Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 00:00

Alojzy Liguda

1898-1942

 

Alojzy (Louis) naquit le 23 janvier 1898 à Winów (Opole, Pologne), benjamin des sept enfants de Wojciech et Rozalia.

Wojciech, le papa, était un chrétien fervent, actif dans sa paroisse, organisateur de pèlerinages : on partait à pied au sanctuaire de Wambierzyce ou au Mont Sainte-Anne.

Alojzy entra au petit séminaire à quinze ans, à Neisse. Mais il dut interrompre les études secondaires en 1917, pour partir au front. Il les reprit et obtint son baccalauréat en 1920.

Il entra à Vienne au noviciat de la Société des Missionnaires du Verbe Divin, fit les premiers vœux en 1921, et fut nommé professeur de latin et de mathématiques au Petit séminaire de Mehlsack (Pieniezno). 

Il fit les vœux solennels en 1926 et, en 1927, fut ordonné prêtre.

Son désir était bien d’être missionnaire en Chine ou en Nouvelle Guinée, mais sa chine fut la Pologne.

En 1930 il obtint à Poznan le diplôme en philologie polonaise.

Nommé aumônier des Religieuses Ursulines, il fit des conférences qu’on lui demanda de publier. Il y approfondit le rôle de la femme dans le monde, d’après les textes bibliques.

Puis il fut professeur de polonais et d’histoire au Petit séminaire de Górna Grupa ; il célébrait la messe dominicale à la garnison militaire, et prêchait des retraites durant les vacances.

Le séminaire dont il était supérieur fut, en 1939, occupé par les Nazis et transformé en camp de détention pour des Religieux et des séminaristes : quatre-vingts autres prêtres y furent internés. Le père Liguda les accueillit, toujours en soutane au milieu des soldats allemands, passant d’une chambre à l’autre pour réconforter les uns et les autres.

De ces détenus, une vingtaine furent fusillés le 11 novembre 1939 dans la proche forêt. La situation s’avérait plus que dangereuse et le sort des Religieux fatal.

Effectivement, à partir de février 1940, tous les Religieux furent conduits à Neufahrwasser, de là à Stutthof ; mauvais traitements, saleté, coups, faim, travaux forcés : le père Liguda s’efforça de redonner courage à ses Compagnons. Il réussit à célébrer la messe du Jeudi Saint.

Début avril 1940, ce fut un nouveau transfert : Grenzdorf, puis Sachsenhausen.

Comme il connaissait l’allemand, il fut contraint d’enseigner l’allemand aux co-détenus. Au moment des «leçons», le père Liguda postait quelqu’un aux fenêtres pour observer si un garde SS s’approchait, puis il racontait des histoires, sur des sujets importants, ou parfois drôles, suivant les jours.

Il y eut des interventions pour obtenir la libération du père Liguda : de sa famille, mais aussi de la nonciature de Berlin, d’un pasteur qui avait été défendu par le père Liguda. Mais ce fut en vain.

En décembre 1940, Alojzy fut conduit au camp de Dachau, où il eut le numéro 22604. En janvier 1941, Iune épidémie de gale le frappa aussi. 

Un jour qu’un autre prisonnier avait allumé une cigarette, le père Liguda en assuma la responsabilité et fut pour cela durement frappé, et tellement torturé que le vrai coupable finit par avouer, mais on ne blanchit par pour autant le père Liguda.

En 1942, sa santé était défaillante et la tuberculose se déclara. On porta le père Liguda à l’infirmerie, où une meilleure nourriture et les colis de sa famille lui permirent de se reprendre, mais il se retrouva bientôt parmi les «invalides», ce qui signifiait sa condamnation à mort.

Le kapo l’avait pris en haine, en particulier parce que le père Alojzy avait réclamé un juste partage de la nourriture, et un meilleur traitement des malades. 

On a rapporté différents «détails» sur les ultimes tortures du père Liguda. Il aurait été (avec d’autres détenus) utilisé pour des soi-disant expériences : on voulut «étudier» le comportement de la peau humaine dans l’eau glacée ; ou bien, on lui aurait d’abord arraché des bandes de peau. Il est certain qu’ensuite le père Liguda fut ainsi jeté dans une proche citerne, et noyé, au soir du 8 décembre 1942. 

Le rapport médical déclara que lui et les autres étaient morts de pneumonie. Son corps fut brûlé.

Alojzy Liguda fut béatifié en 1999.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens