Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2019 7 27 /10 /octobre /2019 00:00

27 OCTOBRE

 

II.

S Evariste, pape (97-105) : sur son ordonnance, les sept diacres de Rome devaient assister l'évêque qui déclamait la préface, pour rendre témoignage de son orthodoxie. 

S Thraseas, évêque à Euménie, martyr près de Smyrne.

IV.

S Abraham, disciple de s. Pacôme puis ermite à Tabenne.

Stes Capitoline et Erotéide, martyres en Cappadoce.

V.

S Namatius, évêque à Clermont ; son épouse fit édifier une église dans les faubourgs.

S Abban, abbé irlandais qui aurait fondé onze monastères.

S Gaudiosus, évêque en Afrique, exilé en Campanie pour fuir les Vandales.

VI.

S Odran, moine à Iona, un des premiers disciples de s. Columba.

VII.

S Cyriaque, patriarche à Constantinople ; il y eut un problème entre lui et s. Grégoire le Grand, parce qu'il se donnait le titre de patriarche œcuménique qui ne convenait qu'au pape.

S Désiré, évêque à Auxerre, parent de la reine Brunehaut ; il libéra beaucoup de serfs.

S Colman, moine à Senboth.

VIII.

S Tecla Haimanot, moine en Ethiopie.

XIII.

B Bartolomeo de Braganza, dominicain, évêque à Vicenza ; il serait à l'origine d'une confrérie de frères joyeux ; il eut des missions (une avec s. Louis en Palestine), et fut un moment expulsé par un hérétique patarin. 

XVI.

Bse Antonia de Brescia, dominicaine, supérieure à Ferrare, mystique.

XX.

B Salvador Mollar Ventura (1896-1936), des Frères Mineurs, profès, près de Valencia, béatifié en 2001.        

B Jerzy Popieluszko (1947-1984), prêtre polonais enlevé, torturé à mort et retrouvé en ce jour, béatifié en 2010.

Evariste, pape
99-108

Les historiens ont un problème encore non résolu à propos de la succession papale de cette fin de premier siècle.
En effet, les sources ne s’accordent pas pour déterminer s’il y eut deux papes différents, nommé l’un Clet, l’autre Anaclet. 
Anaclet, s’il a existé, aurait été sur le Siège de Pierre juste avant Clément, mais n’est pas mentionné dans les successeurs immédiats de Pierre, au cours de la prière du Communicantes du Canon Romain. 
Plusieurs auteurs tendent ainsi à assimiler Anaclet et Clet en un seul et même personnage, le pape qui précéda immédiatement Clément. Ou alors, on les fait se succéder l’un à l’autre, toujours avant Clément. 
Quant à Evariste, il serait donc le cinquième (ou le sixième ?) évêque de Rome et il occupa le Siège de Pierre après saint Clément. Les dates de cette époque restent un peu floues.
D’après le Liber pontificalis, Evariste était d’Antioche de Syrie, fils d’un certain Jude, juif de Bethléem.
Son pontificat aurait duré neuf ans, dix mois et deux jours, pendant lesquels le pontife multiplia son zèle dans la visite de Rome, la prédication de la Parole.
Il aurait statué qu’au moment de la Préface à la Messe, les sept diacres de Rome assisteraient l’évêque pour rendre au besoin témoignage de son orthodoxie : qui custodirent episcopum prædicantem propter stilum veritatis.
Il aurait été martyrisé à la même époque que saint Ignace d’Antioche, un an après apparemment, et porte le titre de martyr. Il fut enterré au Vatican, près de saint Pierre.
Le Martyrologe le mentionne au 27 octobre.
Son successeur sera saint Alexandre Ier.


Thraseas d’Euménie
† 170

C’est d’une façon indirecte qu’on connaît l’existence de Thraseas.
Il fut évêque d’Euménie, près de Smyrne (Phrygie, act. Izmir, à l’extrême ouest de la Turquie, sur la Mer Egée).
On apprit qu’il fut martyr.
L’évêque d’Ephèse, Polycrate, écrivant au pape Victor (v. 28 juillet), parle de Thraseas comme l’une des lumières d’Asie, ajoutant qu’il s’endormit à Smyrne.
Cette dernière expression laisse entendre que Thraseas fut martyrisé à (ou tout près de) Smyrne, mais l’auteur de la lettre ne donne pas de détails sur ce martyre.
La date peut se situer entre 170 et 180.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Thraseas d’Euménie au 27 octobre.


Gaudiosus d’Abitinia
382-452

Le siège de cet évêque n’était pas Naples, ni Salerne.
La réalité historique, mais mal définie, est que Settimius Cœlius Gaudiosus était évêque à Abitinia (Membressa, Afrique Proconsulaire, act. Medjez el-Bab, Tunisie).
Lors d’une invasion des Vandales vers 439, Gaudiosus serait venu se réfugier à Naples avec son diacre.
Il y aurait fondé un monastère (ou, plus précisément, un monastère fut fondé plus tard à l’endroit où il vécut).
Traditionnellement, on dit que Gaudiosus mourut à Naples, peut-être en 452, à l’âge de soixante-dix ans.
L’église San Gaudioso de Naples, où s’ouvre une catacombe, abrite le tombeau de Gaudiosus.
La liste épiscopale de Naples ne comporte pas de Gaudiosus ; celle de Salerne a un évêque Gaudiosus,  mais seulement au septième siècle.
Saint Gaudiosus d’Abitinia est commémoré le 27 octobre dans le Martyrologe Romain.


Namatius de Clermont
† 460

Il est regrettable qu’on confonde ce Namatius de Clermont avec celui de Vienne, qui mourut un siècle plus tard (v. 17 novembre).
Avant d’être évêque, Namatius avait vécu dans le mariage.
Namatius (ou Namacius) fut appelé à être évêque du siège de Clermont, dont il fut le neuvième titulaire.
A Namatius remonte l’origine de la cathédrale de Clermont, dont s.Grégoire de Tours (v. 17 novembre) nous décrit ces détails : elle fait cent cinquante pieds de long, soixante de large, cinquante de haut… Elle a quarante-deux fenêtres, soixante-dix colonnes, huit portes. Le sanctuaire fut achevé en douze années, au terme desquelles Namatius fit venir de Bologne des reliques des saints Vital et Agricola (v. 4 novembre).
Au moment où ces reliques arrivèrent en vue de Clermont et que Namatius allait à leur rencontre pour les escorter jusqu’à la cathédrale, une pluie diluvienne s’abattit sur le peuple et la campagne, mais pas sur les reliques et le clergé.
Grégoire de Tours écrivit aussi que la sainte épouse de Naumatius fit construire elle aussi une église, dédiée à s.Etienne (v. 26 décembre), en-dehors des murs.
Après un épiscopat d’une vingtaine d’années, Namatius s’éteignit vers 460 et fut inhumé dans l’église Saint-Etienne.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Namatius de Clermont au 27 octobre.


Odran d’Iona
 † 563

Odranus (Otteran, Odhran, Oran) est présenté traditionnellement comme un descendant de Conall Gulbán.
Il aurait été abbé à Tyfarnham (Meath) et aurait vécu plus de quarante années dans la région de Latterach (Tipperary), où il construisit une église en 520. En 563, il fut un des onze compagnons de Columba (v. 9 juin) qui s’installèrent sur l’île d’Iona.
Une histoire invraisemblable raconte qu’Odran s’offrit lui-même pour être enterré vivant sous les fondations d’une chapelle que Columba ne réussissait pas à construire, la retrouvant chaque matin démolie. Une «voix» (?) lui aurait annoncé que la chapelle ne resterait debout que si on l’édifiait sur un homme encore vivant.
Que la chapelle ait été édifiée juste après la mort d’Odran, et qu’elle soit alors restée debout, est acceptable, mais on ne peut croire qu’un saint moine comme Odran se soit soumis à ce genre de suicide.
Odran mourut peu après l’arrivée en Irlande, en 563 : il aurait annoncé qu’il serait le premier moine à être enterré sur l’île d’Iona.
Saint Odran d’Iona est commémoré le 27 octobre dans le Martyrologe Romain.


 

Bartolomeo de Braganza

1210-1270

 

Bartolomeo serait né vers 1210 à Vicenza (Italie NE), dans la noble famille des Braganza.

Après ses études à Padoue, il entra chez les Dominicains de Bologne vers 1220 et fit la profession vers 1230.

Il fut envoyé prêcher en Lombardie et en Romagne, où se propageaient des erreurs et où sévissaient des luttes entre factions.

Vers 1233, Bartolomeo fonda une confrérie de frères joyeux, soumis à une règle du genre militaire. Ils devaient circuler et évangéliser les gens dans la joie. Il existe dans la bibliothèque de Besançon un dessin daté de 1730 environ, représentant Bartolomeo di Braganza, qui «établit l’Ordre des chevaliers «Gaudenti». Une peinture représentant le même sujet, signée Bigari Vittorio Maria, se trouve à Bologne.

Certains ont affirmé qu’il fut maître du Sacré Palais, car cette charge était réservée aux Dominicains, mais Bartolomeo n’en a pas parlé. En revanche, vers 1248 il fut nommé évêque de Limassol (Chypre) et accompagna en Terre Sainte saint Louis (v. 25 août) après sa captivité.

De retour en Italie, Bartolomeo se trouvait à Rome en 1254, à Naples en 1255, et était nommé évêque de Vicenza en 1256.

Mais les temps étaient très agités. A Vicenza régnait un évêque hérétique qui expulsa le nouvel évêque. Le pape nomma alors Bartolomeo légat apostolique en France et en Angleterre. Saint Louis lui remit une des épines de la sainte Couronne du Christ conservée à la Sainte Chapelle.

L’ordre étant revenu à Vicenza, l’évêque put y entrer, accueilli par une foule en liesse (1259).

Pendant les dix années de son épiscopat, Bartolomeo fit construire un couvent pour l’Ordre dominicain et une chapelle pour abriter la précieuse Relique qu’il avait rapportée de Paris.

Bartolomeo mourut en ou vers 1270, le 27 octobre, et fut béatifié en 1793.

 

 

Antonia de Brescia

1407-1507

 

On fait naître Antonia en 1407, car elle mourut centenaire, sans qu’il soit donné de savoir si elle avait dépassé de quelques années ce bel âge.

Elle naquit à Brescia et entra chez les Dominicaines de cette ville, plutôt par crainte de Dieu que par véritable amour de la sainteté, mais elle sut d’emblée se montrer humble et soumise.

Par exemple, lors d’une répétition, la maîtresse du chant lui fit une remarque et, croyant qu’elle n’obtempérait pas, la fit déshabiller du col à la ceinture et flageller en plein chapitre. Antonia supporta sans se révolter.

En 1457, c’est justement elle qui fut à la tête du groupe de sœurs qui alla instaurer à Ferrare la réforme de l’observance. Elue prieure, elle se montra la première à donner le bon exemple, à l’office divin ou à la cuisine.

Presque chaque nuit elle se levait pour l’office et ne se recouchait que rarement après, attendant l’heure des laudes en prières et en méditations. si le sommeil l’accablait, elle appuyait le tête contre le mur pour un bref «soulagement».

Dans un de ces sommes éclairs, elle vit une reine splendide entourée d’une foule de vierges ; elle l’aperçut se dirigeant vers l’endroit où se trouvait une sœur très malade, et entendit une voix : Elle est morte. Elle s’éveilla, et apprit qu’à cette heure même la sœur était passée dans l’autre monde. Cette sœur avait une grande dévotion à sainte Ursule  (v. 21 octobre) et chaque année, la veille du 21 octobre, elle jeûnait au pain et à l’eau. Antonia comprit qu’elle avait donc vu en vision sainte Ursule et ses compagnes.

Une autre nuit, elle vit en songe saint Dominique (v. 6 août) éteindre un grand feu avec son manteau ; à son réveil, elle entendit des sœurs crier qu’il y avait le feu tout près de leur réserve de lin, mais le feu s’éteignit très rapidement.

Une nuit de Noël, les sœurs virent son visage devenir plus lumineux que le soleil, tant elle était transportée par le mystère de la Nativité du Sauveur.

Dans la journée, elle s’efforçait d’élever les conversations, invitant les sœurs à éviter les paroles inutiles.

Son esprit de pauvreté était absolu : chaque semaine, elle fouillait sa cellule et en retirait ce qui ne lui servait pas et allait le donner à qui en avait besoin. Elle ne portait jamais d’habit neuf. 

Toujours douce, elle se montrait exigeante pour la prière et le chant de l’office et savait reprendre les négligences.

Quelques religieuses allèrent un jour se plaindre au vicaire général, ajoutant à leurs remontrances quelques calomnies ; Dieu permit que le prêtre suspendît Antonia et la reléguât derrière les sœurs converses. Fort heureusement, les plus anciennes surent avertir le vicaire de son erreur évidente, et celui-ci revint sur sa décision, remettant Antonia à sa place de prieure. Mais Antonia ne conserva aucune rancune envers les «fautives».

A la fin de sa vie, prise par la fièvre, Antonia fut reçue à l’infirmerie et eut l’immense consolation de voir Notre Seigneur qui venait la réconforter ; si heureuse, Antonia tomba à genoux et demanda au Seigneur de bénir toutes les sœurs présentes. 

Peu après, elle demanda quel jour on fêtait les saints apôtres Simon et Jude. Apprenant que c’était pour le prochain 28 octobre, elle annonça qu’à l’heure de la vigile, elle serait délivrée de toute infirmité. Elle s’éteignit en effet au soir du 27 octobre 1507 ; elle avait cent ans.

Juste après son trépas, une autre sœur fut soulagée d’un mal à l’estomac dont elle souffrait depuis douze années ; Antonia lui avait promis, une fois au ciel, d’intercéder auprès du Seigneur, pour la soulager ; ce qui arriva. Une autre sœur fut soulagée d’un douloureux mal de dents. D’autres personnes avaient été précédemment guéries d’un seul signe de croix que faisait Antonia.

Il y eut beaucoup d’autres miracles, mais sans doute pas assez encore pour convaincre l’Eglise de canoniser Antonia. 

Si elle n’est pas mentionnée au Martyrologe, on peut présumer assez fortement qu’elle est au Paradis et qu’elle peut intercéder pour nous.

Salvador Mollar Ventura

1896-1936

 

Fils de Bautista et María, des parents très pauvres, Salvador naquit le 27 mars 1896 à Manises (Valencia, Espagne).

Adolescent, ce pieux garçon organisa l’Association du Rosaire, s’inscrivit sur les listes de l’Adoration nocturne et des Conférences Saint-Vincent-de-Paul, et enseigna le catéchisme.

Il entra au noviciat des Frères Mineurs en 1921, et fit la profession en 1925 comme Convers.

C’était un Religieux très ordonné et propre, joyeux et optimiste, marial. 

Les dernières années de sa vie, il était sacristain à Benisa.

Lors du 18 juillet 1936, il dut quitter le couvent avec ses Confrères et se réfugier d’abord chez des amis puis, pour ne pas les compromettre, dans sa propre famille ; c’est là qu’on vint l’arrêter : fin octobre, il fut mis en prison et fusillé le 27 octobre 1936 au Picadero de Paterna (Valencia).

Le Frère Salvador a été béatifié en 2001.

 

 

Jerzy Popieluszko

1947-1984

 

Jerzy (Grégoire) est né dans une famille paysanne modeste, à Okopy (Pologne) le 14 septembre 1947, jour où l’on fête la Croix du Christ.

Ce n’est pas un saint ni un enfant prodige : comme les petits garçons de la campagne, il est enfant de chœur dans sa paroisse, puis fait des études très normales au lycée de Suchowola.

Parvenu au baccalauréat, il entend l’appel vers le sacerdoce ; il entre au séminaire de Varsovie et sera ordonné prêtre en 1972. L’évêque consécrateur est le cardinal Wyszynski.

Ses études au séminaire seront interrompues par deux années de service militaire, période durant laquelle il subit au moins une fois des pressions pour abjurer la foi chrétienne. Il est mis au cachot pendant un mois. Jerzy reviendra malade de son service militaire, et le restera toujours. Un jour, en 1979, il s’évanouira en célébrant la messe.

Une fois prêtre, Jerzy est nommé dans la paroisse saint Stanislas Kostka en même temps qu’il est chargé de s’occuper des jeunes et du personnel de la santé. En 1979-1980, il est aumônier de la paroisse universitaire.

Lors des manifestations déclenchées par le syndicat Solidarnosc, le père Jerzy est chargé par le cardinal Wyszynski de célébrer la messe pour les ouvriers en grèves. C’est ainsi que Jerzy sympathise avec Lech Walesa. Mais Jerzy s’inspire surtout de l’attitude et du message du saint Maksymilian Kolbe (voir au 14 août), qui vient d’être canonisé.

Quand le gouvernement décrète l’état de siège en Pologne, les seuls rassemblements autorisés restent les messes. Aussi, courageusement, le père Jerzy prend l’habitude de célébrer chaque mois une «Messe pour la Patrie», à l’occasion desquelles il condamne le gouvernement communiste en place. Des milliers de fidèles assistent, parfois provoqués par des policiers en civil pour museler le père Jerzy.

Mais Jerzy continue son message sacerdotal ; il va jusqu’à servir le café chaud aux policiers. La presse communiste le prend en haine, il est surveillé en permanence.

L’archevêque lui propose de partir à Rome, pour y compléter ses études et en même temps pour l’éloigner du danger. Mais le père Jerzy estime qu’il doit mener sa mission jusqu’au bout, là où il est.

En 1983, il est sur une liste de soixante-neuf prêtres «extrémistes», établie par le gouvernement. Il est accusé de détention d’armes et arrêté, mais relâché grâce à l’intervention du clergé. La nuit suivante, Jerzy échappe de justesse à l’explosion d’une grenade chez lui. Peu après, il échappe à un «accident de voiture» où il devait perdre la vie. Finalement, le 19 octobre au soir, une voiture banalisée de la police bloque son véhicule, et Jerzy est enlevé par trois officiers, placé dans le coffre de la voiture et emmené. Son chauffeur, un ancien parachutiste, parvient à échapper aux kidnappeurs et à avertir la population.

On ne sait pas ce qui se passa précisément ensuite. Suite à des aveux des trois policiers en question, on retrouva le corps du père Jerzy, méconnaissable, dans un réservoir d’eau de la Vistule, quelques jours plus tard. Le père Jerzy avait dû être torturé à mort.

Par la suite, pour donner un semblant de légitimité à l’autorité, les trois policiers furent condamnés à différentes peines de prison, puis bénéficièrent d’une importante remise de peine jusqu’à être totalement libérés. L’un des trois vit actuellement en Pologne sous un faux nom. On reste dans l’interrogative sur les réels commanditaires de cette macabre expédition.

Les funérailles du père Jerzy sont suivies par des centaines de milliers de fidèles.

En 1990, c’est Lech Walesa qui devient Président de la République polonaise ; le père Jerzy Popieluzsko a été reconnu martyr, et fut béatifié en 2010. 

On a proposé le 27 octobre pour sa fête, jour où l’on retrouva son corps.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens