Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 23:00

23 OCTOBRE

 

III.

SS Servandus et Germanus, martyrs près de Cadix.

IV.

SS Jean Bar Mariam et Jacques le Zélote, martyrs en Perse ; Jean, évêque à Arbèle, devait son surnom à sa piété envers Notre-Dame ; Jacques était prêtre.

S Théodoret, martyr à Antioche.

V.

S Séverin, prêtre français, évêque à Cologne.

S Verus, évêque à Salerne.

VI.

S Severino Boezio, brillant philosophe italien et consul, victime de la politique, martyr à Pavie.

S Clether (Cleder), moine à Nevern.

VII.

S Giovanni, évêque à Syracuse, objet des louanges de s. Grégoire le Grand.

Ste Ode, veuve à Amay ; on la dit descendante de Clovis, mère de s. Arnoul et tante de s. Hubert.

Ste Syre, abbesse près de Châlons-en-Champagne.

S Ediste, évêque à Vienne.

S Romain, évêque à Rouen ; sous l'Ancien Régime, chaque année à l'Ascension, le chapitre de la cathédrale délivrait un meurtrier en l'honneur du Saint.

VIII.

SS Lugle et Luglien, irlandais, pèlerins en Terre Sainte ; au retour, Lugle devint évêque et ils partirent tous deux évangéliser, pour finir martyrs près d'Arras. 

S Domice, prêtre puis ermite près d'Amiens, assisté à sa mort par Ste Ulphe (?).

IX.

S Benoît, prêtre quasi inconnu à Aizenay.

S Ignatios, moine, patriarche de Constantinople, douloureusement impliqué dans les pénibles affaires politiques et religieuses de cette époque. 

X.

Ste Elflède, vierge en Angleterre ; il y a une autre Sainte du même nom, veuve.

S Hérifrid, évêque à Auxerre, dont il fit reconstruire la cathédrale après un incendie ; il fut paralysé les dernières années de sa vie.

XII.

S Alluccio, thaumaturge italien, qui releva un hospice à Campugliano.

XIII.

B Giovanni Bono, à Mantoue : de bouffon il se fit ermite et pratiqua des austérités effrayantes ; quelques prières apprises par cœur étaient toute sa science ; il eut de nombreux disciples, les Boniti, qui furent agrégés aux ermites de s. Augustin.  

XV.

S Giovanni de Capistran, franciscain italien très brillant ; gouverneur de Pérouse, il laissa sa fiancée et le monde pour se donner à Dieu ; chargé de grandes missions, il galvanisa les troupes devant Belgrade, et mourut peu après la défaite des Turcs.

XVI.

Bse Julienne, converse près de Varèse, disciple de la bse Catherine de Pallanza.

B Giovanni Angelo Porro, italien des Servites de Marie, qu'on trouva un jour de neige en hiver entouré de roses pendant qu'il priait à genoux.

XVII.

B Thomas Thwing, prêtre anglais martyr ; il avait trois sœurs religieuses.

XVIII.

Bses Ursulines de Valenciennes, guillottinées avec quelques autres religieuses : Clotilde-Joseph Paillot (Marie-Clotilde-Angèle de Saint-François-Borgia), Marie-Marguerite-Joseph Leroux (Marie-Scholastique-Joseph de Saint-Jacques), Jeanne-Louise Barré (Marie-Cordula-Joseph de Saint-Dominique) ; Anne-Joseph Leroux (Joséphine, clarisse), Marie-Augustine Erraux (Anne-Marie) et Marie-Lievina Lacroix (Marie-Françoise), brigittines.

XIX.

S Phaolô Tống Viết Bưòng, annamite, capitaine de la garde de l'empereur, martyr canonisé en 1988 et fêté le 24 novembre.

B Jules-Nicolas (Arnould) Rèche, lorrain, frère des Ecoles Chrétiennes, d'une grande science, excellent éducateur et professeur des jeunes , béatifié en 1987.

XX.

Bx Martyrs de la Révolution espagnole de 1936 :

- béatifiés en 1989, :

Passionistes : Anatolio García Nozal (Ildefonso de la Croix, *1898) et Justiniano Cuesta Redondo (J. de Saint-Gabriel de l'Addolorata, *1910), prêtres ; Tomás Cuartero Gascón (T. du Saint-Sacrement, *1915), Eufrasio de Celis Santos (E. de l'Amour miséricordieux, *1915), Honorino Carracedo Ramos (H. de la Vierge des Douleurs, *1916), José Maria Cuartero Gascón (J.M. de Jésus et Marie, *1918), clercs, près de Ciudad Real ;

- béatifié en 2001 : 

Diocésains : Leonardo Olivera Buera (*1889), l’aumônier des Lasalliens martyrisés la veille, près de Valencia ; 

- béatifiés en 2013 : 

Diocésains : Agapit Gorgues Manresa (*1913), près de Lleida ; 

Frères Maristes : Leonardo Arce Ruiz (Egberto, *1907) et Martín Erro Ripa (Teófilo Martín, *1914), près de Santander.

Severinus Boetius

480-524

 

Celui que nous appelons communément Boèce en français, naquit vers 480 à Rome et s’appelait Anicius Manlius Severinus Boethius. 

Son père, Flavius Manlius Boetius, fut consul en 487. C’est Quintus Aurelius Symmacus qui l’aida, et devint son beau-père lorsqu’il en épousa la fille, Rusticiana. Il eut deux fils.

Durant les études qu’il fit à Rome, peut-être aussi en Alexandrie, il se montra d’une telle rare précocité qu’un Ennodius lui écrivait : Ce que trouvaient difficilement les anciens vers la fin de leur vie, tu l’as en abondance dès le seuil.

Dès 500, il publiait des travaux. Le roi Théodoric lui demandait de construire une clepsydre et un cadran solaire.

En 510, il fut nommé consul.

Nombreux sont ses ouvrages, traitant de la logique, de l’arithmétique, de la musique, de la géométrie. Il a commenté Porphyre, Aristote et Platon, qu’il traduisit du grec en latin, et Cicéron.

Il se lança aussi dans une étude sur la Trinité et la nature du Christ, notamment contre les erreurs de Nestorius et d’Eutychès.

En 520, il devint magister officiorum et ses deux fils furent nommés consuls en 522.

Vers 523, le vent tourna. De profondes agitations opposèrent Rome et Byzance, Théodoric et Justin. Boèce affirma fièrement son attachement au Sénat romain, refusant toute implication dans une sorte de «complot» qui se tramait à Rome contre l’arien Théodoric et en faveur de l’empereur Justin.

Accusé aussi de magie, Boèce fut arrêté et interné à Pavie. C’est durant cette détention qu’il composa sa Consolation de la Philosophie, un ouvrage où il imagine que Dame Philosophie vient sous les nobles traits d’une belle reine pour lui parler de Dieu, de la fin ultime des choses, de la Providence. Non pas un traité religieux, mais une longue prosopopée où l’esprit s’échappe de la terre et s’élève vers l’immatériel.

Boèce fut exécuté en 524. L’année suivante périt à son tour son beau-père Symmacus.

Les habitants de Pavie le vénérèrent bientôt comme un martyr, à son tour aussi l’Eglise, mais sans le canoniser officiellement.

Boèce fut considéré comme l’auteur le plus distingué de son siècle. Il a joué un rôle fondamental dans la transmission de la pensée grecque en occident. On peut dire qu’il a été l’initiateur de la philosophie médiévale scolastique. Lui, un laïc, a laissé des écrits théologiques dans la stricte doctrine chrétienne.

Saint Severinus Boetius est commémoré le 23 octobre dans le Martyrologe Romain.

 

 

Benoît d’Aizenay

?

 

Benoît reste un personnage mystérieux, sur lequel ont été écrites des choses difficiles à concilier ou à situer dans le temps.

On l’a fait évêque de Samarie, réfugié en Poitou sous Julien l’Apostat (au 4e siècle).

Il aurait été enterré à Aizenay (Vendée), où l’on vénéra ses reliques, qui furent ensuite déposées à Quinçay.

Vers 874, le monastère de Quinçay fut rasé par les Normands, et les reliques furent transportées à Tournus (en Saône-et-Loire).

On fit bientôt de Benoît le fondateur de l’abbaye de Quinçay, où il n’avait jamais vécu.

Saint Benoît d’Aizenay est commémoré le 23 octobre dans le Martyrologe Romain, qui le dit prêtre et le situe, bien approximativement, avant le 9e siècle. Que dire de plus ?

 

 

Giovanni de Syracuse

† 609

 

Les détails n’abondent pas en ce qui concerne l’évêque Giovanni.

D’après la liste épiscopale, il fut le dixième évêque du siège de Syracuse, à partir de 595.

On a au moins le témoignage de s.Grégoire le Grand (v. 13 mars), qui fit la louange de ses mœurs, sa justice, sa sagesse, son conseil prudent, et son zèle pour l’Eglise.

Il mourut vers 609.

Saint Giovanni de Syracuse est commémoré le 23 octobre dans le Martyrologe Romain.

 

 

Romain de Rouen

585-639

 

Romain a été nanti d’une biographie trop tardive au goût des historiens.

En recueillant cependant ce qui semble fondé historiquement, on peut dire qu’il naquit vers 585 au château des Rochettes (Wy-dit-Joli-Village, act. Val-d’Oise), d’une famille aristocratique dont l’ancêtre fut au service du Childéric 1er (440-481). Ses parents s’appelaient Benoît et Félicité.

Longtemps stérile, Félicité fut enfin exaucée dans sa prière et Romain naquit, annoncé par une apparition angélique.

Il grandit à la cour, où il eut pour collègues Dadon (Ouen) et Eloi (v. 24 août et 1er décembre). Avec eux il apprit les règles du Droit et d’une saine administration.

En 631, il fut choisi pour être le vingt-troisième évêque de Rouen.

Quelques détails intéressants ont illustré cet épiscopat.

De prime abord, Romain aurait fait raser un temple dédié à la déesse Vénus. Une autre fois, il se trouva devant un temple païen sur lequel dansaient des diables ; Romain les invectiva, les chassa et le temple s’effondra.

Lors d’une cérémonie de consécration de fonts baptismaux, le vase du chrême se cassa : Romain ramassa les morceaux et le chrême retourna dans le vase rénové.

Romain mit fin aux inondations dévastatrices de la Seine.

Il fit bâtir un hospice pour les voyageurs ; puis une église Saint-Nicolas à Guiry-en-Vexin, là où il venait se recueillir auprès d’un saint ermite. 

Un jour qu’il priait dans cette solitude, une «pauvre femme» vint solliciter l’hospitalité. A peine introduite, elle provoqua Romain qui, invoquant la protection divine, fit disparaître ce démon de l’adultère.

Mais surtout, on raconte comment Romain fit disparaître un «dragon» qui dévastait le pays. Il obligea la bête à venir se prosterner devant lui, la fit lier et ramener dans la ville où on la brûla. L’homme qui aida Romain pour ce «travail» était un condamné à mort, qui fut grâcié. Telle fut l’origine du privilège qu’il accorda au chapitre de Rouen : chaque année, les chanoines pouvaient grâcier un condamné à mort ; par la suite, celui-ci était alors admis à soulever et porter la châsse des reliques de s.Romain. On est heureux d’observer là la miséricorde que peut montrer l’Eglise au nom de Dieu.

Romain aurait eu une extase où Dieu lui annonçait la date de sa prochaine mort.

Il mourut vers 639.

Son successeur fut, justement, ce Dadon qui prit le nom d’Audœnus ou Ouen.

On remarqua que la rue où se trouvaient les reliques de Romain à Rouen n’était jamais rejointe par les crues de la Seine. Saint Romain, patron de la ville de Rouen, est invoqué pour sauver les fous, les noyés.

Saint Romain de Rouen est commémoré le 23 octobre dans le Martyrologe Romain.

 

 

Ignatios de Constantinople

799-877

 

Petit-fils par sa mère de Nicéphore 1er, fils de l’empereur Michail Rhangabé et de Procopia, Nikétas - c’était son prénom de baptême - naquit vers 799.

En 813, il reçut la tonsure et entra dans la vie monastique, prenant le nom de Ignatios. Il fut un moine pieux, étranger à toute polémique doctrinale et politique.

Si l’iconoclasme avait été solennellement condamné au 2e concile de Nicée (787), l’empereur Léon V l’Arménien déclencha en 813 une nouvelle vague d’iconoclasme, à laquelle résista le patriarche Nicéphore 1er, et qui ne s’acheva qu’en 843.

Le clergé orthodoxe demeurait divisé en rigoristes (on dirait aujourd’hui intégristes) et modérés.

Au patriarche Méthode, qui était modéré, succéda Ignatios en 847, qu’on croyait assez capable de composer avec les deux tendances ; l’impératrice Théodora appuyait ce choix. Mais si Ignatios se montra plutôt intransigeant, il fut parfois aussi un peu malhabile.

Il appuya d’emblée les rigoristes et suscita des oppositions de la part des modérés. Il déposa ainsi l’archevêque de Syracuse, qui refusa de se soumettre ; en même temps, Ignatios priait le pape d’approuver cette mesure, mais le pape était justement à ce moment-là irrité contre Ignatios, qui avait eu le toupet - il faut le dire - d’envoyer un pallium au pape, tandis que le pallium n’est remis que par le pape à des évêques, en signe d’union.

Et Byzance s’agitait : Bardas, le frère de l’impératrice Théodora, manœuvra pour exercer la régence de son jeune neveu Michel III, pendant dix années ; il convainquit Théodora de se retirer dans un cloître. Bardas fut excommunié par Ignatios en 858, d’une part pour son attitude, et d’autre part pour sa liaison avec la veuve de son fils.

En juillet 858, Ignatios démissionna (ou y fut contraint) et fut relégué en l’île de Térébinthe. On nomma à sa place un laïc, Photios, qui le fit condamner et dégrader en 861.

Pendant les années qui suivirent, les échanges entre Byzance et Rome ne furent pas fort aimables : la papauté et l’orthodoxie revendiquaient l’autorité sur la Bulgarie, et le pape Nicolas 1er n’appréciait pas l’attitude de la chancellerie impériale, pour qui Rome était une vieille ville, et le latin une langue barbare et scythique. On alla jusqu’à condamner le pape lors d’un concile de Constantinople en 867.

C’est alors qu’Ignatios fut rappelé au siège de Constantinople. Il présida le concile œcuménique de Constantinople qui s’acheva en février 870 par une proclamation solennelle de l’entente entre l’Eglise de Rome et celle de Constantinople.

La question de la Bulgarie demeurait. Ignatios ordonna des prêtres et des évêques, Rome le convoqua, mais il mourut avant que les légats romains eussent le temps de le déposer.

Après la mort d’Ignatios (23 octobre 877), Photios reprit sa place au patriarcat ; le clergé se partagea et le schisme continua pendant plusieurs décennies.

Ignatios fut peut-être faible, mais il fut surtout victime des excès des uns et des autres. La distance géographique entre Rome et Constantinople augmentant les difficultés de rapports, et les esprits étant trop prompts à s’échauffer pour des questions parfois mineures, on ne peut que regretter certaines attitudes et décisions trop radicales, que ce soit en Occident ou en Orient.

L’Eglise romaine a canonisé Ignatios, mais non Photios.

Saint Ignatios de Constantinople est commémoré le 23 octobre dans le Martyrologe Romain.

Allucio de Campugliano

1070-1134

 

Allucio naquit vers 1070 dans la petite bourgade de Campugliano (Pistoia, Italie C), d’un certain Omodeo (homme de Dieu).

Il ne fit pas d’études, mais savait beaucoup de choses de Dieu, dont il recevait des grâces extraordinaires : après un terrible orage qui avait fait déborder tous les ruisseaux, Allucio arriva tout tranquillement le lendemain matin avec ses bêtes, sans avoir été le moins du monde gêné par le pluie.

Il gardait ainsi les vaches et les bœufs de ses parents ; en outre, plus tard, il accueillait les vendangeurs de passage, pour lesquels il fonda (ou releva) un hospice (appelé parfois xenodochio), avec une église. Cette activité suscita de nombreuses vocations, qui devinrent les fratres Allucii, sorte de congrégation laïque.

Allucio fonda aussi deux hospices sur le mont Albano et au bord de l’Arno : là il établit également un pont, après une adroite négociation avec les passeurs dont le trafic était fort lucratif.

Son austérité était effrayante : il ne mangeait jamais ni viande, ni fromage, ni œufs, jeûnait les lundis, mercredis et vendredis. Pendant sept carêmes, il ne mangea rien du tout, mais il communiait chaque jour, car il était très dévôt de l’Eucharistie.

Rien d’étonnant qu’une telle sainteté obtienne des grâces particulières du Ciel, et les miracles se multiplièrent. On parla d’Allucio jusqu’en Vénétie.

Il aurait ainsi pacifié les deux villes de Ravenne et Faenza ; des guérisons extraordinaires furent constatées : la huche de pain subitement remplie en temps de famine, pour nourrir une pauvre femme ; un condamné auquel le bourreau avait arraché les deux yeux, récupéra la vue ; un possédé fut délivré et, reconnaissant, resta à l’hospice toute sa vie pour rendre service. Des paralytiques purent marcher, et surtout : des brigands se convertirent.

Allucio mourut le 23 octobre 1134 et l’évêque du lieu le canonisa en 1182. Entre les deux dates, l’hospice de Campugliano avait déjà pris le nom de … Saint Allucio. L’office fut approuvé une première fois en 1764, et à nouveau en 1851.

L’hospice passa aux Chevaliers de Malte, mais fut fermé à la fin du 18e siècle. Les reliques d’Allucio furent déposées dans la cathédrale de Pescia.

En 1934, huitième centenaire de la mort d’Allucio, la bourgade de Campugliano prit le nom de Sant’Aluccio di Uzzano. Malheureusement, les bâtiments, hospice et église, fondés par Aluccio, furent totalement détruits durant la guerre en 1944.

Saint Allucio, mentionné le 23 octobre au Martyrologe, est depuis 2000 co-patron céleste du diocèse de Pescia, avec Notre-Dame de Fontenova.

 

 

Giovanni Bono

1168-1249

 

Il ne s’agit pas ici de saint Giovanni il Buono, évêque au 7e siècle à Milan et à Gênes.

Notre Giovanni était de Mantoue, où il était né vers 1168.

Son père mourut quand il était adolescent, et le garçon quitta alors sa mère et sa ville pour girovaguer d’une ville à l’autre en faisant ce qu’on appellerait aujourd’hui «l’intermittent du spectacle», ce à quoi il ajoutait quelques autres péchés de jeunesse.

Sa pieuse mère, nouvelle sainte Monique (v. 27 août), priait ardemment pour lui ; Giovanni tomba gravement malade. Songeant à sa mort, il se repentit et alla trouver l’évêque de Mantoue, qui lui conseilla un genre de vie érémitique, pour faire pénitence.

Giovanni avait environ quarante ans. Il obéit humblement au pasteur et se retira près de Cesena.

Au bout de plusieurs années, la sainteté de son comportement fut connu, des disciples affluèrent, qui voulaient rester sous sa direction, et qui purent rédiger des témoignages sur leur maître.

Giovanni s’imposait des austérités effrayantes : il habitait une cellule adossée à l’église, mais séparée de l’habitation des frères. Elle avait trois fenêtres, l’une s’ouvrant sur l’église, une autre sur l’extérieur par où on lui passait sa nourriture (on verra plus loin en quoi elle consistait) ; par la dernière entrait la lumière. Au mur un bénitier, un crucifix et une image de la Vierge devant lesquels il priait si souvent que ses genoux avaient laissé leur empreinte. Il n’y avait ni siège, ni paillasse, seulement une planche sur laquelle il dormait sans couverture. Jugeant sans doute cette couchette trop confortable, il s’était fait un lit de feuilles de houx, puis il creusa un trou qu’il remplit de piquants où il se mettait la tête en bas pour réciter deux cents Pater. 

Et voici son régime. Il mangeait seul dans sa cellule, jeûnant continuellement, se contentant pour une semaine de ce qu’on donnait aux frères à un repas ; son menu de carême était organisé une fois pour toutes : le premier jour, un morceau de pain de la dimension d’une hostie ; le deuxième jour, quatre tiges de persil frites dans l’huile ; le troisième jour : sept fèves cuites ; le quatrième jour : comme le premier, et ainsi de suite. A la fin de sa vie, il se contenta pour tout le carême d’un pain qu’il mangeait en bouchées minuscules. 

Il portait une tunique grise très légère serrée par une ceinture, même en hiver où il ne se chauffait pas ; toujours pieds nus dans sa cellule, il mettait des sabots de bois pour sortir.

Un tel régime ne l’empêchait pas d’être malade ; il acceptait alors difficilement de manger un œuf ou quelque nourriture un peu substantielle, et refusa toujours de recevoir la visite d’un médecin.

La culture de Giovanni était quasi nulle ; il savait par cœur le Pater, le Credo, le psaume 50 Miserere ainsi que quelques autres et quelques prières brèves. Cela lui suffisait pour s’entretenir en oraison. Il ne se joignait pas au chœur pour l’office, qu’il écoutait de sa cellule, et n’en sortait que pour assister à la Messe chaque jour, ainsi qu’aux vêpres des dimanches et fêtes.

Ainsi reclus, Giovanni ne prétendait pas multiplier les contacts personnels, mais fut tout de même bien étonné de voir le nombre de ses disciples s’accroître au point qu’il dut fonder de nouveaux couvents : Bertinoro, Mantoue, Venise, Bologne, Parme, Ferrare, Faenza, Rimini et d’autres encore !

La règle qu’on y pratiquait était celle de saint Augustin (v. 28 août), de sorte que l’Ordre des Ermites les assimilerait sans difficulté, en 1256.

La fidélité de Giovanni à la foi catholique et au siège apostolique ne fut jamais ébranlée par les courants de pensée qui en ce début du 13e siècle étaient si violents en Italie. Il ramena de nombreux patarins à l’obéissance. Sa sainteté était le meilleur démenti que l’on pouvait donner à leurs dirigeants qui reprochaient à l’Eglise sa richesse et le manque d’austérité de bien des clercs.

Giovanni, lui, annonça qu’il mourrait là où il était né, et mourut effectivement à Mantoue, le 23 octobre 1249.

De nombreux miracles attestèrent sa sainteté, les procès-verbaux furent dressés, mais n’aboutirent pas à une béatification proprement dite. 

Deux siècles après sa mort, on retrouva son corps intact et son culte fut autorisé (1483). En 1672, son nom fut inséré dans le Martyrologe, qui le mentionne aujourd’hui au 23 octobre.

 

 

Giovanni de Capistrano

1386-1456

 

Giovanni, né le 24 juin 1386, à Capistrano (Abruzze, Italie centrale), reçut le nom du Saint du jour : Jean-Baptiste.

Il était fils d'un gentilhomme français qui avait suivi à Naples le duc d'Anjou, devenu roi de ce pays ; ce papa mourut bientôt, et la maman éduqua Giovanni avec une profonde piété.

Après ses humanités, le garçon fut envoyé à Pérouse pour y étudier le droit canonique et civil. Très brillant, il reçut une place de judicature, et fut très recherché pour la maturité de son jugement. Il devint même gouverneur de Pérouse.

Un homme riche et noble, charmé de ses qualités éminentes, lui proposa sa fille en mariage. Tout lui souriait dans le monde, quand tout à coup s'évanouirent ces flatteuses espérances.

Dans une guerre contre Rimini, la ville de Pérouse le soupçonna de trahir sa patrie ; on le fit arrêter. Malgré son innocence et son éloquence à se défendre, il fut jeté en prison. Ayant tenté de s’évader, il se brisa le pied et fut jeté dans un sombre cachot. 

Dans ce cachot, il eut la vision de saint François d’Assise. Il vendit tous ses biens, paya sa rançon, remit à sa fiancée sa dot, distribua le reste aux pauvres, et se réfugia chez les Franciscains, au monastère du Mont, près de Pérouse. 

Le Gardien (c’est-à-dire le Supérieur), craignant que cette vocation ne fût que l'effet d'un dépit passager plutôt que d'un mouvement de la grâce, voulut l'éprouver. Il lui ordonna de faire le tour de la ville de Pérouse dont il avait été gouverneur, monté à rebours sur un âne, couvert d'un mauvais habit et la tête coiffée d'un bonnet de carton où étaient écrits divers péchés. 

On peut à juste titre s’étonner des méthodes utilisées par certains maîtres spirituels, mais Dieu le permet parfois pour honorer encore plus les vertus des Saints. Après une telle épreuve, les humiliations du noviciat ne coûtèrent pas beaucoup à Giovanni.

Admis en 1416, il eut pour maître de noviciat un simple frère convers, sans doute très spirituel, mais très dur, à la direction duquel Giovanni se soumit avec la simplicité d'un enfant. Il fut traité par lui avec la dernière sévérité. Je rends grâces au Seigneur, disait-il plus tard, de m'avoir donné un tel guide ; s'il n'eût usé envers moi de pareilles rigueurs, jamais je n'aurais pu acquérir l'humilité et la patience.

Giovanni fut renvoyé par deux fois du noviciat comme incapable de remplir jamais aucun emploi dans la religion. Il resta jour et nuit à la porte du couvent, souffrant avec joie l'indifférence des religieux, les railleries des passants et le mépris des pauvres qui venaient demander l'aumône. Une persévérance si héroïque désarma la sévérité des supérieurs et dissipa leurs craintes. Giovanni, reçu de nouveau, fut enfin admis à la profession.

Dès lors sa vie fut admirable, il vivait uniquement de Jésus sur la Croix. Embrasé d'amour pour Dieu, il faisait de sa vie une oraison continuelle : le Crucifix, le Tabernacle, l'image de Marie, le jetaient dans l'extase : Dieu, disait-il, m'a donné le nom de Giovanni, pour me faire le fils de Marie et l'ami de Jésus.

Pour la théologie, il eut pour maîtres saint Giacomo de la Marche et saint Bernardin de Sienne, dont il sera plus tard un vaillant collaborateur. En attendant, Giovanni semblait avoir la science infuse, en théologie comme en droit canonique.

Ordonné prêtre vers 1425, Giovanni fut appliqué au ministère de la parole. Ses paroles produisaient partout des conversions nombreuses. Une secte de prétendus moines, les Fraticelli, dont les erreurs et les mœurs scandalisaient l'Église, fut anéantie par son zèle et sa charité. Le Pape Eugène IV, frappé des prodigieux succès de Giovanni, l'envoya comme nonce en Sicile ; puis le chargea de travailler, au concile de Florence, à la réunion des Latins et des Grecs. Enfin il le députa vers le roi de France, Charles VII.

Ami de saint Bernardin de Sienne, il le défendit, devant la cour de Rome, contre les calomnies que lui attirait son ardeur pour la réforme de son Ordre ; il l'aida grandement dans cette entreprise, réformant les couvents selon la première règle de sainte Claire, comme le faisait sainte Colette en France. 

Plus tard, il travaillera activement à la canonisation de saint Bernardin.

Le pape Eugène IV proposa l’épiscopat à Giovanni, qui le refusa si humblement, que le pape n’insista pas.

Le pape suivant, Nicolas V, l'envoya en qualité de commissaire apostolique dans la Hongrie, l'Allemagne, la Bohème et la Pologne. Giovanni y alla avec Æneas Silvio Piccolomini, futur pape Pie II,  pour remettre la concorde entre les princes allemands. En voyage, pour passer un fleuve, Giovanni étendit le manteau de saint Bernardin au-dessus de l’eau, et l’escorte put passer à pieds secs. En Allemagne, les villes entières se portaient à la rencontre de Giovanni. Toutes sortes de bénédictions accompagnèrent ses pas. Il ramena au bercail de l'Église un grand nombre de personnes, et convertit une quantité prodigieuse de Juifs et de Musulmans. Giovanni prêchait en latin, traduit par un interprète.

Giovanni évangélisa la Carinthie, la Styrie, l’Autriche, la Bohême, la Moravie, la Silésie, la Bavière, la Thuringe, la Saxe, la Franconie, la Pologne, la Transylvanie, la Modavie, la Valachie… Les miracles accompagnaient sa prédication, jusqu’à des résurrections.

À cette époque, Mahomet II menaçait l'Occident d'une complète invasion, il tenait Belgrade assiégée et se promettait d'arborer le croissant dans l'enceinte même de Rome. Le Pape Calixte III chargea Giovanni de prêcher une croisade : à la voix puissante de cet ami de Dieu, une armée de quarante mille hommes se leva ; il lui trouva pour chef Huniade, qu’il conduisit à la victoire.

Étant à trois journées de marche des Turcs, tandis qu'il célébrait la Messe en plein air dans les grandes plaines du Danube, les témoins ont rapporté qu'une flèche partie d'en haut vint, pendant le Saint Sacrifice, se placer sur le corporal. Après la Messe, le Saint lut ces mots écrits en lettres d'or sur le bois de la flèche : Par le secours de Jésus, Giovanni de Capistran remportera la victoire.  Au fort de la mêlée, il tenait en main l'étendard de la Croix et criait : Victoire, Jésus, victoire ! Les Turcs se retirèrent en criant : Retirons-nous, car le Dieu des chrétiens combat pour eux. Belgrade fut sauvée. C'était le 14 juillet 1456.

C’est à la suite de cette victoire que fut instituée la fête de la Transfiguration.

Trois mois après, le 23 octobre 1456, Giovanni, se trouvant à Vilak (Sirmium), ayant prononcé ces paroles du Nunc dimittis : C'est maintenant, Seigneur, que tu laisseras mourir en paix ton serviteur, expira en disant une dernière fois : Jésus. Il avait soixante-dix ans.

D’après un manuscrit découvert en 1874, le corps de Giovanni fut, au siècle suivant, repris par les Turcs, et vendu à un riche seigneur, qui le remit à une communauté de moines basiliens orthodoxes : préservé de toute corruption, revêtu de l’habit franciscain, il se trouverait à Bistriz (Roumanie).

Giovanni de Capistrano fut canonisé dès 1690.

Thomas Thwing

1635-1680

 

Thomas était né en 1635 à Heworth Hall (Yorkshire, Angleterre), de George et Anne, qui eurent aussi (au moins) trois filles.

Il était le petit-neveu d’un autre Martyr, Edward Thwing (v. 26 juillet).

Il se forma à Douai et fut ordonné prêtre.

Envoyé en mission dès 1664 dans sa région natale, il fut aumônier chez ses cousins, Stapletons, à Carlton Hall, puis il ouvrit une école non loin de là à Quosque.

En 1677, une nouvelle fondation vit le jour chez son oncle maternel, Thomas Gasciogne, à Dolebank, et Thomas en fut l’aumônier. Cette fondation était l’Institut de Marie, où entrèrent les trois sœurs de Thomas. C’est là qu’il fut arrêté, en 1679.

C’était l’époque du complot de Titus Oates, et M.Gasciogne avait renvoyé deux domestiques à cause de leur malhonnêteté : elles se vengèrent en calomniant leur maître de complot contre le roi. Tous les membres de la maison furent arrêtés, y compris Thomas Thwing, et furent jugés à Londres et Newgate. Tous furent acquittés, sauf Thomas, le prêtre, qui fut transféré à la prison de York ; il devait être jugé en mars 1680, mais les assises furent retardées à juillet.

 A la proclamation de la condamnation, il baissa la tête humblement et affirma Innocens ego sum. D’abord, le roi voulut commuer la sentence, mais la Chambre décida l’exécution au lendemain de la session du Parlement.

On sortit Thomas de la prison, on passa devant la maison où se trouvaient ses trois sœurs, on l’emmena à Londres pour le pendre à Tyburn.

A ce dernier instant, Thomas proclama son innocence et sa fidélité au roi ; il pria pour le roi et la famille royale, et demanda aux Catholiques de prier pour lui ; ses derniers mots furent Doux Jésus, reçois mon âme.

Thomas Thwing mourut en martyr à York, le 23 octobre 1680.

Il fut béatifié en 1929 parmi cent-sept Compagnons, d’Angleterre et du Pays de Galles.

 

 

 

Clotilde-Joseph Paillot

1739-1794

 

Voir la notice Valenciennes (Ursulines de) 1794

 

Elle était née le 25 novembre 1739 à Bavay (Nord), fut baptisée le jour-même et professa chez les Ursulines le 23 octobre 1756, sous le nom de Marie-Clotilde-Joseph de Saint-François-Borgia.

Nommée conseillère en 1789, elle fut élue supérieure en 1790 et réélue en 1793.

On le voit, elle reçut la palme du martyre le jour de son trente-huitième anniversaire de profession.

Son martyre eut donc lieu le 23 octobre 1794 et elle fut béatifiée en 1920.

 

 

Anne-Josèphe Leroux

1747-1794

 

Voir la notice Valenciennes (Ursulines de) 1794

 

Elle était née le 23 janvier 1747 à Cambrai (Nord), et professa chez les Clarisses le 10 mai 1769, et avait trouvé refuge chez les Ursulines, où se trouvait sa sœur Marie-Marguerite-Joseph ; on l’appelait souvent (Marie-)Joséphine.

Elle et sa sœur avaient été arrêtées dans la nuit du 31 août au 1er septembre.

Leur martyre eut donc lieu le 23 octobre 1794 et elles furent béatifiées en 1920.

 

 

Marie-Marguerite-Joseph Leroux

1749-1794

 

Voir la notice Valenciennes (Ursulines de) 1794

 

Elle était née le 14 juillet (!) 1749 à Cambrai (Nord), et professa chez les Ursulines le 9 août 1775, sous le nom de Marie-Scholastique-Joseph de Saint-Jacques.

On le voit, elle avait quarante ans le jour de la «prise de la Bastille».

Elle et sa sœur Anne-Josèphe avaient été arrêtées dans la nuit du 31 août au 1er septembre.

Leur martyre eut donc lieu le 23 octobre 1794 et elles furent béatifiées en 1920.

 

 

Jeanne-Louise Barré

1750-1794

 

Voir la notice Valenciennes (Ursulines de) 1794

 

Elle était née le 23 avril 1750 à Sailly-en-Ostrevent (Pas-de-Calais), et professa comme Converse chez les Ursulines le 20 janvier 1777, sous le nom de Marie-Cordule-Joseph de Saint-Dominique.

C’est elle qui vécut l’incident relaté dans la notice générale des Ursulines de Valenciennes : la porte s’étant refermée trop vite avant son passage, elle pria le Seigneur de ne pas être séparée de ses Compagnes ; la porte alors se rouvrit et le geôlier la fit passer.

 

Son martyre eut donc lieu le 23 octobre 1794 et elle fut béatifiée en 1920.

 

 

Marie-Liévine Lacroix

1753-1794

 

Voir la notice Valenciennes (Ursulines de) 1794

 

Elle était née le 24 mars 1753 à Pont-sur-Sambre (Nord), et professa chez les Brigittines, avec le nom de Dame Liévine, avant de trouver refuge chez les Ursulines sous le nom de Marie-Françoise, pour éviter d’être reconnue comme ancienne Brigittine.

Avec sa Consœur Marie-Augustine Erraux, elles furent arrêtées dans la nuit du 4 au 5 septembre.

 

Leur martyre eut donc lieu le 23 octobre 1794 et elles furent béatifiées en 1920.

 

 

Marie-Augustine Erraux

1762-1794

 

Voir la notice Valenciennes (Ursulines de) 1794

 

Elle était née le 20 octobre 1762 à Pont-sur-Sambre (Nord), et professa chez les Brigittines, avec le nom de Dame Anne-Marie-Joseph, avant de trouver refuge chez les Ursulines.

Avec sa Consœur Marie-Liévine Lacroix, elles furent arrêtées dans la nuit du 4 au 5 septembre.

 

Leur martyre eut donc lieu le 23 octobre 1794 et elles furent béatifiées en 1920.

 

 

Phaolô Tống Viết Bưòng

1773-1833

 

Phaolô (Paul) était né vers 1773 à Phủ Cam (Phu Xuân, actuelle Huế, Vietnam), d’une famille où l’on était catholique depuis plusieurs générations.

Le père et le grand-père de Phaolô étaient mandarins ; lui-même entra dans la garde royale et devint capitaine de la 1e compagnie de son régiment ; même le roi disait de lui qu’il remplissait son devoir avec zèle et activité. Il avait été décoré de la plaque d’ivoire pour ses services.

Dans le cours de son service, le souverain l’envoya en mission inspecter les opérations militaires contre les populations primitives de la province de Quang-Ngai. Quand il vit son rapport, le roi lui demanda s’il était allé visiter la pagode de Non-Duoc. Phaolô répondit d’abord qu’il n’en avait pas reçu l’ordre exprès, et ajouta ensuite qu’il n’y était pas allé parce qu’il était chrétien.

Le roi lui fit alors de terribles reproches, se mit en colère et ordonna de le décapiter ; un des amis de Phaolô ayant intercédé pour lui, la peine fut commuée : le capitaine reçut quatre-vingts coups de rotin, fut dégradé et condamné à servir comme simple soldat.

Phaolô put acheter le droit de se retirer dans sa famille. Un an plus tard, le roi demanda la liste de ses soldats chrétiens ; Phaolô manquait : le roi le fit arrêter et mettre en prison.

Phaolô fut mis à la cangue en prison pour six mois, puis fut chargé d’une chaîne au cou et aux jambes. Tous les dix jours, on l’interrogeait et, comme il refusait d’apostasier, on lui administrait une vingtaine de coups de bâton. Il refusa catégoriquement de marcher sur la Croix. Ses blessures n’avaient pas le temps de cicatriser d’une séance à l’autre. Epuisé, il sentait ses forces le quitter, mais ne se plaignait jamais. Il priait pour obtenir la grâce d’être fidèle.

Le roi ne voulait pas le tuer ; il préférait une apostasie, plus efficace, selon lui, pour éteindre la foi dans le pays. Il ordonna de le battre encore et encore ; et s’il en mourait, qu’on le jetât hors des murs de la ville. Mais pour abréger l’attente, il finit par prononcer une sentence de mort. Phaolô devait être décapité et sa tête exposée plusieurs jours en signe d’ignominie.

Le vaillant soldat mourut pour le Roi céleste le 23 octobre 1833 à Thở Ɖuc (Saigon, Vietnam), et fut béatifié en 1900, canonisé en 1988

 

 

Jules-Nicolas Rèche

1838-1880

 

Jules-Nicolas naquit à Landroff (Moselle) le 2 septembre 1838, dans une famille si pauvre, qu’il dut très tôt travailler comme palefrenier, cocher, charretier.

Il se fit remarquer pour son honnêteté, sa discrétion.

Ayant rencontré les Frères des Ecoles Chrétiennes, il demanda à y être admis. 

Il commença le noviciat en 1862, avec le nom de Arnould et, après la profession, il enseigna pendant quatorze ans à Reims.

Son zèle ne s’arrêta pas là : il profita de ses «heures libres» pour étudier la théologie, les mathématiques, les sciences, l’agriculture, ce qui lui permit d’enseigner aussi à de petits groupes d’élèves plus âgés.

Durant la guerre de 1870, il travailla comme infirmier, pour soulager les blessés des deux camps. Il fut décoré de la médaille de bronze.

Bientôt nommé maître des novices à Thillois, sa renommée s’agrandit à cause de sa grande sainteté : vie ascétique, piété profonde, mais aussi miracles, discernement des pensées. Frère Arnould était particulièrement dévot de la passion du Christ et docile à l’action de l’Esprit Saint, qui fortifie le cœur des hommes.

Lors du déplacement du noviciat à Courlancy (Reims) en 1885, il fit consacrer la maison au Sacré-Cœur.

Frère Arnould mourut saintement le 23 octobre 1890 et fut béatifié en 1987.

Leonardo Olivera Buera

1889-1936

 

Leonardo Olivera Buera était né le 6 mars 1889 à Campo (Huesca, Espagne).

Il fut ordonné prêtre pour le diocèse de Saragosse en 1916, et nommé curé de Movera (Puente Gallego, Saragosse) et en même temps chapelain de l’Ecole Notre-Dame du Carmel à Bonanova, gérée par les Frères des Ecoles Chrétiennes.

Comme prêtre, il collabora fraternellement avec les Frères, de sa parole prudente et sage, autant qu’avec tout le zèle nécessaire pour les jeunes, en particulier ceux qui montraient quelque attirance pour la vie religieuse.

Au moment de la persécution religieuse, le 9 juillet 1936, des miliciens firent irruption dans le collège et allèrent frapper à sa porte. Cette fois-ci, ce n’était pas un jeune adolescent qui venait le trouver, mais des soldats enragés. L’un d’eux le blessa au bras d’un coup de pistolet. Il put aller se faire soigner à l’hôpital, avant de tenter de rejoindre sa sœur à Valencia.

Le 22 septembre, il fut reconnu et arrêté, partageant ainsi le sort des Frères, qui furent les uns après les autres arrêtés, parfois torturés et fusillés.

L’abbé Leonardo Olivera Buera fut fusillé à El Saler (Valencia) le 23 octobre 1936 (cet assassinat eut peut-être lieu dès le 22 ou 23 septembre).

Il a été béatifié en 2001.

 

 

Anatolio García Nozal

1898-1936

 

Voir aussi la notice : Passionistes de Daimiel

Anatolio était né le 15 mars 1898, baptisé le 20 suivant à Becerril del Carpió (Palencia, Espagne), benjamin de onze enfants, dont la maman mourut dès 1900. Il fut confirmé cette même année.

Ayant connu les Passionistes durant une mission prêchée dans le pays, il voulut les rejoindre : en 1912 il entra dans leur collège à Corella.

Dès 1913, il commençait le noviciat. En 1914, il fit la profession avec le nom de Ildefonso de la Croix. 

Après les études secondaires et la philosophie, on l’envoya à Rome pour la théologie (1920). Il y fit la profession solennelle (1922).

Revenu en Espagne, il fut envoyé à Saragosse pour enseigner, et à Corella comme recteur.

Il reçut l’ordination sacerdotale en 1924.

Supérieur de Daimiel en 1932, un témoin le qualifia de véritablement humble et doux avec tous. Il fit un court séjour à Valencia en 1935.

Puis il obtint de pouvoir partir en mission au Vénézuéla, mais la révolution intervint avant.

Après la nuit tragique du 21-22 juillet 1936, trois prêtres (dont le père Ildefonso) et neuf clercs partirent pour Manzanares, où ils furent fusillés le 23 juillet. Cinq moururent sur place et un sixième expira à l’hôpital, où la Croix-Rouge put héberger les six «survivants» et les faire soigner ; l’un d’eux, le pauvre Ildefonso, se lamentait de ce que la couronne du martyre leur avait échappé. Anatolio était de ces «rescapés».

A peine remis de leurs graves blessures, les six furent à nouveau arrêtés à leur sortie de l’hôpital, et fusillés une deuxième fois, le 23 octobre 1936.

Tous furent béatifiés en 1989.

 

 

Leonardo Arce Ruiz

1907-1936

 

Leonardo était né le 6 novembre 1907, jour où l’on fête un saint Léonard, dont il porta le nom, à Arcellares del Tozo (Burgos, Espagne), de Bernabé et Gabina, qui eurent ensuite une petite fille, Paulina.

L’enfant fut baptisé dès le 7 novembre et fut confirmé en 1921.

Signalons ici que son père mourut fort jeune et que sa mère se remaria avec un veuf, Cristóbal Arroyo, père de quelques enfants qu’elle éduqua vraiment chrétiennement.

Leonardo entra en 1919 dans la congrégation des Frères Maristes à Arceniega et commença le noviciat à Las Avellanas en 1922 ; en 1923 il reçut l’habit et le nom de Egberto ; un an après il faisait les premiers vœux et la profession perpétuelle en 1930.

Deux de ses demi-frères entrèrent à leur tour dans la même congrégation : Miguel, qui mourut encore séminariste en 1924, et Evelio, qui disparut en 1936. Un neveu de Leonardo, Gilberto, fils de Paulina, fut aussi mariste et missionnaire au Chili. 

Egberto fut envoyé à Palafrugell (1924) et La Garriga (1925) comme cuisinier ; à Las Avellanas (1926) comme jardinier ; puis il enseigna à Sabadell (1928), Barcelone (1929), Valencia (1929), La Garriga (1932), Alcazarquivir (Maroc, 1933) en remplacement du service militaire, enfin Palencia (1935).

Le Frère Egberto fut un vrai Religieux, humble et serviable, amant de la pauvreté et bon professeur.

Le 22 juillet 1936, il s’enfuit à destination de Burgos avec le Frère Teófilo Martín ; reconnus en voyage et arrêtés, ils furent conduits à Reinosa. Ils furent assassinés sur le mont Saja à Campoo de Suso le 23 octobre 1936.

Ils furent béatifiés en 2013.

 

 

Justiniano Cuesta Redondo

1910-1936

 

Voir aussi la notice : Passionistes de Daimiel

Un autre Passioniste, Pedro Largo Redondo, était aussi originaire de Alba de los Cardaños (Palencia), la «montagne Palencienne». Il fut martyrisé le 25 juillet 1936.

Justiniano était né le 19 août 1910 à Alba de los Cardaños, de Gregorio Cuesta Mediavilla et Florentina Redondo Mediavilla.

Il fut baptisé le 21 août suivant, et confirmé en 1911.

Tout petit encore, très frappé par la première messe de son oncle maternel, en 1915, il confia à sa mère qu’il voulait être comme l’oncle Miguel et s’y prépara très sérieusement.

Lors de la Première communion, il demanda à Jésus-Hostie, encore une fois, d’être comme l’oncle Miguel.

Mais voilà qu’en 1920, l’autre oncle, José, entra chez les Passionistes à Corella. Alors, le petit Justiniano se trouvait dans un dilemme : être comme l’oncle Miguel, ou comme l’oncle José ? Il se décida pour l’oncle José et les Passionistes, et commenta ainsi son choix à sa mère : Comme ça, je serai missionnaire très loin, et je t’écrirai plein de belles choses.

Avant de rejoindre cette congrégation, il tint à faire le pélerinage à la Vierge du Brazo, pieds nus, laissant des traces de sang sur son passage, jusqu’à la Croix qu’on va y vénérer. C’était le 21 septembre, et le 29 il rejoignait la communauté de Corella, où l’accueillait son oncle José, désormais avec l’habit religieux.

Justiniano étudia avec ardeur, pour n’avoir pas à donner de mauvaises nouvelles aux parents.

A quinze ans, il entrait au noviciat avec seulement un vote «négatif» : un défaut de prononciation ! Il reçut l’habit le 28 septembre 1925.

Au vote suivant, sa prononciation était «assez corrigée» quoique encore défectueuse ; et sa ferveur semblait être inférieure à ce qu’elle devait être, mais comme ce n’était pas très important, on l’acceptait à l’unanimité des votes. Ces observations ne tombaient pas dans un sac percé pour le jeune homme : il y mit toute son ardeur et se donna entièrement au Christ, en septembre 1926, prenant désormais le nom de Justiniano de Saint-Gabriel-de-l’Addolorata.

Le mois suivant, il arrivait à Daimiel. Durant ses études de philosophie, il se montrait très curieux de mille choses, qu’il transcrivait sur ses cahiers personnels : statistiques de la Congrégation, formules médicinales, conjugaison des verbes en hébreux, culture de la soie, les papillons, les insectes, les reptiles…

En 1930, il partit pour la théologie à Saragosse, où il retrouva l’oncle José, prêtre.

En 1931, il y eut les événements de la Seconde République, les incendies de mai : les étudiants partirent chez eux pendant l’été.

Il fit la profession avec le nom de Justiniano de Saint-Gabriel de l’Addolorata, le 14 septembre et, avec ses confrères, fonda (et dirigea) une revue interne à la congrégation, Religion et Science.

Justiniano fut retardé d’une année encore pour accéder à l’ordination sacerdotale, toujours à cause de son défaut de prononciation, qu’on disait être lié à un problème psychologique, et cela pouvait être un empêchement canonique. Il fut enfin ordonné en avril 1934.

En 1935, on l’envoya à Daimiel, enseigner le grec et le catéchisme. 

Il était bon, doux, rêvait des missions en Alaska et rendait service à tout le monde. 

Il aimait la poésie et la musique, chose que l’on relève rarement dans l’hagiographie, surtout pour la musique.

Après l’expulsion du couvent de Daimiel, dans la nuit du 21-22 juillet 1936, Justiniano se retrouva parmi ceux qui furent fusillés à Manzanares le 23 juillet, mais tandis que six moururent sur place, six autres - dont lui, survécurent à leurs blessures, ayant été recueillis par la Croix-Rouge à l’hôpital. Justiniano y avait perdu un œil.

Durant son séjour à l’hôpital, il chantait souvent cette petite ritournelle, dont on aimerait bien avoir la mélodie : 

Justiniano, Justiniano, quelle mort sera la tienne ?

Mourir pour le Christ, c’est tout mon idéal !

Do Ré Mi Do Ré Fa.

La réalité est que, en août, les Filles de la Charité durent laisser l’hôpital, en le «confiant» aux miliciens, lesquels n’attendaient que la première occasion pour se débarrasser des Religieux. Celle-ci se présenta à leur sortie : on les fit monter dans une camionette, et on alla les fusiller sans attendre.

Justiniano reçut une balle près du cœur et une autre dans la mâchoire, qui ressortit par la boîte crânienne.

Tous furent béatifiés en 1989.

 

 

Agapit Gorgues Manresa

1913-1936

 

Agapit naquit le 4 juin 1913 à Cervià (Garrigues, Espagne), de Manuel et Marta.

Il fut confirmé en 1917.

Après ses études au séminaire de Tarragona, il fut ordonné prêtre le 28 juin 1936, et il chanta sa première messe solennelle le 12 juillet, quelques jours à peine avant la révolution.

Il attendait donc chez les siens, à Cervià, sa première affectation.

Le 21 juillet, il alla avec un autre séminariste, se réfugier d’abord dans une ferme d’Alcover (Alt Camp), puis ils cherchèrent à se cacher dans la montagne, où ils restèrent sans manger pendant deux ou trois jours.

Surpris par le Comité révolutionnaire de la Riba, ils s’en retournèrent au pays.

A leur famille, ils déclarèrent qu’ils étaient disposés à être martyrisés et aussi que si un jour ils me tuent et que vous savez qui sont mes assassins, pardonnez-leur.

A Cervià, ils allèrent se présenter au Comité, tandis que des amis les en dissuadaient. Entre les membres du Comité, qui devaient bien les connaître pour avoir été leurs camarades précédemment, il y eut une discussion animée : allait-on les tuer ou les conduire en prison à Lleida ? Finalement, ils décidèrent de les laisser aller chez eux. Quelques jours après, Agapit rendit visite à un membre du Comité, qui l’assura qu’il ne lui arriverait rien.

Du 2 août au 23 octobre, Agapit priait les trois chapelets du rosaire chaque jour à genoux ; même certains jours où il fut malade, il se leva du lit pour accomplir sa promesse.

Il y eut une «alerte», le 6 août : des membres du Comité vinrent l’arrêter, mais le laissèrent parce qu’il était malade.

Le 23 octobre, après un sévère conflit entre deux partis de Cervià, on vint assaillir le domicile. Agapit et son père cherchèrent à fuir par derrière et restèrent cachés pendant une heure et demie, avant d’être découverts. Les révolutionnaires abattirent don Agapit sur place.

Agapit, qui avait vingt-trois ans, et pas même quatre mois de sacerdoce, fut ainsi martyrisé le 23 octobre 1936, et béatifié en 2013.

Martín Erro Ripa

1914-1936

 

Martín était né le 3 mars 1914 à Viscarret (Navarre, Espagne), de Francisco et Teresa, qui le firent baptiser le jour même.

Le papa mourut de la grippe espagnole en 1918. Martín fut confirmé en 1919.

Un autre frère de Martín devint aussi Frère mariste, ainsi qu’un cousin.

Martín entra en 1925 au collège des Frères Maristes à Villafranca (Navarre) et commença le noviciat à Las Avellanas en 1929 ; il reçut l’habit et le nom de Teófilo Martín ; un an après il faisait les premiers vœux. Jeune, Teófilo Martín eut peu de missions : après Tuy, il enseigna à Burgos (1932), et Barruelo de Santullán (1935).

La profession solennelle était prévue pour le mois d’août 1936, mais…

Le 22 juillet, il s’enfuit jusqu’à Burgos en compagnie du Frère Egberto, mais ils furent arrêtés et mis en prison à Reinosa.

Le Frère Teófilo Martín et son Confrère furent assassinés sur le Monte Saja (Campoo de Suso) au soir du 23 octobre 1936. Il avait vingt-deux ans.

Il fut béatifié en 2013.

 

 

 

Tomás Cuartero Gascón

1915-1936

 

Voir aussi la notice : Passionistes de Daimiel

Tomás était né le 22 février 1915 à Tabuenca (Saragosse, Espagne), de Tomás et Braulia, et reçut la Confirmation au mois de juin suivant, selon l’habitude fréquente à cette époque.

Il eut pour jeune frère José María, avec lequel il partagera sa route jusqu’au martyre.

Il reçut la Première communion en 1923, et ressentit très tôt la vocation sacerdotale. Aussi alla-t-il au Petit séminaire de Belchite, en 1927.

En 1930 eut lieu une prédication populaire à Tabuenca, prêchée par des Pères passionistes ; la paroisse en fut tellement changée, qu’à son retour du séminaire, Tomás pensa rejoindre ces Pères passionistes.

On lui donna une réponse positive, et pour qu’il ne fût pas seul, on le fit accompagner de son jeune frère, José María.

Tomás n’étudiait pas facilement, mais obtint tout de même de bons résultats ; il écrivait déjà avec un certain style personnel.

Pour l’été 1931, ils revinrent tous deux à Tabuenca. Puis à l’automne, ils repartirent à Saragosse. 

Tomás étudia mieux et, à la fin de l’année, partit pour Corella, où il reçut l’habit de la Congrégation. Il était admis au noviciat. En 1933, il faisait les vœux, avec le nom de Tomás du Très Saint Sacrement et commençait la philosophie.

Il avait un rêve : partir en mission pour le Tanganyika (actuelle Tanzanie), où les Passionistes italiens avaient ouvert une maison à Dodoma. 

En septembre 1934, les jeunes de Corella durent rejoindre Daimiel. En 1935, José María y fit à son tour la profession.

D’autres documents de cette période ont disparu dans la tourmente révolutionnaire. Nous retrouvons les deux frères Cuartero Gascón lors de la «première» fusillade du 23 juillet 1936, dont ils sortirent vivants, mais gravement blessés : Tomás avait reçu une balle en pleine poitrine, et José María avait la mâchoire complètement déboîtée.

En sortant de l’hôpital, trois mois après, tous deux moururent lors d’une «deuxième» fusillade, le 23 octobre 1936.

Leur béatification eut lieu en 1989. 

 

 

Eufrasio de Celis Santos

1915-1936

 

Voir aussi la notice : Passionistes de Daimiel

 

Eufrasio était né le 13 mars 1915 (on trouve parfois 1913, sans doute une erreur) à Salinas de Pisuerga (Palencia, Espagne), troisième enfant de Emiliano de Celis et Juana Santos ; ils s’appelaient María Rosario, Eutiquio, Eufrasio et Severino ; Eufrasio fut baptisé le 21 suivant, avec les noms de Eufrasio Benito, car à cette époque on fêtait saint Benoît le 21 mars.

Eufrasio fut confirmé la même année, selon une coutume de l’époque, et reçut la Première communion en 1923. 

Petit, il aidait le curé et l’organiste de la paroisse, servait la messe, participait aux chants… malgré sa mauvaise oreille musicale, disait-on. A la maison, il se mettait des pages de journaux en guise d’ornements et se faisait servir la messe par son petit frère.

En 1927 il partit pour le tout nouveau collège de Saragosse. En 1931, il passa l’été en famille, car l’atmosphère de Saragosse n’était pas tranquille : la révolution grondait déjà. Eufrasio voulut rendre visite à son maître d’école, et en chemin fut assailli par quatre garçons qui le menacèrent pour le décourager de retourner à Saragosse. C’était déjà le début de la persécution.

En septembre cependant, les autorités l’avertirent qu’il pouvait revenir à Saragosse. Un témoin, présent chez lui lorsque lui parvint l’invitation à revenir à Saragosse, raconta qu’Eufrasio, de joie, aurait alors jeté en l’air sa cuillère sans manger rien d’autre ! 

En réalité, une crise allait se déclarer peu après. De Saragosse, on l’envoya commencer le noviciat à Corella, où une crise intérieure le travailla au point de lui arracher les larmes, écrivit-il. Mais sa persévérance porta ses fruits et il put faire la profession en 1932, prenant le nom de Eufrasio de l’Amour Miséricordieux.

A Corella se trouvaient les pères Ildefonso, supérieur, et Fulgencio, maître des novices, avec lesquels les jeunes étudiants seraient bientôt martyrisés. D’après les comptes-rendus des Pères, Eufrasio donna entière satisfaction par son combat spirituel intérieur et son comportement. 

Lors de la profession, Eufrasio se confiait à la Vierge Marie pour recevoir les forces et le courage d’accomplir les obligations qu’il venait de contracter.

Il aimait les fleurs, et demanda (en janvier 1934) à sa mère de lui envoyer des graines de fleurs de la passion, espérant les voir déjà fleurir à l’automne prochain. 

En août 1934 cependant, terminées les Humanités, il sait qu’il va partir pour Daimiel avec quatorze confrères. Il en est heureux. Il sait que la persécution est présente, qu’au Mexique, on leur a confisqué trois maisons, mais il ne faut pas avoir peur, la parole de Dieu ne faiblit pas. Fin 1935, il s’attend à ce que l’année suivante soit tragique pour l’Espagne.

Dans une lettre de février 1936, il se dit prêt pour le martyre.

Ses professeurs s’étonnaient de la maturité de son jugement ; Eufrasio était un homme de réflexion, posé, heureux de sa consécration chez les Passionistes. Il écrivait à sa famille : Ma vie est chaque jour plus heureuse. Aidez-moi à remercier Dieu pour le don de la vocation religieuse.  Il se confiait à Notre-Dame : Soyons assurés que, si nous aimons Marie, elle nous protégera durant notre vie et encore plus à l’heure de la mort. 

Il devait revenir à Saragosse en août 1936, mais les événements de juillet lui donnèrent l’occasion de témoigner pour sa foi : une première fois fusillé le 23 juillet à Manzanares, il en conserva de graves lésions au visage ; il survécut grâce à la Croix-Rouge qui le fit hospitaliser avec cinq autres Compagnons ; à peine sorti de l’hôpital, trois mois après, il tomba sous les balles d’une deuxième fusillade, le 23 octobre 1936, avec les cinq autres. Eufrasio mourut d’une balle dans l’abdomen et une autre qui lui traversa la tête.

Tous furent béatifiés en 1989. 

 

 

Honorino Carracedo Ramos

1917-1936

 

Voir aussi la notice : Passionistes de Daimiel

 

Né le 21 avril 1917 à La Lastra, Honorino était du même pays que son Confrère Julio Mediavilla, qui tomba à Carabanchel Bajo (Madrid).

Il reçut le Baptême dès le 22 avril 1917, et la Confirmation en septembre de la même année.

Il entraîna derrière lui deux autres frères, Jesús et Casimiro ; le premier vivait encore il y a peu au Mexique, l’autre mourut à Toluca en 1992. Honorino était particulièrement attaché à son frère Jesús.

Dès 1928, il rejoignit le collège passioniste de Saragosse, plein d’enthousiasme. 

L’été 1931, il dut regagner sa famille à cause des événements difficiles, puis retourna à Saragosse, où il reçut l’habit en 1932, avec le nom de Honorino de la Vierge des Douleurs. Il écrivit à ses parents : Réjouissez-vous d’avoir eu la chance de consacrer au Seigneur le plus aimé de vos fils.

Il fit le noviciat et la profession (1933) à Corella, puis fut envoyé à Daimiel en 1934.

Il avait la voix puissante et présentait bien. Il avait un rêve : partir en mission en Amérique Latine, comme d’autres étaient déjà allés au Mexique, à Cuba, au Vénézuéla… A son cher Jesús, il écrivait encore, en mai 1936 : Toujours de l’avant, le regard fixé sur Jésus Crucifié et sur Notre-Dame des Douleurs.

Honorino reçut la grâce du martyre «en deux fois». 

La première fois, ce fut le 23 juillet 1936 à Manzanares, où tombèrent six de ses Confrères ; il fut hospitalisé par les soins de la Croix-Rouge ; à cette occasion, on devait lui extraire du bras une balle, au milieu d’indicibles souffrances et Honorino encourageait le personnel infirmier : Allez-y, je suis «passioniste» ! 

La deuxième fois, ce fut trois mois après, toujours à Manzanares, juste après être sorti de l’hôpital ; une nouvelle raffale de balles abattit les Religieux, au soir du 23 octobre 1936.

Honorino avait dix-neuf ans. 

Il fut béatifié avec les vingt-cinq autres Passionistes de Daimiel, en 1989.

 

 

José María Cuartero Gascón

1918-1936

 

Voir aussi la notice : Passionistes de Daimiel

 

De trois ans plus jeune que son frère Tomás, José María était né à Tabuenca (Saragosse) le 24 juillet 1918, fut baptisé le 26 suivant, et confirmé en 1922.

Il accompagna son grand frère au collège de Saragosse, et décida avec lui d’entrer chez les Passionistes, après avoir entendu la prédication du père Ildefonso à Tabuenca durant le carême de 1930.

José María commença la noviciat à son tour à Corella en 1934. Il était plus expansif que son frère aîné, mais fit correctement tout son parcours et, lors du vote pour l’admission à la profession, reçut seulement une boule noire contre sept blanches.

Il fit donc la profession en octobre 1935, avec le nom de José María de Jésus et Marie. Il était le plus jeune de tout le groupe des étudiants passionistes.

C’est alors qu’il retrouva avec joie son aîné à Daimiel. Avec ses dix-sept ans, benjamin de la communauté, c’était encore un adolescent vif, joyeux, qui mettait une saine ambiance durant les récréations. Il avait la voix un peu rauque, disait-on.

José María avait une réelle admiration pour son frère aîné, en particulier pour ses dons oratoires ; en effet, durant les années de préparation sacerdotale, les jeunes étaient invités à prêcher dans la chapelle à l’occasion des fêtes importantes comme saint Gabriel de l’Addolorata, saint Thomas d’Aquin, saint Louis de Gonzague (v. 27 février, 28 janvier et 21 juin). En ce début de l’année 1936, le sort tomba sur Tomás.

A partir de la nuit du 21-22 juillet 1936, les deux frères furent encore plus unis dans leur destinée commune. 

Le 23 juillet, ils subirent la première fusillade de Manzanares. Le 24, José María «fêtait» ses dix-huit ans, à l’hôpital où la Croix-Rouge l’avait recueilli avec les cinq autres Passionistes, dont son frère. José María eut alors la mâchoire fracassée.

Le 23 octobre 1936, Tomás et José María tombèrent sous la deuxième fusillade de Manzanares, avec leur directeur, le père Ildefonso.

Unis dans la consécration et dans le martyre, ils furent unis dans une même cérémonie de béatification, en 1989.

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans 10-octobre
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens