Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2019 5 29 /11 /novembre /2019 00:00

 

29 NOVEMBRE

 

III.

S Saturnin (Sernin), premier évêque à Toulouse ; à son passage, les statues païennes se turent, et on le martyrisa en l'attachant à un taureau déchaîné.

S Philomenos, martyr à Ancyre ; on lui enfonça des clous dans les mains, les pieds et la tête.

IV.

Ste Illuminata, vierge à Todi.

S Saturninus, originaire de Carthage, martyr à Rome.

S Paramon, martyr avec trois-cent soixante-dix autres.

VI.

S Ya'kûb de Saroug, évêque, Père de l'Eglise.

S Sadwrn, ermite au Pays de Galles.

VII.

S Brendan, fondateur et abbé à Birr.

IX.

B Walderich, ermite puis premier abbé à Murrhardt.

Ste Hathumode, abbesse à Brunshausen, morte à trente-trois ans.

X.

S Radbod, évêque à Utrecht, particulièrement dévôt à s. Martin.

XVI.

Bx Edward Burden, prêtre, et les laïcs George Errington, William Gibson et William Knight, martyrs en Angleterre, béatifiés en 1987.

XVII.

Bx Pierre Berthelot (Denis de la Nativité) et Tomaz Rodrigues da Cunha (Redento de la Croix), carmes déchaux martyrs à Sumatra avec d'autres ; Denis, prêtre et normand, eut le crâne fendu d'une oreille à l'autre d'un coup de cimeterre ; Redento, frère convers portugais, fut percé de flèches et achevé à la lance. 

XVIII.

S Giovannello (Francesco Antonio) Fasani, prêtre franciscain italien, provincial de son ordre, réformateur, surnommé le Père Maître ; il confessait beaucoup ; mystique, canonisé en 1986.

B Bernardo Francisco de Hoyos Seña, prêtre jésuite à Valladolid, béatifié en 2010.

XIX.

Bse Caterina Sordini (Maria Maddalena de l'Incarnation), italienne fondatrice de l'Institut des Sœurs de l'Adoration perpétuelle du Très-Saint-Sacrement à Rome, béatifiée en 2008.

XX.

B Alfredo Simón Colomina (1877-1936), prêtre jésuite espagnol et martyr près de Valencia, béatifié en 2001.

Saturnin de Toulouse
† 250

Deux Saturninus sont fêtés le même jour. Celui de Toulouse fut communément appelé par la suite Sernin.
Il fut le premier évêque de Toulouse.
Il y avait sur le Capitole de Toulouse des oracles qu’on venait consulter. Un jour que Saturnin passait devant l’endroit, les oracles se turent, subjugués par la présence du saint évêque. Saturnin était en compagnie de deux prêtres, qui s’enfuirent comme les apôtres à Gethsémani (cf. Mc 14:50).
On dénonça Saturnin, on l’arrêta. On voulut le contraindre à sacrifier un taureau aux idoles, mais Saturnin refusa : comment aurait-il peur de ces démons, qui se taisaient devant lui ?
On attacha alors Saturnin aux pattes du taureau, on excita la bête, qui se mit à dévaler les marches du Capitole. La tête de Saturnin se brisa sur les marches, l’évêque eut tous les membres disloqués.
Ce pouvait être en 250.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Saturnin de Toulouse au 29 novembre.


Philomenos d’Ancyre
† 275

Philomenos aurait été martyrisé à Ancyre (Galatie, auj. Ankara, Turquie), sous Aurélien († 275).
Après qu’on l’ait jeté dans le feu, on lui enfonça des clous dans les mains, dans les pieds et dans la tête.
Ce Martyr du troisième siècle n’est pas le saint archimandrite que l’Eglise orthodoxe a récemment canonisé et placé également au 29 novembre.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Philomenos d’Ancyre au 29 novembre.


Illuminata de Todi
? 4. siècle

De sainte Illuminata, on dit qu’on ne sait rien.
C’était peut-être une vierge qui, de Ravenne, vint habiter à Todi (Onbrie, Italie C).
Recourons à la «légende». 
Cette jeune fille serait née à Palazzolo (Ravenne), de parents païens. Elle s’appelait Cæsarea.
S’étant convertie au christianisme - ici, on ne dit pas de quelle façon, grâce à quel prédicateur - elle prit le nom d’Illuminata
Dans un premier temps, son père la dénonça au préfet de Ravenne, qui la mit en prison : mais un ange vint la libérer. Elle gagna Bettona et Martana (Ombrie).
Les parents d’Illuminata se convertirent alors, et rejoignirent leur fille. Celle-ci opérait déjà des miracles.
Cette fois-ci, le préfet de Martana la fit arrêter. Elle obtint de mourir avec ses parents, le 29 novembre 303. Cette assertion semble signifier qu’ils furent tous trois martyrisés le même jour, mais on ne nous dit pas de quelle façon.
L’actuel Martyrologe la situe au quatrième siècle.
Des savants ont proposé d’identifier Illuminata avec Felicissima de Todi ou Firmina de Pérouse (v. 26 mai et 24 novembre). Mais la similitude des récits n’impose pas forcément la similitude des personnes.
Le Martyrologe Romain mentionne sainte Illuminata de Todi au 29 novembre.


Saturninus de Rome
† 303 ?

Saturninus était originaire de Carthage, où il aurait déjà subi la torture du chevalet vers 250.
On ne connaît pas sa profession, ni le motif de son voyage à Rome. Le fait est qu’à Rome il fut arrêté.
Il aurait été employé à la construction des thermes de Dioclétien, malgré son «grand âge». Il fut mis en prison avec un diacre, Sisinnius, et tous deux amenèrent au baptême plusieurs païens. Sommés de sacrifier aux dieux païens, Saturninus s’écria Que le Seigneur brise les dieux des nations ! et le trépied d’airain s’écroula comme de la boue.
Ils auraient été battus avec des nerfs de bœuf, des fouets garnis de plombs et des scorpions, puis brûlés sur tout le corps, enfin décapités.
Le pape s.Damase, cependant, parle plutôt des ongles de fer, avec lesquels le bourreau Gratianus déchira le corps des Héros. Mais c’est Gratianus qui céda à la grâce et se convertit, voyant la constance de Saturninus.
Ce pouvait être au début de la persécution de Dioclétien, vers 303.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Saturninus de Rome au 29 novembre.


Ya’qûb de Saroug
450-521

Jacques naquit vers 450 dans le village de Kurtam (Saroug, act. Suruç, Turquie SE).
Son père était prêtre et, croit-on, le poussa à fréquenter l’école théologique d’Edesse en Syrie.
Il devint périodeute de l’évêque d’Edesse pour sa région natale, chargé de visiter les prêtres au nom de l’évêque.
En 502-503, il y eut une invasion des Perses, à l’occasion de laquelle Ya’qûb écrivit des lettres à toutes les villes, pour encourager les Chrétiens à rester confiants en Dieu, à ne pas s’enfuir.
En 519, Ya’qûb fut ordonné évêque de Batnan, ville principale du district de Saroug, et diocèse suffragant d’Edesse. Mais Ya’qûb démissionna l’année suivante, peut-être pour n’avoir pas à prendre part aux discussions interminables sur la nature unique ou double du Fils de Dieu incarné, ou peut-être pour demeurer plus solitaire et consacrer davantage de temps à ses ouvrages.
On a reçu de lui pas moins de quatre cents homélies, versifiées, sur un total de plus de sept cents.
Ces homélies sont composées d’un nombre variable de stances (en moyenne plusieurs dizaines) de quatre vers de douze syllabes chacun. Pour cet immense champ de travail, Ya’qûb se fit aider par soixante-dix secrétaires, qui l’aidaient à retrouver et à traduire des passages de l’Ecriture et de la Vie des Pères.
Outre ce vaste corpus, Ya’qûb nous a laissé aussi quelques œuvres et homélies en prose et des lettres.
Si l’on a appelé s.Ephrem le Syrien la lyre du Saint-Esprit (v. 9 juin), Ya’qûb en revanche fut surnommé la flûte du Saint-Esprit. Ses poèmes furent utilisés dans la liturgie.
Il semble que Ya’qûb n’ait pas envisagé l’immaculée Conception de la Vierge Marie, et qu’il ait même penché pour le monophysisme, mais il ignora la diatribe des théologiens, sa doctrine fut généralement reçue par toutes les Eglises comme celle d’un Saint et il fait partie des Pères de l’Eglise.
Ya’qûb mourut, semble-t-il, le 29 novembre 521.
Saint Ya’qûb de Saroug est commémoré le 29 novembre dans le Martyrologe Romain.


Radbod d’Utrecht
850-917

Radbod - ou Radboud - naquit dans la région de Namur ; il appartenait par son père à la noblesse franque, par sa mère à la race frisonne.
Un oncle maternel, Gunthar, était alors évêque de Cologne, et Radbod lui fut confié pour ses premières études. En 862, Gunthar fut déposé à cause du rôle qu’il avait joué dans l’affaire du divorce de Lothaire II :  Radbod poursuivit alors sa formation à la cour de Charles le Chauve, où son maître fut Mannon et où, entre autres collègues, il connut Etienne, futur évêque de Châlons-en-Champagne, et Mancion, futur évêque de Liège.
A la mort de Charles le Chauve (877), il rencontra Hugues, l’abbé de Saint-Martin de Tours et, probablement, resta dans ce monastère bénédictin pendant les années suivantes.
En 899, Radbod fut choisi pour être le quinzième évêque d’Utrecht, choix approuvé par l’empereur Arnulf. Même évêque, Radbod maintint ses habitudes monacales.
Radbod demeura très attaché au culte de s.Martin et composa tout un office liturgique pour sa fête, le 11 novembre, le Saint de Tours étant aussi le patron de la cathédrale d’Utrecht. On a aussi de Radbod d’autres panégyriques, des hymnes.
Les invasions normandes l’obligèrent lui aussi à se replier sur Deventer, comme l’avait fait s.Hunger une quarantaine d’années auparavant. Mais autant qu’il le pouvait, Radbod revenait dans son diocèse, le parcourait en tous sens et s’efforçait d’en extraire toute pratique païenne.
Bon administrateur, Radbod se soucia de l’avenir de son clergé et, en 914, se fit confirmer par Conrad Ier l’immunité dont il jouissait.
En 914 aussi, il recourut au pape Jean X pour régler un conflit avec le comte Meginhard de Hamaland.
En 917, il entreprit une nouvelle visite pastorale de son diocèse, mais ne put l’achever et mourut en chemin, le 29 novembre, après avoir désigné son successeur, Balderik.
Le culte de s.Radbod se développa assez vite, mais se limita au diocèse. Actuellement, il a été choisi comme patron de la recherche scientifique catholique. L’université catholique de Nimègue a été placée sous son vocable.
Saint Radbod d’Utrecht est commémoré le 29 novembre dans le Martyrologe Romain.

Ya’qûb de Saroug

450-521

 

Jacques naquit vers 450 dans le village de Kurtam (Saroug, act. Suruç, Turquie SE).

Son père était prêtre et, croit-on, le poussa à fréquenter l’école théologique d’Edesse en Syrie.

Il devint périodeute de l’évêque d’Edesse pour sa région natale, chargé de visiter les prêtres au nom de l’évêque.

En 502-503, il y eut une invasion des Perses, à l’occasion de laquelle Ya’qûb écrivit des lettres à toutes les villes, pour encourager les Chrétiens à rester confiants en Dieu, à ne pas s’enfuir.

En 519, Ya’qûb fut ordonné évêque de Batnan, ville principale du district de Saroug, et diocèse suffragant d’Edesse. Mais Ya’qûb démissionna l’année suivante, peut-être pour n’avoir pas à prendre part aux discussions interminables sur la nature unique ou double du Fils de Dieu incarné, ou peut-être pour demeurer plus solitaire et consacrer davantage de temps à ses ouvrages.

On a reçu de lui pas moins de quatre cents homélies, versifiées, sur un total de plus de sept cents.

Ces homélies sont composées d’un nombre variable de stances (en moyenne plusieurs dizaines) de quatre vers de douze syllabes chacun. Pour cet immense champ de travail, Ya’qûb se fit aider par soixante-dix secrétaires, qui l’aidaient à retrouver et à traduire des passages de l’Ecriture et de la Vie des Pères.

Outre ce vaste corpus, Ya’qûb nous a laissé aussi quelques œuvres et homélies en prose et des lettres.

Si l’on a appelé s.Ephrem le Syrien la lyre du Saint-Esprit (v. 9 juin), Ya’qûb en revanche fut surnommé la flûte du Saint-Esprit. Ses poèmes furent utilisés dans la liturgie.

Il semble que Ya’qûb n’ait pas envisagé l’immaculée Conception de la Vierge Marie, et qu’il ait même penché pour le monophysisme, mais il ignora la diatribe des théologiens, sa doctrine fut généralement reçue par toutes les Eglises comme celle d’un Saint et il fait partie des Pères de l’Eglise.

Ya’qûb mourut, semble-t-il, le 29 novembre 521.

Saint Ya’qûb de Saroug est commémoré le 29 novembre dans le Martyrologe Romain.

 

 

Radbod d’Utrecht

850-917

 

Radbod - ou Radboud - naquit dans la région de Namur ; il appartenait par son père à la noblesse franque, par sa mère à la race frisonne.

Un oncle maternel, Gunthar, était alors évêque de Cologne, et Radbod lui fut confié pour ses premières études. En 862, Gunthar fut déposé à cause du rôle qu’il avait joué dans l’affaire du divorce de Lothaire II :  Radbod poursuivit alors sa formation à la cour de Charles le Chauve, où son maître fut Mannon et où, entre autres collègues, il connut Etienne, futur évêque de Châlons-en-Champagne, et Mancion, futur évêque de Liège.

A la mort de Charles le Chauve (877), il rencontra Hugues, l’abbé de Saint-Martin de Tours et, probablement, resta dans ce monastère bénédictin pendant les années suivantes.

En 899, Radbod fut choisi pour être le quinzième évêque d’Utrecht, choix approuvé par l’empereur Arnulf. Même évêque, Radbod maintint ses habitudes monacales.

Radbod demeura très attaché au culte de s.Martin et composa tout un office liturgique pour sa fête, le 11 novembre, le Saint de Tours étant aussi le patron de la cathédrale d’Utrecht. On a aussi de Radbod d’autres panégyriques, des hymnes.

Les invasions normandes l’obligèrent lui aussi à se replier sur Deventer, comme l’avait fait s.Hunger une quarantaine d’années auparavant. Mais autant qu’il le pouvait, Radbod revenait dans son diocèse, le parcourait en tous sens et s’efforçait d’en extraire toute pratique païenne.

Bon administrateur, Radbod se soucia de l’avenir de son clergé et, en 914, se fit confirmer par Conrad Ier l’immunité dont il jouissait.

En 914 aussi, il recourut au pape Jean X pour régler un conflit avec le comte Meginhard de Hamaland.

En 917, il entreprit une nouvelle visite pastorale de son diocèse, mais ne put l’achever et mourut en chemin, le 29 novembre, après avoir désigné son successeur, Balderik.

Le culte de s.Radbod se développa assez vite, mais se limita au diocèse. Actuellement, il a été choisi comme patron de la recherche scientifique catholique. L’université catholique de Nimègue a été placée sous son vocable.

Saint Radbod d’Utrecht est commémoré le 29 novembre dans le Martyrologe Romain.

 

 

Edward Burden

1540-1588

 

Né vers 1540 à County Durham, Edward fréquenta l’université d’Oxford au collège de la Trinité.

Il partit pour Reims, où il se prépara au sacerdoce, et fut ordonné prêtre à Douai en 1584.

En 1586 il regagna son pays, où il exerça le saint ministère pendant deux ans.

Arrêté en 1588, il fut mis en prison en compagnie d’un autre prêtre, Robert Dalby (voir au 16 mars). Quand ce dernier fut conduit à son jugement, Edward se «plaignit» : Dois-je donc rester ici comme une bête, alors que mon frère va recevoir sa récompense ? C’est que, en vérité, je ne suis pas digne d’avoir la gloire de souffrir pour le Christ.

Son attente dura quelques mois et, en novembre, il fut condamné mort pour le crime d’être prêtre.

Le 29 novembre 1588, le père Edward Burden fut pendu, éviscéré et écartelé.

Il a été béatifié en 1987.

 

 

George Errington

1540-1596

 

Né vers 1540 à Hurst Castle, George appartenait à une branche des Bingfield, dans le Northumberland.

En 1594, c’est lui qui accompagna le père John Boste, lors du dernier voyage de ce dernier de York à Durham (voir notice au 24 juin).

Il fut reconnu «traître» pour s’être converti au catholicisme et comme tel, condamné à mort. On trouva aussi qu’il avait soi-disant participé à un soulèvement.

Le 29 novembre 1596, à York, George fut pendu, éviscéré et écartelé, ainsi que deux autres Compagnons : William Knight et William Gibson.

Il est sans doute erroné, cependant, d’ajouter à ce trio bienheureux, le nom de Henry Abbot, qui fut martyrisé le 4 juillet 1597 et béatifié en 1929.

George et les deux William ont été béatifiés en 1987.

Il y eut un prélat anglais catholique homonyme,, au XIXe siècle.

 

 

William Gibson

1548-1596

 

Né en 1548 à Ripon (Yorkshire), William était le fils de Lord George Gibson II, un juge de la Haute Cour d’Ecosse. Il avait un grand-oncle évêque, qui eut une grande influence sur la vie catholique en Ecosse et mérita le titre de Custos Ecclesiæ Scotiæ (Gardien de l’Eglise d’Ecosse).

William fut arrêté pour son catholicisme et accusé de trahison. On le remit à un gardien qui le traita sans ménagement.

En août 1593, il fut envoyé au château de York, où le rejoignirent bientôt William Knight et George Errington.

On trouva un autre chef d’accusation contre les trois hommes. Voici ce qui arriva.

Un membre du clergé anglican fut introduit auprès d’eux. Il joua le double jeu : simulant le désir d’entrer dans l’Eglise catholique, il gagna la confiance des trois Compagnons catholiques, qui le persuadèrent cordialement de se convertir. Or, la loi pénale punissait de mort le fait d’amener un protestant anglais au catholicisme. Notre bonhomme dénonça les trois apôtres, qui furent ainsi trouvés coupables, incriminés et condamnés, tandis que l’autre était libéré.

Le 29 novembre 1596, à York, les deux William et George furent pendus, éviscérés et écartelés.

Ils ont été béatifiés en 1987.

 

 

William Knight

1572-1596

 

Né vers 1572 à South Duffield (Yorkshire), William était le fils de Leonard Knight.

Quand il fut adulte, il se convertit de façon privée au catholicisme. Mais pour une histoire d’héritage, son oncle le dénonça.

Il fut aussitôt arrêté.

En octobre 1593, il fut envoyé au château de York, où il rencontra William Gibson et George Errington (voir leurs notices).

On trouva aussi un autre chef d’accusation contre lui et ses Compagnons. Voici ce qui arriva.

Un membre du clergé anglican fut introduit auprès d’eux. Il joua le double jeu : simulant le désir d’entrer dans l’Eglise catholique, il gagna la confiance des trois Compagnons catholiques, qui le persuadèrent cordialement de se convertir. Or, la loi pénale punissait de mort le fait d’amener un protestant anglais au catholicisme. Notre bonhomme dénonça les trois apôtres, qui furent ainsi trouvés coupables, incriminés et condamnés.

Le menteur, lui, fut remis en liberté. Il alla trouver Henry Abbot avec lequel il joua la même comédie et le fit arrêter. Henry fut exécuté le 4 juillet 1597.

Le 29 novembre 1596, à York, les deux William et George furent pendus, éviscérés et écartelés.

Ils ont été béatifiés en 1987.

 

 

Pierre Berthelot

1600-1638

Tomaz Rodrigues da Cunha

1598-1638

 

Pierre naquit à Honfleur (Calvados), d’un Capitaine de navire et Maître chirurgien.

Dès l’âge de douze ans, il commence son activité de marin. A dix-neuf ans, sur l’Espérance, en partance pour l’Extrême-Orient, il est fait prisonnier de Hollandais qui, finalement, le débarquent en Indonésie.

Pierre va naviguer d’un endroit à l’autre et parviendra à une connaissance extrêmement précise de toutes les côtes, des récifs, des écueils, des courants de cet archipel de l’Indonésie. Finalement il arrive à la place forte portugaise de Malacca et propose ses services de pilote : c’est que dans l’intervalle, il a appris le malais tout en parlant parfaitement le portugais. Il a à peine vingt-six ans et on lui confie déjà des galères équipées de pièces d’artillerie, pour surveiller les côtes.

Complétant son expérience, il devient maintenant un cartographe chevronné, notant tout ce qu’il observe.

En 1629 il rejoint Goa en Inde, où il rencontre le gouverneur portugais Nuno Alvarez Botelho. Pierre est chargé de conduire une expédition contre les Hollandais à Malacca, d’où il revient victorieux. Pierre est anobli et reçoit le titre de Pilote major des Indes et cosmographe royal.

Deux autres expéditions navales, en 1631 et 1636, confirmeront encore l’habileté de Pierre. Entre temps, il multipliera les voyages, en Angleterre, en Espagne, à Terre-Neuve. Il a laissé une collection de cartes d’une précision extraordinaire, qu’on a retrouvées dans une bibliothèque de Paris, ainsi qu’en copie au British Museum.

Ce marin à la carrière riche et prometteuse a rencontré les Jésuites en 1629, puis décide d’entrer chez les Carmes Déchaux de Goa, où il prononce ses vœux à Noël de 1634, prenant le nom de Denis de la Nativité (mais probablement en portugais : Dionísio da Natividade). Il sera ordonné prêtre en 1638.

Ces dates ne sont pas contradictoires : en effet, en 1636, le Vice-roi portugais fait encore appel au moine Denis pour diriger une expédition contre les Hollandais, qui seront effectivement mis en fuite.

Or, en 1638, le Vice-roi propose la paix au Prince indien d’Achem, un sultanat à l’extrême pointe de Sumatra. Celui qui va conduire la mission, Francisco de Souza de Castro, ancien gouverneur de Malacca, invite le père Denis à conduire la flotte. En route, la flotte sera attaquée et Denis sera grièvement blessé, mais la flotte, victorieuse, parvient à Achem.

*   *   *

Tomaz Rodrigues da Cunha était né à Paredes (Portugal) en 1598.

Tout jeune, il entra dans la marine et rejoignit les îles orientales.

Cette vie ne lui apportant pas la satisfaction à laquelle il aspirait, il demanda à Dieu des lumières sur le meilleur chemin à prendre pour servir Le servir.

Il rencontra bientôt les pères Carmes de Tatta, qui le captivèrent par leur douceur, leur apostolat et leur dévotion à la Sainte Vierge.

Il demanda à recevoir l’habit, et prit le nom de Redento de la Croix («Racheté par la Croix», qu’on a en général traduit par Redempt de la Croix).

Dès lors, il chercha à porter la croix du Seigneur et à accepter les contradictions de la vie comme moyen de sanctification.

Une fois faite la profession comme frère lai, les supérieurs l’envoyèrent au couvent de Duc, puis à celui de Goa : c’est là qu’il connut le père Denis.

Ils s’entendirent très bien, ce fut une amitié qui rappela celle de David et Jonathan dans l’Ecriture (1S 18:1-4). Et ce fut sur la demande de Denis que Redento participa avec lui à cette mission auprès du sultan d’Achem.

*   *   *

D’abord bien reçus, les diplomates sont malheureusement trompés et jetés en prison. Une partie est même massacrée dès le 27 novembre. Les Indonésiens exigent des survivants, en particulier de Denis et de Redento, de se convertir à l’Islam. Sur leur refus, ils sont un à un tués à coups de flèches et de cimeterre. Le premier à tomber est Redento, criblé de flèches et décapité, le dernier est Denis, qui a soutenu tous les autres dans leur martyre (29 novembre 1638).

Denis est d’abord piétiné par des éléphants, puis achevé à coups de cimeterre sur le crâne.

Il a été rapporté que, bien qu’enterré plus loin dans l’île, le corps de Denis apparut plusieurs fois à l’endroit de son martyre. Pour le «supprimer», le roi d’Achem fit jeter la dépouille du Religieux en pleine mer, lestée de gros cailloux.

Le martyre fut reconnu ; Denis et Redento furent béatifiés en 1900. Ils sont commémorés le 29 novembre. 

Denis est invoqué par les marins, pour les voyages en mer, pour la pluie, pour la conversion des Infidèles.

Bernardo Francisco de Hoyos y Seña

1711-1735

 

Bernardo naquit le 21 août 1711 à Torrelobatón (Valladolid, Espagne), où son père avait un emploi à la mairie. Au baptême, il reçut le nom de saint Bernard de Clairvaux, qu’on fêtait la veille, et de saint François-Xavier, qui était particulièrement vénéré dans cette paroisse.

Après ses études primaires, il rejoignit le collège jésuite de Medina del Campo et Villagarcia de Campos.

On le décrivait frêle, maigre, petit, ce qui ne l’empêcha pas d’être extrêmement vif, actif, d’un commerce naturellement agréable. Doué d’une intelligence vive et de remarquables dons pour l’étude, il pouvait écrire et parler couramment en latin. Ce fut un étudiant extrêmement brillant.

Le noviciat des Jésuites était juste à côté du collège, et très tôt il demanda à y être admis, mais on le pria d’attendre encore une année, car il n’avait que quatorze ans. L’année suivante (1726), il dut encore bénéficier d’une dispense d’âge pour entrer dans le noviciat de Villagarcia, car il n’avait pas encore quinze ans accomplis. Il choisit alors comme «modèle» le jeune Jan Berchmans, qui était mort à vingt-deux ans en 1621 (voir au 13 août).

Il passa alors neuf années de préparation et d’études, avant de recevoir l’ordination sacerdotale (1735). Il était trop jeune pour recevoir l’ordination, comme ses Confrères, et lui-même ne voulait pas être dispensé de la règle habituelle, mais ses supérieurs prirent sur eux de demander une dispense, tellement ils étaient persuadés de la sainteté de ce novice.

Bernardo exerça brièvement le ministère pastoral et commença en 1735 une période de formation complémentaire au collège Saint-Ignace de Valladolid.

Bernardo, dès son noviciat, fut entièrement pénétré de la présence de Dieu et du désir de la perfection. Il se consacra au Sacré-Cœur et écrivit : A partir de ce moment-là, j’ai été envahi et absorbé par le Divin Cœur. Que ce soit en mangeant, en dormant, en étudiant etc, mon âme ne reconnaît rien autrement que par le Cœur de son Bien-aimé.

Cette vie mystique aboutit au mariage mystique, une expérience mystique toute particulière dans laquelle, comme d’autres Saints, Bernardo fut mystiquement uni à la très sainte Vierge Marie, en la fête de l’Assomption de 1730.

Ses visions, ses extases, il les confiait à son petit journal personnel, que seul connaissait son directeur spirituel. Jamais ses Confrères ne se rendirent compte de cette extraordinaire et intense vie mystique, que Bernardo savait dissimuler derrière toutes les activités de la vie quotidienne. Il écrivit en 1732 à son Directeur, Juan de Loyola, ces mots tout enflammés d’amour : Je vois que dans mon cœur toute chose va vers Dieu, comme un morceau de fer vers l’aimant. Il ne désire que Dieu, ne cherche que Dieu, ne vit que pour Dieu. Pour la clarté et la précision avec lesquelles Bernardo décrivait sa vie intérieure, son directeur put affirmer qu’il était plus avancé qu’un autre du même âge, qu’il savait plus de choses qu’il n’avait pu en apprendre dans les livres.

On a conservé plus de deux-cents lettres qu’il écrivit à son directeur spirituel, lequel put assurer que les originaux étaient disponibles à tous ceux qui voulaient les vérifier. On peut y lire ses élans pour trouver Dieu en chaque chose, et sa mission de développer la dévotion au Sacré-Cœur.

Cette vie mystique ne fut pas sans épreuves, au contraire. Bernardo vécut une nuit spirituelle durant l’hiver 1728-1729, qui s’acheva à Pâques. Durant cette période, le démon le tenta de mille façons, l’accusant d’hypocrisie, le portant au dernier désespoir. Bernardo ne trouvait aucune consolation dans la prière, dans l’Eucharistie, ni même avec ses Confrères durant les moments de récréation. Il en vint à se frapper la tête contre le mur, à se ronger les lèvres, à s’arracher les cheveux, ou même à vouloir se jeter par la fenêtre. Le démon le poussait à blasphémer contre Dieu, contre la Vierge Marie, contre les Anges et les Saints. Chaque fois qu’il essayait d’implorer la miséricorde de Dieu, le démon venait lui répondre qu’il en était indigne. Des tentations obscènes vinrent aussi le troubler, le bombarder même, au point qu’il en pleurait et grinçait des dents. Il en vint à douter de ses faveurs mystiques, pensant qu’il avait eu des illusions.

Toutefois le Christ ne permit jamais qu’il en arrivât à quelque manifestation qui aurait pu choquer ses Confrères. La souffrance était intérieure, pénible, particulièrement pendant les moments de prière ou au moment de la Communion.

 

La mission de répandre la dévotion au Sacré-Cœur lui vint en 1733, au collège de Saint-Ambroise de Valladolid où il commençait la théologie. Un ami lui demandait de traduire du latin un chapitre sur l’institution de la Fête-Dieu, contenu dans un petit livre sur La Dévotion au Sacré-Cœur de Jésus (1726) : Bernardo avait déjà eu des visions du Sacré-Cœur, mais maintenant il devenait pleinement conscient de cette Réalité. Il s’offrit alors devant le Saint-Sacrement pour diffuser cette dévotion. Notre Seigneur lui confia alors qu’Il l’avait choisi pour répandre la dévotion à Son Sacré-Cœur. En mai de la même année, le Sacré-Cœur lui confia qu’il devait répandre cette dévotion dans toute l’Espagne : 

Je veux habiter ici… Je veux régner en Espagne et y obtenir plus de vénération qu’ailleurs.

Bernardo se consacra au Sacré-Cœur en juin 1733, selon la formule-même de saint Claude de La Colombière, cinquante ans plus tôt (voir au 15 février). 

Il fut le premier Jésuite à présenter la nature transcendante du culte du Sacré-Cœur comme moyen de sanctification personnelle, comme un efficace moyen d’apostolat. Le culte envers le Sacré-Cœur honore l’amour de Jésus, Verbe incarné, Rédempteur, qui révèle en Lui l’amour de la Très Sainte Trinité, avec un cœur de chair en vertu de l’union hypostatique, présentant ce cœur comme un symbole d’amour pour nous encourager à L’imiter et à lui rendre l’amour qu’Il nous montre. 

Bernardo organisa la première neuvaine publique en Espagne, en l’honneur du Sacré-Cœur.

C’est à Valladolid que Bernardo contracta la typhus dès le 18 novembre, et qu’il mourut le 29 novembre 1735, à vingt-quatre ans.

Il avait montré de telles qualités de vie personnelle et de désir apostolique que le Provincial demanda au recteur du collège d’en faire circuler une brève biographie à lire dans toutes les communautés, ce qui d’habitude se faisait seulement pour des religieux très connus. Bernardo devint ainsi un exemple stimulant pour tous les jeunes étudiants jésuites.

Le procès de béatification fut lent à démarrer, car les Jésuites furent violemment attaqués par les Jansénistes, puis la Société fut interdite. Le procès ne reprit qu’en 1914.

Le miracle retenu pour cette béatification fut le cas d’une jeune fille, désormais abandonnée par les médecins, laquelle, par l’intercession de Bernardo Francisco de Hoyos, guérit totalement du typhus et d’une grave tumeur (Salamanque).

Bernardo a été béatifié en 2010.

Le collège de Valladolid est devenu maintenant le Sanctuaire National de la Grande Promesse.

 

 

Giovanniello Francesco Antonio Fasani

1681-1742

 

Giovanniello (= Jeannot) Fasani était né à Lucera (Foggia, Pouilles, Italie) le 6 août 1681, de bons parents qui s’appelaient Giuseppe (Joseph) Fasani et Isabella Della Monaca. 

L’enfant acheva ses études en fréquentant le Couvent franciscain des Frères Mineurs Conventuels de la même ville. Sa vocation s’y dessina alors plus clairement et il entra chez les Religieux avec les noms de François et Antoine, pour bien montrer son aspiration à suivre l’exemple de la vie évangélique et apostolique de s. François d’Assise et de s. Antoine de Padoue.

Francesco Antonio fit la profession en 1696, compléta ses études à Agnone puis Assise, où il fut ordonné prêtre en 1705. Un de ses condisciples, devenu évêque à Bovino, dira qu’il était profond en philosophie et savant en théologie

Depuis 1707 jusqu’à sa mort, il passa trente-cinq années à Lucera, donnant un exemple de vie évangélique et pastorale qui le rendit célèbre dans toute la région.

Professeur de philosophie, maître des novices, docteur en théologie, supérieur local et provincial, il devint pour tous le “Père Maître”. Grâce à lui, la formation spirituelle et doctrinale des jeunes novices reçut une forte impulsion.

On disait qu’il était la fidèle imitation de s. François d’Assise. Dans sa prière, il invoquait le Père éternel par ces expressions : Amour souverain, Amour immense, Amour éternel, Amour infini. Très dévôt de Marie, il en montrait le rôle maternel dans l’histoire du Salut.

Comme prêtre, il ne s’épargna aucune fatigue pour sauver les âmes, dit un témoin. Il fut un prédicateur de la Parole de Dieu : missions, exercices spirituels, carêmes, neuvaines, à Lucera ou ailleurs. Il s’efforçait, en s’appuyant sur la Sainte Ecriture, d’extirper les vices et les péchés, de planter le bien et de faire pratiquer les vertus, dit un autre témoin. 

Confesseur toujours disponible et accueillant, il espérait pouvoir dire un jour au Seigneur : J’ai été indulgent, c’est vrai, mais c’est Toi qui me l’as appris. Fervent dans la célébration de l’Eucharistie, il s’efforçait d’en inculquer l’amour chez les fidèles, leur conseillant même de la recevoir quotidiennement.

Il aimait rencontrer les pauvres, les malades, les prisonniers, prier avec eux, leur faire passer quelques dons. Par la prière, il obtint de la Providence des secours miraculeux à leur égard. C’est l’évêque qui lui confia la charge de visiter les prisonniers, qu’il allait voir chaque jour, les exhortant à se confier à la miséricorde de Dieu, et assistant aussi jusqu’à la fin les condamnés à mort.

Comme à chaque étape de sa vie, il accepta son ultime maladie comme expression de la volonté de Dieu : La volonté de Dieu, c’est mon paradis

Il mourut le 29 novembre 1742, pleuré par toute la ville qui répétait : Le saint Père Maître est mort.

Dès 1746 l’évêque pouvait en instruire le Procès sur la vie, les vertus et les miracles ; l’héroïcité des vertus fut reconnue en 1891. Francesco Antonio fut béatifié en 1951, et canonisé en 1986.

 

 

Caterina Sordini

1770-1824

 

Caterina naquit à Porto Santo Stefano (Grosseto, Italie centrale) le 17 (ou le 16 ?) avril 1770, quatrième de neuf enfants.

Son père est un riche négociant, excellent chrétien, qui sait utiliser ses richesses pour de bonnes œuvres. Il éduque sa fille dans la Foi, dans une pratique sérieuse et réelle, sans pharisaïsme. L’adolescente est pieuse, certes, mais l’âge la rend quelque peu coquette.

Et voilà qu’à seize ans elle est l’objet de mille promesses de la part d’un riche entrepreneur. Ce dernier lui laisse, avant de s’embarquer pour Constantinople, un coffret plein de bijoux comme pour lui promettre une prochaine demande en mariage.

La jeune fille est bien contente de se parer de toute cette brillance pour aller à la messe le dimanche suivant. Mais son père est là aussi : il la renvoie illico à la maison pour enlever ces bijoux. Elle obéit (peut-être à contre-cœur) et, arrivée chez elle, veut se regarder une fois encore dans le miroir, mais oh ! surprise, elle y voit l’image du Christ couvert des plaies de la passion. En un éclair, Caterina comprend toute la vanité de la richesse, du luxe, des fausses joies éphémères du monde : elle renonce immédiatement à ses «fiançailles» et se promet d’entrer au plus tôt dans un monastère. 

L’occasion s’en présente bientôt. En compagnie de son père, elle fait une visite au monastère des Tertiaires Franciscaines à Ischia di Castro (Viterbe) ; et tandis que son père pensait revenir avec elle à la maison, la voilà qui franchit la clôture, dit adieu à son père et demande son admission immédiate (1789).

Le père n’en revient pas ; c’est peut-être un coup de tête, mais Caterina persiste (et signe) : elle prendra le nom de Maria Maddalena de l’Incarnation et, avec ses dix-neuf ans tout frais, devient une religieuse modèle, au point qu’elle est élue abbesse treize ans plus tard.

Le monastère vit dans une très grande pauvreté, c’est presque le délaissement ; la jeune abbesse lui redonne vigueur et vitalité. Et voilà que les miracles confirment sa sainteté : un jour que la farine manque, sa prière transforme une poignée de farine en une énorme quantité qui pourra nourrir toute la communauté pendant presque un mois. D’autres phénomènes mystiques, une visite du roi de Savoie, rendent déjà célèbre l’abbesse.

Mais elle ne se laisse pas impressionner par ces choses extraordinaires. Elle est captivée par la Présence Eucharistique et songe depuis longtemps à une nouvelle congrégation où les religieuses assureraient une adoration ininterrompue devant Jésus-Hostie, au nom de toute l’humanité.

En réalité, elle avait eu une vision du Christ, dès son entrée dans la monastère, en 1789, où le Christ lui disait l’avoir choisie pour établir une œuvre d’adoratrices perpétuelles.

A cette date, commençaient en France les événements sanglants de la triste Révolution, où périrent tant de prêtres, tant de religieuses.

Maria Maddalena s’assure de l’approbation du pape Pie VII, de bienfaiteurs qui assisteront la nouvelle fondation. Finalement, en mai 1807, elle pénètre dans sa nouvelle demeure, un ancien couvent de carmélites, dédié aux Saints Joachim et Anne, près de la Fontaine de Trevi, à deux pas de la résidence papale de l’époque.

Les Sœurs Adoratrices du Saint-Sacrement se multiplieront vite. Elles seront un moment interdites par les mesures anti-cléricales napoléoniennes, et la Mère Fondatrice sera exilée à Porto Santo Stefano, puis Florence. Mais dans cette Toscane, elle rencontrera quelques jeunes recrues avec lesquelles elle peut revenir à Rome et s’installer à Sainte-Anne du Quirinal en 1814.

En 1818, l’institut est définitivement approuvé par le pape.

Mère Maria Maddalena mourut le 29 novembre 1824 en odeur de sainteté, une sainteté confirmée par de multiples phénomènes extraordinaires qui avaient jonché sa vie.

Le nouveau siège de l’Institut des Adoratrices sera ensuite l’église de Sainte Marie-Madeleine à Monte Cavallo (Rome), où la Fondatrice est ensevelie.

Les Adoratrices sont actuellement dans une douzaine de maisons en Italie, mais aussi présentes en d’autres pays d’Europe, d’Amérique et d’Afrique. Leur habit, une robe blanche avec le scapulaire rouge, est décoré du Cœur Eucharistique.

Mère Maria Maddalena a été béatifiée en 2008.

 

 

Alfredo Simón Colomina

1877-1936

 

Né le 18 mars 1877 à Valencia, Alfredo (ou Anselmo ?) entra dans la Compagnie de Jésus en 1895, à dix-huit ans. Il est regrettable qu’on n’ait rien conservé sur sa famille et sa jeunesse.

D’après des archives de l’université de Salamanque, on a su qu’en 1905, un certain Alfredo Simón y Colomina, de vingt-huit ans, est cité avec mention dans la faculté de Philosophie et Lettres.

Prêtre, il fut nommé recteur du collège Saint-Joseph de sa ville natale.

Il y eut une courte interruption de cette activité, pendant laquelle il fut recteur à Sarria (Barcelone).

Dès 1931, ce collège de Valencia fut la cible des attaques et du vandalisme des républicains, au point d’être fermé plusieurs mois.

Ensuite, la Compagnie de Jésus fut dissoute en Espagne, et le père Alfredo partit pour Rome. A son retour, il reprit quelques activités discrètes, confessant et portant la communion aux malades.

C’est ce qui le fit reconnaître par un milicien et prendre en chasse. Découvert et arrêté, il fut conduit à Las Torres de Quart, où il s’occupa de réconforter les autres prisonniers, et même de conquérir l’amitié des gardiens. Il faisait prier le chapelet à ses compagnons d’infortune.

Le 27 novembre, il put sortir de la prison, mais fut repris deux jours après.

Le 29 novembre 1936, il fut conduit au Picadero de Paterna (Valencia) pour y être fusillé. Certaines sources mentionnent plutôt le lieu-dit El Saler. 

Il y avait avec lui tout un groupe. Le père Alfredo obtint la permission de donner l’absolution à tous, puis il tomba sous les balles.

Soldat du Christ, il le fut jusqu’au bout en versant son sang pour sa fidélité à l’Eglise et à ses vœux, le 29 novembre 1936.

Le père Alfredo fut béatifié en 2001.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens