Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2020 5 31 /01 /janvier /2020 00:00

31 JANVIER

 

III.    

S Metran, vieillard martyrisé en Alexandrie.

Ss Victorinus, Victor, Nikephoros, Claudius, Diodorus, Serapion et Papias, torturés à Corinthe puis martyrisés en Egypte.?    

Ss Saturnin, Thyrse, Victor, Tharsice, Zotique, martyrs en Alexandrie. 

Ste Tryphène, martyre à Cyzique, déchiquetée par un taureau.

IV.    

Ss Cyrus, ex-médecin, et Ioannis, ex-militaire, moines, martyrs à Alexandrie ; ils y étaient venus pour soutenir dans leur foi trois jeunes filles (Théodosie, l’aînée, de quinze ans, Théoctiste et Eudoxie) avec leur mère Athanasie.

S Abraham, évêque et martyr à Arbèle.

S Geminianus, évêque à Modène.

Ss Ioulios et Ioulianos, frères grecs, actifs dans le Milanais, morts à Novare. 

V.    

Ste Marcella, veuve romaine, excellente disciple de s. Jérôme au point de savoir réfuter les origénistes.

VI.    

S Pouange (Potamius), seigneur à Troyes, pénitent et reclus.

VII.    

S Aidan, irlandais, fondateur d’un monastère et évêque à Ferns, dont il est le patron.

S Waldus, évêque à Evreux. 

S Adamnan, écossais, moine pénitent à Coldingham, dont il annonça la ruine “parce que les religieux et religieuses de ce monastère double fréquentaient la même église”.

VIII.    

Ste Ulphe (Ulphia), solitaire près de Amiens ; elle fit taire les grenouilles un jour qu’elles coassaient trop fort.

S Bobin (Bovin), abbé à Moutier-la-Celle, évêque à Troyes.

IX.    

S Athanase, sicilien, évêque à Méthone.

S Eusebius, irlandais, reclus près de Saint-Gall, peut-être tué par un habitant à qui il reprochait sa mauvaise conduite.

XII.    

S Martin, prêtre captif des Maures, martyr à Cordoue. 

XVI.    

Bse Luigia Albertoni, jeune veuve romaine, tertiaire franciscaine, mystique.

XIX.    

Bx Yi Sun-i Lutgarda, Yu Jong-seong Matthæus, laïcs coréens martyrs, par décapitation, béatifiés en 2014.

S Francesco Saverio Maria Bianchi, barnabite italien entré dans la cléricature à treize ans, mort à Naples.

Bse Maria Cristina de Savoie, épouse et reine, béatifiée en 2014.

Ss Pak Chong-wŏn Augustinus, Hong Pyŏng-ju Petrus, catéchistes ; Yi In-dŏk Maria, vierge ; Son So-byŏk Magdallena, Yi Kyŏng-i Agatha, Kwŏn Chin-i Agatha, saintes femmes ; et Hŏ Hyŏb Paulus , soldat un moment chancelant dans sa foi (ce dernier au 30 janvier dans le Martyrologe), tous martyrs en Corée, canonisés en 1984 et fêtés le 20 septembre.

Bse Yi Seong-rye Maria, laïque coréenne, martyre par décapitation, béatifiée en 2014.

S Giovanni Bosco, prêtre à Turin, fondateur des Salésiens, éducateur des jeunes et des orphelins, thaumaturge.

XX.    

B Luigi Talamoni (1848-1926), prêtre italien, professeur du futur Pie XI, confesseur quotidien à la cathédrale de Monza pendant cinquante ans, fondateur de la Congrégation des Sœurs Miséricordines de Saint-Gérard, béatifié en 2004. 

Bx José Acosta Alemán, prêtre vincentien (*1880), Juan José Martínez Romero et Pedro José Rodríguez Cabrera, prêtres diocésains (*1889 et 1903), martyrs espagnols en 1937, béatifiés en 2017. 

Bse Susana Paz Castillo Ramírez (Candelaria de s.Joseph, 1863-1940), carmélite vénézuélienne, fondatrice du tiers-ordre régulier féminin du Vénézuéla, béatifiée en 2008.

Métran d’Alexandrie

† 249

 

Metranus habitait Alexandrie (Egypte).

C’était un homme déjà fort âgé, chrétien fidèle, que des païens torturèrent à mort, avant même la persécution «officielle» de l’empereur Dèce.

Ces gens voulurent le contraindre à proférer des paroles impies, contre le Christ, contre Dieu. Le vieillard s’y refusa énergiquement et on l’accabla de tourments divers : coups de bâtons, roseaux aigus enfoncés dans le visage, jusque dans les yeux. On l’emmena hors de la ville pour le lapider.

Ceci advint en 249.

Saint Métran d’Alexandrie est commémoré le 31 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Martyrs de Corinthe

† 284

 

Sept Chrétiens de Corinthe souffrirent le martyre en deux occasions, en 249 puis en 284. Voici leurs noms :

  • Victorinus
  • Victor
  • Nikephoros
  • Claudius
  • Diodorus (ou Dioscorus)
  • Serapion
  • Papias

En 249, ils furent traduits devant le proconsul Tertius.

Après divers tourments, ils passèrent (ou on les exila) en Egypte, et se retrouvèrent à Diospolis, la capitale de la Thébaïde.

Là, vingt-cinq ans plus tard en 284, on voulut à nouveau les contraindre à offrir l’encens aux divinités romaines, en présence du préfet Sabinus. Nouveau refus des sept Soldats. Voici quelques réparties qui furent consignées : 

« Quelle est ta fonction ?

- Je suis chrétien, il n’est pas de plus grand honneur.»

«Sacrifie, si tu veux vivre.

- Je ne sacrifierai pas, parce que je veux vivre. Si je sacrifiais, ma vie serait une mort.»

Concernant Victorinus, le préfet le fit enfermer dans un tronc de chêne creux, percé de trous, par lesquels le bourreau enfonçait des pointes. Puis il le fit décapiter.

Victor eut d’abord les mains et les pieds coupés, puis subit le même supplice que Victorinus. Il fut à son tour décapité.

Nikephoros fut étendu sur un gril, d’un côté puis de l’autre ; on le coupa en morceaux et il expira.

Les quatre autres furent d’abord frappés de quinze coups de bâton. Claudius et Diodorus furent brûlés vifs, Serapion et Papias furent décapités.

Les sept Saints Martyrs de Corinthe sont commémorés le 31 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Cyrus et Ioannes d’Alexandrie

† 303

 

Cyrus exerçait la médecine dans la grande ville d’Alexandrie (Egypte), mais aussi la médecine spirituelle, cherchant à convertir ses patients et les païens qu’il rencontrait.

Dénoncé, il s’enfuit vers l’Arabie, se mit une tunique de moine et devint ainsi anachorète.

Il fut bientôt rejoint par un ancien soldat qui, ayant quitté l’armée, avait déjà fait le pèlerinage de Jérusalem avant de se retirer en Egypte.

Les deux Compagnons s’entraînaient ainsi à pratiquer les vertus chrétiennes.

Il vint à leurs oreilles qu’une mère avec ses trois filles avaient été arrêtées à Canope pour leur foi et devaient être présentées au gouverneur. Cette femme s’appelait Anastasia, ses trois filles Theodosia (de quinze ans, l’aînée), Theoctista et Eudoxia. Les deux anachorètes craignaient qu’elles ne cédassent à quelque tentation de faiblesse, et voulurent les encourager dans la persévérance.

Ils purent les retrouver dans leur prison, mais ils furent arrêtés à leur tour. Aucun discours, aucun argument, aucune menace ne put ébranler ces femmes et ces hommes. 

Les premières, les femmes furent décapitées, puis les deux hommes.

Ceci advint vers 303.

Saints Cyrus et Ioannes d’Alexandrie sont commémorés le 31 janvier dans le Martyrologe Romain, qui ne nomme pas Anastasia et ses trois filles.

 

 

Abraham d’Arbèle

† 344

 

Abraham était évêque d’Arbèle (Perse, auj. Erbil en Iraq, sud-est de Mossoul).

Lors de la persécution dirigée par le roi Shapur II, Abraham fut fait comparaître devant le chef des mages de la province d’Adiabène et, comme il refusait d’adorer le soleil et de renier la foi de Jésus-Christ, il eut la tête tranchée.

C’était sur le site de Telman, vers 344.

Saint Abraham le Perse est commémoré le 31 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Geminianus de Modène

312-397

 

Geminianus naquit en 312 à Cognento (Modène, Italie NC), de famille romaine.

Diacre, il fut appelé à succéder à l’évêque de Modène, Antoninus, et devint le quatrième titulaire de ce siège.

Célèbre pour sa foi, il le fut aussi pour le pouvoir qu’il eut de chasser les démons. Sa célébrité le fit appeler à la cour de Constantinople, pour guérir la fille de l’empereur Jovien (363).

En 390, se tint en Italie un concile, présidé par s.Ambroise (v. 7 décembre), pour condamner un hérétique, Iovinianus.

Geminianus fut aussi de ces illustres et courageux évêques qui luttèrent contre l’arianisme, avec s.Mercurialis de Forlì, s.Rufillus de Forlimpopoli, s.Leo de Montefeltro, s.Gaudentius de Rimini, s.Pierre Chrysologue de Ravenne (v. 30 avril, 18 juillet, 1er août ?, 14 octobre, 30 juillet).

Il mourut en 397.

Deux célèbres interventions miraculeuses se produisirent par la suite. La première en 452, quand Attila menaça Modène avec ses troupes : s.Geminianus fit tomber sur la ville un épais nuage de brouillard, qui empêcha les Huns de voir la ville. La seconde eut lieu en 1511, où cette fois Modène était menacée par les Français : s.Geminianus leur apparut sous des traits si terrifiants qu’ils rebroussèrent chemin, beaucoup se noyèrent dans le fleuve Secchia, et le chef des troupes se suicida. 

Saint Geminianus de Modène est commémoré le 31 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Ioulios de Novare

† 399

 

Ioulios était natif de Grèce, ainsi que son frère Ioulianos.

Le premier était prêtre, l’autre diacre.

Voulant prêcher la foi chrétienne, ils passèrent en Occident et vinrent à la cour de l’empereur Théodose, qui les accueillit favorablement. Après un pèlerinage à Rome, ils montèrent dans le Milanais et inaugurèrent leur mission.

Ioulios fit des miracles qui donnèrent plus de force à sa parole. Ainsi, il ressuscita un mort ; il traversa de façon miraculeuse un lac pour pénétrer dans une île, où il construisit une église en l’honneur des Douze Apôtres.

Les deux frères se retrouvèrent ensuite à Novare, où mourut Ioulianos, suivi de peu par Ioulios.

Ce devait être en 399.

Seul, saint Ioulios de Novare est commémoré le 31 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Marcella de Rome

325-410

 

Marcella appartenait à une très illustre famille romaine, qui eut ses gouverneurs et proconsuls. On connaît le nom de sa mère, Albina.

Son époux, dont on ignore le nom, mourut après sept mois de mariage (350). Avec foi et ferme détermination, Marcella organisa son temps au service de Dieu et du prochain. 

Sa vie devint celle des grands anachorètes d’Egypte : elle vivait retirée dans sa maison, où elle ne recevait que de saintes personnes. C’est ainsi que sa maison devint, avant la lettre, une sorte d’institut séculier, une communauté de pieuses femmes, un monaschisme féminin. Elle reçut ainsi sainte Paula (v. 26 janvier) avant son départ pour la Terre Sainte.

Sans excès, elle s’imposa un régime simple, mangeant peu et s’habillant avec discrétion. En revanche, elle nourrit et vêtit les pauvres, grâce aux ressources dont elle avait hérité.

Aux prières, elle ajouta un zèle peu commun pour l’étude de l’Ecriture, aidée en cela par s.Jérôme (v. 30 septembre), quand il fut présent à Rome (382). Elle étudia avec lui l’hébreu. Sa culture lui permit de défendre ouvertement la Vérité contre les erreurs des origénistes, qui furent confondus par ses arguments solides.

Quand Jérôme et Paula partirent pour Bethléem, Marcella préféra rester à Rome. Cela lui permettra d’intervenir en faveur de Jérôme auprès des autorités ecclésiastiques.

Elle adopta une jeune fille, Principia, qui va être témoin des dernières années de Marcella.

En 410, les Goths d’Alaric firent le siège de Rome, qui dut se rendre. Une fois maîtres de la place, ils repérèrent tout de suite les maisons importantes, soupçonnant des richesses ; Marcella fut rouée de coups pour «avouer» où étaient ses trésors. Marcella, qui n’avait plus rien chez elle, supporta stoïquement cette torture, implorant seulement de ces barbares d’épargner la jeune Principia : ils se «contentèrent» d’enfermer les deux femmes dans la basilique Saint-Paul. 

Marcella rendit grâce à Dieu pour cet asile de paix. Elle s’y éteignit quelques jours après.

On croit, d’après quelques recoupements, que cette sainte mort advint le 30 août 410, huit jours après le sac de Rome. Cinq mois plus tard (janvier 411) eut probablement lieu un transfert du corps de la Sainte.

Sainte Marcella de Rome est, pour ce motif, commémorée le 31 janvier dans le Martyrologe Romain.

Aidan de Ferns

558-632

 

Il existe de très nombreuses variantes au nom de Aidan, suivant les habitudes celtiques, irlandaises, galloises ou anglaises :

en vieil irlandais : Oed

en vieux gallois : Udd

en vieil anglais : Hugh

en celtique : Aodh, Aedh, Aed, d’où le diminutif Aidan. Máedóc et Mogue sont des formes hypocoristiques de Aodh, transcrit dans l’irlandais Mou!io Aodh Óg. Certaines sources celtiques parlent de Aeddan Foeddog, dérivation de Aeddan Máedóc.

Aidan a donné ensuite en irlandais Áedan, en gallois Aeddan, en latin enfin Aidanus et Edanus. 

En ce qui concerne notre Aidan, il est très difficile de se retrouver dans les faits transmis par les traditions, les légendes. On a parfois l’impression de se trouver devant des personnages différents, ou dans des situations invraisemblables.

Aidan, donc, serait né vers 558, en l’ile de Inisbrefny (Tempelport, County Cavan), de Gildas ou Aneurin, fils du roi de Strathclyde ; ou bien, selon d’autres sources irlandaises, de Sedna et Eithne ; et présumé cousin d’un mystérieux s. Dallan (v. 29 janvier ?).

Dès sa naissance, il fut l’objet de grâces divines particulières. Comme on ne trouvait pas de barque pour traverser le lac qui le séparait de l’endroit où attendait s. Kilian (v. 8 juillet) pour le baptiser, on posa l’enfant sur une dalle de pierre, qui fit la traversée.

Jeune encore, Aidan fut gardé en ôtage par le souverain roi d’Irlande, Ainmire. Celui-ci fut tellement impressionné par Aidan, qu’il le laissa libre de rester ou de partir. Aidan voulait partir, mais seulement à condition que tous les prisonniers fussent libérés avec lui ; le roi le lui accorda.

Aidan étudia à l’école de l’abbaye de Clonard.

Déjà sa sainte vie attirait d’autres vocations, on voulut se mettre sous sa direction. Mais Aidan s’enfuit au Pays de Galles, pour étudier encore avec s. David (v. 1er mars).

On dit qu’en compagnie de s. Cadoc (v. 21 septembre), il mit en fuite toute une armée de Saxons ou d’Irlandais, en faisant pleuvoir sur eux une pluie de pierres (peut-être de gros grêlons, cf. Ex 9:22-26).

Aidan revint en Irlande en 570, portant avec lui des ruches d’abeilles, qu’on ne connaissait pas encore. Il obtint un terrain et s’établit à Brentrocht (Leinster). Là, il aurait aidé le roi à remporter la victoire de Dún Bolg (598), en suggérant de cacher les soldats dans les paniers de nourriture destinés au camp de l’assaillant. Reconnaissant, le roi lui donna le territoire de Ferns (Wexford), où Aidan construisit un monastère.

C’est là que Aidan devint le premier évêque de Ferns. Sa bonté devint proverbiale. Un jour de carême où il reçut d’autres évêques et qu’il n’y avait rien d’autre à manger que de la viande bovine, il affirma que cette viande n’était qu’un concentré de lait et d’herbes, et la servit aux confrères. Une autre fois où quelqu’un le poussa dans l’eau pour voir s’il garderait son calme, Aidan effectivement se remit sur pied sans aucune plainte, de sorte que l’autre demanda pardon.

Aidan semble avoir fondé beaucoup de monastères dans cette région.

Il serait mort sur la rive du Lough Melvin (Leitrim) le 31 janvier 632, son dies natalis dans le Martyrologe Romain.

 

 

Waldus d’Evreux

7e siècle

 

La liste des évêques d’Evreux comporte, semble-t-il, deux évêques du même nom, Waldus, Gaud.

Le premier a peut-être été évêque entre 440 et 480.

Le second a été évêque entre 640 et 650, entre Deodatus et Ragnericus.

On ne sait pas bien duquel il s’agit quand on dit qu’il fit disparaître les dernières superstitions païennes de son diocèse.

L’un des deux se serait démis de sa charge, en raison de ses infirmités et de son âge, et se serait retiré à Saint-Pair-sur-Mer. On y retrouva en effet un sarcophage portant l’inscription Hic requiescit beatus Gaudus, qui accréditerait la tradition locale selon laquelle un ermite vécut et mourut à cet endroit après avoir abandonné spontanément le siège épiscopal d’Evreux.

A la suite du Martyrologe Romain, on a opté pour le deuxième Waldus, mentionné au 31 janvier.

 

 

Eusebius de Saint-Gall

† 884

 

On a signalé dans la notice de saint Patrice (v. 17 mars) comment cet apôtre avait contribué à l’évangélisation de toute l’île. La Germanie ensuite, bénéficia de l’apostolat de grands Saints irlandais ; la Gaule reçut, entre autres, s. Colombanus (v. 23 novembre).

C’est en 613 qu’un Irlandais, Gallus, compagnon de s. Colombanus, fonda une abbaye dans cette région de Suisse proche du lac de Constance. Au début, la Règle était celle de s. Colombanus, mais on adopta au siècle suivant la Règle bénédictine.

Notre Eusebius venait aussi d’Irlande. Il pouvait s’appeler Eochaidh en gaélique, Euchadius ou Euchodius en irlandais ancien.

En 841, après avoir traversé la Gaule, Eusebius rejoignit l’abbaye de Saint-Gall et y fit profession.

Vers 854, il demanda (et obtint) la permission de vivre en reclus. Il alla vivre dans une cellule isolée, sur le proche mont Saint-Victor (Rankweil, Vorarlberg, Autriche), où d’abord seuls Dieu et les Anges furent témoins de ses austères mortifications - et l’objet de sa contemplation. Il eut des visions, le don de la prophétie.

Eusebius fut sans doute rejoint par des curieux et surtout par des candidats à ce genre de vie ; ils purent nous livrer quelques «secrets» du quotidien de l’Ermite. 

C’est ainsi qu’Eusebius aurait eu l’occasion, dit-on parfois, de reprocher à un paysan sa mauvaise conduite. Ce dernier, vexé, assassina Eusebius de sa faucille, en 884.

Victime de son zèle à défendre la Vérité, Eusebius fut considéré comme Martyr, mais le Martyrologe du 31 janvier mentionne seulement le moine, sans évoquer sa mort brutale.

Luigia Albertoni

1474-1533

 

Luigia naquit en 1474 au sein d’une des familles les plus en vue à Rome et alliée aux premières maisons d’Italie. Son père était Stefano Albertoni et sa mère, nièce d’un cardinal, était Lucrezia Tebaldi.

La petite fille grandit dans la foi chrétienne et montra surtout une tendre charité envers les pauvres, avec un grand attrait pour l’oraison.

Sans trop lui demander son avis ni s’interroger sur ses aspirations profondes, on la maria à un riche gentilhomme, Giacomo de Cithara, un grand chrétien et cet heureux couple donna naissance à trois filles.

On imaginera quelle fut la douleur de Luigia d’être veuve déjà à trente-trois ans, mais la foi de cette généreuse mère fut plus forte et Luigia se donna toute à Dieu, dans une vie de prière, de pénitence et de charité envers le prochain.

Elle reçut l’habit du Tiers-Ordre franciscain et, dans le secret de sa demeure, s’imposa de dures mortifications, dormant peu et sur la dure, priant et méditant longuement sur la Passion du Christ, pratiquant des jeûnes rigoureux. Si on lui conseillait la modération, elle répondait : Comment peut-on vivre sans souffrir, quand on voit son Dieu suspendu à une croix ? Elle communiait chaque matin.

Tout ce qu’elle pouvait mettre de côté, allait aux pauvres ; elle les visitait, les consolait, leur donnait aussi de bons conseils de vie chrétienne ; elle aimait aider les jeunes filles sans ressources, leur apportant une petite instruction élémentaire, les occupant et les aidant à éviter les écueils du monde.

Lors d’une famine qui frappa durement Rome, elle distribua avec largesse tout ce qu’elle pouvait, jusqu’à se trouver dans l’indigence. En contrepartie, elle reçut du Ciel des faveurs insignes : extases, ravissements, visions.

La mort de cette sainte femme, le 31 janvier 1533, provoqua dans toute la Ville éternelle un deuil unanime.

Les nombreux miracles qui ont illustré son tombeau ont conduit le pape à reconnaître son culte, en 1671.

 

 

Yi Sun-i Lutgarda

1782-1802

 

Yi Sun-i Lutgarda est une laïque coréenne née en 1782 à Seoul (Corée S).

Elle fut décapitée à Jeonju (Jeolla-do) le 31 janvier 1802 et béatifiée en 2014.

 

 

Yu Jong-seong Matthæus

1784-1802

 

Yu Jong-seong Matthæus est un laïc coréen né vers 1784 à Jeonju (Jeolla-do, Corée S).

Il fut décapité à Jeonju le 31 janvier 1802 et béatifié en 2014.

 

 

Francesco Saverio Bianchi

1743-1815

 

Né le 2 décembre 1743 à Arpino (Frosinone, Latium, Italie), il fit ses études chez les pères Barnabites, puis commença le droit à Naples.

Il entra chez les Barnabites à dix-neuf ans, malgré l’opposition de la famille ; après le noviciat à Zagarolo, il fit la profession en 1763, fit d’autres études à Macerata, Rome et Naples, et fut ordonné prêtre en 1767.

Il fut professeur à Arpino puis à Naples, où il enseigna la philosophie et les mathématiques. Il avait une très grande culture et on l’appela pour enseigner à l’université de Naples ; il devint membre de l’Académie Royale des Sciences et des Lettres de Naples.

Rempli de zèle pour le salut des âmes, il se soucia des pauvres, des malades, des jeunes filles en danger.

Il commit quelques graves erreurs : cherchant à se «mortifier» par ascèse, et travaillant avec trop d’acharnement, au détriment du repos nécessaire, il ruina complètement sa santé au point de perdre tout usage de ses jambes, qui enflèrent et se couvrirent de plaies.

Mais il admit son erreur et s’en reprit. Son amour de Dieu, son esprit d’obéissance aux supérieurs, restèrent ses mots d’ordre, et Dieu l’en récompensa par des dons mystiques extraordinaires, comme celui des miracles et celui de prophétie. On le vit en extase devant le Saint Sacrement exposé. Il aurait arrêté une éruption de lave du Vésuve d’un geste de bénédiction.

Il fut le confesseur de personnalités royales, de cardinaux et évêques. De son vivant, on l’appelait le Saint ou l’Apôtre de Naples.

Il mourut le 31 janvier 1815, fut béatifié le 22 janvier 1893 et canonisé en 1951.

 

 

Maria Cristina de Savoie

1812-1836

 

Princesse de sang royal, Maria Cristina naquit le 14 novembre 1812, quatrième et dernière fille du roi Vittorio Emanuele 1er et de Maria Teresa de Habsburg-Este.

Elle naquit à Cagliari (Sardaigne), alors que cette famille avait dû quitter le Piémont, récemment annexé par la France puis restitué par le Congrès de Vienne.

De retour à Turin, Maria Cristina reçut une formation correspondant à son rang.

Après l’abdication et la mort du roi, après la mort de son oncle et celle de sa mère, Maria Cristina épousa à Gênes Ferdinand II des Deux-Siciles. 

Très pieuse et fort étrangère aux habitudes de la cour, elle influença son mari par sa douceur et obtint, tant qu’elle vécut, la grâce pour tous les condamnés à mort.

Elle s’occupa activement de nombreuses œuvres sociales.

Le roi était beaucoup plus rude, mais priait avec elle le chapelet chaque soir. Leur unique fils, François II, roi des Deux-Siciles, mourra en 1894.

Maria Cristina cependant mourut des suites de ses couches, le 31 janvier 1836.

De grande piété, cette reine montra une grande noblesse d’âme dans toutes les difficultés qu’elle traversa pendant sa brève existance.

A la suite de la reconnaissance d’un miracle attribué à son intercession, elle a été béatifiée en 2014.

Pak Chong-wŏn Augustinus

(Bak Jong-Weon Auguseutino)

1793-1840

 

Auguseutino était né en 1793 à Seoul (Corée S), dans un foyer déjà chrétien.

Il fut très jeune orphelin de père, et resta très attaché à sa mère, une femme pauvre qu’il aida fidèlement, sans jamais se plaindre.

Il épousa une chrétienne, Ko Barbara, et rendit beaucoup de services aux Chrétiens.

Ainsi il enseignait les éléments de la foi aux catéchumènes, il les rappelait aux baptisés qui les oubliaient, il baptisait beaucoup d’enfants en danger de mort.

Il répétait : Puisque Jésus m’a aimé, je dois L’aimer. Puisqu’Il souffert pour moi, je dois souffrir pour Lui.

Il avait du chagrin de voir quelque pécheur, et s’efforçait de le reconduire à la Vérité, sans jamais blesser personne. Au contraire, on disait : Nous n’avons jamais vu Auguseutino se fâcher.

Il fit tous ses efforts pour introduire des missionnaires dans le pays, et Mgr Imbert le nomma catéchiste, une mission qu’il remplit avec beaucoup de talent.

Lors de la persécution, Augustinus alla aider les Catholiques en difficulté, les prisonniers, pendant huit mois. Puis il fut arrêté, en octobre 1839.

Interrogé et torturé plusieurs fois, il ne pouvait plus remuer bras et jambes et ses chairs partaient en lambeaux. Il restait heureux de souffrir pour Dieu.

Lors des interrogatoires, il exposa la doctrine du Ciel et de l’Enfer et refusa d’offrir des sacrifices aux Ancêtres, même s’il les honorait fidèlement comme font tous les Chrétiens.

Condamné à mort, Augustinus fut conduit à Tangkogae (Seoul), et décapité, le 31 janvier 1840. Ce même jour, il y eut six (ou même sept) martyrs.

Ces martyrs ont été béatifiés en 1925 et canonisés en 1984.

Leur fête liturgique commune est au 21 septembre.

 

 

Hŏ Hyŏb Paulus

(Heo Hyeob Baolo)

1796-1840

 

Hŏ Hyŏb Paulus était né en 1796 à Seoul (Corée S).

Parmi les cent-trois Martyrs coréens canonisés, il est un des moins connus.

On sait seulement qu’il était soldat, dans un camp d’entraînement, et qu’il était un fervent Catholique.

On l’arrêta pour lui faire renier sa foi. Il eut les jambes brisées, on lui enfonça partout des objets pointus (sans doute en particulier sous les ongles), il eut soixante-dix séances de flagellation, mais il affirma qu’il ne voulait pas renier sa foi.

Malgré tout, au bout de quelques semaines de ces pénibles mauvais traitements, il apostasia et fut libéré. Mais immédiatement, il revint voir le juge pour déclarer qu’il avait renié sa religion uniquement du bout des lèvres, mais pas dans son cœur, et qu’il était toujours catholique.

Les gardiens lui demandèrent alors de prouver ce qu’il disait en avalant des excréments humains, ce qu’il fit. Puis on lui demanda de s’incliner devant un crucifix, et il se prosterna jusqu’à terre, louant le Seigneur qu’il avait renié précédemment.

Il fut battu à mort ; il reçut cent-trente coups.

Le jour de son martyre n’est pas précis ; on avance le 30 ou le 31 janvier ou le 1er février ; le Martyrologe a retenu le 30 janvier 1840.

Paulus fait partie des Martyrs coréens béatifiés en 1925 et canonisés en 1984, dont la fête se célèbre le 20 septembre.

 

 

Hong Pyŏng-ju Petrus

(Hong Byeong-ju Peteuro)

1799-1840

 

Peteuro était né à Sŏsan (Chungchŏng, Corée S), dans un foyer déjà chrétien.

Il était petit-fils d’un martyr de 1801, Hong Nang-min, et neveu d’un autre martyr Hong Protasius (cf. 20 mai ?) ; lui et son frère,  Hong Yŏng-Ju Paulus, étaient donc d’une famille très chrétienne, et contribuèrent beaucoup à aider l’Eglise coréenne.

Tous deux, catéchistes, accomplirent leur mission avec beaucoup d’enthousiasme, communiquant leur foi aux catéchumènes, assistant les malades et participant à toutes les autres activités charitables de la communauté, ce qui amena les missionnaires à leur confier d’importantes responsabilités.

Lors de la persécution de 1839, ils cachèrent les missionnaires chez eux, au risque de leur vie. Un traître les dénonça en les faisant inscrire sur la liste des recherchés.

On les retrouva. On voulut les forcer à révéler des indications sur les autres Chrétiens ou de renier leur foi, en vain. Il se trouva que le chef des bourreaux était un parent, qui ne voulut pas les torturer lui-même, mais les fit torturer pour les faire apostasier. Mêmes les autres prisonniers, voleurs ou assassins, participèrent aux tortures avec les bourreaux, mais les deux frères ne cédèrent pas.

Condamnés à mort, Petrus et Paulus furent conduits à Tangkogae (Seoul), et décapités : Petrus, le 31 janvier 1840, avec six (ou même sept) autres compagnons ; Paulus, le 1er février 1840, avec deux autres compagnons.

Petrus et Paulus ont été martyrisés à deux jours différents, parce qu’une loi prohibait, à l’époque, de condamner à mort deux parents le même jour…

Ces martyrs ont été béatifiés en 1925 et canonisés en 1984.

Leur fête liturgique commune est au 21 septembre.

 

 

Yi Seong-rye Maria

1801-1840

 

Yi Seong-rye Maria est une laïque coréenne née en 1801 à Hongju (Chungcheong-do, Corée S).

Elle fut décapitée à Danggogae (Seoul) le 31 janvier 1840 et béatifiée en 2014.

 

 

Son So-Byŏk Magdalena

(Son So-byeok Magdallena)

1802-1840

 

Magdalena était née en 1802 à Seoul (Corée S), dans un foyer déjà chrétien.

Son père fut exilé pour sa foi, et sa mère mourut trop vite, de sorte que la petite fille vécut chez sa grand-mère. Cette situation la rendit un peu farouche, et elle ne fréquenta pas beaucoup les autres Chrétiens.

Plus tard, elle apprit cependant les éléments de la religion et épousa à dix-sept ans Ch’oe Ch’ang-hŭb Peteuro, futur martyr (v. 29 décembre).

Ils eurent onze enfants, dont neuf moururent en bas-âge.

C’était une femme douce, et une excellente artiste en matière de couture et de broderie.

Lors de la persécution, elle se cacha avec des parents. Son mari fut martyrisé le 29 décembre 1839, et elle fut arrêtée à son tour.

On lui intima l’ordre d’indiquer où étaient les autres Catholiques, et de renier Dieu. Réponse :

Je ne peux pas faire le moindre mal contre mes Compagnons catholiques en révélant où ils sont. Je ne pourrai jamais renier mon Dieu.

On lui promettait, sur un seul mot, de la laisser en liberté, avec son mari et ses enfants. Réponse :

Ma vie ne m’appartient pas. Je ne puis renier mon Dieu pour sauver ma vie.

Magdalena subit sept interrogatoires ; son corps fut trois fois soumis à des torsions ; elle reçut deux-cent soixante coups de «club». Sa chaire partait en lambeaux, son sang coulait de toutes parts, tandis qu’elle remerciait Dieu de lui donner la force de supporter ces souffrances.

Elle prit avec elle sa petite fille de deux ans, mais la prison était sombre, malsaine, on mangeait mal, aussi la remit-elle à des parents, non seulement pour sauver l’enfant, mais aussi pour éviter de faiblir devant le martyre.

Condamnée à mort, Magdalena fut finalement conduite à Tangkogae (Seoul), et décapitée, le 31 janvier 1840. Ce même jour, il y eut six (ou même sept) martyrs.

Ces martyrs ont été béatifiés en 1925 et canonisés en 1984.

Leur fête liturgique commune est au 21 septembre.

 

 

Yi Kyŏng-i Agatha

(Yi Gyeong-i Agata)

1813-1840

 

Agatha était de famille coréenne catholique.

Elle eu la malchance d’épouser un homme concerné par ce passage de l’Evangile : Mt 19:12. Le mariage ne pouvait donc être consommé et devenait nul, de facto.

Mgr Imbert fut consulté par la jeune femme, et lui conseilla de se séparer de cet homme, ce qu’elle fit.

Elle s’en alla vivre chez une autre Chrétienne, Kwŏn Chin-i Agatha, parce que sa mère était trop pauvre pour la garder chez elle.

Agatha fut arrêtée une première fois avec sa compagne, le 17 juillet 1839, mais certains policiers eurent pitié d’elles et les laissèrent partir de prison.

Agatha profita de cette liberté pour amener à la foi toute sa famille, visiter d’autres Catholiques et les aider autant qu’elle pouvait. Désormais, son unique désir était de mourir pour sa foi.

Elle fut arrêtée une deuxième fois, aussi avec sa compagne, dans une pauvre petite bicoque de Seoul, et remises en prison. On les tortura, on les frappa, mais elles ne renièrent pas leur foi.

Finalement, on les conduisit toutes deux au lieu-dit Tangkogae, près de Seoul, où elles furent décapitées, le 31 janvier 1840.

Elles furent béatifiées en 1925 et canonisées en 1984.

 

 

Yi In-dŏk Maria

(Yi in-deok Maria)

1818-1840

 

Maria, coréenne, avait une sœur, Yi Yŏng-dŏk Magdalena, qui devait mourir martyre le 29 décembre 1839.

Maria était si calme, si discrète, qu'on ne la remarquait presque pas.

Elle fut arrêtée avec sa sœur aînée, et toutes deux montrèrent un grand courage devant leurs interrogateurs et en prison, malgré les tortures qu'on leur infligea.

On disait que Maria était si convaincue de sa foi, qu'elle dépassait les autres en ferveur, qu'elle était plus respectueuse envers les missionnaires que les autres, et qu'elle voulait mourir pour sa foi.

Finalement, on la conduisit au lieu-dit Tangkogae, près de Seoul, où elle fut décapitée, le 31 janvier 1840.

Elle fut béatifiée en 1925 et canonisée en 1984.

 

 

Kwŏn Chin-i Agatha

(Gweon Jin-i Agata)

1819-1840

 

Agatha était la fille d'un employé du gouvernement ; sa mère, catholique, était Han Magdalena, future martyre.

Elle se maria (ou on la maria) lorsqu'elle n'avait que douze ou treize ans, avec un homme beaucoup trop pauvre pour s'acheter une maison à lui, de sorte qu'après la cérémonie du mariage, Agatha resta chez un parent.

Elle trouva un petit travail en faisant le ménage chez un prêtre chinois. Ce dernier se prit d'affection pour cette petite femme. Agatha lui dit qu'elle désirait rester vierge et le prêtre fit déclarer nul son mariage. Par la suite, le prêtre et Agatha partagèrent une amitié dangereuse, qui finit par scandaliser la communauté chrétienne. Après plusieurs mois de cette conduite, l'évêque admonesta Agatha et l'engagea à mettre fin à ce comportement. Obéissante, et fortement attachée au Christ, Agatha prit une sage décision.

Elle revint chez sa mère et mena désormais une vie édifiante de prière et de repentir. Elle pensait que seul le martyre pouvait la remettre pleinement dans l'amitité de Dieu.

Elle reçut cette autre Agatha (Yi Kyŏng-i), qui avait dû quitter son « mari » sur le conseil de l'évêque.

Agata fut arrêtée une première fois avec sa compagne, le 17 juillet 1839, avec une autre jeune fille. Celui qui les avait dénoncées arriva et prétendit séduire notre Agatha, qui ne répondit pas à ses avances.

Touchés par la jeunesse et la beauté des jeunes femmes, les policiers les laissèrent partir, de sorte qu'elles furent un temps hors de portée de leur dénonciateur et tentateur. Mais les policiers furent punis pour leur « lâcheté ».

Les trois jeunes femmes se cachèrent dans une maison de Catholiques à Seoul, mais la jeune fille, arrêtée, révéla leur cachette.

Les deux Agatha furent arrêtées une deuxième fois, et remises en prison. On les tortura, on les frappa, mais elles ne renièrent pas leur foi.

Agatha revit sa mère, en prison, où elles eurent leur dernière conversation avant d'être immolées, la mère le 29 décembre 1839, Agatha un mois plus tard.

Les témoins affirmèrent qu'Agathhka versa davantage de larmes et répandit davantage de parfum odorant, que Marie Magdeleine à l'époque de Jésus.

Finalement, on conduisit les deux Agatha au lieu-dit Tangkogae, près de Seoul, où elles furent décapitées, le 31 janvier 1840.

Elles furent béatifiées en 1925 et canonisées en 1984.

Giovanni Bosco

1815-1888

 

Giovanni Melchior Bosco naquit dans le petit hameau des Becchi, près de Castelnuovo d’Asti (Piémont, Italie), le 16 août 1815. Cette commune s’appelle aujourd’hui Castelnuovo Don Bosco

Les parents, Francesco et Margherita Occhiena, étaient très pauvres. Le papa était veuf d’un premier mariage (avec Margherita Cagliero) dont il avait eu deux enfants, Antonio et une petite fille morte deux jours après la naissance. Du second mariage naquirent Giuseppe et notre Giovanni. Giovanni avait donc deux frères.

Avec le demi-frère, aîné, les relations ne furent pas bonnes, car Antonio était jaloux. 

Quand le papa mourut, Giovanni n’avait que deux ans. Sa maman prit vaillamment en charge, outre ses trois garçons, sa belle-mère (Margherita elle aussi), âgée et infirme.

Très intelligent, très adroit et bon camarade, Giovanni eut très vite un réel ascendant sur ses camarades. 

A neuf ans, il fit un rêve, que lui-même racontera à ses jeunes et définira «prophétique» : 

A neuf ans, j’ai fait un rêve. Je me trouvais au milieu d’un tas de garçons, les uns riaient, les autres jouaient, beaucoup blasphémaient ; ce qu’entendant, je me précipitai au milieu d’eux à coups de poings et d’invectives, pour les faire taire. Alors apparut un homme majestueux, tout blanc, qui me dit : Giovanni, tu devras être le chef de ces garçons, pas avec les coups, mais par la douceur. Explique-leur ce qu’est le péché. Je répondis que je ne savais rien, que je ne pouvais pas leur parler. Alors, les garçons se calmèrent et entourèrent ce Monsieur… Je lui demandai : Mais qui êtes-vous donc ? Il me répondit : 

- Je suis le fils de celle dont ta mère t’a appris à la saluer trois fois par jour (C’est la prière de l’Angelus, ndr).

- Mais Maman m’a toujours dit de ne pas rester avec des gens que je ne connais pas, sans sa permission.

- Mon nom, demande-le à ma mère.

Alors j’ai vu une grande Dame, qui me fit signe d’approcher… Alors tous ces garçons avaient disparu, à leur place il y avait des tas de bêtes, moutons, chats, chiens, ours, etc. Alors toutes les bêtes méchantes devinrent de doux agneaux, qui entouraient ce Monsieur et cette Dame. 

En se réveillant, il avait mal aux mains d’avoir cogné contre les garçons, et aux joues pour les baffes qu’il avait reçues à son tour ! Bien sûr, il alla raconter ce rêve aux siens. Giuseppe lui dit qu’il deviendrait sans doute berger ; Antonio, qu’il serait chef de brigands ; la maman, qu’il serait peut-être prêtre, et la grand-mère, qu’il ne faut pas croire aux rêves, ce que pensait aussi le petit Giovanni, qui toutefois ne put jamais oublier ce rêve.

Ce ne sera pas l’unique rêve que fera Giovanni dans sa vie ; il en eut beaucoup, dont lui-même restera parfois stupéfait. Par exemple, lorsqu’il vit toute la Patagonie de l’Amérique du Sud, où il devait envoyer plus tard des prêtres.

Giovanni voulut aller dans la petite école du pays voisin, gérée par le curé. Mais celui-ci ne voulait pas recevoir un garçon d’un autre village ; il finit toutefois par le prendre, sur les instances de sa bonne de cure, la propre tante de Giovanni. Les premiers contacts avec les copains ne furent pas faciles, justement parce qu’entre garçons de villages différents, il y a toujours des frictions, des moqueries. Mais le curé prit la défense de Giovanni.

C’est Giovanni qui eut le premier geste de pacification : il s’amusa à distraire ses camarades avec des tours de prestidigitation, des acrobaties de saltimbanque, de petites compétitions, et quand il les avait autour de lui, il les invitait à prier le chapelet, à écouter un texte de l’Evangile, jusqu’à les inviter à l’accompagner à la messe.

En 1826, mourut la grand-mère. Cette année-là, Giovanni put recevoir la Première communion (un an avant les douze ans habituels requis à l’époque). La même année, maman Margherita se vit contrainte d’éloigner Giovanni du village, car son demi-frère ne cessait pas de l’invectiver et même de le frapper. Giovanni fut donc à Moncucco Torinese, comme garçon dans une ferme, jusqu’en 1829.

Giovanni fit connaissance du chapelain de Morialdo, qui l’aida à commencer l’étude du latin, une des premières «conditions» nécessaires pour la préparation au sacerdoce. Mais le prêtre mourut l’année suivante : en mourant, il donnait à Giovanni ses économies (6000 lires de l’époque), que Giovanni cependant laissa à la famille du prêtre. Geste généreux, que Dieu récompensera non moins généreusement. 

Bientôt après, le demi-frère Antonio se maria (1831) et maman Margherita partagea le patrimoine : parti Antonio, Giovanni pouvait revenir à la maison. Il étudia à Castelnuovo, en demi-pension chez un tailleur musicien qui lui enseigna son métier. On sait que Giovanni savait jouer du violon. Puis il alla étudier à Chieri, et passa l’été chez son frère Giuseppe à Castelnuovo.

Giovanni étudia très vite, mais le brave curé fut muté à Mondonio et son successeur ne sut continuer l’enseignement. Giovanni en profita alors pour apprendre aussi le métier de forgeron. Finalement, Dieu préparait Giovanni à connaître beaucoup de choses, pour pouvoir un jour les enseigner à son tour aux jeunes qu’il rencontrerait.

Pour payer ses études à Chieri, il se fit domestique, garçon d’écurie, etc. Déjà il fonda une «Société de la Joie» (Società dell’Allegria), pour regrouper des compagnons et leur parler de Dieu. Il prit énergiquement la défense d’un très gentil garçon, Luigi Comollo, la tête de turc de plusieurs copains. Luigi et Giovanni devinrent de grands amis, et Giovanni put écrire qu’il apprit de Luigi à être un vrai chrétien, par la prière, le pardon des offenses, la patience et la douceur. On retrouvera bientôt ce Luigi.

De 1832 à 1835, Giovanni put achever les études secondaires, laissant aux professeurs une réputation d’élève particulièrement studieux, aimant passionnément lire et surtout doté d’une mémoire exceptionnelle.

Giovanni pensait entrer chez les Franciscains, mais un saint prêtre, Giuseppe Cafasso (voir au 23 juin) eut l’inspiration de l’orienter vers le séminaire diocésain, où il entra en 1835. 

Il faut signaler ici ce que lui dit sa mère au moment où il fut admis au Grand séminaire : Souviens-toi que ce qui honore un clerc, ce n’est pas l’habit, mais la vertu. Quand tu es venu au monde je t’ai consacré à la Madonne ; au début de tes études je t’ai recommandé d’être Son enfant ; sois à Elle plus que jamais, et fais-La aimer autour de toi.

Giovanni fut fidèle et obéissant.

En 1837 il commença la théologie, et reçut l’ordination sacerdotale en 1841.

Au séminaire, il retrouva son très cher ami, Luigi Comollo, qui cependant mourut peu après, à vingt-deux ans. La nuit qui suivait sa mort, Giovanni et tous les autres séminaristes l’entendirent appeler : Bosco, Bosco, Bosco ! Je suis sauvé ! C’est Giovanni qui raconta lui-même l’événement, dont furent témoins les autres confrères. On pourra voir là une preuve de plus de l’existence de l’Au-delà.

Il est bon de rappeler ici que, une fois prêtre, don Bosco refusa catégoriquement certaines «places» qu’on lui offrait, avantageuses socialement et économiquement ; outre que son humilité s’y opposait, sa chère maman aussi l’avait bien prévenu : Si jamais tu deviens riche, je ne remettrai jamais plus les pieds chez toi !

Au contraire, avant de se lancer dans l’activité, il prit le temps de mûrir son sacerdoce, et entra, pour trois années, dans un «cercle» que don Cafasso avait ouvert à Turin, pour aider de jeunes prêtres à approfondir leur vie spirituelle et surtout à se préparer à rencontrer la société de cette époque.

Puis don Bosco commença à aller à la rencontre des gamins et des jeunes, dans les rues, dans les prisons infectes ; il s’attira l’amitié de ces malheureux, les réunit autour de lui. En peu de temps, ils étaient des centaines. Il leur montrait une réelle amitié, les aidait à s’instruire, et les rapprochait de l’Eglise.

En 1846 notre jeune prêtre fut gravement malade, d’une fluxion de poitrine qu’on désespéra de guérir ; il s’en sortit «miraculeusement» et reprit toute son activité. 

En 1854, don Bosco institua la Société salésienne, avec des prêtres qui partageaient son idéal, pour former toute cette jeunesse, y compris pour préparer au sacerdoce ceux qui en auraient la vocation. Le nom de salésienne s’inspirait de saint François de Sales, dont la douceur conquit et ramena à l’Eglise beaucoup d’hérétiques, mais aussi dont l’activité inlassable fit publier beaucoup d’ouvrages (voir au 28 décembre).

Dans cette petite notice, il n’est pas possible de reprendre tous les épisodes de la longue et épuisante vie de don Bosco. Un fait est resté mémorable : sa confiance absolue en la Providence et en la Sainte Vierge pour obtenir l’argent nécessaire à son œuvre grandissante. Un jour qu’il s’ouvrait d’un nouveau projet à sa pieuse mère, celle-ci s’exclama : Quoi ! Mais tu n’as pas même un sou en poche ! et Giovanni de répondre gentiment à sa mère : Voyons  ! Si vous aviez de l’argent, m’en donneriez-vous ? Eh bien, Maman, croyez-vous que la Providence, qui est infiniment riche, soit moins bonne que vous ?

En 1856, mourut Mamma Margherita, sa pieuse mère qui l’aida de tout son cœur. 

En 1864, il posa la première pierre de l’église de Marie Auxiliatrice, et en 1872 fonda la branche féminine des Filles de Marie Auxiliatrice, avec sainte Maria Domenica Mazzarello (voir au 14 mai).

Le pape Pie IX approuva les constitutions de l’œuvre dès 1874. Déjà plusieurs maisons existaient en Italie. Ce même pape dit un jour : Si vous désirez un miracle, adressez-vous à don Bosco, prêtre de Turin ; il accomplit des miracles de charité, et je ne m’étonnerais point qu’il en fît d’autres encore. Ce pape consultait volontiers don Bosco pour le choix des évêques en Italie.

En 1875, l’œuvre salésienne était déjà connue en Argentine, où l’évêque demandait des missionnaires : don Bosco y envoya des prêtres et des religieuses ; à Buenos Aires, ils s’occupèrent d’une paroisse où vivaient de nombreux émigrés italiens, ils ouvrirent une Ecole de métiers. Peu à peu leurs activités gagnèrent toute la Patagonie, dont Giovanni avait rêvé autrefois. La présence des Salésiens fut providentielle pour protéger les Indios de la Pampa.

En Italie, don Bosco était d’une activité incroyable. On a du mal à expliquer comment il trouvait le temps de rédiger et de publier à peu près chaque année tel ou tel opuscule ou ouvrage. Pendant plus de quarante ans, don Bosco écrivit des manuels de piété, des livres d’histoire, des monographies hagiographiques, des pièces de théâtre, des études apologétiques, et plus de deux milles courriers qu’on a reliés en quatre volumes.

Les miracles et les intuitions de don Bosco sont célèbres : avertissements, prophéties, guérisons, lecture dans les âmes…

En 1884, don Bosco fut sérieusement malade, mais se remit encore. Fin 1887, il confessa encore vers Noël. En janvier 1888 le mal augmenta : don Giovanni s’éteignit à ce monde le 31 janvier 1888. Le pape Léon XIII dit alors : Don Bosco est un saint, un saint, un saint !

Saint Giovanni Bosco a été béatifié en 1929, et canonisé en 1934.

 

 

Luigi Talamoni

1848-1926

 

Giuseppe Talamoni et Maria Sala eurent six enfants, dont le deuxième naquit le 3 octobre 1848 à Monza (Italie du Nord) et reçut le jour-même au baptême les prénoms de Luigi (Louis) Domenico Filippo.

La famille était pauvre, mais riche de foi : on priait le chapelet chaque jour, et Monsieur Talamoni se rendait à la Messe chaque jour autant que possible, prenant par la main son petit Luigi, qui apprit à servir la messe comme son papa. 

Ce papa, chapelier, n’avait pas de grandes ressources : Luigi fut accueilli dans l’Oratoire barnabite du Carrobiolo à Monza même pour l’école primaire, devenu plus tard le “Séminaire des pauvres” ; Luigi le fréquenta puis passa au Séminaire diocésain de Milan.

A cette époque, le gouvernement italien n’entretenait pas les meilleures relations avec l’archevêque, qui fut même plusieurs fois arrêté et interrogé à Turin.

Luigi se prépara donc dans ces difficiles circonstances à son doctorat en Lettres et Philosophie à l’Académie scientifico-littéraire, où même ses professeurs anti-cléricaux furent conquis par leur élève.

Il ft ordonné prêtre en 1871 : ce même jour (4 mars), son père fut frappé d’une hémorragie célébrale qui le laissera paralysé pendant quinze ans.

Don Luigi fut envoyé au Collège Saint-Charles de Milan, où un de ses élèves fut un certain Achille Ratti, le futur pape Pie XI.

En 1875 il fut nommé professeur au Séminaire de Monza. Il prêchait et confessait à la cathédrale.

Dans le clergé aussi se manifestaient des tendances opposées, parfois contentieuses ; même les élèves séminaristes de Don Luigi lui réservaient des plaisanteries de très mauvais goût, qu’il supportait toutefois avec une patience remarquable, sans broncher, sans intervenir et demeurant toujours d’une politesse exquise envers tous.

Un important mouvement social catholique se faisait jour à cette époque ; Luigi adhéra au Comité catholique de Monza et se trouva même dans la liste communale élue en 1893.

Il en profita pour se préoccuper activement des écoles et des jardins d’enfants, de la sécurité des rues, de la moralité. Il suggéra l’ouverture de maisons pour les plus pauvres, l’appui aux petits commerçants, les remèdes gratuits pour les malades pauvres, l’amélioration des conditions carcérales. Même ses adversaires politiques l’avaient en grande estime.

En 1923, il fut reconduit aux élections, mais le conseil municipal fut contraint de se démettre devant la montée violente du Fascisme.

Don Luigi soutint aussi une œuvre d’assistance, les Sœurs Miséricordieuses de Saint-Gérard, fondées par Maria Biffi Levati (1835-1905) et dont il écrivit les premières Règles.

Il mourut à Milan le 31 janvier 1926 : c’est la mairie de Monza qui paya ses obsèques solennelles.

Le procès de béatification fut mis en route par l’archevêque de Milan, le Bienheureux cardinal Ildefonso Schuster (voir au 30 août) et achevé par le cardinal Giovanni Battista Montini, futur pape Paul VI.

Don Luigi Talamoni fut béatifié en 2004. 

En 2009 le Bienheureux Luigi Talamoni fut proclamé céleste patron de la région de Monza.

Le Martyrologe Romain reporte le nom de ce Bienheureux au 20 mai, alors que son dies natalis est bien, comme on l’a vu, le 31 janvier.

José Acosta Alemán

1880-1937

 

Né le 27 mai 1880 à Cartagena (Murcia), José fit d’excellentes études et, à vingt-deux ans, était déjà ingénieur aux Mines.

C’est alors qu’il annonça à son père son désir d’entrer chez les Pères de la Congrégation de S.Vincent de Paul (Vincentiens). Il fit le noviciat à Paris et fut ordonné prêtre.

Il avait un très fort attrait pour suivre les pas des missionnaires comme Jean-Gabriel Perboyre ou François-Régis Clet, martyrisés en Chine (v. 11 septembre et 18 février) : aussi fut-il envoyé pendant dix-huit ans dans cette Chine mystérieuse, où il put exercer un ministère très fécond au Tché-Ly et Chengtingfu.

En 1926, épuisé par ce labeur incessant, il revint en Espagne.

Il appartenait à la communauté de Madrid et son ultime poste fut à Totana (Murcia) ; il était professeur et aumônier du collège et de l’hôpital tenu par les Filles de la Charité.

Le 25 juillet, il fut expulsé par les révolutionnaires, mais ne pouvant retourner à Madrid, il trouva refuge chez un ami fidèle, un certain Evaristo, qui le défendit jusqu’au bout.

Début août, le Père fut expulsé de cette maison à coups de poings et de pieds, mis en prison quelque temps. En septembre, on le fit sortir de là pour continuer de la battre et de l’insulter dans la rue ; on lui cassa les lunettes, pour l’empêcher d’y voir, il tomba dans l’escalier de la prison, on lui donna des coups de crosse de fusils, on le fit rouler par-terre à coups de pieds.

Remis en prison, il se retrouva avec deux autres prêtres de ses amis, Juan José Martínez Romero et Pedro José Rodríguez Cabrera. Tous trois se préparèrent à leur martyre. 

Les trois prêtres furent fusillés le 31 janvier 1937 dans cette prison de Totana.

Ils furent béatifiés en 2017.

Le nom du bienheureux José Acosta Alemán sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 31 janvier.

 

 

 

Juan José Martínez Romero

1889-1937

 

Juan José naquit le 21 août 1889 à Totana (Murcia), de Jerónimo et Victoriana, qui le firent baptiser le jour même.

Il fréquenta le séminaire diocésain Saint-Fulgence et fut ordonné prêtre en 1914.

Les sept localités de son apostolat furent : Caravaca, Las Torres de Cotillas, La Unión, Lorca, Roldán Águilas, finalement Totana, le pays natal.

Don Juan José était aussi généreux et charitable qu’il soignait avec amour les célébrations liturgiques.

Lors de la révolution de 1936, l’église fut fermée d’office. Don Juan José se réfugia dans la maison familiale et continuait ainsi comme il pouvait, son ministère sacerdotal. Avec deux jeunes fidèles, il s’efforça de retirer de l’église paroissiale les objets sacrés, les ornements, d’autant plus qu’on avait déjà mis le feu au sanctuaire.

Il fut surpris «en flagrant délit» le 23 août à cinq heures du matin, violemment frappé au point qu’il ne pouvait plus tenir sur ses jambes, et le jetèrent en prison, où il eut pour compagnons José Acosta Alemán et Pedro José Rodríguez Cabrera.

Un jour qu’on l’avait obligé à rester longtemps à genoux les bras en croix, pendant qu’on l’insultait et qu’on le frappait, il confia ensuite à ses compagnons : Je n’en pouvais plus, mais je t’assure que je n’ai jamais éprouvé tant de joie, parce que je souffrais pour le Christ. Une autre fois, qu’une milicienne vint le maltraiter, il raconta ensuite qu’il ne s’était jamais autant amusé dans sa vie. Dans son dernier billet, écrit à un autre prêtre, il déclarait encore : Tu ne sais pas quelles douceurs nous apporte cette prison.

Il fut martyrisé le 31 janvier 1937, comme on l’a raconté dans la notice de José Acosta Alemán et fut aussi béatifié en 2017.

Le nom du bienheureux Juan José Martínez Romero sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 31 janvier.

 

 

 

Pedro José Rodríguez Cabrera

1903-1937

 

Il était né le 15 juillet 1903 à Totana (Murcia).

Prêtre diocésain, il fut vicaire puis curé à Puerto Lumbreras, Alhama, La Cortija de El Moral et La Gineta ; un des meilleurs espoirs du diocèse.

On connaissait Don Pedro José pour sa bonté envers chacun, pour sa prudence dans les décisions ; à La Gineta, il s’employa particulièrement au service des pauvres.

En juillet 1936, le Curé vint se réfugier chez son père à Totana.

Fin octobre, on vint l’arrêter pour le jeter en prison : là il retrouva deux amis, qui allaient être ses compagnons jusqu’au martyre, Juan José Martínez Romero et José Acosta Alemán.

Il faut dire ici que le chef de la prison était un homme juste, qui connaissait les prêtres. Il savait pourquoi ceux-ci avaient été incarcérés et les protégeait comme il pouvait ; il leur permit d’avoir leur bréviaire, et n’eut aucun geste violent envers eux. Mais des miliciens intervinrent avec férocité. 

Le dimanche 31 janvier 1937, ils entrèrent de force dans la prison. Dans l’antichambre, se trouvait le père de don Pedro, auquel ils dirent : Attendez là, vous allez entendre les coups qui vont tuer votre fils. Ils enfermèrent le chef - qui refusa de leur livrer les prêtres -, se dirigèrent vers les lavabos au fond du couloir où se trouvaient les prisonniers, et les exécutèrent. Ils commençaient à maltraiter encore les cadavres, mais des personnes présentes purent ramasser les corps et aller les enterrer dignement.

Don Pedro José fut ainsi martyrisé le 31 janvier 1937, à trente-trois ans, à l’image du Christ.

Avec ses deux amis, il fut béatifié en 2017.

Le nom du bienheureux Pedro José Rodríguez Cabrera sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 31 janvier.

 

 

Susana Paz Castillo Ramírez

1863-1940

 

Susana naquit le 11 août 1863 à Altagracia de Orituco (Guárico, Venezuela), fille de Francisco de Paula Paz Castillo et de María Rosario Ramírez.

La mère de Francisco était Doña Candelaria Pérez y Bolivar, la première sœur du célèbre «Libérateur».

Francisco, lui, est un fin herboriste qui, sans être médecin, sait soulager les gens par de bons conseils et s’attire ainsi leur reconnaissance. Il meurt prématurément en 1870. La maman mourra la veille de Noël, le 24 décembre 1887. Susana alors assumera le travail ménager, et s’occupera, outre de quelques cousins et de filleuls de sa mère, de malades et de blessés, qu’elle recevait dans une maison semi-abandonnée près de l’église paroissiale.

Il faut rappeler que le pays du Vénézuéla était agité par des luttes, la guerre, l’agitation civile, à quoi s’ajoutèrent en 1900 et 1926 deux tremblements de terre. A la suite de celui de 1900, le village de Altagracia reçut les conséquences de la «révolution de libération» : destructions, misère, innombrables gens blessés, abandonnés.

En 1903, deux médecins d’Altagracia décidèrent la création d’un véritable hôpital, dont ils confièrent la direction à Susana. Encouragée par le curé de la paroisse, elle s’installa alors dans l’hôpital Saint-Antoine, avec quelques compagnes qui avaient comme elle le désir de se consacrer. Elles avaient une devise commune : Dieu est Amour (1Jn1:).

Chaque jour, deux d’entre elles partaient mendier pour ce qui manquait. Quand l’une d’elle disait à Susana qu’il n’y avait ni pain ni médicaments, elle prenait simplement un panier et allait mendier, revenant un peu plus tard avec ce qui manquait.

En 1906, avec l’autorisation de l’évêque, elle prend l’habit des Petites Sœurs des Pauvres et change son nom en Candelaria de Saint-Joseph (Candelaria était le prénom de sa grand-mère ; ce nom est donné en rapport avec la Chandeleur, la fête du 2 février).

En 1910 naît officiellement l’Institut des Sœurs des Pauvres de Altagracia de Orituco.

En 1914, le curé d’Altagracia est nommé Administrateur Apostolique, puis évêque du diocèse de Guyane, l’actuel diocèse de Bolivar City.

Mère Candelaria commence en 1916 une tournée de dix-huit mois pour recueillir des dons en faveur de son œuvre. Durant la même période, elle fonde un hôpital à Porlamar sur l’île de Margarita - qui s’appela Hospice des Abandonnés, et un autre à Upata.

En 1922 arrivèrent à Porlamar des pères Carmes, et la Mère Candelaria souhaitait beaucoup agréger son institut à l’ordre carmélite. Sa demande fut agréée et les Sœurs s’appelèrent alors Congrégation des Carmélites du Tiers-ordre régulier. Mère Candelaria émit les vœux en 1927 et reçut ensuite ceux des autres Sœurs.

Le tremblement de terre de 1929 portera la Mère Candelaria avec deux Sœurs à Cumaná, frappée par le séisme, où elles prirent en charge l’hôpital ; et quand se déclara l’épidémie de variole, elles s’occupèrent personnellement des malades dans la zone d’isolement.

Mère Candelaria dirigera cette famille religieuse jusqu’en 1937, quand fut élue la nouvelle supérieure lors du premier Chapitre général. Elle montra alors la plus grande humilité en s’inclinant devant la nouvelle supérieure et en baisant son scapulaire. Elle continuera ensuite à travailler pour l’œuvre en tant que maîtresse des novices, jusqu’à sa mort, après avoir supporté patiemment une très pénible infirmité. Elle désirait prononcer encore une fois le nom de Jésus au moment de mourir, et c’est ce qui arriva.

Elle mourut à Cumaná le 31 janvier 1940, après avoir prononcé par trois fois le nom de Jésus.

Madre Candelaria de Saint-Joseph fut béatifiée en 2008.

Localement, la fête de la Bienheureuse Candelaria est établie au 1er février, car on fête saint Giovanni Bosco le 31 janvier. Mais le dies natalis est le 31 janvier au Martyrologe.

Actuellement, ces Religieuses sont une centaine au Vénézuela et à Porto Rico. Elles portent désormais le nom de Carmélites de Mère Candelaria.

 

Le miracle retenu pour cette béatification fut la délivrance heureuse d’une maman enceinte de presque huit mois, avec insuffisance cardiaque, anémie et pré-éclampsie. Un écho-sonogramme révéla une activité cardiaque absolument nulle du fœtus. Les médecins s’apprêtaient à purifier l’uterus de la maman, qui de son côté priait intensément Mère Candelaria. Vint alors au monde une petite fille bien vivante, qui fut baptisée avec le nom de Milagros Candelaria, Miracle (de) Candelaria.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens