Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 00:00

 

Christ Roi - B

 

La lecture de l'Apocalypse d'aujourd'hui ne laisse pas de nous surprendre par sa douceur infinie, alors que l'on a malheureusement coutume de prendre le terme d'Apocalypse pour quelque chose de terriblement catastrophique. Il faut se rappeler qu'une Apocalypse est simplement une Révélation. Par la vision de Jean, l'Ancien, Dieu nous « révèle » des choses mystérieuses et importantes ; certaines concernaient la chute de Jérusalem, d'autres les diverses épreuves de l'Eglise au cours des persécutions, d'autres encore plus précisément la fin des temps ; mais en filigrane de toute cette Révélation apparaît toujours un enseignement extrêmement important pour chacun de nous.

 

Ainsi, notre texte se trouve au tout début de l'Apocalypse, et commence par cette salutation pleine de douceur : Grâce et Paix vous soient données de la part de Jésus Christ. On ne peut que tomber à genoux de reconnaissance pour le don de la grâce et de la paix que nous apporte le Sauveur.

 

Recevoir la grâce de Dieu, la conserver en nous, vivre de la grâce, c'est là toute notre force pour notre quotidien. Saint Paul, qui avait par trois fois demandé d'être libéré d'une épreuve qui l'affligeait beaucoup, s'entendit répondre de Dieu : “Ma grâce te suffit” (2Co 11:7-9).

 

La grâce, donc, n'empêche pas les tribulations, les troubles, les tentations. Aussi Dieu nous comble-t-Il aussi du don de la Paix, qui enlève de nous toute crainte, toute agitation. Plusieurs grandes âmes, assaillies de doutes sur leur vocation ou leur mission, ne sachant si leurs inspirations venaient de Dieu ou de l'Ennemi, renouvelaient alors l'offrande totale de leur personne à Dieu, et très vite disparaissait l'agitation intérieure. La Paix n'est pas simplement l'absence de guerre : la paix est d'abord une union avec Dieu, une soumission entière à Sa volonté, un amour inconditionnel pour l'Auteur de tout bien.

 

Il y a bien loin entre la soumission à Dieu, qui élève l'âme et la rend forte, et la soumission aux autorités de la terre, qui entraîne tant de contraintes, et même parfois aussi tant d'injustices. Il est très difficile, peut-être même impossible, aux chefs de la terre, de gouverner avec une justice parfaite. C'est pourquoi la solennité du Christ-Roi fut instituée par Pie XI (1925) pour rappeler que tout l'effort de la société doit au moins chercher à s'inspirer du Royaume du Christ.

 

Toute sa vie, Jésus a parlé du Royaume des Cieux, et d'après l'Evangile, les païens eux-même ont entendu parler de son identité royale : “Où est le roi des Juifs qui vient de naître”, demandent les Mages (Mt 2:2) ; jusqu'à Pilate qui lui demande : “Toi, tu es le roi des Juifs ?”

 

Dans sa prédication, Jésus ne s'est pas présenté comme roi ; mais il a agi comme tel, et se faisant serviteur de tous, ce qui est la marque de la royauté authentique. Mais son Royaume n'a rien d'un gouvernement civil : Ma royauté ne vient pas de ce monde, répond-il à Pilate éberlué. Le Royaume du Christ est un “Règne de vie et de vérité, règne de grâce et de sainteté, règne de justice, d'amour et de paix” ; c’est le chant de la Préface.

 

Vie, vérité, grâce, sainteté, justice, amour, paix : des mots riches d'exigence, et emplis de tout un idéal de perfection. La perfection est difficile à atteindre, mais tous peuvent et doivent y tendre. C'est pourquoi le Royaume du Christ n'est pas encore pleinement instauré : il le sera quand tout mal cessera.

 

En le voyant, dit Jean, toutes les tribus de la terre se lamenteront : car alors il ne sera plus temps d'attendre à plus tard pour se convertir et conduire la société à Christ. Il y aura les non-convertis, et les convertis.

 

Ces derniers auront entendu l'appel de Christ, particulièrement dans la première et la dernière béatitudes, qui parlent du Royaume des Cieux : “Heureux les pauvres en esprit... heureux les persécutés pour la justice, car le Royaume des Cieux est à eux” (Mt 5:3;10) ; les pauvres, ceux qui auront tout laissé pour suivre Christ ; les persécutés, qui auront été fidèles jusqu'à la mort.

 

Quoi dire de plus, puisque les textes sont si clairs ?

 

 

La deuxième lecture nous donnait le début de l'Apocalypse de Jean. Ce même écrit termine aussi par une salutation de même teneur : “Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec vous ! Amen”, précédée par cette supplique instante : 

“O oui, viens, Seigneur Jésus !” (Ap 22:20,21).

 

Notre Père, qui es aux cieux, QUE TON RÈGNE vienne !

Coeur Sacré de Jésus, QUE TON RÈGNE ARRIVE !

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens