Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 00:00

Alix Le Clerc

1576-1622

 

La future fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame naquit en la fête de la Purification de Marie, le 2 février 1576, à Remiremont (Vosges), où elle grandit paisiblement.

Son père, Jean Le Clerc, était seigneur de Roville-aux-Chênes ; sa mère, Anne Sagay.

A dix-sept ans elle éprouva le désir de faire une profonde confession, dont la Sainte Vierge la félicita dans un rêve. Ce n’était pas le dernier «signe» qu’elle allait recevoir.

En 1595, la famille déménagea à Hymont, près de Mirecourt, toujours dans les Vosges. Hymont dépendait de la paroisse de Mattaincourt, dont le nouveau curé était un certain Pierre Fourier. Entre lui et Alix, les débuts furent difficiles, car il se montrait très sévère envers la jeune fille pour éprouver sa personnalité et sa vocation.

Alix vit en songe le diable qui emmenait au bal tous ses amis. Elle en éprouva une sainte frayeur et fit vœu de virginité.

Sa famille ne vit pas du tout favorablement son désir d’entrer chez les Clarisses de Pont-à-Mousson, comme le lui suggérait Pierre Fourier. Mais ils furent bien étonnés de l’entendre annoncer que, d’après un songe qu’elle avait fait, elle devait fonder une nouvelle Congrégation.

L’abbé Fourier, de son côté, voulait bien la soutenir, mais voulait - comme signe du Ciel - voir arriver quelques postulantes : justement, il s’en présentèrent quatre, et le pieux curé leur confiait l’instruction des petites filles pauvres.

Mais la famille… Monsieur Le Clerc envoya sa fille chez les Sœurs grises d’Ormes, non loin de là, où la pauvre Alix se morfondait.

Providentiellement, une chanoinesse de Poussay, Madame d’Apremont, voulut bien recevoir les jeunes filles dans son abbaye : Poussay satisfit Monsieur Le Clerc et bien sûr l’abbé Fourier.

Une école fut ouverte à Poussay, qui attira les élèves à la grande satisfaction des parents.  Bien plus tard, même un Jules Ferry, lui-même vosgien, évoquera l’école de Poussay comme la naissance de l’instruction primaire en Lorraine et de l’enseignement des filles en France. 

Mais les chanoinesses furent jalouses de ces jeunes institutrices, de leurs mortifications, de leur succès : elles les installèrent à Mattaincourt (1599), où Pierre Fourier put les assister davantage. 

Un orage menaça les institutrices-novices : on voulait les déplacer à Verdun, dans l’espoir que la séparation de Pierre Fourier ferait cesser ces nouveautés. Ce fut tout le contraire.

La petite communauté fut bientôt divisée en deux, une partie à Mattaincourt, l’autre à Saint-Mihiel, toujours dans une propriété de Madame d’Apremont. C’est là qu’Alix subit une terrible épreuve contre la foi, comme il arrive souvent dans la vie des Saints : la nuit de la foi, où l’on se croit abandonné de Dieu, condamné, inutile, et où le diable fait tout pour mener les âmes au désespoir et à l’abandon de leur mission. Mais Alix retrouva le calme, grâce aux bons conseils de Pierre Fourier.

En 1603, le cardinal Charles de Lorraine approuva le nouvel Institut. Les vocations affluèrent et d’autres maisons s’ouvrirent à Pont-à-Mousson et à Saint-Nicolas-du-Port (Meurthe-et-Moselle). Puis Alix put acheter le prieuré Notre-Dame à Nancy, ancienne maison bénédictine.

Revenue un moment à Mattaincourt pour se «ressourcer», Alix dut s’humilier devant les exigences de la supérieure et de Pierre Fourier, qui voulaient la mettre à l’épreuve. Elle fut quelque temps abaissée au rang des dernières novices, mais au lieu d’être brisée et révoltée, elle en sortit au contraire toute pacifiée et revigorée, tant elle était soumise et obéissante : elle accepta par exemple - non sans se combattre violemment - d’aller orner l’église au lieu d’assister sa mère mourante.

Pierre Fourier n’avait désormais plus de doute sur cette sainte vocation. En 1615, le nouvel Institut obtenait l’existence canonique.

Alix fut envoyée un moment chez les Ursulines à Paris, pour mieux connaître la vie religieuse. Elle faillit même unir son Institut aux Ursulines, mais le cardinal de Bérulle, consulté, le lui déconseilla et Alix rentra à Nancy.

En 1616, puis 1628, l’Institut fut habilité à recevoir des élèves internes, puis aussi externes. Les Religieuses feraient un quatrième vœu, celui d’enseigner la jeunesse.

Elles s’installèrent officiellement dans leur maison de Nancy en 1617, après leur prise d’habit et l’établissement de la clôture. Alix prenait alors le nom de Mère Thérèse de Jésus : elle se trouvait à la fois novice et maîtresse des novices ! Son nouveau confesseur, le jésuite Guéret, la pria d’écrire sa vie.

En 1618 se firent les premières professions. En 1621 Alix put acheter une nouvelle maison à Nancy.

En 1620, Alix retomba malade. A Nancy, elle eut encore la visite de la duchesse Marguerite, de l’évêque de Toul, de Pierre Fourier, et s’éteignit doucement le 9 janvier 1622.

`Le corps d’Alix fut inhumé dans le chœur des Religieuses, mais six ans plus tard il fallut déplacer le corps pour exécuter des travaux, et depuis on perdit la trace de ces précieuses reliques. On les retrouva enfin en 1950 sans qu’on sache comment elles étaient arrivées au 9 rue Barrès à Nancy.

Alix Le Clerc a été béatifiée en 1847.

 

A la mort d’Alix, il y avait des maisons à Verdun, Châlons-en-Champagne, Bar-le-Duc, Mirecourt, Epinal, La Mothe-en-Bassigny, Soissons. Avant la Révolution, il y eut jusqu’à quatre-vingt quatre monastères et quatre mille Religieuses. Des péripéties diverses réduisirent ces glorieux effectifs à vingt-sept monastères et douze-cents Religieuses au 19e siècle.

Des Unions s’ouvraient aussi à l’étranger, s’inspirant de la Congrégation de Notre-Dame. Elles fusionnèrent en 1962 sous le nom de Chanoinesses de Saint-Augustin de la Congrégation Notre-Dame.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Hagiographie A
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8500 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1. Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. 2. Papes. 3. Saints du Calendrier Romain. 4. Les Saints et Bienheureux reconnus depuis le 12e siècle (sauf 2017). 5. Les Saints et Bienheureux des siècles VI-XI. 6. (en cours) : Les Saints et Bienheureux des siècles II-V. 7. (mise à jour) : Bienheureux et Saints proclamés en 2017. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens