysans révoltés, les chrétiens furent persécutés et plusieurs milliers furent martyrisés pour le nom du Christ.

Ogasawara Yosaburō Gen’ya était un père de famille chrétien, né à Buzen (Fukuoka), ainsi que son épouse, Ogasawara Miya Luisa. 

D’habitude, les chrétiens japonais avaient un nom latin ajouté au leur au moment du baptême. Dans le cas présent, le nom chrétien n’a pas été rapporté pour Ogasawara Yosaburō Gen’ya.

On ignore leurs dates de naissance, comme aussi on ignore celle de leurs neuf enfants : 

Genpachi, Mari, Kuri, Sasaemon, Sayuemon, Shiro, Goro, Tsuchi, Gonnosuke, tous garçons sauf Mari, Kuri et Tsuchi. Tous ces enfants naquirent dans le bourg de Kokura, près de Buzen, le dernier particulièrement naquit dans la prison où avaient été séquestrés les saints parents, qui le baptisèrent aussi dans cette prison.

Outre toute cette belle famille, il y avait dans cette maison quatre servantes, dont on ignore et le nom et leur âge et leur origine, sinon qu’elles étaient aussi japonaises.

Ces quinze chrétiens furent martyrisés pour leur foi au Christ, la 30 janvier 1636 à Kumamoto.

Ils font partie des cent quatre-vingt-huit Martyrs japonais, béatifiés ensemble en 2008, s’ajoutant aux quelque deux-cents autres déjà béatifiés en 1867.

Le Martyrologe commémore ces Martyrs à leurs dies natalis respectifs : les membres de cette famille Ogasawara, avec leurs servantes, au 30 janvier.

 

 

Clarice Giacinta de’ Marescotti

1585-1640

 

Fille de Marcantonio de’ Mariscotti et de Ottavia Orsini, Clarice naquit à Vignanello (Viterbe, Italie) le 1585.

Sa sœur aînée, Ginevra, était déjà religieuse au couvent des Clarisses de Saint-Bernardin de Viterbe, tandis qu’elle même, après une enfance très ordonnée, ne montrait pas une grande inclinaison pour la religion. C’était la vie mondaine, les fêtes, les vanités, l’élégance.

Elle espéra épouser le marquis Cassizucchi, lequel cependant lui préféra sa sœur cadette Ortensia.

Son père alors lui proposa d’entrer dans le couvent de sa grande sœur. Elle accepta à contre-cœur. Elle y prit (ou on lui fit prendre) le nom de Giacinta (Jacinthe), mais ne changea pas pour autant ses exigences : elle resta tertiaire, pour ne pas être soumise à la clôture ; il fallut lui installer des meubles de style et lui porter ses repas, elle recevait les visites de ses amies, mais conservait en même temps un grand respect pour la religion, et une dévotion particulière pour la Mère de Dieu. Cela dura une bonne dizaine d’années.

Jusqu’au jour où, ayant eu une légère indisposition, elle voulut recevoir le confesseur du monastère, lequel refusa net de l’entendre : Le Paradis n’est pas fait pour les orgueilleuses et les vaniteuses. D’abord indignée, Giacinta comprit où elle en était, le danger qu’elle courait. Sans tarder elle se combattit pour devenir une humble religieuse, patiente, fervente, prévenante envers les Consœurs et jusqu’à la population de Viterbe. Une longue maladie l’aida encore à aller jusqu’au bout de cette conversion difficile.

Tout le mobilier de sa chambre disparaît, elle ne conserve qu’un grand crucifix. Elle médite sur la passion du Christ, invoque l’Esprit Saint pour être imprégnée de vrai Amour. Elle marche pieds-nus, se nourrit au pain et à l’eau, s’impose de dures mortifications, parfois même exagérées.

Voulant réparer ses folies, elle eut l’idée de faire instituer les Quarante heures, triduum de prières et d’adoration du Saint-Sacrement exposé, à la fin du carnaval, pour invoquer la grâce divine sur toutes les créatures déviées par les divertissements, sur elle en tout premier lieu. 

Elle fonda deux œuvres de charité, les Oblates de Marie et les Sacconi («gros sacs», d’après leur habit tout simple) pour porter secours aux pauvres, aux malades et aux prisonniers. Elle-même ne se gênait pas d’aller mendier pour eux. Elle ouvrit aussi des centres pour personnes âgées et pauvres.

Cette conversion fut bien vite récompensée par le Ciel, qui lui accorda le don de prophétie et des miracles. On la vit plusieurs fois en extase.

On la chargea de la formation des novices.

Quand elle mourut, le 30 janvier 1640, on l’appelait déjà sainte Giacinta, et toutes les cloches de la ville sonnèrent à la volée. La population défila sans interruption pour tailler de son habit un morceau de tissu comme relique ; il fallut la revêtir trois fois !

Son corps, demeuré sans corruption, reste exposé au monastère des Clarisses de Viterbe.

Giacinta fut béatifiée en 1726 et canonisée en 1807.

 

 

Sebastiano Valfrè

1629-1710

 

Sebastiano Valfrè naquit à Verduno (Piémont, Italie) le 9 mars 1629, dans une famille très pauvre : tellement pauvre que plus tard, quand son fils spirituel, le Duc Vittorio Amedeo II, voulut lui manifester sa reconnaissance en lui confiant l'archidiocèse de Turin en 1689, Sebastiano fit venir exprès ses parents si pauvres dans la capitale, pour convaincre le Duc de changer de candidat ! Les parents Valfrè avaient en effet une nombreuse famille à élever et Sébastien s'évertuait à ne pas leur être à charge. Très tôt il désira devenir prêtre.

Malgré bien des difficultés, il acheva brillamment ses études à Alba, à Bra et à Turin, où d'ailleurs il se fit copiste pour gagner sa vie.

En 1651 il entra dans la Congrégation de l'Oratoire, dont la maison de Turin était dans une situation tout autre que brillante. Sebastiano ne s'effraya pas de la situation et demanda son admission en connaissance de cause : pauvre, il aimait cette pauvreté ; il s'y donna à tous les travaux les plus humbles en même temps qu'il entreprenait tout un ensemble d'activités apostoliques, qu'il mena de front jusqu'à sa mort, à quatre-vingts ans.

Une année après son admission, en 1652, Sebastiano recevait l'ordination sacerdotale et célébra sa première messe dans la paroisse de ses chers parents à Verduno. Revenu à Turin, il se vit confier la confrérie de laïques qui se réunissaient de temps en temps pour des exercices de dévotion ; Sebastiano savait surtout susciter l'enthousiasme des jeunes.

En 1656, il fut reçu docteur en Théologie à l'université de Turin et nommé maître des novices, signe que son activité avait déjà suscité bien des vocations. Successivement, en 1671, il fut nommé supérieur de la Congrégation en dépit de ses réclamations. Son gouvernement fut une parfaite copie de celui de saint Filippo Neri (voir au 26 mai). Il acquit ainsi une immense renommée de directeur d'âmes, de confesseur, de prédicateur et de missionnaire. Toujours joyeux, malgré d'intenses épreuves intérieures, il eut le don de lire dans les cœurs et de connaître l'avenir (il annonça le moment de sa mort plusieurs mois à l'avance). 

Pendant soixante années, il parcourut les rues et les places de la ville, enseignant le catéchisme, s'offrant à soulager toute sorte de pauvreté, avec la même disponibilité avec laquelle à la cour royale il exerçait la charge de confesseur de la Famille Royale : dans la prison, les hôpitaux, dans la citadelle et ses dépendances, pendant la guerre, redonnant du courage, donnant partout un réel témoignage de charité chrétienne. Homme d'intense prière, nourri de contemplation, il acquit un grand zèle pour la prédication grâce à son excellente préparation intellectuelle et à sa profonde expérience spirituelle. Jeune diacre, puis préfet de l'Oratoire et supérieur de la congrégation, partout il annonçait l'Evangile, dans tous les couvents et monastères où on l'appelait, ainsi que dans les paroisses : jamais il ne refusa un service.

Son désir d'annoncer la Parole du Seigneur le conduisit aussi ailleurs : sa façon toute simple de parler aux plus petits l'amena à rencontrer toutes sortes de personnes. Ainsi, place Carlina, il venait faire du catéchisme aux négociants en vin, et en même temps à leurs clients ; peu à peu un groupe se formait autour de lui, les questions arrivaient et il y répondait. 

Il fut le premier à Turin, en 1694, peut-être même le premier en Italie et donc dans le monde chrétien à célébrer la fête du Cœur Sacré de Jésus, cette fête qui devait être officiellement instituée seulement un siècle plus tard. 

Il se préoccupa aussi des jeunes et écrivit pour eux un petit catéchisme qui devait être encore longtemps en usage dans l'Eglise. 

On pourrait croire qu'un tel dévouement ne laissait pas beaucoup de temps à notre Bienheureux pour exercer d'autres activités, et pourtant il fut aussi un excellent apôtre de la Charité, s'approchant des plus pauvres et participant à toutes les initiatives charitables qui fleurissaient à Turin. De nombreuses fois les soldats de ronde témoignèrent l'avoir vu de nuit, dans les rues, chargé de quelque malheureux pour le conduire à l'hospice, ou monter furtivement les escaliers de maisons misérables pour aller poser devant la porte un sac de vivres ou de vêtements. Il n'y eut aucune catégorie de miséreux à Turin qui n'ait pas reçu d'aide concrète de lui. 

L'estime qu'on avait de lui à la cour, où le Duc l'avait pris comme confesseur et comme précepteur de ses enfants, donnèrent au père Valfrè la possibilité d'avoir aussi une intense activité sociale et politique. Très écouté du Duc, auquel il rappelait - et par écrit, que la justice doit précéder la charité, le Bienheureux exerça une profonde influence sur la société savoyarde, à une époque marquée par les guerres, les conflits de juridiction, les difficiles rapports avec les minorités vaudoises et juives.

Dans les épineuses questions qui mettaient en opposition la Cour savoyarde et le Saint-Siège, le père Valfrè comprit l'importante nécessité que les représentants diplomatiques de Rome fussent des ecclésiastiques cultivés, certes, mais aussi formés spirituellement. C'est lui qui suggéra la fondation d'une Ecole pour la formation du personnel diplomatique de l'Eglise, à l'origine de l'Académie Pontificale Ecclésiastique qui, lors de son troisième centenaire fêté le 26 avril 2001, ne manqua pas de le rappeler lors de la solennelle célébration en la basilique Saint-Pierre du Vatican.

Le père Sebastiano ne s'arrêta pas, même aux derniers jours de son existence, malgré la maladie. Le 24 janvier, il avait fait la prédication aux moniales de Sainte-Croix, puis tout de suite après s'était rendu à la prison pour assister un condamné à mort ; il courut vite à la maison pour être à l'heure au Salut du Saint-Sacrement et s'agenouilla dans l'église, puis passa immédiatement dans les couloirs froids de l'Oratoire pour participer aux exercices de la communauté ; fiévreux, il célébra quand même la Messe le lendemain 25, et écouta la confession de nombreux pénitents, mais fut contraint de s'aliter ; il passa ses derniers jours à recevoir continuellement ceux qui voulaient se confesser ou simplement lui rendre une visite amicale, et rendit l'esprit le 30 janvier 1710, vers huit heures du matin.

Toute la ville de Turin voulut revoir encore une fois, ce prêtre qu'on avait vu pendant soixante ans parcourir toutes les rues et les places de la ville, catéchisant et faisant tout le bien possible.

Sebastiano Valfrè fut béatifié en 1834.

 

 

Hong Ik-man Antonius

? -1802

 

Hong Ik-man Antonius est un laïc coréen né à Yanggeun (Gyeonggi-do, Corée S).

Il fut décapité à Seoul le 30 janvier 1802 et béatifié en 2014.

 

 

Jeong Gwang-su Barnabas

? -1802

 

Jeong Gwang-su Barnabas est un laïc coréen, marié, né à Yeoju (Gyeonggi-do, Corée S).

Il fut décapité à Seoul le 30 janvier 1802 et béatifié en 2014.

 

 

Han Deok-un Thomas

1752-1802

 

Han Deok-un Thomas est un laïc coréen né en 1752 à Namhansanseong (Gyeonggi-do, Corée S).

Il fut décapité à Hongju (Chungcheong-do) le 30 janvier 1802 et béatifié en 2014.

 

 

Hwang Il-gwang Simon

1757-1802

 

Hwang Il-gwang Simon est un laïc coréen né en 1757 à Hongju (Chungcheong-do, Corée S).

Il fut décapité à Hongju le 30 janvier 1802 et béatifié en 2014.

 

 

Hong In Leo

1758-1802

 

Hong In Leo est un laïc coréen né en 1758 à Seoul (Corée S).

Il fut décapité à Pocheon (Gyeonggi-do) le 30 janvier 1802 et béatifié en 2014.

 

 

Kwon Sang-mun Sebastianus

1769-1802

 

Kwon Sang-mun Sebastianus est un laïc coréen né en 1769 à Yanggeun (Gyeonggi-do, Corée S).

Il fut décapité à Yanggeun le 30 janvier 1802 et béatifié en 2014.

Min Kŭk-ka Stephanus

(Min Geuk-ga Seutepano)

1788-1840

 

Stephanus était né en 1788 à Gyeonggi-do (Corée S), issu d’une famille noble, mais non encore chrétienne.

Après la mort prématurée de sa maman, lui, son père et ses frères furent baptisés.

Stephanus pratiqua fidèlement sa religion.

Il épousa une Catholique, qui mourut peu après. Il en épousa une autre, dont il eut une petite fille, mais toutes deux moururent à leur tour. Stephanus resta veuf.

Pour vivre, il recopiait des livres à la main. Ses façons, sa gentillesse, lui faisaient beaucoup d’amis, qu’il amenait au Christ.

Il devint catéchiste, et son zèle se développa encore plus pour gagner des âmes au Christ.

Il fut une des dernières victimes de la persécution.

Arrêté, torturé, forcé à renoncer à sa foi, le corps tout malmené et aiguillonné par toutes sortes d’objets pointus, il répondait invariablement : Je ne pourrai jamais renier Dieu, même si je suis battu dix mille fois. Si vous me relâchez, non seulement je persévérerai dans ma foi, mais même je diffuserai la foi.

On le battit encore plus. Il reçut quarante coups de bastonnade avec le «club».

Les journées qu’il passa en prison, il les mit à profit pour convaincre des apostats de se reprendre et de confesser leur foi.

On le remit en présence de la cour, on lui imposa encore trente coups de bastonnade.

Quelques jours après on le conduisit à l’endroit choisi pour son exécution, à Seoul, et il fut étranglé.

C’était le 30 janvier 1840 (d’après une source coréenne ; le Martyrologe a choisi la date du 20 janvier).

Min Kŭk-ka Stephanus a été béatifié en 1925 et canonisé en 1984.

Les Martyrs coréens sont fêtés liturgiquement ensemble le 20 septembre.

 

 

Tôma Khuông

1780-1860

 

Tôma était né vers 1780 à Nam Hòa (Hưng Yên, Vietnam).

Ayant reçu le message de l’Evangile, il se prépara au sacerdoce.

Prêtre, il fit partie d’une fraternité sacerdotale liée aux Pères dominicains (ou bien entra de facto dans l’Ordre dominicain).

Il fut plusieurs fois arrêté, mais les responsables locaux le firent libérer car ils le connaissaient bien et soutenaient son apostolat.

Quand la persécution s’intensifia, il fut impossible d’y échapper. Sommé de marcher sur la croix, le père Tôma refusa et fut mis en prison. Après quinze jours de prison, il fut accusé d’être en liaison avec les flottes française ou espagnole amarrées au-delà de l’estuaire du fleuve.

Encore une fois invité à piétiner la croix, il fit remarquer qu’à l’âge de quatre-vingt ans, il n’allait pas donner le mauvais exemple de l’apostasie à tous ceux qui avaient appris de lui à être fidèles au Christ.

Condamné à mort, la sentence fut bientôt confirmée par le roi et devait être exécutée le 30 janvier 1960.

Au lieu du supplice, se trouvait encore une croix : au lieu de la piétiner, le prêtre s’agenouilla devant et pria un instant. Puis il fut décapité d’un coup de hache, à Hưng Yên, le 30 janvier 1860.

Béatifié en 1951, le père Tôma Khuông est l’un des cent-dix-sept Martyrs du Vietnam canonisés en 1988, et qu’une fête liturgique commune célèbre le 24 novembre.

 

 

David Galván Bermúdez

1881-1915

 

David était né le 29 janvier 1881 à Guadalajara (Jalisco, Mexique) et apprit de son père le métier de cordonnier. La mère, Mariana Bermúdez, mourut dès 1884, et le père, José Trinidad Galván, se remaria avec Victoriana Medina. 

Entré à quatorze ans au séminaire de Guadalajara, il en ressortit à dix-neuf pour reprendre son travail de cordonnier et réfléchir davantage. Deux années après, il se représenta à la porte du séminaire, dont le supérieur voulut le mettre à l’épreuve. David se montra mûr, et certain de sa vocation. Il devint prêtre en 1909, à vingt-huit ans.

On le trouva tellement convaincu et convainquant, qu’il fut nommé professeur dans ce même séminaire : il enseigna le latin, la logique, le droit naturel et la sociologie.

Il fonda et dirigea aussi la revue du séminaire de 1910 à 1912, fut aumônier de l’hôpital et de l’orphelinat.

Sa sollicitude pour les pauvres se manifesta particulièrement dans son amitié pour les cordonniers de la ville, dont il organisa la corporation.

Cette activité fut tronquée lorsque les autorités arrêtèrent cent-vingt clercs du diocèse : l’évêque alors dut fermer son séminaire. David fut envoyé comme vicaire à Amátitán.

Il eut là une occasion de rappeler et de défendre la sainteté du mariage chrétien. Un officier voulait en effet épouser une jeune fille, alors qu’il était déjà marié : en termes clairs, cet homme était tenté d’adultère. Rappelons que le septième Commandement de Dieu interdit formellement le péché d’adultère, et le Christ l’a commenté en Matthieu 5:27-30.

Le père David aida la jeune fille à refuser cette union, mais s’attira ainsi la haine de l’officier, qui le fit arrêter ; dans un premier temps, le père David fut libéré, car il n’y avait pas de motif juridique valable pour le détenir en prison.

Mais en janvier 1915, il y eut des combats entre factions à Guadalajara, et le père David alla conforter les soldats blessés. L’officier éconduit le reconnut, le fit arrêter et immédiatement condamner à mort.

David se retrouva avec un autre prisonnier. Ils allaient être fusillés. L’autre prisonnier se lamentait qu’on ne leur ait pas donné de petit déjeuner, et le prêtre lui répondit : Bah, aujourd’hui, nous allons manger avec le Bon Dieu.

Conduit contre le mur du cimetière, il remit aux soldats ce qu’il portait comme objets de quelque valeur. Il leur demanda de ne pas lui bander les yeux et, tranquillement, découvrit sa poitrine pour recevoir les balles.

Le martyre de ce Témoin eut lieu à Guadalajara, le 30 janvier 1915, lendemain du trente-quatrième anniversaire de David.

David Galván Bermúdez a été béatifié en 1992 et canonisé en 2000.

Les Martyrs du Mexique sont fêtés ensemble liturgiquement le 21 mai.

 

 

Louis Joseph Wiaux

1841-1917

 

Louis Joseph Wiaux naquit le 20 mars 1841 à Mellet, en Belgique, et fut baptisé le jour même. Ayant reçu de ses parents une éducation profondément chrétienne, appuyée d'exemples, il devint vite lui-même un modèle pour ses compagnons, particulièrement par sa dévotion à la Vierge.

Après ses études primaires, il alla travailler à l'atelier de son père, forgeron de Mellet. Peu de mois après, le Seigneur l'appela à son service.

A quinze ans, en 1856, il entra au noviciat des Frères des Écoles Chrétiennes, puis reçut l'habit religieux et le nom de Frère Mutien Marie.

Le champ de son premier apostolat catéchétique et pédagogique fut une classe d'enfants à Chimay. Pendant un an, il enseigna ensuite à Bruxelles et, en 1859, fut transféré au Collège de Malonne, où il resta jusqu'à sa mort.

Ayant trouvé des difficultés d'ordre professionnel, attribuables à son jeune âge et à son inexpérience, il courut le risque d'être écarté de la Congrégation comme inapte à l'apostolat de l'école. Après cette dure épreuve, il fut affecté à des activités humbles et cachées dans des fonctions plutôt modestes : surveillances, leçons élémentaires de dessin et de musique, sans être particulièrement doué pour ces deux disciplines.

Toujours obéissant et serviable, il s'appliqua à l'étude du piano, de l'harmonium et des autres instruments, et il puisa dans l'amour de Dieu, la force d'une constante assiduité au travail, et cela pendant plus de cinquante ans ! Se rappelant que sa Congrégation avait été fondée pour l'éducation chrétienne des pauvres, il demanda aux Supérieurs la faveur de se rendre à l'école gratuite, annexée au Collège, pour enseigner le catéchisme aux enfants de la classe populaire, dont il se sentait très proche : pendant de longues années, il se consacra avec une ardeur extraordinaire à leur faire découvrir les richesses de la Foi.

Pour tous ses élèves, riches ou pauvres, grands ou petits, le Frère Mutien fut un modèle, un signe de la présence de Dieu et de sa bonté. Le bien qu'il réalisa était immense, témoins les jeunes qui le connurent.

Le trait caractéristique du Frère Mutien est une obéissance, poussée jusqu'à l'héroïsme, à toutes les prescriptions de la Règle. Un des Frères qui vécut de longues années avec lui en communauté donna de lui ce témoignage : Prenez la Règle, du premier Chapitre jusqu'au dernier, et, sous chaque article, écrivez : le Frère Mutien l'a observé à la lettre ! Ce sera sa biographie la plus fidèle ! Dans une sereine et confiante adhésion à la volonté des Supérieurs, pendant plus de cinquante ans, il exécuta fidèlement les tâches qui lui furent confiées. Frère Mutien s'était fixé un choix précis : faire en tout, et avec la plus grande perfection, la volonté de Dieu.

Frère Mutien vivait constamment avec le Seigneur sans jamais perdre le sentiment de sa présence. A quatre heures et demie du matin, il est déjà à genoux devant le Tabernacle. Puis, il se rendait à l'autel de Marie. Pendant la journée, il égrenait son chapelet. Ses visites au Saint-Sacrement étaient fréquentes pendant la journée ; il y ajoutait des pèlerinages à la grotte de la Vierge de Lourdes et à d'autres lieux de dévotion.

Les élèves, témoins de son admirable piété, l'appellaient le Frère qui prie toujours. Il leur recommandait avec insistance la dévotion à l'Eucharistie et à la Très Sainte Vierge, et tous savaient que l'invitation résultait d'une pratique personnelle journalière et persévérante. En toute humilité et avec une extrême gratitude, il dira, à la fin de sa vie : Qu'on est heureux, quand on est, comme moi, sur le bord de la tombe, d'avoir toujours eu une grande dévotion à la Très Sainte Vierge ! Ce fut le dernier message de sa vie, alors qu'il entrait en agonie. Cet humble religieux eut une vie toute de prière, d'humilité, de travail et d'obéissance. 

Au matin du 30 janvier 1917, il rendit sa belle âme à Dieu. Le jour même de sa mort, on signalait des faveurs, attribuées à son intercession. Et bientôt, ce fut un défilé de pèlerins venant prier sur sa tombe. Les miracles se multiplièrent.

Frère Mutien-Marie a été béatifié en 1977 et canonisé en 1989.

 

 

Joseph Louis Marmion

1858-1923

 

Né le 1er avril 1858 à Dublin (Irlande) dans une famille nombreuse, Joseph entra au séminaire à seize ans, étudia la théologie au séminaire de Holy Cross puis à celui de la Propagande à Rome et fut ordonné prêtre en 1881.

Au retour, il s’arrêta en Belgique dans une abbaye bénédictine récemment fondée à Maredsous. Conquis par l’esprit monastique, il demanda à son évêque d’en faire partie. Mais l’évêque avait besoin de son jeune prêtre, qu’il nomma vicaire à Dundrum (Dublin), puis professeur au grand séminaire de Holy Cross, de 1882 à 1886.

Enfin l’autorisation sollicitée fut accordée : Joseph put rejoindre Maredsous, où quelques grosses difficultés l’attendaient.

Il fallait apprendre la langue wallonne ; il fallait, à trente ans, passer par le noviciat avec des confrères bien plus jeunes ; l’Irlandais devait s’habituer aux façons belges… Joseph persévéra.

Il fit la profession en 1891 et prit le nom de Columba (un saint irlandais, cf. 9 juin).

Dom Columba fut chargé de prêcher dans les paroisses du secteur, puisqu’il était déjà prêtre ; mais il fut aussi nommé assistant du maître des novices - avec lequel il s’entendait plutôt mal…

En 1909, Dom Columba fut élu abbé pour la centaine de moines de Maredsous. Sa devise fut : Prodesse magis quam præesse (Plutôt servir que dominer). Le nouvel abbé devait diriger les études des jeunes moines, enseigner la théologie.

L’abbaye comportait en plus : deux écoles et des publications. Don Marmion y fit installer le courant électrique et le chauffage central.

Le monastère connut un grand rayonnement. Dom Columba fut aussi aumônier pour les Carmélites, travailla à la réunion de communautés anglicanes à l’Eglise romaine, prêcha des retraites en Belgique et au Royaume-Uni, fut le confesseur du cardinal Mercier, participa à la fondation de l’abbaye du Mont César (Louvain).

Et les vocations affluaient.

Le gouvernement belge proposa aux moines de Maredsous de prendre en charge la mission au Katanga, mais c’est l’abbaye de Saint-André (Bruges) qui assuma le travail.

Lors de la guerre mondiale, les novices furent déplacés à l’abbaye irlandaise d’Edermine. Après la guerre, il fut question d’une fondation en Terre Sainte, en remplacement du monastère de la Dormition à Jérusalem, mais Dom Marmion ne put réaliser ce rêve.

En 1920, il reçut la visite de la reine Elizabeth d’Angleterre, qui appréciait son travail et son influence. Mais sa santé baissait.

En 1922, il remplaça l’évêque de Namur pour le pèlerinage à Lourdes. Cette année-là, l’abbaye fêtait son cinquantenaire. Dom Marmion y était abbé depuis trente-cinq ans.

Une vilaine grippe l’emporta, le 30 janvier 1923. Il mourut en murmurant : Jésus, Marie.

Dom Columba Marmion a été béatifié en 2000.

 

On a de lui des ouvrages tirés de ses enseignements : 

Le Christ, vie de l’âme

Le Christ en ses mystères

Le Christ, idéal du moine

Carmen Marie Anne García Moyon

1888-1937

 

Carmen naquit le 13 septembre 1888 à Nantes (Loire-Atlantique), avant-dernière des cinq enfants d’un père espagnol et d’une mère française. C’est cette situation qui est à l’origine du surnom de Carmen, la Francesita, la petite Française.

Le père, José García, s’était exilé après avoir participé à la guerre civile de 1872-1876 du côté «carliste» ; la mère s’appelait Marie Joséphine Octavie Moyon, et ce nom ne doit donc pas porter d’accent sur le o, comme on le voit parfois dans les textes espagnols.

Vers 1900, la famille revint s’installer à Barcelone, où moururent les deux jeunes garçons, puis à Sogorg (Castellón), le pays d’origine du père. C’est là que Carmen rencontra les Sœurs Tertiaires Capucines de la Sainte Famille, où elle demanda son admission en 1917.

Après six mois de postulat, le noviciat commença en 1918, et Carmen prit le nom de Esperanza de Nantes. De ces deux années, on ne sait pratiquement rien, car les archives de la Congrégation furent détruites dans l’incendie de 1936.

Ce qui est certain, c’est qu’au terme de cette étape, ni elle ni sa compagne (Asunción) ne renouvelèrent leurs vœux et choisirent un mode de vie, toujours consacrée à Dieu, mais dans l’activité et le témoignage au milieu du monde.

Elles s’installèrent à Manises (Valencia) de 1921 à 1925, où elles travaillèrent au four de Aliaga, puis à Torrent, non loin des pères Tertiaires Capucins Amigoniens.

Au premier étage de leur maison s’installa Asunción, désormais mariée, tandis que Carmen restait au rez-de-chaussée, recevant des jeunes filles pour leur enseigner la broderie, la couture et la confection. C’était l’occupation principale, «officielle», dont profitait Carmen pour faire passer un message évangélique, un enseignement chrétien, puis tout ce monde se transportait joyeusement chez les Pères pour nettoyer l’église, entretenir les ornements, repasser les aubes et les linges sacrés…

A ces saintes occupations, Carmen ajouta celle de la Pieuse Union de Saint Antoine de Padoue, dont elle fut pratiquement la fondatrice, y ayant adhéré dès que son fondateur la proposa en 1934. Elle organisa l’association, en fut la trésorière et la guide infatigable.

Dès avant la guerre civile, les éléments anti-cléricaux de Torrent firent abattre la croix qui dominait le Calvaire ; Carmen n’hésita pas un instant à la remplacer par une autre, et à aller protester avec ses compagnes auprès des autorités. Un courage qui déjà la faisait «ficher».

Le 24 juillet 1936, le couvent des Pères fut évacué et incendié ; tout en continuant la formation et l’enseignement des jeunes filles, Carmen organisa des visites pour apporter des vêtements, des vivres, du soutien psychologique, l’Eucharistie, à tous les Chrétiens en difficulté.

Le comité révolutionnaire de Torrent avait émis une instruction - peut-être l’unique dans toute l’Espagne - de ne faire aucun mal aux femmes de Torrent. Il est établi qu’aucune femme ne subit le martyre à Torrent ; aucune - une tout de même, Carmen, justement. Voici comment.

En janvier 1937, une jeune fille demanda à Carmen de lui tailler une robe de mariage et Carmen, sans aucune arrière-pensée, lui fit remarquer que pour le moment, le mariage ne pourrait se faire qu’à la mairie, mais qu’en attendant un peu, elle pourrait aussi se marier à l’Eglise. La fille alla le dire à son fiancé, qui alla le dire au Comité, qui envoya deux voitures et six hommes à la porte de Carmen, au soir du 30 janvier. Ce sont eux mêmes qui, le soir, racontèrent comment ils s’y prirent : les faits furent de nouveau confirmés lors du procès qui eut lieu plus tard.

L’arrestation fut mouvementée. Carmen tenta de se défendre, tandis que le petit garçon qui se trouvait alors près d’elle, s’accrochait à ses jambes, et que la voisine s’approchait pour l’aider. Un milicien lui pointa le fusil devant la poitrine, et Carmen n’avait plus qu’à se rendre.

Les deux voitures partirent en direction de Montserrat, jusqu’au lieu-dit Barranc de les Canyes. Les miliciens tentèrent de la violer, mais Carmen leur résista encore plus violemment que lors de son arrestation, hurlant Vous me tuerez avant de me violer. Alors, ils la sortirent de la voiture, lui versèrent de l’essence de la tête aux pieds et mirent le feu.

Les bourreaux reconnurent que le spectacle les remplit d’horreur et de dégoût, voyant cette torche ardente qui s’agitait sous leurs yeux. Carmen cria plusieurs fois Vive le Christ Roi, avant de s’écrouler à terre.

Carmen fut ainsi brûlée vive pour sa foi inébranlable, le 30 janvier 1937.

Dès la fin des hostilités, son amie Asunción chercha à dénoncer cet assassinat aux autorités, qui répondirent d’abord qu’on ne pouvait rendre justice parce que la Francesita n’était pas du pays ; puis les témoins n’osèrent pas parler ni même se présenter, de sorte que les assassins eux-mêmes, qu’on avait pourtant bien reconnus et arrêtés, furent remis en liberté.

Pour l’Eglise, les choses avaient une autre importance : Carmen avait donné sa vie en témoignage de sa fidélité au Christ, c’était une authentique martyre de la foi. 

Elle fut béatifiée en 2001.

 

 

Zygmunt Pisarski

1902-1943

 

Zygmunt (Sigismond) naquit le 24 avril 1902 à Krasnymstawie, de Stanisłas, un simple maçon, et Władysława Banszkiewiczów, qui eurent trois enfants.

Après ses études à Włocław, il entra au Grand séminaire de Lublin (1921) et fut ordonné prêtre en 1926.

Il exerça le ministère sacerdotal successivement à Modliborzyce, Soli, Zamchu, Trzęsinach (1930), Perespie (1932), finalement à Gdeszyn, en 1933.

A Zamchu, la situation était tendue, car la paroisse était habitée par beaucoup d’orthodoxes, émigrés là à la suite des conflits. L’abbé Zygmunt réussit à en amener quelques-uns dans l’Eglise romaine. 

A Trzęsinach, une autre cabale motiva une enquête ecclésiastique, qui lava l’abbé Zygmunt de tout soupçon.

A Gdeszyn, l’abbé Zygmunt trouva des Polonais catholiques, mais aussi des Ukrainiens orthodoxes et des Juifs. Il fallait aimer et protéger tout ce peuple.

Son activité était intense, comme catéchiste d’abord, mais aussi pour organiser l’Action Catholique, l’association du Rosaire vivant… Il chercha à rapprocher tous ses «paroissiens» de religions différentes dans une amitié réciproque, une entr’aide fraternelle, une prière commune.

Au début de la Seconde guerre mondiale, les Orthodoxes prirent possession de l’église, obligeant l’abbé Zygmunt à organiser la liturgie catholique dans le presbytère. Puis les nazis le surveillèrent de près ; on lui conseilla de partir, mais le fidèle pasteur refusa d’abandonner ses brebis.

Les Nazis lui demandèrent de dénoncer ou livrer les partisans bolcheviks qu’il connaissait, ceux qui avaient confisqué les clefs de l’église. Il refusa, sans parti pris, uniquement pour sauver des vies, répondant simplement : Je ne sais pas, je ne peux pas.

Les Nazis le maltraitèrent, le frappèrent à la tête et à la joue avec la crosse d’un pistolet. Les bourreaux le mirent en face d’un groupe d’Ukrainiens et de communistes qu’ils avaient arrêtés, mais l’abbé Zygmunt n’ouvrit pas la bouche. Tous furent alignés le long de la route qui traverse le village et, sous les yeux des habitants, ils furent tous abattus. 

Le père Pisarski reçut une première balle dans le dos puis, tentant de se relever, en reçut une autre dans la tête.

C’était le 30 janvier 1943, à Gdeszyn.

L’abbé Zygmunt, martyr de la Charité chrétienne, fut béatifié en 1999.

 

 

Maria Bolognesi

1924-1980

 

Maria naquit le 21 octobre 1924 à Bosaro (Rovigo, Italie nord est), de père inconnu.

Sa mère, très pauvre, dut plusieurs fois emménager dans des logements de fortune où tout manquait.

A cinq ans, elle se consacra entièrement au Christ, et renouvela cette offrande au moment de sa Première communion.

Vers 1930, elle fut adoptée par un certain Giuseppe Bolognesi. D'autres petits frères naîtront.

Maria put aller un peu à l'école, mais elle n'avait ni cahier ni crayon. Elle dut quitter l'école durant l'hiver, pour travailler avec sa « famille ». Après avoir redoublé deux années, elle quitta l'école à neuf ans.

La vie au foyer n'était pas rose. Le père adoptif était violent et sévère. Maria, elle, obéissait en silence, docile, généreuse. Elle aidait sa mère à la maison et la remplaçait même pour s'occuper des petits frères ; elle aidait aussi son « père » aux champs, faisant des travaux beaucoup trop pénibles pour elle.

Epuisée, mangeant insuffisamment, elle eut la santé altérée, surtout après ses vingt ans.

Pour apporter de la nourriture à la maison, elle alla pêcher. Là où elle jetait la ligne, elle trouvait toujours suffisamment de poisson pour toute la famille.

Entre 1940 et 1942, elle souffrit près de vingt mois un état de réelle possession diabolique, qui la fit souffrir horriblement. On la calomnia.

L'épreuve s'acheva par une rencontre spéciale avec Jésus-Christ, une extase durant laquelle elle reçut une mission divine toute spéciale. Elle devait se dévouer totalement au prochain, tout en restant dans le monde, en participant à la Passion douloureuse du Christ. 

D'autres âmes ont reçu des missions semblables durant le 20e siècle, qui restent dans la discrète attente que l'Eglise se prononce sur ces situations mystiques.

En 1942, Maria reçut du Christ un anneau en signe de « fiançailles » ; en 1955, elle recevra à la place un anneau en or massif, en signe du mariage mystique. Entre ces deux dates, Maria vivra de façon étonnamment réelle le couronnement d'épines, la blessure au côté, la flagellation, la blessure à la main droite, la blessure aux pieds, la blessure à la main gauche...

Pour alléger le budget de sa famille, Maria quittera le foyer familial et s'installera dans une autre famille qui l'accueillit avec bonté, de 1946 à 1953.

A partir de 1947, Maria, qui n'avait fait aucune étude, recueillit les enfants de la campagne : elle les instruisait, les éduquait, pendant que leurs mamans, soulagées, pouvaient vaquer à leurs travaux aux champs.

A la suite d'un vœu mystérieux, elle porta une longue robe noire, comme si elle était en deuil, et souffrit en silence les observations ou les calomnies de quelques têtes fortes du village.

En mars 1948, trois voyous la battirent en pleine campagne. Sans se défendre, mais en s'abandonnant totalement à Jésus-Christ, elle fut laissée là, tout endolorie, mais intacte, et pardonnant sereinement à ces trois inconnus.

En 1951, quoique ne sachant pas nager, elle se jeta à l'eau pour sortir un petit garçon qui allait se noyer. Elle sauva l'enfant, mais resta « seulement » atteinte des voies respiratoires.

Au milieu de ces événements, Maria souffrit sans cesse de maladies graves : pneumonies, bronchopneumonies, ophthalmie chronique, rhumatismes, sciatiques, laryngites, pharyngites chroniques...

Toute sa vie fut ainsi marquée par la piété, mais surtout par la souffrance. Sa vocation fut d'unir ses douleurs à celles de Jésus crucifié.

Sa grandeur morale fut de plus en plus convainquante ; on l'appela, elle se déplaça du nord au centre de l'Italie. On la conduisit, puis elle put se déplacer seule, ayant appris à conduire et ayant reçu le cadeau d'une voiture personnelle, offerte par son père naturel, qu'elle finit par retrouver et convertir.

Travaillant sans cesse pour les autres, elle entreprit en 1969 la construction d'une maison de convalescence pour assister les personnes sortant de l'hôpital. Mais cette entreprise fut pour elle un nouveau calvaire.

En 1971, elle eut un infarctus, qui l'obligea à réduire ses mouvements et à rester chez elle beaucoup plus souvent. Elle continua cependant de recevoir, de téléphoner, de consoler, installée au premier étage de cette maison de convalescence encore inachevée. Jésus lui avait caché que la première convalescente serait elle ! Elle put cependant recueillir des tonnes de vêtements pour les pauvres. La maison existe toujours actuellement. 

Maria mourut en odeur de sainteté à Rovigo le 30 janvier 1980.

Elle a été béatifiée en 2013.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens