Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 00:00

 

2e dimanche de Carême - année C

 

Des trois textes sacrés proposés à notre méditation aujourd’hui, celui de la Transfiguration est peut-être le plus connu, tandis que celui de la Genèse où Abraham s’entretient avec Dieu Lui-même, est assez mystérieux.

L’évangile de la Transfiguration doit être mis dans le contexte de l’Evangile de Luc : Jésus vient d’annoncer aux Apôtres sa prochaine Passion, et leur a rappelé la nécessité de prendre sa croix chaque jour (Lc 9,23), leur annonçant aussi leur récompense finale pour leur fidélité (ibid., 24) ; et d’ajouter aussi (ibid., 27) que certains d’entre eux ne goûteront pas la mort avant d’avoir vu le Royaume de Dieu.

Cette attitude de Jésus veut rassurer les Apôtres, car ils pouvaient être effarouchés par l’annonce de cette “Passion”. La souffrance n’est jamais une grande joie, et le Christ tient à anticiper la participation de ses Apôtres à Sa gloire, pour les aider à accepter les souffrances qui la précéderont. Trois d’entre eux vont ainsi avoir le privilège de voir quelque chose du Royaume de Dieu.

Huit jours après, donc, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, ceux-là mêmes qui seront avec lui au Jardin des Oliviers. Les Douze ne sont pas tous là : le moment est très solennel, très intense, et Jésus choisit ceux d’entre eux qui pourront au mieux saisir l’importance de l’événement.

On s’étonnera que ces trois Apôtres, au Thabor comme à Gethsémani, soient accablés de sommeil, alors que leur mission sera de témoigner plus tard de cette extraordinaire Transfiguration, comme de l’Agonie de Jésus. Notons bien qu’ils se sont réveillés, et qu’ils n’ont pas raconté (comme les soldats qui gardaient le tombeau du Christ) que ces événements eurent lieu pendant qu’ils dormaient (Mt 28,13). Pierre l’attestera dans son épître (2P 1,16).

Les Apôtres voient et entendent donc Moïse et Elie, ceux qui, par excellence, ont transmis et confirmé la Loi de Dieu au peuple d’Israël. Ils sont là, avec Jésus, pour attester que toute la Loi et les Prophètes trouvent leur accomplissement en ce Jésus qui est là ; et Dieu fait entendre Sa Voix : Ecoutez-le, comme pour dire : ce Jésus de Nazareth, c’est bien Celui que vous ont annoncé Moïse et les Prophètes ; Lui qui vous a parlé pendant trois années, il va bientôt mourir à Jérusalem, puis ressusciter - c’est bien Lui que vous devez suivre, imiter, prêcher.

On imagine la stupéfaction des Apôtres. Pierre, avec sa spontanéité coutumière, propose qu’on fasse trois tentes pour abriter Jésus, Moïse et Elie ; il ne pensait pas à ce que sont nos tentes de camping modernes, mais à une sorte d’abri solennel, où ces trois Personnages auraient été à l’honneur, comme on le fait avec des niches pour mettre en valeur des statues, et comme nous le faisons avec le Tabernacle pour l’Eucharistie. D’ailleurs il parle de tentes pour Jésus, Moïse et Elie, par pour lui et les deux autres apôtres.

Mais comment faire ces tentes, cher Pierre, sur cette haute montagne, en pleine nuit ? En effet, il ne savait pas ce qu’il disait, simplement il goûtait la douceur de cette sainte présence, il était ravi en extase en entendant parler Moïse et Elie avec Jésus. Qu’aurions-nous trouvé à dire, nous autres, en pareille circonstance ?

 

i

 

A la suite des Apôtres, Paul rappelle aux Philippiens que c’est bien ce Jésus crucifié et glorifié qu’il faut suivre, Lui qui introduira notre corps de misère dans sa propre gloire céleste. Car notre espérance doit être le Christ et son Royaume céleste : indirectement, nous retrouvons ici l’une des trois tentations du Christ au désert, où le Démon présentait à Jésus tous les royaumes de la terre, et Jésus lui répondait : Tu adoreras Dieu seul (Lc 4,8). Bientôt, Il répondra encore à Pilate : Mon Royaume n’est pas de ce monde (Jn 18,36).

A notre époque, on voit se multiplier les activités de “body-building” et de “fitness”, les opérations plastiques, sans parler des tatouages et des piercings les plus variés, où tant de gens vont modeler leur corps dans l’espérance de trouver l’apparence “parfaite”. Fausse espérance ! Tant d’efforts, tant d’argent, tant de temps pour ce corps de misère, dont il ne restera rien dans peu de temps, alors que la vraie Espérance nous conduit à l’autre Monde, dans la Gloire de Dieu.

Saint Paul dit aussi que, pour certains, leur Dieu, c’est leur ventre. On pourrait interpréter l’expression de plusieurs façons : l’Apôtre peut nous faire penser à la gourmandise, ou aux innombrables “lois” juives sur l’alimentation, dont se glorifiaient les Pharisiens ; peut-être fait-il aussi allusion à la gloire que les Juifs ont mise dans le rite de la circoncision, tombé en désuétude depuis le saint rite du Baptême chrétien. Paul rappelle que notre gloire n’est pas dans ces pratiques de la terre, mais dans la Croix et la Résurrection du Christ.

 

i

 

Il nous reste à comprendre ces mystérieux rites auxquels se livre Abraham - qui s’appelle encore Abram - après avoir parlé avec Dieu. Ils ont leur signification : les contractants passaient entre les victimes et en appelaient sur eux le sort en cas de transgression des engagements ; ici, Dieu seul passe dans cette flamme de feu, car c’est Lui qui s’engage dans la Promesse faite à Abram. 

Le feu ! c’est aussi le feu que contemplera Moïse dans le Buisson ardent, le feu qui guidera Israël dans la colonne de feu au désert, le feu qui “fumera” sur le Sinaï, le feu enfin qui apparaîtra en langues au jour de la Pentecôte. 

A la fidélité d’Abram, Dieu promet une longue descendance, un saint héritage, toute la procession des Croyants, toute l’Eglise future.

 

i

 

Dans notre vie, il est très souvent difficile de rester en contact avec cette Espérance ; notre attention est sans cesse ramenée vers la terre. C’est pourquoi, pour écouter le Fils bien-aimé, notre prière est de demander aujourd’hui à Dieu de purifier notre regard, pour nous réjouir de contempler (Sa) gloire.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens