Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 20:50

Amé de Remiremont

 565-630

 

Le Martyrologe mentionne le même jour deux Amé, Amatus en latin.

Le nôtre naquit vers 565 près de Grenoble, fils de Heliodorus.

Vers 581, il fut conduit par ce dernier au monastère d’Agaune, où il resta une trentaine d’années. 

Une fois ordonné prêtre, inspiré par quelque signe du Ciel, il sortit du monastère et alla dans la montagne. Au bout de trois jours, comme les parents de Jésus (cf. Lc 2:46), les moines inquiets le retrouvèrent enfin ; il priait. Impossible de le faire revenir au monastère ; Amatus obtint qu’on lui apportât tous les trois jours un pain d’orge et de l’eau. C’est le moine Berinus qui fut chargé de cette mission.

Un jour que Berinus venait de déposer ce copieux repas auprès d’Amatus, un corbeau passa, s’empara du pain et renversa l’eau. Sans se décourager, Amatus remercia Dieu de lui permettre ainsi de prolonger son jeûne.

Un charpentier voulut lui aménager une petite cellule, mais il fit une erreur dans les mesures et une poutre était trop courte : Amatus se mit en prière et la poutre dépassa d’autant qu’elle manquait auparavant.

Amatus s’émut de la fidélité de Berinus et voulut le décharger de la corvée ;  nouveau Moïse (cf. Ex 17:5-6), il frappa le rocher et en obtint une source ; il put ainsi irriguer un petit lopin de terre et cultiver son orge. Pour moudre le grain, il se construisit un moulin à bras et l’activait en marchant pieds nus sur les cailloux, … pour éviter de s’endormir.

Il portait une simple peau de mouton ; il prenait deux bains par an, à la veille de Noël et de Pâques ; il jeûnait toute l’année : en carême, il se contentait de cinq noix le soir.

Un jour que l’évêque vint le visiter, il lui laissa quelques pièces : dans un esprit de total détachement, Amatus les envoya au fond du ravin.

Le démon cherchait à se venger de tant d’austérité ; il détacha un gros rocher de la montagne, qui aurait pu écraser la cabane et l’ermite, mais Amatus pria et stoppa le rocher.

En 614, Eustase de Luxeuil (v. 2 avril) l’emmena dans son monastère et le chargea d’aller prêcher en Austrasie.

Amatus rencontra un seigneur puissant, nommé Romaric (v. 8 décembre), qui devint moine à Luxeuil. Romaric fonda un autre monastère féminin à Habend, qui s’appela plus tard Remiremont. Sept chœurs de douze moniales, sous la direction de l’abbesse Macteflède (v. 13 mars ?), assurèrent la laus perennis ; Romaric s’occupa de diriger les moines chargés de pourvoir aux nécessités de ce monastère ; Amatus de son côté se retira dans une grotte, dont il ne sortait que le dimanche pour aller commenter l’Ecriture aux moniales et aux moines.

En 627, il y eut un orage dans cette sainte fondation ; Romaric et Amatus cédèrent à la tentation et rompirent totalement avec Eustase. Dieu leur fit promptement comprendre leur erreur : deux moines furent mordus pas des chiens enragés, un autre se pendit dans un accès de fureur, une vingtaine de moniales périt sous l’action de la foudre, une cinquantaine d’autres moururent d’une épidémie. Romaric et Amatus présentèrent humblement leur soumission à Eustase, qui leur pardonna.

Peu après, Amatus tomba gravement malade. Il se coucha sur la cendre, fit venir les frères devant lesquels il se confessa ; pendant une année, il souffrit terriblement, sans perdre sa jovialité. Son séjour prolongé dans sa cabane humide avait eu raison de sa santé et un cruel rhumatisme l’assiégeait. Il comprit, trop tard mais assez tôt pour s’en repentir, ses excès de mortification. Il restait accueillant et recevait les moines qui lui lisaient des passages de l’Ecriture, qu’il leur commentait.

Parvenu à toute extrémité, il répéta son adhésion à toutes les vérités enseignées par l’Eglise, et mourut un 13 septembre, vers 630.

Saint Amé de Remiremont est commémoré le 13 septembre dans le Martyrologe Romain.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens