Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2020 3 26 /02 /février /2020 00:00

26 FEVRIER

 

II.

S Hilaire, évêque à Mayence et martyr.

IV.

S Alexandre, évêque à Alexandrie ; avec son diacre Athanase, il dénonça l’erreur arienne qui fut condamnée à Nicée.

S Faustinianus, évêque à Bologne.

S Denis (Zosime), évêque à Augsburg et martyr.

V.

Ste Irène, vierge à Gaza ; à quatorze ans, encore païenne, elle hébergea s. Porphyrios poursuivi par des idolâtres.

S Porphyrios, de Thessalonique, ermite à Scété puis en Palestine ; évêque à Gaza.

VI.

S Servule, évêque à Vérone.

S Agricola, évêque à Nevers dont il était gouverneur, ami de Venance Fortunat.

S Victor, prêtre solitaire à Saturniæ (Arcis-sur-Aube), mystique et thaumaturge.

VII.

S Ogan (Ogrin), évêque en Irlande.

IX.

S Andrea, évêque à Florence.

XII.

Bse Edigna, princesse royale, fille de Henri I ou Philippe I, recluse à Puch.

Ste Mechtilde (Mathilde), recluse près de Mayence.

B Léon, flamand, abbé à Lobbes, à Saint -Bertin.

XVI.

Bse Filippa de Gheldre, veuve avec douze enfants, clarisse à Pont-à-Mousson.

XVII.

B Robert Drury, prêtre martyr à Tyburn, un des soixante-deux béatifiés en 1987.

XIX.

Ste Paola de Saint-Joseph de Calasanz Montal Fornés, espagnole, fondatrice des Filles de Marie pour l’éducation des enfants, béatifiée en 1993, canonisée en 2001.

XX.

Bse Tomasa Piedad de la Croix Ortiz Real (1842-1916), fondatrice espagnole (Tertiaires de la Vierge du Carmel, Salésiennes du Sacré-Cœur pour la catéchèse des pauvres), béatifiée en 2004.

Alexandre d’Alexandrie

250-326

 

Ce saint prélat vécut au moment de l’apparition de la grave crise christologique arienne. Naturellement doux, affable et modeste, animé d’ailleurs d’un saint zèle, il avait un grand amour de ses frères et spécialement des pauvres. Il eut l’occasion de montrer son esprit de conciliation à l’égard d’Arius, dont les tendances inquiétaient l’évêque ; déjà Arius avait montré des tendances douteuses et avait été chassé par l’évêque Pierre, mais ayant donné des démonstrations de revirement, grâce à l’intervention d’Alexandre, il avait été réhabilité et même ordonné prêtre par Achillas, le successeur de Pierre.

Or l’évêque Achillas mourut très vite après son élection, et reçut pour successeur Alexandre lui-même, ce qui provoqua dans le cœur d’Arius un vif ressentiment, car, selon Théodoret, il briguait ce siège.

Le début de l’épiscopat d’Alexandre fut déjà agité par un certain Cresconius, au sujet de la célébration de la Pâque, sujet récurrent dans toute l’histoire de l’Eglise des premiers siècles ; en outre les mélétiens se manifestèrent contre le nouvel évêque jusqu’à porter leur différend à la cour de l’empereur Constantin. Précisons ici que Mélèce d’Antioche, était un évêque “orthodoxe”, mais élu à ce siège sur instigation des partisans d’Arius, qui le croyaient acquis à leurs thèses. S’apercevant de leur erreur, ils s’étaient révoltés contre l’autorité. Saint Mélèce, qui connut l’exil, fut rétabli et mourut durant le concile de Constantinople, qu’il présidait, en 381 (v. 12 février). 

Un autre sujet de discussion mit en cause un jeune prêtre, Athanase, qu’on accusait d’avoir abusivement baptisé des camarades lorsqu’il était encore enfant. Alexandre soutint au contraire la validité de ce baptême, pressentant certainement combien ce prêtre serait précieux pour l’orthodoxie contre l’arianisme.

Or Alexandre avait à cœur la doctrine trinitaire juste et il ne ménageait pas sa peine pour enseigner et défendre la Vérité christologique, proclamant que le Fils de Dieu est égal au Père en tout, et que l’Engendré est de même essence que Celui qui engendrait. C’est là qu’Arius se déchaîna et se révéla ouvertement : il publia que le Fils de Dieu n’était qu’une simple créature, et que le Verbe divin n’avait pas été de tout temps. Arius se chercha des partisans au sein même du clergé local. 

Alexandre veillait : d’abord, il essaya la douceur pour ramener Arius ; il l’invita à participer à des discussions, à des conférences publiques, mais en vain. En 320, cent évêques de l’Egypte et de Libye condamnèrent Arius. Ce dernier, loin de se soumettre, passa en Palestine, se faisant passer pour un persécuté. Il réussit un moment à gagner les évêques Eusèbe de Nicomédie et Eusèbe de Césarée. De son côté Alexandre s’efforçait, par ses lettres, d’expliquer la situation réelle et sa propre conduite. Il montra là à la fois une charité pleine de douceur et une fermeté courageuse.

L’empereur, voulant reporter le calme dans l’empire, exhorta les uns et les autres à la pacification. L’évêque Osius de Cordoue fut dépêché pour transmettre son appel. On comprit de part et d’autre que rien ne pourrait être conclu sans un concile général, et c’est ainsi que fut convoqué le Concile de Nicée. Nicée, l’actuelle Iznik, se trouve au nord-est de la Turquie d’Asie, tout près de la Mer de Marmara et de la Mer Noire. 

Le concile eut lieu en 325. 

Malgré son grand âge, Alexandre se rendit au Concile, accompagné d’Athanase. Ce dernier acquit une réelle célébrité par le défense qu’il fit de la sainte doctrine et l’exposé des erreurs d’Arius. Le Concile s’acheva par une condamnation unanime d’Arius, un éloge des Pères à l’égard d’Alexandre, et la reconnaissance de l’autorité du patriarche d’Alexandrie sur tous les diocèses d’Egypte, de Libye et de la Pentapole. 

Alexandre, de retour à Alexandrie, fut accueilli avec joie. Pendant les cinq mois qui lui restèrent à vivre, il s’attacha à réparer les maux causés par l’hérésie et le schisme d’Arius. A sa mort, il aurait désigné lui-même Athanase pour lui succéder (v. 5 mai). 

Une incertitude plane sur la date exacte de la mort d’Alexandre : ce fut probablement le 17 avril 326, jour où les Coptes et les Abyssins célèbrent sa fête, en supposant toutefois que le 17 avril réponde bien au 22 du mois qu’ils appellent Bermude. Cependant on indique aussi comme date de sa mort les derniers jours de janvier, ou de février. On inscrivit finalement Alexandre au 26 février, date retenue par le Martyrologe Romain.

 

 

Faustinianus de Bologne

† 350

 

Faustinianus fut le second évêque de Bologne, après s.Zamas (v. 28 septembre) et avant Domitianus.

Comme nous ne connaissons pas les dates de ceux-ci, nous pouvons dire de Faustinianus seulement qu’il vécut, comme eux, au quatrième siècle.

Selon les cas, on trouve à propos de Faustinianus ce qui se dit déjà de Zamas, à savoir qu’après la persécution de Dioclétien, il réorganisa la vie de l’Eglise. Si c’est exact, on en déduira qu’il était évêque dès 310 environ.

On suppose aussi qu’il prit part à la réunion des évêques à Rome, qui confirmèrent les actes du concile de Nicée (325) au sujet de la condamnation d’Arius.

Faustinianus serait mort en 350, après une quarantaine d’années d’épiscopat.

Saint Faustinianus de Bologne est commémoré le 26 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Porphyrios de Gaza

347-420

 

Né vers 347 à Thessalonique (Grèce) d’une famlle opulente, Porphyrios préféra assez tôt abandonner les richesses de ce monde.

Il partit en Egypte et, pendant cinq années, vécut dans le désert de Scété, où il reçut l’habit religieux.

Puis il passa en Palestine, et séjourna encore cinq ans près du Jourdain, où il fut pris d’un douloureux cancer du foie, probablement en raison du climat insalubre.

Il se fit conduire à Jérusalem où, courbé sur son bâton, il s’efforça de fréquenter les Lieux saints, priant, versant des larmes.

Un autre pèlerin, Markos, le remarqua, qui devint son assistant et son biographe ; il écrivit : Je remarquai la présence continuelle d’un moine d’une quarantaine d’années, au teint bilieux, à la peau desséchée, au dos voûté… Porphyrios cependant préféra marcher seul, pour demander le pardon de (ses) péchés.

Markos se mit à son service. Porphyrios le pria d’aller régler de sa part l’héritage entre ses frères restés à Thessalonique. A son retour, il trouva Porphyrios complètement redressé et heureux, qui lui raconta ceci : 

Il y a quarante jours, une affreuse douleur du foie me saisit ; ne pouvant la supporter, j’allai m’étendre à terre sur le Golgotha, là je tombai en extase et vis le Sauveur cloué sur la croix, l’un des larrons suspendu à une autre croix était à côté de lui. Je me mis à crier et répétai les paroles du bon larron  : «Seigneur, souviens-toi de moi quand tu entreras dans ton royaume.» Le Sauveur répondit à ma prière, il dit au larron attaché à la croix : «Descends de ta croix, et sauve cet homme ici étendu, comme tu as été sauvé toi-même.» Le larron obéit, il vint me prendre entre ses bras, me baisa, puis étendant sa main droite, il me releva en disant : «Viens au Sauveur !» Je courus vers le Christ, je le vis descendre de sa croix et l’entendis me dire : «Reçois et garde ce bois» (il me montrait sa croix). J’obéis et pendant que je portais la croix, je sortis de mon extase. A partir de ce moment, je n’ai plus éprouvé aucune douleur, toute trace du mal a disparu.

Markos continua à l’assister. Il le décrit comme homme sans reproche, doux, compatissant ; il possédait plus qu’aucun autre le don d’interpréter la sainte Ecriture, d’en résoudre les difficultés et de fermer la bouche aux incrédules et aux hérétiques ; il aimait les pauvres, s’attendrissait aisément jusqu’aux larmes… 

Porphyrios distribua tout ce qui lui restait aux pauvres de Jérusalem et des villages voisins, aux monastères d’Egypte, aux étrangers, de sorte que, n’ayant plus rien pour lui-même, il se fit cordonnier, pour avoir de quoi manger.

Il avait environ quarante-cinq ans, quand l’évêque de Jérusalem l’ordonna prêtre et lui confia la garde du bois de la Croix : ainsi s’accomplissait la vision qu’il avait eue du Christ auparavant.

Voici le régime que s’imposait Porphyrios, et qu’il garda toute sa vie : un pain moisi et des herbes ; aux jours de fête, un peu d’huile, de fromage et des légumes détrempés ; un peu de vin coupé d’eau pour ses maux d’intestins (cf. 1Tm 5:23) ; il ne mangeait qu’après le coucher du soleil, un peu plus tôt aux jours de fêtes, car son «festin» durait davantage… 

Trois ans plus tard, le clergé et la population de Gaza (dont le siège épiscopal était suffragant de Césarée de Palestine), eurent révélation, après avoir prié et jeûné, qu’ils devaient avoir Porphyrios comme évêque. On appela Porphyrios sans lui dire pourquoi, et il répondit : Que la volonté de Dieu soit faite ! Mais il eut révélation qu’il ne rentrerait pas de sitôt à Jérusalem : il alla vénérer une dernière fois, longuement, le Bois de la sainte Croix, remit la relique à l’évêque, et partit.

Il avait compris qu’en plus de ses péchés, il devait désormais expier aussi ceux des autres. Arrivé à Gaza, reçu par l’archevêque de Césarée, il fut sacré évêque. Ses vraies épreuves allaient alors commencer.

D’abord, les païens de Gaza lui fermèrent leurs portes, l’accusant d’être responsable de la grande sécheresse de cette année-là ; ils supplièrent leur dieu Marnas, sans succès ; Porphyrios et sa suite se mirent à jeûner, à prier, et une pluie abondante se déversa : plus de cent-vingt païens se convertirent et ouvrirent les portes.

Mais tous ne se convertirent pas et l’on fit mille difficultés à Porphyrios Après une première mission de Markos auprès de s.Jean Chrysostome (v. 14 septembre), il obtint de l’empereur une ordonnance pour détruire les temples païens, mais qui ne fut pas appliquée totalement, malgré les miracles que Porphyrios accomplissait.

Puis Porphyrios alla offrir sa démission à l’archevêque de Césarée, lequel, au contraire, l’encouragea et décida de l’accompagner à Constantinople. En chemin, ils s’arrêtèrent à Rhodes, pour visiter un saint ermite nommé Procopius.

Ce dernier, qui avait le don de prophétie, sut qui étaient ces deux visiteurs, et leur conseilla d’aller d’abord, non pas au palais impérial, mais à Jean Chrysostome, qui sera inspiré par Dieu sur la marche à suivre.

En effet, Jean Chrysostome n’avait pas accès au palais, à cause de l’impératrice Eudoxie qui le haïssait ; mais il connaissait bien le chambellan, auquel il recommanda les deux évêques, et qui alors les introduisit lui-même auprès de l’impératrice.

Le résultat de la rencontre fut que l’impératrice obtint tout ce que les évêques avaient demandé, et aussi qu’elle eut la récompense de mettre au monde un fils.

Au retour, une violente tempête menaça tout l’équipage ; le capitaine, arien, promit qu’il se convertirait et le bateau fut sauvé. L’arrivée à Gaza fut triomphale ; la statue de Vénus s’effondra d’elle-même. Dix jours après, une troupe arrivait : le capitaine Cynegios proclama l’édit impérial, ordonna la destruction de huit temples païens, ainsi que le grand temple de Marnas dont l’incendie dura plusieurs jours.

Après toutes ces luttes, Porphyrios vécut encore quelques années. Etant tombé malade, il s’endormit dans la paix, le 26 février 420.

Son épiscopat avait duré un quart de siècle.

Saint Porphyrios de Gaza est commémoré le 26 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Agricola de Nevers

† 594

 

Agricola (on a en français : Agricole, Arille, Arigle, Aigle), bourguignon d’extraction, passe pour avoir été d’abord le gouverneur du Nivernais, un peu comme Ambroise l’était pour Milan (v. 7 décembre).

Or, il fut appelé à monter sur le siège épiscopal de Nevers, à la mort d’Eulade (vers 570), devenant ainsi le septième évêque (connu) de cette ville.

Agricola fut un ami intime de s.Venance Fortunat (v. 14 décembre).

En 581, il assista au concile de Lyon ; en 585, au concile de Mâcon.

En 590, il fit partie d’une commission d’enquête concernant des Religieuses à Poitiers : certaines d’entre elles étaient sorties de leur clôture. Agricola était partisan de les excommunier, ce qui ne faisait que confirmer le choix de celles-ci.

Agricola mourut vers 594.

Saint Agricola de Nevers est commémoré le 26 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Victor d’Arcis

6e ou 7e siècle

 

Victor naquit au 6e siècle à Troyes en Champagne. On dit que sept mois avant sa naissance un possédé annonça sa future sainteté.

Aussitôt que l’enfant eut reçu le baptême, parurent en lui des marques sensibles de la présence du Saint-Esprit. Elevé uniquement pour Dieu, il n’eut de goût que pour les vérités célestes et l’étude de l’Ecriture ; il reçut le sacerdoce et exerça quelque temps le saint ministère.

Cédant à l’attrait pour la solitude, il quitta tout pour se retirer au territoire d’Arcis, près d’un petit village nommé Saturniæ, sur les bords de l’Aube ; la localité s’appela plus tard Saint-Vitre et semble aujourd’hui être rattachée à Arcis-sur-Aube (Aube).

Jour et nuit en prière, Victor semblait n’avoir point de corps ; il joignait à la contemplation la pratique du jeûne. Le bruit des miracles obtenus par son intercession lui attira des visites nombreuses, même celle des grands personnages. Le roi de France, dans une de ses chasses, vint le visiter et fut témoin d’un de ses miracles : le saint lui ayant présenté de l’eau dans un vase, changea, dit-on, cette eau en vin par sa bénédiction. Mais comme on ignore de quel roi il s’agit, Chilpéric († 584), Childéric II d’Austrasie († 675) ou Clotaire II († 629), on n’a pas de meilleure indication historique sur l’événement.

Les grâces extraordinaires dont Victor disposait pour la sanctification des autres ne lui inspiraient que des sentiments de profonde humilité.

Il mourut, dit-on, un 26 février, au 6e ou au 7e siècle.

Sa cellule de Saturniæ devint la chapelle Saint-Vittre. En 837, les restes de Victor furent transférés à l’abbaye bénédictine de Moutier-Ramey ; s.Bernard (v. 20 août) rédigea un office propre en l’honneur de Victor.

Saint Victor est commémoré le 26 février dans le Martyrologe Romain.

Andrea de Florence

9e siècle

 

Les documents qu’on possède sur ce Saint le situent au 9e siècle, sans qu’on sache rien de plus sur ses origines et sa vie personnelle.

Bien qu’une ancienne tradition évoque l’évangélisation de Florence (Toscane, Italie C) par deux disciples de s.Pierre dès le 2e siècle, les évêques historiquement attestés dans cette ville ne sont connus qu’à partir du 4e siècle. Andrea serait ainsi le douzième évêque de Florence.

A moins qu’il y ait eu un autre Andrea sur le siège de Florence, le nôtre n’est donc pas le successeur de saint Zanobio ( † 417), mais il se situe entre Pietro et Grasulfo.

Un document de 871 définit Andrea comme un envoyé (messo) impérial, pour un jugement aux côtés du margrave Adalberto.

Un autre document, de 874, montre qu’il obtient de l’empereur Louis II le Germanique un privilège d’immunité pour les biens épiscopaux.

Enfin en 893, il fait porter à l’abbesse de Saint-André, Bertha, une demande d’admission pour sa propre nièce Bertha, pour qu’elle y soit formée en vue de succéder elle-même à l’abbesse. Il s’agit bien probablement de l’abbaye de Loro Ciuffenna (Arezzo, Toscane).

On s’étonnera de cette démarche, qui tient d’un népotisme flagrant. Le document est-il authentique ? Concerne-t-il bien notre évêque ? 

Saint Andrea de Florence, s’il n’y a pas d’erreur sur le personnage, est commémoré bien succinctement le 26 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Robert Drury

1567-1607

 

Né en 1567 dans une bonne famille du Buckinghamshire, Robert fut reçu au Collège Anglais de Reims, le 1er avril 1588, puis envoyé au nouveau Collège de Valladolid.

Après son ordination, il retourna en Angleterre en 1593. Il travailla surtout à Londres, où sa science et ses virtus lui valurent le respect de ses Confrères.

Il fut l'un des appellants contre l'archiprêtre Blackwell, et son nom apparaît dans l'appel du 17 novembre 1600.

Le gouvernement invitait les prêtres à reconnaître la reine et son autorité. En 1603 une trentaine de prêtres signèrent une déclaration selon laquelle la reine était bien leur souveraine légitime, qu'ils refusaient l'invitation du pape à être relevés de leurs devoirs envers elle, qu'ils condamnaient les tentatives passées de restaurer le Catholicisme et promettaient de révéler toute conspiration contre le gouvernement dont ils viendraient à être à connaissance. En revanche, pour rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu, les prêtres signataires demandaient que le Pape fût reconnu comme le successeur légitime de saint Pierre et le Chef légitime de l'Eglise Catholique du Christ.

La reine se contenta de cette déclaration, mais mourut bientôt après. Le roi James 1er montra dès 1606 qu'il ne pouvait se contenter d'une telle déclaration et qu'au contraire il tenait à être reconnu par le clergé comme le chef légitime de la religion en Angleterre. Cette fois-ci, l'équivoque n'était plus possible, et Robert Drury fut arrêté et condamné comme prêtre catholique.

On retrouva sur lui une déclaration d'un Jésuite qui condamnait la doctrine royale, comme contenant beaucoup de choses contre la Foi et le Salut. L'archiprêtre avait retiré cette déclaration, mais Robert ne le savait probablement pas, et n'aurait de toutes façons pas accepté la proposition du roi James 1er, de sorte qu'il fut condamné à mort et exécuté.

Le père Drury fut exécuté à Tyburn, et l'on sait que les condamnés étaient pendus, éviscérés et écartelés. C'était le 26 février 1606 ou 1607.

Robert Drury a été béatifié en 1987, parmi soixante-deux Martyrs d'Angleterre et du Pays de Galles.

 

 

Paola Montal Fornés

1799-1889

 

Paola naquit le 11 octobre 1799 à Arenys de Mar (Barcelone, Espagne), aînée de cinq enfants d'artisans très chrétiens. 

Elle a dix ans à la mort de son père et elle doit travailler très jeune ; elle collaborera activement aussi à la catéchèse de la paroisse.

En 1829, à trente ans, elle fonde les Filles de Marie, Religieuses des Ecoles Pies, et ouvre une école à Figueras (Gerona) pour les petites filles. C'était une nouveauté importante, ouvrant aux petites filles, adolescentes et plus grandes, la voie à la formation, à la culture.

Elle-même adopta le nom de Paola de Saint-José-de-Calasanz (sur ce dernier, voir au 25 août) et fit sa consécration le 2 février 1847 avec trois autres Compagnes. 

De son vivant, elle ouvrit sept fondations : Figueras, Arenys de Mar, Sabadell, Igualada, Vendrell, Masnou, Olesa de Montserrat. D'autres s'ouvrirent sous son impulsion : Gerona, Blanes, Barcelona, Soller.

A Olesa de Montserrat, qui fut sa dernière étape, elle resta les trente dernières années de sa vie, répandant autour d'elle cette atmosphère de bonté, de sainteté, qui la firent aimer de toute la population. 

Elle s'éteignit, à presque quatre-vingt-dix ans, à Olesa de Montserrat (Barcelone) le 26 février 1889. A cette date, il y avait déjà plus de trois cents Religieuses dans une vingtaine de maisons fréquentées par près de quatre mille élèves.

Paola de Saint-José-de-Calasanz fut béatifiée en 1993, et canonisée en 2001.

 

 

Tomasa Ortiz Real

1842-1916

 

Tomasa naquit le 12 novembre 1842 à Bocairente (Valencia, Espagne), cinquième de huit enfants de José Ortiz et Tomasa Real, et fit ses études à Valencia, chez les Sœurs de la Sainte Famille de Bordeaux. Elle se montre pieuse, douée en musique et en broderie.

Lors de la Première communion (1852), elle sentit l'appel à la vie religieuse et pensait entrer comme novice chez les mêmes Sœurs, à Valencia.

Son père s'y opposa, en raison de son jeune âge et des circonstances politiques. Une maladie l'empêcha ensuite d'entrer chez les Carmélites déchaussées de Valencia : elle pensa que le Ciel lui montrait ainsi qu'elle n'était pas faite pour le cloître. Un jour à Barcelone, elle perçut cette “certitude” que le Sacré Cœur lui montrait combien les hommes étaient ingrats envers Lui, et lui demandait de l'aider à porter cette croix. Tomasa s'offrit comme victime.

En 1884, lors des inondations dans la province de Murcie, elle s'y rendit avec trois compagnes pour assister les orphelins et les malades du choléra.

Elles commencèrent à vivre en communauté près d'Alcantarilla, mais bientôt ces compagnes allaient de leur côté former les Sœurs de la Bienheureuse Vierge Marie du Carmel, tandis que la pauvre Tomasa demeurait seule avec une autre Sœur. Sur le conseil de son évêque, elle se retira chez les Visitandines de Orihuela pour réfléchir à son projet personnel de nouvelle famille religieuse ; elle eut alors l'inspiration des Sœurs Salésiennes du Sacré-Cœur de Jésus (en abrégé SSCJ), qui devaient s'occuper des enfants orphelins, des malades et des vieillards, pour faire connaître l'amour providentiel de Dieu le Père, et sa manifestation dans le Cœur miséricordieux de Jésus sur la Croix.

Elle-même prit le nom de Pietad della Croce (Piéta de la Croix).

Elle demandait à ses Religieuses d'expliquer par leur exemple l'importance de “Notre Père”, ce Père céleste qui montre son amour au monde entier.

La nouvelle congrégation prit le jour le 8 septembre 1890 à Alcantarilla (Murcia), en la fête de la Nativité de la Vierge Marie ; elle fut approuvée par l'évêque en 1895, puis par le Vatican en 1935, et définivement en 1953.

Les Religieuses œuvrent dans diverses directions, dans le domaine de l'éducation et de l'assistance des malades à l'hôpital. 

Elles sont présentes en Espagne et en Amérique du Sud (Argentine, Bolivie, Chili, Paraguay).

Mère Piéta répétait : Je suis pauvre, et quand je n'ai rien à donner aux pauvres, je leur donne mon âme, mon cœur et mon amour, car l'amour a bien plus de valeur que d'offrir de l'argent.

Elle mourut le 26 février 1916 à Alcantarilla et fut béatifiée en 2004.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens