Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 février 2020 6 29 /02 /février /2020 00:00

29 FEVRIER

 

V.

S Hilaire, pape (461-468) : il s’opposa à l’invasion arienne jusque dans Rome.

X.

S Oswald, anglais d’origine danoise, moine à Fleury-sur-Loire, évêque à Worcester et York, réformateur et fondateur d’abbayes ; il remplaça le clergé marié par des moines.

XV.

Bse Antonia, veuve à Florence, clarisse à Foligno puis prieure à L’Aquila, mystique.

XIX.

S Auguste Chapdelaine, prêtre normand, missionnaire en Chine, martyr canonisé avec d’autres en 2000 et fêté le 9 juillet.

Hilarius

† 468

 

Hilaire était d’origine sarde, et appartenait au clergé de Rome.

Diacre, il fut le légat du pape s.Léon le Grand à Ephèse pour un concile qui fut en fait le Brigandage d’Ephèse, car le saint patriarche Flavien de Constantinople y fut déposé, vilipendé et envoyé en exil où il trouva la mort (v. 17 février). Hilaire n’échappa de ce “concile” qu’en se déguisant.

A la mort de s.Léon le Grand, c’est lui qui fut élu pour lui succéder, en 461.

A l’annonce de son élection, le métropolitain d’Arles, Léonce, lui adressa une lettre qui rappelait la foi des évêques de Gaule dans le primat universel de l’évêque de Rome : Puisque l’Eglise romaine est la mère de toutes les autres, nous avons été comblés de joie en apprenant que, dans cette immense détresse du siècle, tu as été promu pour juger les peuples et diriger sur la terre les nations dans leur itinéraire.

Dès qu’il fut sacré et intronisé, Hilaire adressa une encyclique à toutes les églises d’Orient pour confirmer les saints conciles œcuméniques de Nicée (325), Ephèse (431) et Chalcédoine (451).

En Italie et à Rome même, Hilaire dut s’opposer à l’invasion arienne. Ricimer, le vrai chef du pays, avait fait élever jusque sur le Quirinal une église arienne. Arthème Philothée, venu de Constantinople pour prendre possession de l’empire d’Occident au nom de l’empereur Majorien, aurait voulu imiter cet exemple et élever à Rome une chapelle pour la secte des macédoniens (du nom d’un patriarche arien condamné, Macedonius) : Hilaire s’y opposa et exigea de l’empereur le serment de ne pas tolérer ce nouvel empiétement. 

Le pape de son côté érigea trois oratoires dans la basilique constantinienne de Saint-Jean de Latran, au baptistère, en l’honneur de saint Jean-Baptiste, de saint Jean l’Evangéliste et de la sainte Croix. Il construisit aussi plusieurs monastères, dont un à Saint-Laurent. Il créa aussi deux bibliothèques.

Un synode romain, tenu en novembre 465 à Sainte-Marie-Majeure, statua sur les affaires d’Espagne, réprouvant les abus dans la collation des ordres à des candidats tarés, n’admettant pas la translation d’un siège épiscopal à un autre, condamnant la prétention des évêques qui regardaient leur charge comme un bien héréditaire et voulaient en disposer au détriment des droits d’élection.

Les lettres doctrinales de ce pape ont été réunies dans les Décrétales d’Hilaire. 

Le pape Hilaire ordonna vingt-deux évêques, vingt-cinq prêtres et six diacres.

Après un pontificat de six ans et trois mois, il mourut le 29 février 468, mais il est habituellement mentionné le 28 février au Martyrologe Romain. 

Il n’y pas eu d’autre pape qui ait porté ce nom. Le successeur de saint Hilaire fut le pape saint Simplice (v. 10 mars).

 

 

Oswald d’York

† 992

 

Oswald était d’origine danoise. Par son père il était neveu de l’archevêque de Canterbury (Odon), et parent de celui d’York (Oskyll).

Formé par Odon, il reçut les saints ordres et fut nommé doyen du chapitre de Winchester, mais demanda et obtint l’autorisation d’aller vivre dans le monastère bénédictin de Fleury-sur-Loire.

Le nouvel archevêque de Canterbury appela Oswald pour le siège de Worcester. Comme évêque, il remplaça les prêtres séculiers mariés par des moines. Il fonda l’abbaye bénédictine de Westbury, et en réforma plusieurs autres (Winchcombe, Pershore, Evesham).

Oswald fut nommé au siège d’York (972), mais conserva l’administration du diocèse de Worcester.

Dans cette dernière ville, il fonda une abbaye bénédictine, où il recueillit beaucoup de reliques de Saints, en particulier celles de saint Wilfrid qu’il retrouva.

Dans les monastères, il encouragea le développement des sciences.

En 973, il participa au sacre du nouveau roi Eadgar à Bath.

L’année suivante, il fit la dédicace de l’église abbatiale de Ramsay, pour laquelle il fit venir de Fleury-sur-Loire le moine Abbon, chargé de l’enseignement. 

Oswald avait coutume de laver chaque jour les pieds de douze pauvres. Durant l’hiver 991-992, il fut souffrant ; à peine remis, il reprit son habitude quotidienne et, au terme de la cérémonie, il expira au chant de la doxologie Gloria Patri et Filio et Spiritui Sancto.

C’était le 29 février 992.

Les miracles avenus sur son tombeau le firent bientôt canoniser.

 

 

Antonia de Florence

1400-1472

 

Antonia naquit à Florence en 1400. Jeune veuve avec un enfant, elle s’opposa à sa famille qui lui proposait de secondes noces. De son côté, elle considérait les adversités de la vie comme un dessein particulier du Seigneur. 

A cette époque, saint Bernardin de Sienne, avec ses compagnons, répandait en maintes villes d’Italie le mouvement de l’Observance, avec un retour au “francescanisme” des origines. La plupart des homélies se faisaient sur la place publique, car les églises étaient trop petites pour contenir toutes les foules qui accouraient. C’est ainsi que frère Bernardino se fit entendre à Sainte Croix de Florence du 8 mars au 3 mai 1425. Après l’avoir entendu, Antonia répondit “oui” sans conditions à l’appel de Dieu. Elle avait connu la vie matrimoniale, elle était mère, mais le Seigneur apportait un tournant à sa vie. Quatre ans plus tard, après avoir réglé les affaires familiales, elle entra parmi les tertiaires franciscaines fondées par la bienheureuse Angiolina de Marsciano, elle aussi jeune veuve. 

Le couvent florentin de saint Onofrio était déjà le cinquième qui se fondait. Peu après sa profession, Antonia fut envoyée, au vu de son charisme, dans le monastère le plus ancien de l’Ordre, érigé à Foligno en 1397. La fondatrice le transféra successivement à Assise, puis à Todi, enfin à L’Aquila en vue de fonder une nouvelle communauté. C’était le 2 février 1433, fête de la Présentation de Jésus au Temple. Ce couvent de L’Aquila, mis sous la protection de sainte Elisabeth, fut guidé par Antonia pendant quatorze années, durant lesquelles elle se voua corps et âme à la croissance de la communauté dans les préceptes de l’Evangile.

Toutefois, dans le cœur d’Antonia mûrissait le désir d’une vie davantage contemplative. Il faut signaler aussi que pendant plusieurs années elle subit une pénible épreuve à cause des désordres de Battista, son fils, qui dilapidait tout le patrimoine familial, engendrant aussi des litiges entre parents. 

Concernant la réforme de l’Observance, plusieurs communautés de Clarisses y adhérèrent, et ce fut saint Giovanni de Capistrano qui guida la réforme à L’Aquila. Antonia fut parmi les premières de ce groupe. Le Saint trouva l’édifice adéquat pour abriter le monastère, et présida à la solennelle fondation le 16 juillet 1447. Partant de Collemaggio, le cortège accompagna Antonia, nouvellement élue abbesse par volonté de Jean de Capistrano, avec ses treize compagnes, pour rejoindre le monastère de l’Eucharistie (appelé aussi du “Corpus Domini”). Les débuts furent marqués par une extrême pauvreté, on manquait du plus nécessaire et Antonia n’hésita pas à aller mendier. Les religieuses vivaient la  pauvreté avec une joie évangélique, leur Mère leur en donnait un exemple courageux et maternel, tout cela dans un climat authentiquement fraternel. Il en résulta des fruits abondants et de nombreuses vocations. 

Même le fils d’Antonia bénéficia de l’influence de s.Jean de Capistrano : Battista vêtit en effet l’habit franciscain au couvent de Campli où sa conduite fut exemplaire. 

Après sept années, Antonia obtint enfin de pouvoir s’adonner exclusivement à la contemplation et au silence. Sainte Claire d’Assise disait d’elle : Elle se taisait, mais sa renommée hurlait. Modeste et obéissante, elle se mettait à la dernière place aussi bien à table qu’au chœur, et se mettait les habits les plus usés, que ses consœurs ne pouvaient plus mettre. Certaines moniales la virent ravie en extase, avec une auréole lumineuse au-dessus de sa tête. Dans les dernières années de sa vie, elle dissimula une plaie qu’elle avait contractée à la jambe. Elle mourut à vingt-et-une heures le 29 février 1472, entourée de ses chères consœurs.

Des miracles eurent lieu avant même sa sépulture. Une des moniales s’étendit près d’elle et guérit de plusieurs plaies. Les magistrats de la ville voulurent assumer les frais des obsèques. Quinze jours après la sépulture, les consœurs l’exhumèrent pour en revoir encore une fois les traits, et la trouvèrent comme si elle venait de s’éteindre. Le bruit s’en répandit dans la ville et l’évêque Agnifili ordonna qu’on l’ensevelît dans un endroit choisi. Cinq ans plus tard en 1477, l’évêque Borgio ordonna une nouvelle reconnaissance de la dépouille,  constata la parfaite conservation du corps de Mère Antonia et, connaissant bien sa renommée de sainteté, en autorisa le culte. Le culte fut à nouveau confirmé en 1848. 

Récemment, les reliques de la Bienheureuse ont été transférées du monastère de l’Eucharistie à celui des Clarisses de Paganica, non sans quelques manifestations de mécontentement des habitants de l’Aquila.

La Bienheureuse est donc inscrite au Martyrologe le 29 février.

 

 

Auguste Chapdelaine

1814-1856

 

Auguste Chapdelaine naquit le 6 janvier 1814 à La Rochelle-Normande (Manche) : sa maison natale existait encore en 1944, année où elle fut détruite par un incendie le 2 août, après l’explosion d’un camion allemand.

Auguste étudia à Mortain, puis à Coutances, où il fut ordonné prêtre en 1843.

Après sept années comme vicaire à Boucey (Manche), il entra aux Missions Etrangères de Paris et partit pour la Chine en 1851. Il resta deux années à Hong-Kong, pour apprendre le chinois et s’habituer aux nouvelles condtions de vie (climat, habillement, mœurs). En chinois, Auguste était appelé Maître Mâ.

Dix jours après être entré dans le Kouang-si, il fut arrêté et relâché au bout de deux semaines, car le mandarin fut inspiré à ce moment d’être très bienveillant envers lui.

Après un répit de deux années, une nouvelle persécution commença, en 1856, lors de laquelle le père Auguste fut arrêté, en même temps qu’un de ses plus fidèles néophytes, Luolong Bai Xiaoman et qu’une jeune fille, Agnès, ainsi que d’autres chrétiens dont on n’a pas le nom ici.

Le 25 février au soir, les prisonniers furent maltraités, frappés à coups de rotin, interrogés, chargés de chaînes et de la cangue, même de nuit.

Le 26, Luolong Bai Xiaoman fut interrogé, sommé de renier la foi et d’abandonner le père Mâ. Ayant fermement répondu Je ne l’abandonnerai jamais, il fut décapité sur place.

Agnès fut ensuite présentée : née en 1833, d’un pauvre vieux médecin, orpheline à quinze ans, veuve à vingt ans, elle était une fidèle catéchiste. Enfermée dans une cage, consumée par la faim et par soif, mutilée, brisée, elle rendit son âme au bout de quatre jours (le 1er mars en effet est fêtée sainte Agnès Cao Kuiying).

Ce fut le tour du père Auguste, qui subit d’abord un interrogatoire sur la religion, puis, interrogé sur des questions sans importance, ne répondit plus. On lui administra alors sur le dos trois cents coups de rotin, qu’il reçu sans une plainte.

Le 27 février, il endura le supplice de la chaîne sur les genoux.

Le 28, il fut enfermé dans une cage où l’on étrangle les grands criminels.

Durant cette pénible captivité «criminelle», le mandarin fit dire au père Auguste que, s’il voulait bien lui donner quatre cents taëls, il lui rendrait la liberté. Il montrait par là la réelle conception qu’il avait du «crime» du père Auguste. Ce dernier répondit en toute franchise qu’il n’avait pas d’argent.

Le 29, tandis qu’il respirait encore, le mandarin le fit sortir de la cage et ordonna à un homme de le décapiter.

(Il faudrait pouvoir certifier ici cette version un peu différente, selon laquelle le Martyr subit le supplice du lingchi, consistant à entailler et retirer successivement des parties et des membres du condamné, avant de lui trancher la tête. Ce supplice s’appelle aussi «des huit couteaux» ou «des cents morceaux», ou encore «des milles coupures».)

Le mandarin n’était pas encore satisfait. Il s’acharna sur les restes du Martyr. La tête fut portée hors de la ville, suspendue par les cheveux à un arbre, des enfants en firent le but de leur tir et la détachèrent à coups de pierres ; des animaux s’en disputèrent les lambeaux.

Auguste Chapdelaine fut béatifié en 1900, et canonisé en 2000.

Le dies natalis du Martyr et de quelques autres étant le 29 février, lors de la proclamation du Martyrologe, on mentionne les Saints du 29 en même temps que ceux du 28.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens