Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 00:00

Martyrs de Kazimierz

Benedetto, Giovanni, Mateusz, Itzhak, Krystian

† 1003

 

Le duc Boleslas Chrobry arriva au pouvoir en Pologne en 992, animé de sentiments favorables au christianisme.

Il obtint de l’empereur Otton III la création de l’archevêché de Gniezno avec plusieurs autres évêchés suffragants (997).

Otton III connaissait bien Bruno de Querfurt (voir au 9 mars), et en obtint de décider l’italien saint Romuald à envoyer deux religieux camaldules en Pologne. Saint Romuald venait de fonder l’Ordre des Camaldules (voir au 19 juin).

Le premier de ceux-ci, Benedetto (Benoît), était né à Benevento (près de Naples, Italie) et «reçut» le sacerdoce encore enfant avec l’argent de ses parents. Cette faute simoniaque dont il n’était pas responsable ne l’empêcha pas de chercher la perfection : d’abord chanoine, il devint moine à San Salvatore en Calabre, puis ermite au Mont Sorratte, enfin non loin du Mont Cassin. C’est là qu’il fut présenté à saint Romuald lors d’un voyage du Saint. Benedetto suivit le Fondateur à Rome, puis dans son monastère près de Ravenne. Et c’est de là qu’il partit pour la Pologne.

Il était accompagné d’un frère, Giovanni, qui était borgne et de condition physique délicate.

Ces deux religieux furent bien accueillis par Boleslas, qui les installa à Casimiria, non loin de Gniezno sur la Warta dans la forêt de Grande Pologne. Il leur fit bâtir un petit monastère avec un oratoire dédié à saint Martin.

Quelques Polonais vinrent compléter le groupe : on a retenu les noms de Mathieu, Itzhak et Krystian. Les sœurs de ces derniers prenaient également le voile.

Benedetto et Giovanni s’efforçaient d’apprendre la langue polonaise, en même temps qu’ils se laissaient pousser la barbe, pour ne pas choquer les habitants païens. 

Il est dit aussi qu’ils s’administraient mutuellement de copieuses flagellations, selon les usages des premiers camaldules.

Après une rencontre de Benedetto avec Boleslas, certains crurent que Boleslas avait remis une très forte somme d’argent au moine, ce qui donna à des brigands l’idée d’assaillir le petit monastère.

Dans la nuit du 10 au 11 novembre 1003, ils pénétrèrent dans l’enceinte, rejoignirent les moines qui s’étaient à peine mis au lit, et massacrèrent immédiatement Benedetto et Giovanni, ainsi que Mathieu et Itzhak. Le frère Krystian, le cuisinier, s’empara d’un bâton pour mettre en fuite les brigands, qui l’abattirent aussi. Il semble que les quatre premiers aient été étranglés, dans leur dortoir, et le dernier pendu, dans la chapelle.

Les brigands mirent le feu au monastère et s’enfuirent, mais par un phénomène inexplicable, ils se perdirent, furent vite arrêtés et condamnés à mort. Boleslas commua leur peine : ils seraient attachés aux tombeaux des Martyrs jusqu’à la fin de leurs jours. Autre merveille : à peine enchaînés, ils virent leurs liens se défaire, comme si les Martyrs voulaient leur montrer qu’ils leur avaient pardonné. Ils furent alors confiés à l’ermitage, qui fut restauré et agrandi.

L’évêque de Poznan vint procéder à l’inhumation des cinq Martyrs : les corps des quatre premiers furent mis dans l’église, mais celui de Krystian dans le cloître, car ce dernier semblait avoir tenté de se défendre avant de subir le martyre. Toutefois cette cérémonie qui suivait les rites réservés aux martyrs, fut considérée comme une canonisation.

Les reliques des cinq Camaldules martyrs furent plus tard rapportées à Olmütz.

L’ermitage reçut plus tard le nom de saint Casimir (voir au 4 mars), tandis que les cinq Martyrs furent déclarés patrons de Bohême et Moravie.

Le Martyrologe les commémore le 12 novembre.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens